chroniques littéraires

En scène

dscf2803

Bonjour tout le monde. Me revoici enfin avec un nouvel article. Je suis désolée de ne pas encore avoir pu posté mercredi, l’élection de Trump m’a coupé dans mon élan, plus le travail, cela m’a empêché de vous écrire ce que j’avais prévu ce jour-là. D’ailleurs, je me suis aussi posé la question pour aujourd’hui. Je me suis en effet demandé s’il fallait que je vous poste un article aujourd’hui, vu que c’est une date particulière. Et en même temps, je n’avais pas envie de vous laisser le blog sans article une semaine entière. Alors, il a fallu que je cherche un sujet d’article assez léger, qui représente la vie, l’amour et tout ce qui ne peut, ne doit être détruit. Et finalement, j’ai trouvé quelque chose. Je vais vous parler aujourd’hui d’un petit manga que je viens justement de terminé et qui m’a donné une pêche d’enfer. Il s’agit d’un premier tome, qui est sorti en octobre aux éditions Kurokawa. Il s’agit d’une collaboration entre deux auteurs, Cuvie et Yukiaki Kurando. Ce manga parle de danse classique, un sport que vous savez déjà que j’adore. Voici son résumé :

La vie de la petite Kanade Ariya bascule le jour où elle assiste au spectacle de danse de sa voisine Lisa. Fascinée par la grâce de la jeune fille, Kanade n’a plus qu’un rêve en tête : devenir ballerine ! Mais la danse est une école difficile, surtout quand on n’a pas de prédispositions particulières. Cependant, malgré les obstacles et les déceptions, Kanade s’accroche. Et elle découvre vite que même les plus douées sont confrontées à l’échec…

L’histoire commence donc avec un spectacle de danse classique où Lisa, jeune adolescente, entre en scène et danse le ballet Les Sylphides. Sa jeune voisine Kanade se trouve dans la salle. Elle doit avoir environ dix ans, il n’y a aucun âge de dit dans ce récit. Kanade tombe alors sous le charme de Lisa et de la manière dont elle danse. Elle la compare même à une fée, et elle décide de se lancer sur ses traces, de se mettre elle aussi à la danse pour être au même niveau que Lisa, qu’elle se met à aduler, à placer sur un piédestal. Kanade entre alors dans la même école de danse que Lisa, et là les embûches vont apparaître. La danse est un sport qui coûte très cher. Si cela n’est pas encore un problème pour Kanade, ça l’est pour Lisa, qui doit à tout prix réussir un concours de danse pour pouvoir gagner une bourse et continuer à pratiquer sa passion. En chemin, elle devra aussi penser  son avenir, alors que le seul problème qui préoccupe Kanade, c’est celui de faire aussi bien que son modèle.

dscf2806

Le récit se découpe en deux parties. En effet nous avons d’abord la découverte de Kanade de l’univers de la danse, où elle vit ses premiers cours, ses premières déconvenues parce qu’elle se trouve moche, sa première rencontre avec les pointes, pour se finir avec son premier spectacle. Puis nous enchaînons avec une Kanade plus mûre, plus vieille aussi, pour qui la danse a pris une plus grande place dans sa vie, qui va à tous les cours de son école, et qui rêve de monter sur ses premières pointes. Elle obtient ainsi un solo, mais sans les fameux chaussons qui font d’une danseuse classique ce qu’elle est. Elle découvre alors sa manière de danser, quelque chose qui je pense va dans la suite la distinguer des autres, puisque Kanade n’est qu’une danseuse « ordinaire », sans véritable talent si ce n’est sa persévérance.

En fait, dans ce manga, nous n’avons que peu de personnages développés. Il y a bien sûr Lisa, qui est touchante dans son malheur, dans ce qu’elle fait de sa vie; Kanade, qui rêve de devenir danseuse et de danser sur des pointes, mais qui comprend qu’elle ne le peut pas et qui arrive à se surpasser en se faisant plaisir, et Shoko, la « rivale » et l’amie de Kanade, qui est une excellente danseuse, meilleure que Kanade, mais qui se pose trop de question pour vraiment se laisser aller. Et chacune des trois filles apporte quelque chose au récit, une vision différente de la danse et de la pression qui pèse sur leurs épaules. Elles permettent de montrer toutes les trois l’univers sans pitié que peu être celui de la danse, mais aussi toute la compassion et l’amitié que ce sport engendre. Ici, il n’y a pas encore l’idée de compétition entre les filles, seulement une comparaison entre elles et de l’entraide. Cela change des autres romans ou récits sur la danse où les rivales sont légion. Et puis on s’attache facilement aux trois filles, même si le personnage de Shoko est celui qui est le moins développé. On a envie de revoir danser Lisa et de continuer à suivre Kanade dans son apprentissage, vers son rêve. C’est une petite fille qui peut certes pleurer facilement, qui a envie de brûler les étapes par moments, mais elle connaît ses limites et elle a un grand cœur. On a envie de savoir si elle va réussir à atteindre son rêve. Et j’avoue l’avoir trouvé touchante, elle a de la volonté à revendre.

dscf2810

Le récit est finalement assez simple, il reprend toutes les règles de ce type d’histoire, où l’on suit une jeune fille qui a un rêve et qui fait tout pour l’atteindre. Certes, nous n’avons pas les conflits liés à la compétition, mais cette dernière est présente dans les esprits suite à ce qui arrive à Lisa. En fait, ce qui met des bâtons dans les roues des filles, ce sont les problèmes d’argent et de pression. Ces éléments extérieurs viennent peser sur les filles, les paralyser ou leur montrer que rien n’est gagné d’avance. Mais dans l’ensemble, ce manga est assez positif et optimiste, parce que Kanade se moque de ces éléments, elle passe outre. L’argent et la pression ne l’atteignent pas, elle se contente de s’amuser et de se perfectionner toujours plus. Il faudra voir si dans le prochain tome ce sera toujours le cas, si elle ne sera pas plus mise en difficulté. C’est vrai que ce premier tome est assez léger, même si la fin, où Kanade se pose des questions sur la danse, sur sa manière de danser, est très intéressante et surtout, inattendue. J’ai aimé la manière dont elle s’en sort et parvient à faire de ce qui était une faiblesse une force.

En ce qui concerne le dessin, il est plutôt sympa, et les scènes de danse sont magnifiquement bien rendues. Le trait est joli et facile à lire. On ressent bien le mouvement des personnages. C’est agréable à regarder.

dscf2812

En conclusion, j’ai beaucoup aimé ce manga, il m’a donné la pêche ce matin en le lisant, il se lit très bien et est hyper positif. J’avais envie de danser avec Kanade et de revoir ces ballets qui sont mentionnés. Je vais attendre la suite avec impatience. C’est une très belle découverte. Je conseille donc sa lecture.

Et vous ? 

Quelle lecture vous accompagne ce week-end ?

Est-ce une lecture légère ou plus sombre, dure ?

Bon début de semaine à tous 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s