chroniques littéraires·service presse

Crochecoeur

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien et que vous profitez bien du beau temps qui semble être revenu. Cela fait beaucoup de bien au moral de voir le soleil étendre ses rayons, et de pouvoir profiter de ces derniers. On se croirait presque au printemps, même s’il fait encore bien froid et qu’on doit porter des pulls pour être au chaud.

D’ailleurs, en parlant d’être au chaud, aujourd’hui je vous emmène dans une région du monde où il pleut, et où la magie existe belle et bien. En effet, aujourd’hui, je vous livre enfin mon avis sur le roman fantastique Le Crochecœur, de Mérida Reinhart. Avec cette romance m/m fantastique, attendez-vous à vouloir rester au chaud pour ne pas affronter les mêmes éléments que nos héros. Ce roman est sorti aux éditions Homoromance en 2021. Je remercie d’ailleurs vivement Mérida Reinhart de m’avoir permis de lire son roman en service presse. Voici son résumé :

Orion Willsprit est serrurier et crocheteur à ses heures perdues. Travaillant surtout pour la communauté magique sous l’égide du Gardien — le grand sorcier de la ville — il fait tout pour conserver le secret des créatures surnaturelles et celui sur ses pouvoirs. Du moins, c’était le cas jusqu’à ce qu’un inspecteur, pince-sans-rire et d’humeur hasardeuse, ne débarque pour résoudre une série de meurtres macabres, liés aux contes de fées. La coïncidence est trop grande. Maurice, Robin et Vald ne seront pas de trop pour soutenir Orion face à cet inspecteur — qui n’hésite pas à le faire chanter — et au détraqué qui terrorise la ville. Le spin-off de Crocs et magie vous emmène au pays des contes. Êtes-vous prêts à vous faire envoûter ?

Dans cette histoire, nous suivons un personnage principal, qui est Orion. Il s’agit d’un serrurier un peu spécial, il a le pouvoir d’ouvrir toutes les serrures qui se trouvent à sa portée, même celles mentales, lorsque l’occasion se présente. Cela va alors le mener à se retrouver projeté dans une sombre histoire de meurtre, et il va devoir donner son aide à l’inspecteur East qui semble traquer un tuer en série tuant des créatures fantastiques, tout cela en conservant le plus longtemps possible le mystère du surnaturel.

Je vais commencer cette chronique par vous parler du personnage d’Orion. Dès le début, c’est un personnage que j’ai apprécié. En effet, bien qu’il possède des pouvoirs surnaturels, légués par un lointain ancêtre gobelin, il ne cherche pas à profiter de ces derniers en volant ou en cambriolant les environs. Au contraire, il tient une serrurerie où il partage son savoir avec son apprentie, et où il accepte parfois d’aider des créatures surnaturelles à ouvrir des portes. Néanmoins, comme il est le meilleur dans sa catégorie, c’est de cette manière qu’il se retrouve projeté dans l’enquête de East. Mais j’ai aimé chez Orion cette volonté de ne pas se mettre en avant, voire même de dénigrer son don comme si ce dernier n’était pas si important que cela. Il ne cherche pas à en profiter, et il aide même les autres grâce à lui. C’est donc un personnage gentil, qu’on prend plaisir à suivre. Et on découvre, au cours de notre lecture, qu’il est aussi altruiste, parce qu’il veut mener cette enquête à son terme. Certes, au début, il le fait surtout pour protéger la communauté magique non seulement du tueur, mais aussi d’East, mais après, il le fait surtout par motivation personnelle, parce qu’il sait qu’il ne peut pas laisser ce tueur répandre la terreur partout. J’ai aussi beaucoup aimé la manière qu’il a de prendre soin d’East alors que rien ne l’y oblige, qu’il pourrait le laisser s’occuper lui-même de lui. Et j’ai aussi apprécié de le voir être confronté à ses faiblesses, comme dans les catacombes, ou à sa propre morale, et de le voir être obligé de se débrouiller seul. Ainsi, on a une évolution intéressante d’Orion dans le roman, qui permet de le voir prendre confiance en lui, de gagner en courage, et de se dépasser. Plus le fait que son cœur s’ouvre enfin.

– Pourquoi ne pas m’avoir forcé à rentrer chez moi ? demanda-t-il soudain.

– Vous auriez obéi ? dis-je, incrédule.

– Certainement pas, répondit-il avec le même sourire finaud qu’un peu plus tôt. J’aurais fait en sorte que vous le pensiez en tout cas.

– Je me disais aussi… rétorquai-je.

Il me dévisagea, attendant une réponse un peu plus développée que ma conviction qu’il n’en ferait qu’à sa tête. C’était pourtant réellement ce qui m’avait traversé l’esprit. Ma bouche se tordit dans une grimace piteuse.

– Je ne voulais pas vous laisser seul, c’est tout.

Parlons maintenant du deuxième protagoniste de ce récit, East. C’est vraiment un personnage qu’on prend plaisir à ne pas apprécier au début de l’histoire, car il a tout du policier méprisable, qui sait tout, qui a la réponse à tout, et qui pourtant est incapable de comprendre comment fonctionne ce tueur. Ce que j’ai aimé, avec East, c’est le fait qu’il baisse peu à peu sa garde avec Orion, lui permettant de prendre davantage de place dans l’enquête, et aussi dans sa vie. Dès qu’on comprend ses motivations, qui sont assez claires à cause de son passé, lui-même aisément devinable, on s’attache à lui, car on saisit dans quel type de mission il se lance. En tout cas, ce n’est pas un personnage qui a froid aux yeux, et il possède une haute idée de la justice. J’ai trouvé qu’on s’attachait facilement à lui et à son humour particulier, très ironique. Lui aussi possède une évolution intéressante, car il va fragiliser sa carapace pour laisser Orion entrer dans son monde, ce qui lui demande beaucoup d’efforts.

– Un chasseur n’est-il pas censé être plus fin ? grommelai-je malgré moi.

East plissa les yeux, étudiant manifestement la question. Pour peu, il en aurait ronronné.

– Un chasseur ? Ce n’est pas faux… et serez-vous la proie, Monsieur Willsprit ? susurra-t-il en faisant tourner son propre gobelet entre ses doigts sans me quitter du regard.

– Orion. Pour commencer quoi que ce soit, il faudrait déjà que vous m’appeliez par mon prénom, inspecteur, lâchai-je en insistant bien sur ce dernier mot. Mais vous savez ce qu’on dit : on ne peut pas courir plusieurs lièvres à la fois. Et il me semble que Grimm a de loin votre préférence actuellement.

Il en convint, avant de sortir de sa poche le journal de la veille, tout froissé. Manifestement, si celui de ce matin n’avait pas valu un clou, quelque chose dans celui-ci avait retenu son attention.

J’en arrive maintenant aux autres personnages principaux de ce roman. En effet, ce titre est un spin-off d’un autre roman, et on retrouve alors dans celui-ci les personnages centraux de ce premier tome, qui sont donc Vlad et Robin. J’ai bien aimé suivre ce deuxième couple, et comprendre leur évolution par rapport au premier tome. Ils nous permettent alors de nous plonger davantage dans le monde surnaturel qui nous est décrit ici, notamment en nous parlant du fait que Robin doit se présenter chez la reine des démons, Lilith. Je n’ai donc pas trouvé que ces deux personnages, qui sont un peu mis de côté dans l’histoire globale, venaient déranger cette dernière. Au contraire, ils nous permettent vraiment de nous initier à ce monde, et à donner de nouvelles pistes à East et Orion. J’ai donc bien aimé les voir être présents, et j’avoue que cela m’a aussi donné envie de lire leur propre histoire. Et j’aimerais en savoir plus sur le personnage de Maurice, qui est donc le gardien de la ville.

Parlons enfin de l’univers de ce roman. Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé la mise en scène des différents meurtres dans la ville, tout cela en reprenant les contes de notre enfance. C’est une bonne idée et cela donne une ambiance assez glaçante au récit. Certes, l’idée qui se trouve derrière ces crimes est finalement aisément devinable, mais cela n’empêche pas qu’elle fonctionne, et qu’on se retrouve happé dans le jeu du tueur. Le fait que les endroits différent, et qu’on se retrouve obligé de deviner le prochain coup de l’assassin fonctionne là aussi. Mais ce qui m’a vraiment séduite, c’est l’univers que nous propose l’autrice. Certes, j’aurais aimé plus de précisions sur le rôle de Maurice, que ce dernier soit plus présent, mais la présence de Vlad et de Robin permet tout de même de nous démontrer quel est son rôle. En tout cas, j’ai apprécié le fait qu’on soit plongé dans une ville avec deux aspects, le premier étant la normalité, et le deuxième celui du surnaturel, et de faire en sorte que ces deux aspects ne se croisent pas, du moins normalement. On retrouve alors là tous les êtres fantastiques pouvant exister, comme les loups-garous, les fées, les sorcières, les vampires, etc. C’est bien construit et bien fait, et j’avoue que je suis tentée d’avoir un autre récit dans le même univers.

Je pivotai pour contempler ce qui avait permis d’afficher une telle expression sur ses traits volontaires et me figeai à mon tour. Au milieu de la pièce, dépassant d’une cuve remplie d’un liquide orangé, une jeune femme reposait, raide morte. Sa robe bleue et blanche était en désordre, ses longs cheveux blonds cascadaient sur le bord de la cuve avec douceur, éclairés par un rai de lumière. C’était saisissant.

Il ne faisait cependant aucun doute qu’elle avait été noyée : le bas de son visage baignait encore dans le marasme qui emplissait l’immense baquet. Sa peau boursoufflée avait pris une teinte grise, que l’orange rendait encore plus indécente et malsaine. Je perçus à cet instant une odeur de moisissure qui ne pouvait venir que du liquide à moitié figé. J’entendis un flic vomir derrière moi, devant cet incroyable, et pourtant atroce, tableau macabre. Mon regard se posa avec effroi sur l’unique chaussure près de la cuve. Une charmante bottine couverte de fourrure blanche.

En ce qui concerne l’écriture du roman, ce dernier se lit très bien. La plume est fluide, et même si le livre est finalement assez court, on est bien immergé dans l’enquête et dans le monde surnaturel. Cela ne m’a pas dérangé qu’on passe de Orion à Robin, parce que j’ai trouvé que ce dernier apportait tout de même quelque chose au récit, et que pour ceux qui ont lu le premier tome, c’est agréable de le revoir et de constater sa progression. Je n’ai pas trouvé non plus que c’était dérangeant de commencer par ce tome-ci, cela ne m’a pas perturbée, même si j’avoue, cela m’a donnée envie de lire le premier tome. On peut donc parfaitement commencer par cette histoire, même si l’expérience est encore mieux en les lisant dans l’ordre. En tout cas, l’histoire est bien construite, bien maîtrisée, et si j’avais deviné des éléments de l’enquête, je n’avais pas prévu son dénouement. J’ai aimé être surprise. La romance est elle aussi belle dans sa mise en place, et j’ai apprécie voir nos deux personnages baisser leurs gardes pour tomber dans les bras l’un de l’autre.

En résumé, c’est un roman que j’ai pris plaisir à découvrir et à lire. J’ai aimé les deux personnages principaux. East est vraiment particulier avec son humour, mais on finit par s’attacher à lui. J’ai apprécié l’évolution d’Orion et le voir devenir plus courageux encore, et se lancer dans cette enquête, quitte à y perdre la vie. Le monde proposé est intéressant, et il m’a donné envie de le découvrir davantage. J’ai aime le duo Vlad et Robin, et je pense lire leur histoire. C’est une belle découverte et je vous la conseille, si vous aimez les univers d’urban fantasy et les enquêtes sanguinolentes.

Et vous ?

Quels sont les éléments que vous aimez retrouver dans un univers d’Urban fantasy ?

Est-ce que vous privilégiez les histoires avec une enquête ?

Aimez-vous les héros qui ne ressemblent pas à des héros ?

Bon samedi à tous 😀

2 réflexions au sujet de « Crochecoeur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s