chroniques littéraires·service presse

Toi & Moi

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez bien et que vous passez un bon weekend, ou un bon début de vacances, selon comment vous voyez les choses. Pour ma part, j’ai l’impression de n’avoir le temps de rien faire. J’ai tout un tas de copies à corriger pendant les vacances, des cours à écrire, et surtout le blog à m’occuper. Je suis très en retard sur mon Cold Winter Challenge, et sur mes lectures, ce qui fait que je suis aussi en retard sur mes chroniques. Je n’y peux rien, cela me stresse un peu, car j’essaye de vous faire plusieurs chroniques dans la semaine, mais avec l’approche de Noël, j’ai un peu perdu mon rythme de lecture. J’espère pouvoir le retrouver pendant les vacances, entre toutes mes choses à faire.

Mais aujourd’hui, on se détend un peu, et je vous emmène en vacances sur la route, à la découverte de la campagne américaine. En effet, aujourd’hui, je vous présente le roman Toi & Moi, que j’ai terminé hier, et qui se trouvait dans ma pile-à-lire pour le Cold Winter Challenge. Bon, je l’avoue, je me suis trompée, car ce roman ne parle pas du tout de Noël, contrairement à ce que je pensais. J’avais mal lu le résumé, ou je me suis faite avoir par sa couverture, ou sa date de sortie. En tout cas, j’étais persuadée d’être devant une nouvelle romance de Noël, ce qui n’est pas le cas. C’est simplement que le roman sort dans une édition spéciale pour les fêtes. Ce titre a été écrit par Kristan Higgins, une autrice que je découvre pour l’occasion, et est publié aux éditions HarperCollins, que je remercie pour l’envoi en service presse via la plateforme NetGalley. Le roman est sorti en France en octobre 2020 et voici son résumé :

Ça y est, Harper est décidée à se marier. Le temps passe et puis ça fait deux ans qu’elle sort avec Dennis, il faut bien finir par se caser.

L’amour ? Non merci ! Elle a déjà donné. Et quand le divorce des autres est votre métier, on ne croit plus à ces sornettes. Il n’y a que sa sœur qui ose encore, malgré deux échecs manifestes. D’ailleurs Willa vient d’annoncer son… troisième mariage, Nick sera présent à la cérémonie, bien sûr.

Nick, l’ex-mari de Harper. Enfin, la page est tournée, il n’y a donc aucun problème à le croiser le temps d’un week-end.

Dans ce roman, nous suivons Harper, une jeune femme trentenaire, qui a une vision bien particulière de l’amour. Pour elle, la passion n’a rien à faire dans un couple. Il faut dire que le métier d’Harper inclut beaucoup sur sa manière de penser, elle est une brillante avocate spécialisée dans les divorces. De ce fait, pour elle, chaque couple peut à tout moment voler en éclat, et cella la raison peut sauver ceux qui convolent en noces. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle compte enfin se marier avec Dennis, son petit ami, parce qu’ils ont une relation confortable, qui ne peut que bien se dérouler. Or, sa petite soeur Willa fait tout voler en éclat lorsqu’elle annonce à sa famille qu’elle va se marier pour une troisième fois, avec un homme qu’elle ne connaît que depuis trois semaines. Cette fois, s’en est trop, et Harper compte bien faire chapoter cette union. Seulement, c’est sans compter sur son propre ex-mari, Nick, qui est le frère du futur marié. Willa n’a rien trouvé de mieux que d’épouser son ex-beau-frère. Voir Nick bouleverse Harper, car elle garde peut-être enfouie au fond d’elle quelques sentiments qu’elle n’ose pas avouer.

Je vais commencer cette chronique par vous parler du personnage d’Harper. Dès le début, on ne peut pas dire que c’est un personnage très sympathique, voire même agréable. En effet, elle se montre tout de suite très cynique, voire même très dure avec les gens qui l’entourent. Elle ne semble pourtant pas s’en rendre compte, mais elle érige une vraie barrière avec ses proches, et surtout, avec les hommes. Ainsi, elle a tendance à penser que les hommes ont plus de mal à s’engager, et qu’il faut un peu leur forcer la main car ce sont de grands enfants. De ce fait, elle programme tout un plan pour que son petit-ami Dennis comprenne qu’il est tant pour eux de se marier. N’allez tout de fois pas croire qu’Harper est une féministe, ce n’est pas tout à fait son idée. Elle pense simplement que les hommes et les femmes ne sont pas toujours, voire même la plupart du temps, sur la même longueur d’ondes lors d’un mariage, et que l’un des deux doit prendre les rênes, sans toutefois léser l’autre. En vérité, Harper est une avocate spécialiste en divorce, et pour elle, l’amour est donc superflu. Si les gens doivent se marier, ce n’est pas par amour, mais parce qu’ils peuvent construire quelque chose ensembles, comme une famille. De ce fait, avant de s’engager, il faut donc s’assurer que la personnage avec qui on est est loyal, qu’elle peut assurer une sécurité financière au ménage, et faire un contrat de mariage en béton. Dennis coche donc toutes ces cases selon Harper. Seulement, au cours du roman, on comprend mieux pourquoi elle est tant en retrait, pourquoi elle ne croit plus en l’amour passionnel. Harper a été trahie par son ex-mari, Nick, qui lui avait pourtant promis une vie aimante lors de leur mariage. Harper a donc beaucoup de mal à faire à nouveau confiance. De la même manière, on en apprend plus sur son enfance, et la manière dont sa mère l’a abandonnée à son treizième anniversaire. Ceci fait que plus l’histoire avance, et plus on la comprend, on est en mesure de saisir sa souffrance, la peur qu’elle a d’être à nouveau abandonnée, et ce qui a provoqué sa rupture avec Nick. On finit donc par s’attacher à elle, car Harper est quelqu’un qui a souffert, et qui souffre toujours, même si elle ne le montre pas. J’ai beaucoup aimé cette manière de faire, le fait d’avoir un personnage assez froid au début, qui se dévoile peu à peu au cours de l’histoire, et qui nous permet de comprendre que tout n’est pas blanc ou noir, mais que les gens sont complexes, et qu’il est compliqué de les juger au premier regard. Harper dévoile donc au monde quelqu’un qu’elle n’est pas au fond d’elle-même, et cette histoire lui permet de s’en rendre compte. Son évolution, sa prise de conscience, est intéressante car elle demande une vraie introspection, une remise totale en question, que l’on devrait tous faire à un moment ou un autre afin d’être de nouveau équilibré. J’ai aimé ses doutes et sa fragilité, ses débats intérieurs. C’est un personnage qui se révèle agréable à suivre dans cette aventure.

– Dennis, je pense qu’il est temps pour nous d’avancer. Nous sommes ensemble depuis un bon moment et notre relation est solide. Je vais fêter mes trente-quatre ans dans quelques semaines et mon horloge biologique commence à s’affoler. Si on se mariait ?

(…] Je le regardai droit dans les yeux, exercice difficile car les siens s’égaraient à droite et à gauche. Pour ne rien arranger, on diffusait un match des Red Sox à la télévision et Dennis en était fan.

– Comme tu le sais, je passe mes journées à parlementer avec des couples à la dérive. Les erreurs que les gens commettent, je les vois. Je sais comment les éviter. Nous sommes heureux ensemble. Nous ne pouvons pas continuer à vivre indéfiniment dans le flou. Tu dors chez moi pratiquement tous les soirs…

– Ton lit est sacrément confortable, rétorqua-t-il d’un ton sincère en engloutissant une poignée de frites.

Il m’en offrit quelques-unes, mais je refusai d’un signe de tête. Je n’avais pas encore touché à ma salade.

– Non, merci. Revenons à nos moutons.

Je me penchai vers lui, histoire de lui donner une meilleure vue sur mon décolleté. Il en bava presque.

– Sur le plan sexuel, tout va pour le mieux, murmurai-je.

À la table d’à côté, une femme qui essayait désespérément de persuader son gosse de goûter une moule gratinée, me jeta un coup d’œil glacial. Ah ! Ces touristes !

– De toute évidence, nous nous plaisons, non ?

– C’est sûr !

Il me fit un sourire dévastateur, celui qui laissait tant de femmes sans voix. Épatant. Il commençait à réfléchir avec autre chose que sa tête, un avantage pour moi.

– Justement, mon chéri. De surcroît, je gagne très bien ma vie, tu touches un salaire plus que convenable. Nous mènerons une vie agréable, nous fabriquerons de magnifiques bébés et tout et tout. Mettons ça sur les rails, OK ?

Je ramassai mon sac et en sortis une petite boîte en velours noir.

– J’ai même choisi la bague, comme ça, pas d’erreur possible.

À la vue du bijou, Dennis tressaillit.

– Je l’ai achetée avec mes propres deniers, tu n’as pas à t’inquiéter. Finalement, ce n’est pas difficile, n’est-ce pas ?

Venons-en maintenant à l’autre personnage central de cette histoire, qui n’est donc pas le pauvre Dennis, mais bien Nick, l’ex-mari d’Harper. Contrairement à cette dernière, on ressent rapidement de l’affection pour lui. En effet, Nick est le portrait de l’homme parfait. Ainsi, il se plie en quatre pour les autres, alors même qu’il n’en est pas obligé. C’est donc un personnage généreux, qui n’hésite pas à se sacrifier pour les autres, pour ses proches, sans en faire des tonnes, tout en restant humble. C’est aussi quelqu’un qui croit fermement en l’amour, malgré le fait que son mariage avec Harper n’a pas fonctionné. De ce fait, contrairement à Harper, il est prêt à se battre pur donner une chance au couple que forment Willa et son petit frère, parce qu’il est persuadé qu’il est nécessaire de les laisser vivre leur expérience, de faire leurs propres erreurs. Il ne veut donc pas empêcher le mariage, et il est déterminé à montrer à Harper que l’amour ne se programme pas, et qu’un couple n’a pas besoin de vivre ensemble pendant trois ans avant d’être certain de pouvoir se marier. On se demande alors comment ces deux-là ont pu tomber amoureux l’un de l’autre, et même se marier, vu qu’ils semblent être les opposés. Et l’on découvre alors un Nick bien sûr de lui, qui était dès le début persuadé qu’Harper était la femme de sa vie. Et c’est là où il tombe un peu de son piédestal. Même si j’ai aimé la ténacité dont fait preuve Nick pour faire tomber sous son charme Harper, la détermination dont il fait preuve montre aussi qu’elle n’a pas eut son mot à dire, et qu’ils étaient en effet bien trop jeunes, pas assez matures, pour se marier. Et Nick a du mal à comprendre cela, et il a même tendance à vouloir répéter les erreurs du passé. Ainsi, sous prétexte qu’il est l’homme, même si ce n’est pas dit comme cela, il veut suivre un certain plan, une certaine idée, qui est qu’Harper doit tout abandonner pour lui. Et c’était déjà ce qui avait posé problème lors de leur mariage. Nick a son univers, mais il a du mal à laisser une autre personne en prendre les rênes. Et c’est d’ailleurs ce qui est intéressant chez lui. Alors qu’on nous présente Harper comme la méchante, celle qui n’a pas permis à leur couple d’être sauvé, on s’aperçoit que Nick a lui aussi beaucoup de tort, et que c’est trop simple de présenter Harper comme la responsable du désastre de leur mariage. J’ai donc apprécié le fait qu’on ai, pendant le roman, une inversion, le fait qu’Harper passe de la méchante à la femme fragile, et que Nick, qui semblait être le gentil, ne soit pas tout blanc dans cette affaire. Cela permet de rappeler que le mariage ne repose pas sur une seule personne, et que les deux doivent faire des efforts. Les torts doivent être partagés. Et cela nous permet de nous rendre compte que nous ne sommes que des humains, qui faisons sans cesse des erreurs, en essayant ensuite de les réparer. La question est alors de savoir si cela est possible.

– Nick…

– Oui, Harper ?

– Je… je me pose une question.

– Laquelle ?

– Tu as eu un père minable, pourtant tu t’occupes de lui, tu lui rends visite alors qu’il n’a jamais eu une minute pour toi. Ton imbécile de beau-frère a mis tout en œuvre pour te rendre la vie impossible, mais au mariage tu lui as serré la main et tu l’as traité avec amabilité.

Nick fronça les sourcils.

– Jane et toi avez emprunté des chemins divergents – j’en conclus qu’elle est tombée amoureuse d’un autre homme, voire qu’elle a eu une liaison.

Je marquai une pause. Le silence de Nick confirma mes soupçons.

– Mais vous êtes toujours amis, tu aimes sa fille.

– Où veux-tu en venir, Harper ?

– Je… je suppose que je me demande pourquoi tu parviens à pardonner à tout le monde sauf à moi.

Je dévisageai Nick. Il avait les yeux baissés, une main sur Coco. Le courant électrique entre nous s’intensifia.

– Je l’ignore, Harper, avoua-t-il enfin à voix basse, et je sus qu’il mentait.

Ma gorge se noua.

Ce roman tourne donc autour du mariage, de l’amour, amis aussi autour de l’a rédemption et du pardon. J’ai trouvé cela bien fait, bien traité. Certes, cela peut sembler assez simple d’avoir une héroïne qui retombe amoureuse de son premier amour, après tout on voit cela souvent dans les romances, qu’elles soient de Noël ou autre d’ailleurs, mais en vérité, ce qui est intéressant dans ce type de récit, c’est de voir comment les personnages parviennent à se relever du passé qu’ils avaient en commun afin d’en créer un nouveau. Or, rien n’est plus compliqué que de mettre de côté les différents qu’il y a pu avoir afin d’accepter que le personne que l’on a face à soi n’est plus la même, qu’elle a évoluée. Et c’est la même chose pour nous, car il ne faut pas retomber dans les mêmes travers, mais accepter que l’on ne fait plus les mêmes erreurs, justement parce que nous aussi, nous avons évolués. Et c’est tout l’enjeu ici, celui de démontrer qu’Harper n’est plus la même que lorsqu’elle avait vingt-ans, et c’est la même chose pour Nick. Nos deux personnages doivent donc accepter que la vie et les épreuves traversées les ont transformés, et que s’ils refont els mêmes erreurs, c’est qu’ils n’ont pas compris la leçon. Et que lorsqu’ils voient l’autre, et ils doivent le voir tel qu’il est dans le présent, et non pas tel qu’il était dans le passé. Cela donne donc beaucoup de travail sur soi, et c’est cela que je trouve intéressant dans un tel récit, voire si le passé peut être mis de côté, ou du moins incorporé dans le présent, pour en faire émerger un futur serein, ou si cela est utopique. Et nous voulons tous croire à l’espoir, au pardon.

Ce que j’ai bien aimé aussi dans ce roman, même si cela est peut-être un peu facile, c’est le road-trip que sont obligés de faire ensemble nos deux héros. Coincée en effet dans le Montana, Harper doit rentrer chez elle alors que les avions sont cloués au sol, et seul Nick est disponible et véhiculé pour la raccompagner au plus proche. Cela nous permet alors de voir du pays, de découvrir plus en détail l’endroit ù ils sont, qu’ils traversent. J’ai apprécié cette découverte, car l’on passe tout de même de l’île de Martha’s Vineyard, très touristique et isolée, au Montana et à ses montagnes, avant de se perdre dans la campagne alentours, puis une visite à New York. C’est agréable de passer par des endroits totalement différents, qui permettent à la fois de mettre la nature à l’honneur, mais aussi les populations environnantes, avant de se perdre dans la Grosse Pomme et sa démesure. On découvre ainsi une partie des Etats-Unis, sa diversité aussi, sa complexité. j’ai apprécié l’idée même si elle peut sembler simple et banale afin de réunir nos deux perosnnages. En tout cas, cela fonctionne, et c’est sympa.

Contre toute attente, ma gorge se noua lorsque j’aperçus le panneau annonçant l’entrée du Parc national des Glaciers. J’avais vu des documentaires sur cette région, mais je n’étais pas préparée à tant de beauté. Je m’immobilisai devant le guichet et une garde forestière ouvrit la vitre.

– Bienvenue au Parc national des Glaciers, madame… Oh ! Bonjour toi ! ajouta-t-elle en apercevant Coco.

Je la payai et la remerciai, hochant docilement la tête lorsqu’elle me recommanda de faire attention aux glissements de terrain qui risquaient de se produire suite aux dernières pluies.

Nous suivîmes une route sinueuse à travers les bois avant d’émerger dans un espace plus ouvert. Je retins mon souffle. À ma gauche, la falaise dominait une immense prairie parsemée de fleurs bleues, rouges et roses. Un peu plus loin, nous atteignîmes la Route qui va vers le soleil (quel joli nom !). Au loin, un gigantesque glacier chapeautait un ravin dénudé.

En ce qui concerne l’écriture, elle est assez fluide, et le roman se lit bien dans l’ensemble. Il y a beaucoup de dialogues, ce qui permet d’éviter de longues descriptions du paysages, même si un peu plus n’aurait pas été de refus. J’ai toutefois trouvé que l’histoire mettait un peu de temps à se mettre en place, mais en même temps, il faut laisser le temps à l’autrice de planter le décor. J’ai apprécié le fait que le passé se mêle au présent, et que l’on ait des moments flash-backs, afin justement de mieux comprendre les personnages. Ces moments ne coupent pas du tout l’histoire, mais s’intégrent très bien en elle. Le scénario est assez simple, mais comme je l’ai souligné tout à l’heure, ce n’ets pas parce que cela semble simple et facile que cela l’est vraiment. L’histoire tient la route et l’on s’attache aux différents perosnnages, avec un bon point pour les personnages secondaires, j’ai beaucoup aimé celui de BeverLee.

En résumé, c’est une bonne histoire d’amour, qui se lit facilement, qui est agréable à suivre, avec des personnages sympathiques. Le scénario tient la route, et j’ai vraiment apprécié ce road-trip dans une partie de l’ouest américain. Nick et Harper sont des personnages attachants, et le fait qu’ils évoluent au cours du roman, ou du moins notre regard sur eux, est vraiment bien fait. J’ai aimé cette inversion des rôles, le fait qu’Harper n’est pas la méchante qu’elle semble être au début, et que Nick ne soit pas non plus tout blanc. Cela apporte de la complexité bienvenue dans le roman. Je vous en conseille donc la lecture pour passer un bon moment avec une jolie romance qui fonctionne bien.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver dans une romance ?

Ou au contraire ?

Que n’aimez-vous pas retrouver ?

Quels sont selon vous les clichés à éviter ?

bon dimanche à tous 🙂

Une réflexion au sujet de « Toi & Moi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s