chroniques littéraires

Les carnets de l’apothicaire, tome 3

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien et que vous avez passé une bonne semaine. Pour ma part, la mienne a été chargée, surtout que je me suis mise la pression pour terminer tout un lot de copies afin de les rendre le plus vite possible, si bien que j’ai passé ma semaine à gérer ces copies et mes cours, et que je n’ai pas pu lire ou écrire comme je le voulais. Après, cela fait aussi partie du métier, et lorsqu’on donne un devoir, on se retrouve forcément avec des notes à mettre.

Aujourd’hui, je reviens vers vous, sur le blog, afin de vous parler de l’une de mes dernières lectures. Même si elle date de 2021, elle fait partie des derniers ouvrages que j’ai terminés. Cette lecture est le tome 3 de la série les Carnets de l’Apothicaire, dont vous pouvez retrouver les chroniques précédentes sur le blog. Aujourd’hui, je vais donc vous parler de la suite de la série. Cette dernière est toujours écrite par Itsuki Nanao et dessinée par Nekokurage, d’après le roman de Hyuga Natsu. Ce tome 3 est sorti en France en mai 2021 aux éditions Ki-oon et voici son résumé :

Après avoir réussi à sauver Lifa, Mao Mao est conviée à la réception d’hiver, un grand banquet qui réunit les personnalités les plus importantes de la cour intérieure. La jeune apothicaire ne s’y rend pas seulement en tant que dame de compagnie, mais aussi comme goûteuse de Gyokuyo…

C’est donc devant une assemblée médusée que Mao Mao déguste une soupe empoisonnée… qui n’était pas destinée à sa maîtresse ! En effet, c’est la cadette des quatre concubines, Lishu, qui semblait visée. Quelle vérité se cache derrière cette étrange manigance ?

Dans ce nouvel épisode, on retrouve donc Mao Mao après les aventures du tome 2. En effet, à la fin du second tome, on comprenait que Mao Mao avait bu une soupe empoisonnée qui n’était pas pour elle, mais qu’elle avait voulu vérifier que cette dernière était bien empoisonnée, avant de la retirer. Elle s’est alors mise en danger, mais elle a pu sauver une vie, celle de la plus jeune des concubines. Désormais, tout le monde sait qu’un danger plane sur la cour impériale, Mao Mao, qui a besoin de prendre du repos, en profite pour rendre visite à son père, et elle se retrouve à nouveau à mener une enquête. Et comme si cela ne suffisait pas, Jinshi attend aussi de la part de la jeune fille l’un de ses amis.

C’est assez plaisant de retrouver Mao Mao et de continuer à la voir évoluer dans ce panier de crabe qu’est la cour impériale. Ses facultés sont alors mises à rudes épreuves, car bien qu’elle soit parvenue à sauver la vie de Lishu, la plus jeune des concubines de l’empereur, le mystère plane toujours sur le pourquoi son bol a été empoisonné, et qui se trouve derrière cette tentative. Mais Mao Mao parvient tout de même à déjouer un complot mis en place par les dames de compagnie de la cadette, ce qui lui démontre bien que l’endroit est plus dangereux qu’elle pouvait le penser, et qu’elle doit faire attention à tout le monde. On voit aussi que Mao Mao est capable de s’adapter facilement à ce nouveau milieu, et que ses facultés d’observation et de déduction lui sont une aide fondamentale. Mais ce que j’ai beaucoup aimé, dans ce nouveau tome, c’est de voir jusqu’où elle est capable d’aller pour obtenir ce qu’elle veut. Ainsi, Mao Mao désire se rendre chez elle voir son père, et pour cela, elle va user de toutes ses facultés de persuasion pour atteindre son but, et montre qu’elle sait tromper les autres, les manipuler, pour parvenir à ses fins. On voit donc bien qu’elle n’est pas une fille comme les autres, et qu’elle sait faire jouer ses relations lorsque cela est nécessaire. J’ai aussi apprécié de la voir évoluer dans le milieu de son enfance, et de découvrir son père, avec qui elle a un lien très fort. Cela permet aussi de comprendre qu’il lui reste encore des choses à apprendre, et que si elle a un don pour les enquêtes, tout cela lui a été transmis. C’est alors intéressant de voir comment elle évolue dans son quartier, et de la voir sans ses artifices, beaucoup plus détendue qu’à la cour impériale.

En ce qui concerne les autres personnages, comme je l’ai mis plus haut, c’est plaisant de voir son père qui donne des conseils à Mao Mao dans son enquête, et qui lui fait comprendre que parfois, il vaut mieux se taire. On sent alors toute la vénération qu’elle a pour lui et son savoir, ainsi que tout l’amour qu’elle lui porte. J’ai beaucoup aimé la voir être prêt de lui et l’observer mener sa propre enquête. Mais le personnage qui prend beaucoup de place, sans vraiment être présent, dans ce récit, c’est Jinshi. En effet, même si on le voit pas beaucoup dans le manga, si ce n’est à la fin, j’ai beaucoup aimé le fait qu’il dévoile, sans le vouloir, la jalousie qu’il ressent envers celui qui a permis à Mao Mao de rentrer chez elle quelques jours, ainsi que le fait qu’il tient vraiment à elle et qu’il n’est pas dans son état normal lorsqu’elle n’est pas dans les parages. Cela risque de devenir encore plus intéressant entre eux dans la suite de l’histoire, même si c’est un eunuque. Ensuite, j‘ai aimé le fait qu’on en sache un petit peu plus sur lui, qu’il se dévoile un petit peu, et qu’il parle de celui qui a compté pour lui, dans son enfance. On ressent alors toute la tristesse sur le drame de la mort de son protecteur. Enfin, j’aime toujours autant le rapport de confiance et d’amitié que nous avons entre Mao Mao et Gyokuyo, qui est pourtant sa maîtresse, mais qui semble beaucoup s’attacher à sa nouvelle dame de compagnie.

Dans ce nouvel épisode, nous sortons de la cour impériale afin de nous rendre dans le quartier des plaisirs, celui où les hommes et les femmes vendent leurs corps. Ce quartier est aussi piège et traître que la cour impériale, et tout est alors une question de pouvoir. C’est alors assez intéressant de le découvrir, car Mao Mao en parle toujours comme d’un lieu marquant, ce qui est normal puisque c’est chez elle, et dans le même temps, en y revenant, elle y porte un nouveau regard davantage critique. On voit ainsi que les tentatives de meurtres y sont présentes, et que le danger est autant là qu’à la cour impériale. Mais ce qui est alors intéressant, c’est de suivre les déductions de Mao Mao sur ce qui l’entoure, sur les crimes commis autour d’elle. J’aime alors beaucoup tout ce qu’elle nous apprend, aussi bien sur la manière de tuer quelqu’un que sur la manière de sauver une vie. C’est ce qui me plaît d’ailleurs dans ce manga, non seulement on découvre la vie en Chine à cette époque, mais aussi à la cour impériale, et on apprend des choses sur le fonctionnement du corps, sur la médecine, ainsi que d’autres astuces. C’est vraiment plaisant à découvrir tout cela, et de voir Mao Mao enquêter, car elle ne fait que tomber sur des mystères, et j’aime la voir réfléchir à tout ce qui lui fait face, et suivre sa pitié dans certains cas, ou alors dénoncer les personnes responsables de certains crimes.

En ce qui concerne les dessins et le fonctionnement de l’histoire, je trouve que cela fonctionne toujours. J’aime beaucoup le dessin et les traits qui nous sont proposés pour les personnages, et j’adore les tenues qu’enfile tout le monde. On se sent vraiment plongé dans la période de la Chine Impériale, et c’est très agréable. Toutefois, je dois avouer que j’ai moins accroché à ce tome qu’aux deux autres, simplement parce que j’ai le sentiment que c’est davantage un tome de transition, qui permet de faire découvrir les origines de Mao Mao, qu’un vrai impact sur le récit. Ainsi, on n’a vraiment de conclusion à ce qui est arrivé à la cérémonie du printemps, tout comme on ne sait pas vraiment qui a empoisonné l’ami de Jinshi. J’ai donc eu le sentiment que les histoires manquaient de conclusion, et qu’on était dans un entre-deux, à un moment avant que l’histoire ne s’emballe. Même si j’ai pris plaisir à découvrir le quartier des plaisirs, je me demande encore qu’elle va être l’impact que cela va avoir pour la suite du récit. Mais les planches sont magnifiques et le manga se lit toujours aussi bien.

En résumé, j’ai moins accroché à ce tome, mais c’est agréable de voir évoluer Mao Mao à la cour, et de la suivre dans ses enquêtes. C’est sympa de découvrir ses origines et de la voir dans le quartier de son enfance. J’ai aimé découvrir son père et de le voir lui donner des leçons. La jalousie de Jinshi est aussi bien présente, et le duo qu’il forme avec Mao Mao devrait nous réserver de belles surprises. J’ai hâte de voir où leur relation va nous mener, ainsi que de voir le dénouement de toutes les enquêtes de la jeune femme, et de comprendre pourquoi et qui en veut aux concubines. Mais c’est vraiment une saga sympa, que je vous conseille, et j’ai hâte de lire le tome 4.

Et vous ?

Qu’est-ce qui peut ennuyer votre lecture dans une saga ?

Qu’est-ce qui peut faire que vous vous lassez d’une histoire ?

Parvenez-vous à vous souvenir de tout ce qui arrive dans les tomes précédents ?

Bon samedi à tous 🙂

Une réflexion au sujet de « Les carnets de l’apothicaire, tome 3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s