chroniques littéraires·service presse

Noël désastreux, mariage heureux

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez de bonnes vacances. Pour ma part, c’est encore pire que le weekend, je n’arrête pas de courir après le temps. Certes, j’ai davantage de temps pour moi, je n’ai pas besoin d’aller au lycée, et en plus j’ai fais tous mes cadeaux de Noël, mais je suis celle qui prévoit de faire beaucoup de choses pendant les vacances, et qui ne se rend pas compte que tout n’est pas possible. J’ai mes cours à écrire pour la rentrée, mais j’ai surtout envie d’écrire, de lire et de m’occuper du blog, et aussi de jouer. C’est dur de tout faire. Et même si la première semaine n’est pas encore terminée, j’angoisse déjà de la reprise. Je me fatigue moi-même.

Du coup, j’ai envie de vous amener un peu de joie, d’humour et plein d’amour en cette belle journée froide. J’ai en effet prévu de vous emmener à la montagne, dans la neige, sur des skis, avec la romance de Noël Noël désastreux, mariage heureux, de Christelle Da Cruz. Ce roman est sorti en décembre 2021 aux éditions Harlequin, et je les remercie vivement pour l’envoi de ce roman en service numérique via la plateforme NetGalley. Voici son résumé :

Noël sera peut-être raté… mais au moins il sera pimenté !

Cat le savait : passer Noël dans les Pyrénées pour préparer le mariage de la mère de Maxime, son meilleur ami, promettait des vacances chaotiques. Son rôle de témoin l’occupe déjà à plein temps, et voilà qu’elle doit en plus garder les trois petits monstres de Maxime en attendant que ce dernier revienne de New York. Mieux encore : elle est obligée de se coltiner Gaspard, l’un de ses amis, un mec coincé, rabat-joie et psychorigide. Et ça, c’est la goutte de lait qui fait déborder le chocolat chaud ! Le pire, c’est qu’elle arrive encore à le trouver canon avec son petit air de Lenny Kravitz. Après tout, quitte à passer un séjour en enfer, pourquoi ne pas en profiter pour apprécier la chute de son joli fessier sur les pistes de ski…

Dans cette histoire, nous suivons Cat, une jeune femme qui écrit des livres. Malgré son attachement aux enfants, elle-même n’en veut pas, mais cela ne l’empêche pas d’être une tante géniale pour les enfants de son meilleur ami Max. D’ailleurs, ce Noël est assez particulier, car elle part avec Max et sa tribu au mariage de la mère de Max. Or, si c’est censé être la fête, il se pourrait bien que Gaspard, l’autre meilleur ami de Max, gâche cette dernière. Coincé, détestant faire du ski, Gaspard est un vrai trouble-fête. Et cela ne s’arrange pas lorsque Cat commence à éprouver une certaine attirance pour lui, ce qui remet en question tout ce qu’elle pensait de sa relation avec lui.

Je vais commencer cette chronique par vous parler du personnage de Cat, puisque c’est elle l’héroïne. C’est une jeune femme forte, qui assume ses choix. Elle ne veut pas spécialement fonder une famille, et elle ne veut pas d’enfants. Tout ce qu’elle fait, c’est écrire des livres, et cela fonctionne bien pour elle. C’est quelqu’un de très indépendant, qui n’a pas besoin de passer les fêtes avec sa famille, car elle s’est choisie une famille de cœur, celle de Max. J’ai beaucoup aimé la voir interagir avec les enfants de ce dernier, et notamment avec Johanne. On sent alors tout l’amour qu’elle porte à ces enfants, et la manière dont elle veille sur eux. Elle en devient presque une maman de substitution, même si elle n’a que le bon rôle, puisque c’est rarement elle qui puni. C’est une confidente qui garde ce qu’on lui raconte. J’ai apprécié cet aspect-là de sa personnalité. Mais elle est aussi têtue, voire bornée sur les bords. Ainsi, elle est persuadée qu’elle déteste Gaspard, et lorsqu’un certain rapprochement commence à se faire avec lui, elle le nie, persuadée qu’elle ne peut pas l’apprécier. Et elle se montre assez méchante avec lui, au sens où les piques qu’elle lui adresse ne sont pas anodines, mais sont là pour le blesser, pour le faire réagir. J’ai trouvé que parfois, elle allait beaucoup trop loin avec lui, même si son but est de faire passer un message, celui qu’il ne doit pas l’approcher. Mais j’ai apprécié la prise de conscience qui se fait au fur et à mesure chez elle, et ce que cela permet de remettre en question. Si Cat pense détester Gaspard, c’est sans doute parce qu’elle ne sait pas identifier ses sentiments. J’ai aimé sa répartie. Certes, elle peut se montrer mesquine, mais elle a de la suite dans les idées, et elle ne se laisse pas faire. Enfin, la relation qu’elle a avec Max et sa mère est assez touchante, d’autant plus qu’on sent aussi toute la peine qu’éprouve Cat suite au fait que Marie, son amie et la femme de Max, n’est plus là pour la soutenir. Et Cat sait se montrer généreuse, et c’est un bon point pour elle. Elle a su me faire rire et me toucher, et je l’ai trouvée attachante.

Le visage de Max se fige, puis l’écran passe au noir. Il y a un petit moment de flottement, comme si nous étions tous en train de comprendre qu’il va falloir un certain temps avant de voir Max franchir le seuil du chalet. Noah a l’air un peu triste. Je lui plante un gros baiser sur la joue et commence à lui faire des chatouilles pour détourner son attention. Il hurle de bonheur, puis s’enfuit en courant. Je le poursuis dans tout le salon. Il glapit et agite les bras comme une marionnette. Je parviens à l’intercepter et l’abreuve de guilis. Il s’effondre sur le grand canapé, il hoquette sous mes assauts. Mes éclats de rire se sont joints aux siens. Noah finit par se laisser glisser de la banquette et me supplie :

– Cat ! Stop ! Pitié !

Je me relève et le toise de toute ma hauteur, ce qui n’est pas difficile puisqu’il doit mesure un mètre trente à tout casser alors que je fais exactement un mètre quarante-sept. D’ici quelques années, il va me dépasser, comme sa sœur et son frère. Je profite donc encore de mon léger ascendant sur lui pour assoir ma victoire.

Passons à présent au personnage de Gaspard. J’avoue que Cat nous décrit un personnage psychorigide, qui ne sait pas s’amuser, et on attend donc de le voir être décrit de la même manière dans ses attitudes et ses phrases. Or, j’ai tout de suite eu de la pitié pour lui, car on sent bien que de son côté, le cœur n’y est pas vraiment. Il est rapidement perdu au milieu des montagnes, dans la famille de Max, sans avoir envie de skier ou de s’amuser pendant les fêtes. En vérité, il n’est pas aussi psychorigide qu’on voudrait nous faire croire, il est juste mal adapté, et il a beaucoup de mal à trouver sa place au milieu de tout ce petit monde. Même s’il connait bien les enfants de Max, on sent qu’il n’a pas le même rapport avec eux que celui que possède Cat, et cela va rapidement le déstabiliser. J’ai donc eu de la peine pour lui, surtout vue la manière dont le traite Cat, qui est parfois méchante avec lui. Cependant, plus les jours passent, et plus on voit un Gaspard qui parvient à se détendre, et c’est vraiment plaisant à voir, car on découvre qu’il est aussi normal que n’importe quel homme, qu’il sait s’amuser et rire, et que lui aussi peut faire tourner Cat en bourrique. J’ai apprécié cet aspect-là de sa personnalité, ce qu’il dégage lorsqu’il se lâche enfin, et qu’il rend coup pour coup. J’ai aimé la manière dont il justifie sa première rencontre avec Cat, qui témoigne donc de sa maladresse. Je l’ai donc trouvé attachant, même s’il est vraiment maladroit avec les autres, et qu’on sent qu’il a beaucoup d’effort à faire avec eux.

Plus j’insiste et pus je vois son visage s’assombrir. Monsieur n’apprécie visiblement pas que je le malmène.

– On avisera.

– On QUOI ? ! Tu te fous de ma gueule ! Tu vas venir faire un peu de ski, mon grand, c’est tout !

Et là, sous mes yeux, je vois enfin l’armure flegmatique de Gaspard se fissurer. Il ferme les yeux, ses épaules se crispent davantage.

– Mais quelle casse-pieds, putain ! éructe-t-il. Je ne sais pas skier, espèce d’emmerdeuse de première !! J’ai le niveau d’un gamin de quatre ans qui n’a jamais été à la montagne de sa vie !

Je me fige l’espace d’un instant, le temps que l’information atteigne mon cerveau. Ce qu’elle fait. Un peu trop bien, même.

J’explose de rire face à cette confession.

J’en arrive maintenant aux autres personnages secondaires. J’ai vraiment eu un coup de foudre pour la famille de Max, tellement soudée après le drame qu’ils ont tous vécu, celui de la perte de Marie, la femme de Max et la mère de ses enfants. On est triste pour eux, et on sent toute la peine qui se trouve parmi eux malgré l’ambiance très festive de ce roman. J’ai aimé suivre les trois enfants, et j‘aurais aimé réconforter Johanne au moment où elle en avait besoin. Je trouve qu’on s’attache rapidement à tout ce petit monde, et même à Christine, la mère de Max, qui est pleine de sagesse et de bons conseils pour Cat. On sent alors aussi tout l’amour que se porte tout le monde, et c’est aussi ce qu’on aime retrouver dans ce genre de roman.

Nous arrivons au moment crucial de la chronique, celui de l’ambiance de ce roman. J’avoue qu’au début, j’ai un peu cru que Noël allait passer au second plan, avec toute la description que nous avons des pistes de ski, de la manière dont Cat donne des cours à Gaspard, ou la préparation du mariage de Christine. Néanmoins, plus le roman avance et plus l’ambiance des fêtes est là, avec notamment la préparation des gâteaux ou des cadeaux, ou Noël en lui-même, avec son réveillon ou les chapeaux de Noël. J’avoue que j’aurais aimé avoir le détail de la décoration du chalet, pour accentuer cet aspect de Noël, mais l’ambiance reste bien là, avec en plus tous les codes de la fête. J’ai beaucoup aimé le réveillon au restaurant, qui permet d’ailleurs le rapprochement de nous deux protagonistes principaux. Il n’y a pas d’autres thèmes annoncés, mais celui de la famille est très fort, comme expliqué plus haut, et on a envie de fêter Noël avec tout le monde, tellement l’ambiance est au rendez-vous, tous comme les bons sentiments. Et j’ai eu très envie d’aller à la montagne et de skier moi aussi avec Cat, alors que je déteste le ski, et que j’en garde de mauvais souvenirs.

Imperturbable, Gaspard presse une des trois étoiles qui ornent l’ourlet en fausse fourrure. Le bonnet se met à se dandiner, le bout pointu et le pompon se balançant de gauche à droite dans un rythme saccadé. il est difficile de le regarder sans éprouver une irrésistible envie de rire. Cet objet de malheur contraste tellement avec le flegme de Gaspact que je finis par craquer.

[…] Max et moi, nous le dévisageons en silence tandis que l’accessoire s’agite de gauche à droite. Je remarque finalement la mélodie qui s’échappe de son trophée. Il s’agit de Jingle Bell Rock, de Bobby Helms. Max et moi commençons à danser en rythme, armés de notre matériel de ski, ce qui ne rend pas la tâche facile. L’effet est absolument ignoble et nous rions aux éclats. Gaspard secoue la tête, l’air exaspéré et continue à avancer, la tête haute.

– Un peu de sérieux, enfin. Les pistes nous attendent.

[…] – Tu vas nous infliger ça jusqu’à ce soir ?

Gaspard adresse une mimique fière à Max.

– J’y compte bien.

En ce qui concerne l’écriture de ce roman, elle est très fluide et les chapitres s’enchaînent très bien. On n’a pas envie de lâcher le roman, on veut savoir la fin. Les piques que s’envoient Gaspard et Cat sont très rythmées, tout comme les dialogues en général. On ne s’ennuie pas, et on en prend plein la vue en même temps que les personnages, que ce soient sur les montagnes ou sur l’ambiance de Noël. Les sentiments sont bien décrits et on comprend aisément pourquoi Cat repousse Gaspard, pourquoi elle doute d’elle-même. L’amour est très fort et on s’attache facilement à tout le monde. On a alors vraiment l’impression de faire partie de cette famille, et les quitter est assez dur. Cette romance est aussi pleine d’humour, qui est bien dosé malgré la tristesse qui pointe le bout de son nez par moment, et on rit beaucoup avec cette famille.

En résumé, je ne peux que vous conseiller de lire cette romance de Noël. Elle est très bien écrite et elle donne le sourire. Elle permet de découvrir une très belle famille, et l’écriture fluide fait qu’on se sent intégrée à cette dernière. L’humour est très bien dosé et on prend plaisir à lire cette romance. Noël est bien présent. On s’attache aisément à tout le monde, notamment à Gaspard et à Cat, même si le premier m’a fait plus de peine que la seconde. J’ai aimé la manière dont la romance se met en place, tout en douceur, ainsi que les thèmes évoqués, comme la maladresse de Gaspard. C’est une bonne histoire à découvrir.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver dans les romances de Noël ?

Quelles sont les qualités qui vont vous faire vous attacher à un personnage ?

Aimez-vous lorsque Noël est bien présent ?

Bon jeudi à tous 🙂

Publicité

2 réflexions au sujet de « Noël désastreux, mariage heureux »

  1. Je viens de terminer cette romance et j’ai adoré. La relation tendue et électrique entre Cat et Gaspard puis son évolution est très drôle (d’ailleurs je crois que dans ma famille on m’a prise pour une folle à rire toute seule 😂). Comme toi j’ai aimé la personnalité de Cat, indépendante, têtue mais tellement dévouée et maternelle avec les enfants de Max. Gaspard aussi m’a beaucoup touchée, peut-être parce que je lui ressemble un peu. 😜

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s