chroniques littéraires·service presse

Cassidy Blake, tome 1 : Chasseuse de fantômes

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez bien et que vous passez une bonne semaine. Pour ma part, elle est bien chargée, entre les cours à préparer, plus mon prochain roman à terminer d’écrire, et enfin le blog à gérer, j’ai l’impression de ne pas arrêter. Mais ce rythme me convient très bien, enfin pour le moment. Le soleil brille dans le ciel et cela fait du bien au moral et me donne la motivation nécessaire pour accomplir toutes mes tâches. J’espère seulement qu’il va rester, même s’il fait plus frais cette semaine que la semaine dernière. On a presque l’impression d’être au printemps.

Aujourd’hui, je vos retrouve pour vous plonger dans une ambiance totalement différente. Dîtes au revoir au soleil et plonger-vous dans les ténèbres. Je vous emmène en effet en voyage et vous fait découvrir la ville d’Edimbourg, ainsi que son climat nuageux et ses légendaires fantômes, avec le roman jeunesse Cassidy Blake, tome 1 : Chasseuse de fantômes. Comme vous pouvez le voir dans le titre, il s’agit du premier tome d’une nouvelle série qui sort en France aux éditions Lumen. La série comporte déjà deux titres en version originale. Cette série est écrite par Victoria E. Schwab, que certains connaissent pour avoir lu son autre série à succès, Shades of Magic, que je n’ai personnellement pas encore lue. Cette série est aussi publiée chez les éditions Lumen. En ce qui concerne Cassidy Blake, le roman est sorti en France le 30 janvier 2020 et je remercie les éditions Lumen ainsi que le site NetGalley pour m’avoir permis de découvrir ce titre en avant-première. Voici son résumé :

Faites la connaissance de Cassidy, une adolescente presque comme les autres. Elle vit avec ses parents et son chat, aime prendre des photos et passe tout son temps libre avec son meilleur ami, Jacob… À ceci près que Jacob n’est autre qu’un fantôme : depuis un peu plus d’un an, Cass a le pouvoir de voir les morts et de parler avec eux ! Alors, lorsque ses parents lui annoncent que toute la famille part passer l’été à Édimbourg pour y tourner une émission de télévision consacrée aux spectres, Cassidy et Jacob embarquent pour un voyage… riche en péripéties !

Dans cette histoire, nous suivons donc Cassidy, une jeune fille, qui va au collège comme les autres, mais qui a la particularité d’avoir des parents extraordinaires, son père étant un féru d’histoire et sa mère une fan des fantômes. Tous les deux écrivent d’ailleurs des livres où ils évoquent les spectres et les lieux hantés des Etats-Unis, menant des expériences pour démontrer, ou non, l’existence des fantômes. Or, ce qu’ils ignorent, c’est que depuis qu’elle a failli mourir, Cassidy voit les fantômes. Elle peut passer de l’autre côté de ce qu’elle appelle le Voile, et aller à la rencontre des esprits. Depuis son accident, un fantôme c’est même lieu à elle, Jacob. Or, voilà que les parents de l’adolescentes ont reçu l’autorisation de monter une émission sur leurs recherches, et ils prennent la direction de l’Ecosse, emportant avec eux Cassidy et Jacob. La capitale écossaise regorgeant d’esprit, comment Cassidy va faire pour y survivre ? Et surtout, n’est-elle pas en train de passer à côté de l’essentiel, en se contentant d’observer les fantômes ?

Je vais commencer par vous présenter le personnage de Cassidy. C’est une jeune file à laquelle on s’attache assez vite. En effet, on comprend assez vite que son don est un fardeau pour elle, et qu’elle ne sait pas bien quoi en faire. Elle est attirée par les fantômes, mais elle ignore ce qu’elle doit faire avec eux. De ce fait, on s’aperçoit assez vite qu’elle est perdue entre les deux mondes, ne sachant pas vraiment ce qu’elle doit faire avec le monde des morts, ni avec celui des vivants, d’autant plus que son nouveau don l’isole. Ainsi, le seul ami qu’a Cassidy, c’est un fantôme. Elle évite les vivants, ne les comprenant plus, surtout qu’eux non plus, ils ne la comprennent pas, et qu’elle ne peut pas se confier à eux. C’est notamment le cas avec ses parents. Or, ironie de l’histoire, ses parents sont chasseurs de fantômes. Cependant, alors qu’elle se confie à eux, ils ne lui accordent pas l’attention qu’elle mérite et ne la croient pas. Cassidy est donc seule avec son don, et cela ne fait que la couper du reste du monde. De ce fait, je l’ai trouvé touchante, car malgré cela, elle tente de rester positive, et de cet isolement, elle en fait une force. Jacob devient un ami indispensable, peut-être même un peu trop. Ensemble, ils tentent alors de résoudre les problèmes des fantômes, ou du moins de s’en approcher pour les comprendre, et comprendre ce qu’ils font encore là. Or, Cassidy se montre alors beaucoup plus courageuse que son ami décédé. C’est ce que j’ai apprécié chez elle, cette témérité qui la pousse vers les fantômes, à essayer de les comprendre. En effet, Cassidy veut savoir pourquoi les esprits l’attirent ainsi, et comment ils sont morts. Elle fait preuve d’une certaine curiosité, certes morbide, et pourtant essentielle. Après tout, seule elle peut faire cela. Elle démontre aussi sa générosité, car malgré sa peur, qu’elle dépasse, elle fait tout pour essayer d’aider les autres, même si elle ne sait pas comment s’y prendre. Elle est attirée par les fantômes car ils ont besoin d’elle, sans qu’elle ne sache comment faire. Tout cela est frustrant pour la jeune fille. Ce que je lui reproche néanmoins, c’est qu’elle ne fait pas montre d’une grande curiosité par rapport à ses dons. Elle pourrait en effet faire de plus amples recherches, trouver des personnes à interroger, mais elle ne fait rien de tout cela. Elle se contente de suivre son instinct, et cela n’est pas forcément la meilleure idée avec un don tel que le sien. Cependant, elle évolue au cours du roman et elle se montre courageuse. J’ai apprécié le fait qu’elle n’abandonne pas une fois qu’une piste se profile à l’horizon. Les réponses qu’elle veut, elle va finir par les obtenir, même si pour cela, elle doit mettre sa vie en danger. J’ai aussi beaucoup aimé en savoir plus sur sa passion, la photographie. La voir à l’oeuvre donne envie de s’y mettre.

Voyant Jacob frissonner à côté de moi, je lève les yeux au ciel. Qu’est-ce qu’il est froussard, pur un fantôme !

– Tu ne t’es jamais dit que c’était ton sens du danger qui était sacrément émoussé, au contraire ? rétorque-t-il, agacé.

Mais je ne suis pas plus brave qu’une autre, je vous rassure. Croyez-le ou non, je n’ai pas particulièrement envie de passer ma vie à chercher des fantômes. Simplement, ils sont là, juste sous mon nez, c’est tout de même difficile de les ignorer. C’est comme savoir que quelqu’un se tient juste derrière soi, sans pouvoir se retourner. on sent un souffle chaud sur sa nuque et, chaque seconde qui passe sans qu’on sache de qui il s’agit, l’imagination s’emballe un peu plus. Au bout du compte, ce qu’on ne voit pas est souvent plus effrayant que ce qu’on peut affronter en face.

Venons-en à présent à l’autre personnage important de l’histoire, qui est donc Jacob. Il est l’ami essentiel de Cassidy, celui qui la suit partout et qui tente de lui en apprendre le plus possible sur le monde des fantômes, parce qu’il en fait partie. Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal avec lui. En effet, dès le début, on comprend qu’il cache des informations à Cassidy, et je me suis beaucoup demander à quoi il jouait avec elle, pourquoi il ne lui disait simplement pas ce qu’il savait, ni ne répondait à une partie de ses questions. Jacob est très secret, et finalement, Cassidy ne sait pas grand chose de lui. Il va et vient comme il veut, sans rendre de compte à personne. J’ai donc eu du mal avec ce qu’il est, son caractère, et le fait qu’il ne joue pas franc jeu avec son amie, à qui il semble désormais lié. De plus, Jacob est un personnage assez lâche, qui déteste lorsque Cassidy s’approche trop près des fantômes, alors qu’il en est lui-même un. Cela contribue au fait qu’il semble possessif, et que si la jeune fille est isolée des autres, c’est peut-être aussi à cause de lui, à cause de ce qu’il est et de ce qu’il représente. D’autant plus qu’il la suit partout, l’espionnant. Cependant, ce qu’il ne faut pas enlever à Jacob, c’est que c’est un ami fidèle. Malgré sa peur, malgré ses secrets, on comprend aussi rapidement qu’il ferait n’importe quoi pour Cassidy. il la protège et veille sur elle. Il s’inquiète ainsi beaucoup pour elle, et s’il tente de l’éloigner de son monde, c’est aussi pour son bien. Le lien qu’ils développent tous les deux est donc intéressant, même si je trouve, personnellement, qu’ils sont trop dépendants l’un de l’autre et que l’arrivée d’une troisième personne dans leur duo est nécessaire, voire vitale. Je suis donc impatiente de savoir comment leur lien va se développer avec les révélations apprises pendant l’histoire, car il est certain que leur relation ne sera plus la même après Édimbourg.

Dans l’auditorium, quand je pensais pouvoir aider le fantôme du jeune garçon en voyant ce qui lui était arrivé, Jacob m’a détrompée. « ce n’est pas comme ça que marche », a-t-il affirmé. Ce qui ne lui ressemble pas. D’habitude, il ne dit rien sur le Voile. Jamais. J’ai toujours pensé que s’il se taisait, c’était simplement car qu’il ignorait les raisons de mon attirance pour cette frontière. Ou de ma capacité à le traverser. ou encore ce que j’étais censée faire de l’autre côté. Et si, en réalité, il connaissait toutes ces réponses et me les cachait ?

En cet instant, il lit dans mes pensées, voit mes interrogations et mes doutes.

– Règle numéro 7 : se mêler de ses oignons.

Ouais, bien sûr, pensé-je. Mais tu oublies la règle d’or de l’amitié : ne pas garder de secrets pour soi.

– Je ne peux pas tout te dire, Cass, soupire-t-il. Il y a des principes à respecter quand on est un…

Il se désigne d’un grand geste.

– Quel genre ?

– Des principes, c’est tout :! répond-il d’un ton brusque, le visage cramoisi.

A l’inverse, j’ai beaucoup apprécié le personnage de Lara, qui est totalement cynique et qui sait beaucoup de choses. elle pourra devenir une alliée de choix pour Cassidy, si jamais elles se recroisent en dehors de l’Ecosse. En tout cas, j’ai aimé sa manière franche de parler, ainsi que sa conception assez pessimiste des fantômes. Pour le coup, elle se montre bien plus téméraire que Cassidy, et elle n’hésite pas à aller aux devants du danger. Lara sait ce qu’elle doit faire et elle ne se pose pas de questions, à l’inverse de Cassidy. De ce fait, elle semble plus mûre, mais aussi plus froide. J’espère donc que c’est un personnage que l’on reverra et que l’on verra surtout évoluer, car elle a tout de l’amie fidèle et sincère dont a besoin Cassidy.

Venons-en maintenant à ce que j’ai beaucoup apprécié dans le roman. Ainsi, j’ai beaucoup aimé le monde qui se met en place dans cette histoire, ce Voile qui permet de relier le monde des esprits et celui des vivants, sans que l’un ne puisse interagir sur l’autre. J’ai trouvé cette idée très intéressante et assez poétique. L’idée est bien menée et l’on a envie d’en savoir plus sur cet univers, ainsi que sur le rôle que doit jouer dedans le personnage de Cassidy, ainsi que les autres personnes qui, comme elle, pourraient posséder ce on. Ce que j’ai aussi grandement aimé, c’est tout le voyage que nous propose ici de faire l’autrice. En effet, nous visitons Édimbourg en même temps que nos personnages, et cette visite est très agréable. En fait, cela donne même envie d’y aller pour de vrai afin de traverser les rues que traversent nos héros et voir ce qu’ils voient. Cette visite est en plus bien documentée et nous donnent l’impression d’être guidée dans les ruelles. On en prend non seulement plein la vue, mais on apprend aussi plein de choses sur la ville en elle-même. C’est très intéressant et instructif. J’ai vraiment pris plaisir à lire les descriptions de l’autrice sur cette ville, et j’ai hâte de voir où elle va ensuite nous emmener.

Du haut de sa falaise, le château d’Édimbourg domine les environs. Lorsque nous commençons à monter les larges marches en pierre, il semble nous observer, ombre gris foncé se découpant sur un ciel gris clair.

(…) Guidés par Findley, on franchit des douves vides avant de pénétrer par le portail dans l’enceinte du château. Pour moi, ce mot désignait une gigantesque maison, mais nous voilà au milieu d’une ville miniature.

Toujours à l’extérieur, de hautes murailles de pierre doublées d’un réseau de bâtiments plus bas aux toits tantôt pentus, tantôt plats se dressent autour de nous. L’ensemble paraît tout droit sorti d’un conte médiéval.

(…) Le paysage est à couper le souffle. Pour une fois, je en dégaine pas mon appareil photo : impossible de m’y résoudre quand je sais déjà qu’aucune image ne reproduira jamais vraiment ce que je vois. Appuyée sur les remparts, je me contente donc d’embrasser le panorama du regard. Le Voile frémit et ondoie autour de moi. Les yeux fermés, j’imagine le pas lointain des soldats, les coups de canon, la mélodie funèbre d’une cornemuse et… un chant.

En ce qui concerne l’écriture du roman, cette dernière est fluide, mais j’ai trouvé que la dernière partie du roman se passait en accéléré. En effet, le roman est assez court, il fait moins de 200 pages, et le rythme s’accélère vers la fin, alors que tout doit être résolu. J’aurais aimé que cela soit plus posé, que l’on prenne davantage le temps de poser les actions, or on a une sorte d’urgence qui nous prend à la gorge et qui fait que l’on a l’impression de passer à côté de moments importants, que tout va trop vite. certes, cela correspond au rythme qui change, la vie de Cassidy est en danger et le temps presse, mais je trouve que cela se ressent trop dans l’écriture de l’autrice, et l’on a le sentiment qu’elle saute exprès des passage pour que le roman soit court. Après, je n’oublie pas que c’est aussi une histoire pour adolescents, jeune public, et que l’on ne peut pas demander autant de descriptions dans un tel récit que dans un récit pour adulte ou jeune adultes. Seulement, cette urgence m’a un peu dérangée et j’aurais souhaité que l’on ait plus le temps de poser les choses. Cependant, cela n’enlève rien au fait que le roman se lit bien et que l’on prend beaucoup de plaisir à suivre nos héros dans leurs aventures. Comme je l’ai dit plus haut, les descriptions sont très bien faites et l’on a l’impression d’être projeté dans l’univers de Cassidy et de la suivre dans Édimbourg. L’écriture va au but et l’on découvre avec plaisir l’univers de Cassidy et ses sentiments. La peur est bien menée aussi, car des personnages effrayants, on va en croiser. Le roman remplit son objectif et le fait que ce soit Cassidy qui raconte son aventure n’est pas du tout un problème car cela nous aide à nous mettre à sa place. On se laisse aisément porter par son histoire et le roman se lit presque d’une traite.

En résumé, certaines choses m’ont dérangées, notamment dans le rythme de la narration de la fin du roman, et je n’ai pas accrochée au personnage de Jacob, mais c’est une bonne lecture que j’ai pris plaisir à découvrir. C’est un roman que j’aurais adoré plus jeune, et Cassidy est une héroïne agréable à suivre. C’est un roman parfait pour les jeunes adolescents, avec une héroïne qui avoue ses peurs afin de les affronter. on apprend plein de choses sur Édimbourg, que l’on visite presque en temps réel, et l’univers des fantômes est très bien décrit. C’est un bon roman que je vous conseille.

Et vous ?

Lisez-vous des romans jeunesses ?

Qu’aimez-vous retrouvez dans ces lectures ?

Ou au contraire, que n’aimez-vous pas y retrouver ?

Bon mercredi à tous 🙂

Une réflexion au sujet de « Cassidy Blake, tome 1 : Chasseuse de fantômes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s