chroniques littéraires·partenariat

On te Retrouvera

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez un agréable weekend. Pour ma part, j’essaye de profiter un peu du soleil et de la chaleur revenue, mais je dois avouer que c’est compliqué car il faut vraiment chaud par endroit, et la température est bine plus agréable, et supportable, dans mon appartement. Toutefois, je m’impose aussi des moments dehors, afin d’avancer dans mes lectures en cours. Mais comme je dois aussi avancer sur le blog, ces moments sont plutôt courts.

En parlant du blog, je reviens aujourd’hui pour vous parler d’un roman qui permet de voyager, et qui le fait pendant l’été. En effet, ce roman, celui que j’ai envie de partager avec vous, c’est le roman policier On te Retrouvera. Il nous propose un véritable road-trip à travers les Etats-Unis, et c’est une bonne manière de voyager, à mon avis, même si tous les endroits ne sont pas des lieux qu’on a forcément envie de voir. Ce roman a été écrit par Samantha Downing et il est publié en France aux éditions Bragelonne. Je les remercie d’ailleurs pour l’envoi de ce service presse, puisque je vous rappelle que le blog est partenaire de cette maison d’édition. Le roman est sorti chez nous en avril 2021 et voici son résumé :

Toutes les routes mènent au crime…

Séparés par une tragédie, Eddie, Beth et Portia ne se sont pas vus depuis des années. Pour toucher l’héritage de leur grand-père, ils doivent refaire ensemble le road trip qu’ils avaient fait avec lui vingt ans plus tôt. Un voyage qui avait mal commencé, puisque le grand-père, brouillé avec sa famille, avait enlevé ses petits-enfants, et qui s’était mal terminé, puisque l’un d’eux n’est jamais rentré…

Ce périple ne s’annonce pas de tout repos ; à bord de la voiture, tous les passagers ont quelque chose à cacher. Ils essaient de faire abstraction de la disparition jamais élucidée et de la voiture qui les suit. Au moins l’un d’entre eux est un tueur, et il y a un cadavre dans le coffre.

Dans ce récit, nous suivons Beth, une jeune femme mariée à Félix, qui semble être heureuse. Mais voilà, son grand-père vient de mourir, et il demande, dans son testament, une étrange faveur. Bet doit revoir son frère et sa sœur, qu’elle n’a pas vus depuis des années. Et avec eux, elle doit entreprendre un road-trip un peu particulier, le même qu’ils ont fait lorsqu’ils étaient enfants, avec leur grand-père. Ce n’est qu’à l’arrivée qu’ils pourront toucher l’héritage. Or, ce voyage s’est terminé d’une terrible manière, et Beth, tout comme son frère et sa sœur, redoute cette aventure, d’autant que leurs conjoints, qui les accompagnent, ne savent pas ce qui les attend. ET, pendant ce voyage, tout le monde a quelque chose a caché. Une partie de Risk grandeur nature vient de commencer, et personne ne sait qui va en sortir vivant.

J’ai envie de commencer cette chronique par vous parler du personnage principal, qui est donc Beth. En fait, elle est le personnage principal parce que c’est elle qui raconte l’histoire, mais on va comprendre assez vite que tout son récit ne tourne qu’autour d’une autre personne, quelqu’un dont elle vit dans l’ombre depuis des années, quelqu’un qui n’est plus là, qui a disparu lors du premier road-trip. Ceci explique alors pourquoi elle est aussi intéressée par ce voyage. En effet, Beth, contrairement aux autres, ne semble pas vraiment intéressée par l’argent, qui l’héritage qui les attend tous. Bien entendu, cet argent serait bénéfique pour elle, et elle aimerait le toucher, mais si elle fait ce voyage, c’est avant tout pour obtenir des réponses. Et tous ceux qui se mettront en travers de sa route risque de le payer cher, à commencer par son mari, Félix. on comprend en effet, pendant le trajet, que Félix a aussi ses secrets, et Beth tombe des nues lorsqu’elle le comprend. Il a une certaine naïveté chez elle qui peut être touchante, ou énervante, car elle ne devine pas assez vite les intentions des autres, ainsi que la manipulation dont elle peut être l’objet. elle est tellement concentrée sur son objectif final qu’elle en oublie qu’elle se trouve dans un vrai panier de crabe, et elle place parfois mal sa confiance. Personnellement, je ne me suis pas sentie agacée par son personnage, parce que j’ai compris que sa mission, sa promesse, était plus importante que tout le reste, mais je peux néanmoins comprendre que pour d’autres personnes, son personnage paraisse un peu stupide, dans le mauvais sens de naïf. En tout cas, j’ai trouvé intéressante son obsession, qui la poursuit depuis qu’elle est enfant, et qui a finalement motivé tous les actes de sa vie, et qui vont la motiver à faire ce qu’elle fait au cours du roman. J’ai dans l’ensemble aimé son personnage, et la manière dont elle tente de gérer les choses, qui montre justement toute sa faiblesse, mais aussi sa volonté de ne pas abandonner.

Elle m’a longuement regardée. Ses yeux étaient injectés de sang, mais d’un bleu aussi cristallin que dans mon souvenir. Elle s’est à peine penchée vers moi et a lâché dans un souffle.

– Pars à sa recherche. Retrouve-la. Ne reviens pas tant que tu ne l’auras pas retrouvée.

Je suis restée dans voix. Avant de pouvoir répondre quoi que ce soit, je l’ai regardée raccrocher le téléphone et se lever. Je voulais qu’elle reste, mais elle a quitté le parloir. J’ai eu beau crier, elle ne s’est jamais retournée.

Elle ne m’a pas laissé le temps de lui dire que je cherchais déjà Nikki. Je la cherchais depuis toujours. Je n’avais jamais cessé de la chercher.

Parlons à présent des autres personnages de cette aventures. Et non, je ne parlerais pas de celle disparue, afin de vous laissez tout le suspens sur l’identité et le rôle de cette personne dans cette histoire. Toutefois, dès le début, on sent que cette disparition joue sur tout le monde, et quelle est pesante pour tous, alors même que la personne n’est quasiment jamais évoquée, qu’elle n’est qu’une substance dans l’esprit de Beth. Pourtant, elle devient de plus en plus tangible à mesure qu’ils approchent tous de l’arrivée. Mais l’autre personne importante, qui est présente sans être-là, c’est le grand-père, qui semble sympathique dans les premières pages, mais qui dévoilent peu à peu sa véritable nature à mesure que les souvenirs du premier road-trip sont évoqués. J’ai vraiment trouvé son personnage malsain, et je n’aurais pas aimé me retrouver avec lui durant ce premier voyage. Il a une nature assez sombre qui va se mettre à déteindre sur les enfants, notamment sur Eddie, incapable de voir sa véritable nature. Et plus le voyage avance, et plus on voit qu’Eddie ressemble à son grand-père, ce qui fait que je n’ai pas accrochée avec son personnage. J’ai préféré celui de Portia, qui révèle aussi une certaine noirceur, mais bien différente de celle de son frère. Et il faut vraiment la chercher pour la trouver, car elle cache très bien son jeu. En vérité, tout le monde a quelque chose à cacher, et tout le monde est prêt à tuer pour se protéger. Aucun des personnages ne se démarquent vraiment, au sens où il est compliqué de s’attacher à l’un ou à l’autre car ils sont tous mauvais, d’une certaine manière, tous avec un fond noir qu’ils essayent de dissimuler, mais dont l’approche de l’argent va révéler la véritable nature pendant le voyage. Il ne faut alors se laisser berner par personne, car c’est un vrai nid de scorpion qui se dévoile dans cette voiture.

– Pourquoi tu l’as battue ?

Il s’est figé. Aussi assommé fût-il, il comprenait très bien ma question. Sa réponse allait me révéler la vérité. J’avais confiance en Nikki – plus qu’en n’importe qui -, mais, je n’étais pas idiote. Elle avait le don de déformer la réalité.

Son expression a soudain changé. Un petit sourire. Ou plutôt, une ombre de joie dans son regard. J’en ai eu froid dans le dos.

Sa réponse m’a terrifiée.

– Et pourquoi pas ?

Pourquoi pas !

Il a cligné des yeux, puis son rictus a disparu, et son air endormi a repris le dessus.

– Parce que c’était plus fort que moi.

Sa première réponse était la plus sincère des deux. Pourquoi pas ?

Allez savoir combien de gens justifient leurs crimes de cette simple phrase. Pourquoi pas ?

Parce que personne ne m’en a empêché. Parce que c’était trop facile.

Toutes ces réponses reviennent au même. Elles reviennent à dire : « Parce que j’en avais envie. »

Venons-en justement au cœur du livre. Ce dernier a pour but de montrer jusqu’où la promesse d’un héritage peut mener les gens. A part Beth, tout le monde dans cette voiture est attiré par l’héritage et par l’argent qui doit aller avec, et tout le monde change au fur et à mesure que l’arrivée approche. Le roman nous montre donc la cupidité qui peut faire voler en éclat des fratries, mais aussi des couples. Ainsi, Félix, le mari de Beth, va lui aussi changer d’attitude pendant ce périple, et montrer une nouvelle image de lui qu’on ne soupçonnait pas vraiment. Mais ce qui est véritablement en jeu ici, c’est aussi de montrer l’impact et le poids d’un secret de famille, et le fait de ne jamais en parler, de faire comme si tout allait bien. Ainsi, on découvre que la famille de Beth a volé en éclat après le premier road-trip, et que ce dernier a détruit leur vie à jamais. Ils ne peuvent pas s’en remettre, ils ne peuvent donc que vivre avec la violence qui a pris part dans leur vie, cette même violence qui marque encore Beth. Du coup, j’ai trouvé l’idée de base assez intéressante, car on pense partir sur une simple question d’héritage avec tous les problèmes et la méfiance qui va avec, alors qu’en fait, le problème est bien plus vaste, et provient de leur passé à tous. C’est alors assez bien fait, car on ne s’attend pas à la révélation finale.

Ce qui est aussi importante de noter, dans ce roman, c’est la place que prend le road-trip, et tous les lieux que visite notre groupe. Certes, c’est un peu redondant dans la manière de faire, avec une visite puis le même motel crasseux qui semble se répéter à l’infini, mais j’ai aimé le côté pittoresque et antique qui nous est proposé avec les visites. Dans le même temps, cela montre aussi le côté très malsain du grand-père, puisque lors du premier road-trip, il avait emmené ses petits-enfants, dont Portia qui n’avait que six ans, dans de tels lieux. Ainsi, on découvre les endroits les plus insolites des Etats-Unis, et les plus morbides aussi, lancés sur la poursuite des plus grands criminels, à l’image de l’endroit exacte où sont morts Bonnie et Clyde. On sent alors toute l’horreur, et la folie, de l’homme qui conduit. Mais je comprends aussi la fascination morbide pour ce type d’endroit, même si je préfère largement avoir la description dans un roman que de les voir en vrai. En tout cas, c’est un road-trip dont on se souvient, et qu’il vaut faire faire dans le livre qu’en vrai. J’ai néanmoins apprécié de découvrir tout ces endroits bien typiques des Etats-Unis, avec en plus, la devise de chaque Etats traversés en tête de chapitres.

Puisqu’on se trouvait près de l’endroit où Bonnie et Clyde étaient morts, le musée commémorait ce jour spécifique. Celui de l’embuscade.

Les murs étaient tapissés de photos en noir et blanc de leurs dépouilles, des hommes qui les avaient tuées et de leur voiture, la vraie. Au milieu de la pièce trônait une vitrine remplie de pistolets. C’est là que j’ai découvert l’arme préférée de Clyde ; l’énorme pistolet-mitrailleur Browning n’avait rien de romantique.

– Fantastique, n’est-ce pas ? s’était exclamé grand-père. Tous ces efforts mobilisés pour arrêter un seul couple.

Fantastique ? ben voyons.

A l’arrière du musée, le clou du spectacle : ils avaient reconstitué la scène de la tuerie avec des mannequins de Bonnie et Clyde couverts de sang, avachis l’un sur l’autre dans la voiture criblée de balles. Elle avait vingt-trois ans. Et lui, vingt-cinq.

En ce qui concerne l’écriture, le roman se lit facilement. Certes, il y a des redondances, comme par exemples les descriptions des chambres dans les motels, qui semblent toutes se ressembler, ce qui n’est pas étonnant, ainsi que l’ambiance durant le trajet, qui n’évolue pas beaucoup pendant la première partie, ou alors dans les réflexions même de Beth, ce qui démontre bien qu’elle est obsédée par sa mission. Mais ce qui est intéressant, c’est le changement qui se fait petit à petit, avec l’approche de l’arrivée, et la tension due au road-trip qui s’accumule, avec la fatigue aussi. C’est là que les masques tombent et qu’on voit le vrai jeu de chacun. Ce changement est insidieux, et il est comme de la poussière qui s’accumule sur un objet, avant de le recouvrir totalement. C’est alors assez bien fait, car très subtil, et lorsqu’on le voit, il est finalement trop tard pour s’enfuir, comme un piège qui se referme, comme cela a été le cas lors du premier road-trip. J’ai aussi aimé la tension qui s’accentue avec la pression du fameux véhicule qui les suit, plus tous les objets qui se volatilisent, et les doutes que finit par avoir Beth sur son mari, ce qui la pousse à être moins vigilante. Je n’ai pas du tout été dérangée par le va-et-vient entre le passé et le présent, et j’ai trouvé que les deux se complétaient assez bien. Toutefois, j’ai été déçue par la fin, car je ne m’attendais vraiment pas à une fin comme cela, et je reste donc mitigée sur cette dernière, j’aurais aimé qu’elle soit autrement, même si tout est résolue. Elle me laisse un certain goût d’inachevé.

En résumé, c’est un bon roman policier, qui introduit un suspens assez intéressant et plaisant à suivre. J’ai été séduite par le personnage de Beth, même si je ne m’attendais pas à ce qu’elle agisse de cette manière, sur la fin. Son personnage a su me surprendre, et c’est assez plaisant. Les autres personnages sont toutefois presque anecdotiques, je ne me suis pas attachée à eux, j’ai même été plutôt vers l’extrême, j‘ai détesté deux d’entre eux, dont le grand-père, qui est vraiment horrible. Mais j’ai aimé le fait qu’on évoque un terrible secret de famille, et qu’on laisse un peu l’idée de l’héritage, qui est pourtant très importante, sur le côté. L’écriture est plaisante et le fait de basculer entre le passé et le présent est intéressant, cela n’est pas dérangeant du tout pour la lecture. On découvre des coins des Etats-Unis aussi très insolites. Ce roman est dépaysant, avec une vraie tension, et la fin est inattendue. Je vous le conseille.

Et vous ?

Lisez-vous des romans qui vous font voyager ?

Qu’attendez-vous dans ce genre de romans ?

Préférez-vous des romans où tout le monde s’entend bien?

Ou alors des romans où tout vole en éclat pendant le voyage ?

Bon dimanche à tous 😀

Une réflexion au sujet de « On te Retrouvera »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s