chroniques littéraires·service presse

Hybride, tome 1 : La Levée du Voile

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous parvenez à profiter de cette dernière semaine de vacances d’été. Ici, j’ai le sentiment que les vacances sont passées à toute vitesse, et que l’été a été assez fatiguant. Je suppose qu’avec les différentes vagues de chaleur que nous avons eues, plus les informations assez affolantes avec tous les feux n’ont pas aidé à s’apaiser. L’été de cette année a tout de même été assez particulier.

Mais aujourd’hui, je reviens vers vous sur le blog dans le but de prolonger un peu cet été, et d’amener un peu d’espoir dans cette période troublée. On va ainsi parler de magie, grâce à un roman young adultes que j’ai lu pendant les vacances, et qui évoque justement la nature et son respect. Ce roman est un premier tome, qui est donc fantastique, et il s’intitule La Levée du voile. Il fait partie de la saga Hybride, qui est écrite par Gwendoline Verdel. Ce roman est sorti aux éditions Scrineo en août 2022 et je remercie ces dernier pour l’envoi de ce roman en service presse numérique. Voici le résumé de cette histoire :

Depuis dix ans, Margot Pommery est exilée dans un pensionnat au fin fond du Vercors. Sa mère, Adélaïde, l’a tenue éloignée de son foyer durant tout ce temps, pour la punir d’un tragique événement, dont elle la tient pour responsable. Contre toute attente, Margot est pourtant rappelée chez elle en Champagne, pour passer l’intégralité des vacances d’été. Un été qui s’avère plus intense que prévu, car la jeune fille découvre qu’elle est une descendante des elfes et des druides, gardienne d’un savoir ancestral et puissante guerrière en devenir.

À l’aube d’un destin fantastique et dangereux, la jeune fille peut compter sur ses amis de toujours, Violette et Baptiste, pour affronter avec elle les sombres secrets familiaux et le retour du légendaire tueur d’elfides : le Dépeceur sanguinaire immortel, lancé sur ses traces…

Dans cette histoire, nous suivons donc Margot, une jeune adolescente de seize ans qui n’a pas pu retourner dans sa famille depuis plus de dix ans, elle est bannie du domaine familiale par sa mère. Or, tout cela change brutalement cette année, et Margot découvre que tout ce qu’on lui a dit sur sa famille est bien plus complexe qu’elle ne le pensait. Elle apprend ainsi qu’elle est une Elfide, une créature née d’une Elfe et d’un Druide, et que sa mission est de protéger Mère Nature des dangers qui la menacent. Mais Margot semble aussi être pourchassée par un ennemi redoutable, ce qui expliquerait peut-être son exil.

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer cette chronique directement par l’écriture de ce roman. Cette dernière est assez fluide, mais je l’ai trouvée aussi très naïve, voire enfantine. En effet, dès le début, je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux au ciel face à certains détails, comme le fait que Margot ne peut pas rentrer chez elle. Alors, je suis sans doute idéaliste, mais dans la réalité, un signalement serait fait sur les parents. Une enfant de six ans ne peut pas être séparée de cette manière de ses parents, et être mise au pensionnat sans pouvoir en partir. L’idée du sport études est aussi un peu étrange, surtout que Margot a de mauvaises notes, et un comportement à revoir. Ces éléments m’ont agacée, parce qu’ils ne reflètent pas une certaine réalité, et qu’on est ici dans un monde réel qui est presque fantasmé. De la même manière, beaucoup d’éléments sont prévisibles, et je n’ai eu que peu de surprises pendant ma lecture. J’ai trouvé que le récit manquait réellement d’originalité, et c’est assez dommage, parce que cela gâche la lecture. Je me suis assez ennuyée dans la moitié du roman, et c’est un peu embêtant parce que l’histoire est assez plaisante à lire. L’univers est plutôt bien décrit, avec une plume assez immersive, même si les descriptions des personnages sont toutes sous le même format, et manquent d’originalité, avec des redondances. L’idée de base est bonne et la plume assez fluide, mais certaines maladresses dans l’écriture ou le scénario freine l’enthousiasme de ce récit. C’est vraiment dommage parce que je pense que la suite sera plus intéressante, dans le prochain tome, que ce que nous avons dans la première partie de ce premier tome.

Je vais à présent vous parler de l’héroïne de ce roman. Margot pourrait ressembler à n’importe quelle autre adolescente de son âge, seulement, elle porte sur ses épaules un poids très important, et elle est en grand conflit avec sa mère. En fait, à cause de ce que j’ai souligné plus haut, le fait que cet éloignement imposé par la mère de Margot ne me semblait pas crédible, j’ai eu le sentiment que tout était un peu faux dans les réactions de Margot, que sa colère n’était pas naturelle, et qu’elle aurait dû passer à autre chose. En vérité, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Margot, car elle est en permanence en colère contre sa mère, elle ne parle que de cela, de cet éloignement, et elle n’arrive pas à comprendre les choses. J’entends par là qu’une fois qu’elle apprend la vérité, elle devrait se poser des questions sur l’état de sa mère, au lieu de la repousser. Néanmoins, cette attitude peut rester compréhensive en se mettant à la place de la jeune fille et en comprenant tout le malheur qu’elle a ressentie dans le fait d’être rejetée de cette manière. Pour ma part, ce qui m’a davantage séduite chez elle, c’est la culpabilité qui l’étreint, et qui fait qu’en vérité, c’est elle-même qu’elle rejette. Il s’est passé quelque chose dans le passé, qui fait que Margot s’en veut, et qu’elle accepte aussi cet éloignement, tout en en voulant à sa mère. Cette fragilité qu’on perçoit donc rapidement chez elle permet alors de s’attacher à son personnage, car une enfant de son âge ne devrait pas grandir avec un tel poids sur les épaules. J’avoue que Margot a réussi à me toucher de cette manière. De plus, elle montre, au cours de l’histoire, qu’elle possède aussi un grand cœur et qu’elle a envie d’aider les autres. Elle est aussi prête à changer les choses en faveur des autres, et à remettre en question les choses établies depuis des décennies. En ce sens, elle est un personnage moderne, et une adolescente dans laquelle tout le monde peut se retrouver. J’ai donc hâte de voir comment elle va évoluer dans la suite du récit, car elle a un bon potentiel, et vue la tournure des événements, elle risque de nous surprendre, et c’est ce que j’attend d’elle.

– C’est tout ce que tu es capable de me dire après ces années de silence ? C’est une blague !

Adélaïde se retourna aussitôt, tout en gardant un ton mesuré.

– Il est hors de question de m’imputer la responsabilité de ton éloignement. Tu es la seule fautive de tout e qui est est arrivé à l’époque et tu le sais très bien.

Adélaïde scruta sa progéniture pour être certaine qu’elle avait bien compris ses paroles et poursuivit.

– Je t’interdis de faire à nouveau du mal à qui que ce soit. Est-ce que j’ai été suffisamment claire ?

Le courroux de Margot avait été douché en quelques instants par cette tirade plus violente qu’une gifle, même débitée sur ce ton froid. Elle l’avait prise en pleine figure. Scotchée sur place, elle bégaya quelques syllabes sans le moindre sens. Le soleil de fin d’après-midi éclaira timidement la cuisine. margot se sentait mal de ne pas réussir à exprimer tout ce qu’elle avait sur le cœur depuis si longtemps. Mais rien à faire : sa mère avait touché le point sensible. Le Dragon savait très bien ce qu’elle venait de faire et ne semblait en ressentir aucune gêne. Margot connaissait parfaitement sa responsabilité, sans pour autant comprendre comment elle avait pu faire autant de mal à l’âge de six ans. Sans se souvenir comment tout était arrivé.

Parlons maintenant des personnages secondaires. Je vais commencer par vous parler de la mère de Margot. Elle est surnommée le Dragon, et évidemment, comme nous n’avons que la version de Margot, nous n’avons donc sur elle qu’un regard biaisé. C’est un peu dommage car j’aurais aimé que son personnage soit un peu plus approfondi, surtout vue la fin du roman. Je trouve que cela aurait été intéressant d’avoir la chance de s’attacher à elle, même si ses choix sont parfaitement contestables et qu’elle semble être un personnage très antipathique. C’est un peu la même chose avec le père de Margot, qui donne une image assez lâche, voire molle, et qui mériterait d’être davantage exploité, même si je pense que ce sera le cas dans la suite de la saga. J’en arrive alors à présent aux autres personnages clés. J’ai apprécié le personnage de Baptiste, le meilleur amie de Margot, qui est l’épaule sur laquelle la jeune fille peut se reposer. On sent beaucoup d’amour et de respect entre les deux personnages, et c’est vrai que cela est un problème que Baptiste ne puisse pas accéder au secret de Margot car étant un simple humain. Le lien qu’ils ont tous les deux est très fort, et on se doute bien que s’il est aussi fort, il ne peut que surmonter le problème de la magie posé par Margot. En fait, certains éléments sont assez prévisibles avec Baptiste, et c’est un peu dommage car son personnage, qui est intéressant, aurait mérité d’être moins prévisible. Mais j’ai apprécié l’importance qu’il accorde à Margot, son soutien à toute épreuve, et la manière dont il veille sur elle. Il se montre aussi très jovial, et son humour est parfait pour détendre l’atmosphère. C’est donc agréable de le voir près de Margot. Enfin, nous avons le précepteur de Margot, Piquoiseau, qui est aussi un personnage que j’ai apprécié découvrir. Il est la voix de la raison, et j’ai apprécié de le voir veiller sur les deux adolescents, et il se montre courageux au cours du roman. On sent aussi de sa part tout l’attachement qu’il porte à la famille de Margot, et il est certain qu’il fera un parfait allié pour la jeune fille par la suite.

Baptiste avait eu le temps de réfléchir toute la journée. Il pouvait prétendre à une vie normale et heureuse. Il avait le droit au bonheur simple, auquel elle avait toujours aspiré mais qui lui était interdit. Et elle ne serait pas celle qui allait l’en priver.

– Si tu veux rendre ta vie comme avant, je le comprends. Tu n’as aucune obligation envers moi. Ni envers eux… Je m’arrangerai avec Piquoiseau et ma tante. On trouvera une solution.

Son meilleur ami posa sur elle un regard dérouté.

– Tu crois que je préfères lancer des javelots ? Naaan ! Je reste avec toi. Je vais tellement te coller, que tu vas bientôt étouffer ma vieille !

Et il joignit le geste à la parole, en écrasant sa meilleure amie dans un câlin exagéré. Le visage de Margot s’éclaira, malgré l’inconfort de cette étreinte. Leur amitié passait bel et bien avant tout. Et, d’après ce qu’avait annoncé Maudranne, cela allait durer jusqu’à leur mort.

Comme je l’ai mis plus haut, nous sommes ici dans un univers fantastique, avec de la magie. Margot découvre qu’elle est une Elfide, une descendante d’Elfe et de druide. Nous retrouvons alors plongés dans un certain folklore, plutôt occidental, voire européen. J’ai apprécié cela, car ce folklore me parle et parce que j’y suis assez sensible, aimant me plonger dedans. Nous retrouvons donc ici à la fois des Elfes, des Druides, mais aussi des lutins, des vampires, et autres créatures que l’on connaît assez bien. Cela est assez rassurant et plaisant, même si j’avoue qu’un peu plus d’originalité ne m’aurait pas dérangée. L’histoire des Elfides est assez intéressante, avec un fort message écologique et politique, les Elfides étant là pour respecter les volontés de Mère Nature, donc de la nature. J’ai apprécié cette idée, car on se retrouve à rappeler le rôle essentiel de la nature dans toute chose, et à quel point celle-ci est fragilisée. L’idée d’avoir donc des descendantes d’Elfes qui sont là pour protéger la Terre est donc plutôt sympathique. Mais les Elfides sont surtout des guerrières présentent pour protéger toutes les formes de vie, et bien entendu, le mal rôde. Une prophétie existe aussi, et évidemment, on devine tout de suite qui elle concerne. Pour les pouvoirs magiques, ils sont aussi assez consensuels, avec les éléments naturels. L’ensemble fonctionne toutefois très bien, et j’ai aimé découvrir les endroits que visitent Margot, qui sont pleins de magie et qui donnent envie de les voir par nous-mêmes, avec à la fois du merveilleux, mais aussi des éléments beaucoup plus sombres, voire horrifiques. Nous sommes ici dans un tome introductif, et je pense donc que les éléments beaucoup plus sombres vont arriver par la suite, avec une magie plus monstrueuse qui va se développer dans la suite de l’histoire. J’espère donc qu’on va basculer dans un peu plus d’originalité et de noirceur ensuite, même si j‘ai beaucoup aimé la description du merveilleux ici. On sent aussi des tensions politiques déjà présentes, et elles devraient encore s’accentuer par la suite, ce qui va développer davantage encore le suspens proposé.

– L’Académie des Petits Pas se trouve enterrée au cœur de notre île, commenta Piquoiseau.

Sur les murs, constitués de pierres de talle claires et polies, étaient suspendus sept portraits : un pour chaque caste d’êtres merveilleux, représentée au Haut Conseil des Sept. Margot les admira les uns après les autres, se mouvant le plus silencieusement possible. De ce lieu émanait une telle quiétude qu’elle n’osait faire de bruit de peur de le briser. Elle s’attarda quelques instants devant le portrait de l’Infernal, cet être semblable aux vampires du folklore humain. L’arrogant, aux longs cheveux filasse, semblait dédaigner, de ses yeux d’un noir complet, les impudents qui passaient devant lui et avaient l’audace de le contempler. Sur son visage à la peau translucide couraient d’innombrables veines saillantes bleus et violacées. Sa bouche rouge vermillon se tordait en un rictus provocant.

En résumé, j’ai dans l’ensemble apprécié ma lecture, même si j’ai eu du mal à me lancer dans l’histoire. En effet, j’ai trouvé que celle-ci manquait un peu d’originalité, et que beaucoup d’éléments étaient prévisibles dans ce premier tome. J’ai trouvé l’écriture de l’autrice, ainsi que l’héroïne, un peu naïves, et j’ai eu du mal à m’attacher à Margot. Mais l’histoire fonctionne bien et on prend plaisir à découvrir le monde dans lequel l’autrice veut nous plonger. Les personnages secondaires sont assez intéressants, j’ai beaucoup aimé celui de Piquoiseau et celui de Baptiste. L’univers est riche, et promet de belles choses pour la suite. Je vous en conseille donc sa lecture, et je lirais la suite avec plaisir pour voir l’évolution de l’univers et de Margot.

Et vous ?

Abandonnez-vous des séries dès le premier tome ?

Ou attendez-vous de voir la suite ?

Qu’attendez-vous dans un premier tome ?

Quels sont les clichés que vous n’aimez plus voir en fantastique ?

Bon vendredi à tous 😀

Publicité

4 réflexions au sujet de « Hybride, tome 1 : La Levée du Voile »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s