chroniques littéraires

Mathieu Hidalf, tome 2 : Mathieu Hidalf et La foudre fantôme

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez une agréable semaine. Ici, il fait assez chaud, et on se croirait déjà au mois de juillet. Je sais que cela fait envie, mais ce serait bien qu’on ait un peu d’eau, notamment pour le bac, afin que cela aide les élèves à se concentrer, et surtout parce que la Loire-Atlantique est déjà en restriction d’eau, et que cela va devenir un véritable problème s’il ne pleut pas. Mais comme on ne peut pas intervenir sur la météo, on n’a plus qu’à espérer que la situation s’améliore un peu.

En tout cas, je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de l’une de mes dernières lectures, un roman que j’ai d’ailleurs lu dans le cadre du dernier Weekend à 1 000, qui avait lieu alors qu’une tempête soufflait sur Nantes, une tempête certainement due aux élections. Cette lecture est le tome 2 de la série Mathieu Hidalf, dont j’avas lu les trois premiers tomes pendant le challenge. Il est donc temps que je vous livre mon avis sur ce tome. Je vous rappelle que la série Mathieu Hidalf est une série de romans jeunesse fantastique qui est écrit par Christophe Mauri. Ce tome 2, intitulé Mathieu Hidalf et la foudre fantôme est sorti chez les éditions Gallimard Jeunesse en décembre 2011. Vous pouvez retrouver ma chronique du tome 1 ici. Voici le résumé de cette suite :

Mathieu Hidalf est de retour et il n’a rien perdu de son audace ! Après avoir marié le roi à une sorcière édentée, il compte bien entrer enfin à la célèbre école de l’Elite. Pour réaliser son rêve, il est prêt à tout, même à mourir… pour cinq minutes. Une fois admis, pourtant, il n’est pas au bout de ses peines. Il lui faut encore réussir la périlleuse épreuve du Prétendant : capturer la Foudre fantôme, une biche d’argent aux pouvoirs mystérieux, mais aussi contrecarrer les plans des terribles frères Estaffes qui ont juré de tuer le roi et le capitaine Louis Serra. Pour Mathieu Hidalf, l’année ne sera pas de tout repos !

Dans ce nouvel épisode, on retrouve Mathieu qui vient d’avoir enfin onze ans, et qui va donc enfin pouvoir postulé à la célèbre école de l’Elite. Cette école, dangereuse, où il y avait autrefois des morts, le fait rêver depuis des années. Or, comme Mathieu ne fait rien comme tout le monde, il est hors de question qu’il y entre en travaillant, comme les autres élèves. Ce qu’il compte faire, c’est tricher. Mais une fois entrer dans l’école, tout reste encore à faire, car s’il ne réussit pas l’épreuve du Prétendant en un mois top chrono, il peut dire adieu à l’école. De plus, la menace des Estaffes pèse toujours sur l’école, et Mathieu pourrait avoir un rôle à jouer avant la fin de l’histoire.

Je vais donc maintenant vous parler du personnage de Mathieu. Dans le premier tome, je m’étais longuement penchée sur sa personnalité haute en couleur et sur son égocentrisme, voire sa prétention. Dans ce nouveau tome, on retrouve ces aspects-ci, ce qui prouve qu’en un an, le jeune garçon n’a pas tellement évolué, et il est toujours persuadé d’être le génie du mal et que rien et personne ne peut lui résister. Néanmoins, il ne s’attend pas à rencontrer un adversaire à sa taille en la personne de la directrice de l’école, et c’est assez amusant de le voir être confronté à des problèmes auxquels il n’avait pas songé, et d’être obligé de se remettre en question. Et c’est justement cela qui est assez intéressant dans ce nouvel épisode, car Mathieu va être obligé de mettre son ego de côté s’il veut réussir à entrer dans l’école, et surtout, à y rester. Non seulement il va être obligé de revoir ses priorités et de comprendre qu’il y a des choses qui le dépassent, après tout il n’est qu’un enfant, mais en plus, il va être obligé de s’allier avec des personnes à qui il ne s’attendait pas. C’est alors plaisant de le voir progresser et mûrir, car il est certain que tout ce qu’il va être obligé de vivre va le faire grandir, de manière assez positive d’ailleurs. J’avoue que j’ai préféré la version de Mathieu qui nous est proposée ici, car elle est plus sympathique, et surtout plus adaptable, que celle du premier tome. On le trouve plus attachant, et c’est alors un héros qu’on a davantage envie de suivre, pour voir ce qu’il va nous réserver par la suite. Son évolution est vraiment intéressante à voir se mettre en place. Et on découvre aussi qu’il a envie d’aider les autres, même si cela ne semblait pas gagner d’avance avec le début de ce second tome. Mathieu est donc encore plein de surprises, et c’est plaisant de voir cela. Il cache bien son jeu derrière ses fanfaronnades.

Une larme glissa le long du menton de Mathieu Hidalf. Il avait raté l’épreuve la plus importante de sa carrière ! Pire encore, le service des fraudes, humilié, le condamnerait à une interdiction perpétuelle d’épreuve ! Il avait tout simplement perdu toute chance de devenir Elitien… et le pire, c’est qu’il y avait renoncé pour sauver sa sœur ! Bien sûr, il aurait dû la trahir ! En moins d’une semaine, il aurait été capable de la piéger et de révéler à la comtesse l’identité de son amoureux !

Parlons à présent des personnages secondaires. S’ils n’étaient pas marquants dans le tome précédent, ici tout change, parce que Mathieu va devoir apprendre à faire confiance aux autres, et les aider. Ainsi, il va devoir compter sur des amis qui ne sont pas ses sœurs, même si Juliette d’Or va être assez présente. De ce fait, on se concentre davantage sur les personnages de Roméo, de Pierre et de Jurençon. Le personnage du dernier m’a d’ailleurs bien fait rire, parce qu’il est maladroit, et qu’il est presque mal adapté à l’école, mais dans le même temps, il a un sacré courage et un bon aplomb, même s’il suit beaucoup les idées de Mathieu sans les remettre en question. Je me suis donc facilement attachée au personnage de Jurençon. Quant à Roméo, il est dans la concurrence avec Mathieu, tout en essayant de faire de ce dernier son ami, ou son allié. C’est assez comique de les voir échanger tous les deux, d’autant plus que leurs pères sont des adversaires impitoyables. Les deux familles sont sensées se détestent, et les deux garçons rompent avec cette tradition. Roméo est donc un personnage plaisant à suivre. Enfin, le personnage de Pierre est assez intéressant parce qu’il connaît l’école, qu’il fréquente depuis un an, et qu’il est le personnage le plus mature et le plus sage de la petite bande. D’ailleurs, il est celui qui donne le plus de conseil, et celui que Mathieu devrait donc écouter. C’est alors assez plaisant de les voir interagir tous ensembles, et de les voir évoluer face à l’urgence de la situation, du danger, et les voir grandir ensembles. J’ai vraiment apprécié le petit groupe, et si Mathieu est quelqu’un d’attachant, ses amis le sont aussi.

Le lendemain matin, lorsque Jurençon et Roméo se levèrent à l’aube, encore embrumés de sommeil, ils furent abasourdis de tomber sur Mathieu Hidalf habillé, peigné, devant une tasse de thé fumant et un plan de l’école.

– Que fais-tu ? balbutia Jurençon.

– J’attrape la Foudre fantôme, répondit Mathieu.

Un sourire se dessina sur les lèvres du neveu du roi.

– Je suis désolé de vous avoir faussé compagnie, précisa Mathieu. Je réfléchissais à l’élaboration de mon premier stratagème.

Les yeux étincelants, il ajouta :

– Maintenant, Jurençon sera comme une de mes sœurs pour moi. Quant à toi, Roméo… tu seras comme une sœur que j’aurais eue, mais soléline.

– C’est-à-dire que tu vas enfin déployer toute ton imagination pour nous aider au lieu d’être égoïste ? se félicita Jurençon.

– Non, je serais toujours égoïste, rectifia Mathieu. Mais égoïste à trois. C’est ce que nous faisons toujours, avec mes sœurs.

J’en arrive à présent à l’histoire en elle-même. En fait, il y a plutôt plusieurs histoires qui se chevauchent en même temps, avec une trame principale, et cette dernière est liée à l’école de l’Elite, école qu’ont dans le viseur les Estaffs. De ce fait, je vais surtout me concentrer ici sur l’aspect magique, et donc sur l’école. on s’était déjà promené dans cette dernière, dans le tome un, et dans ce deuxième tome, on en explore davantage d’éléments. C’est d’ailleurs assez intéressant, parce que finalement, dès qu’on a de jeunes héros, on voit les visions différentes en matière d’éducation et d’école proposées par les auteurs, et ici, nous sommes dans une vision assez originale. Ainsi, comme je l’ai déjà dit, cette école est dangereuse, elle met en danger ses élèves, qui doivent savoir se sortir de situations particulières. C’est d’ailleurs grâce à cette capacité d’adaptation que les élèves gagnent le droit de rester dans l’école, sinon ils sont obligés de la quitter, s’ils sont toujours en vie. Le but de l’école est donc d’atteindre l’élite, représentée par les treize Elitiens, incarné par le capitaine Louis Serra. Mathieu, qui rêve d’atteindre ce stade, va donc devoir réussir son épreuve, qui est d’attraper la foudre fantôme. J’ai beaucoup aimé ce que représente cette créature, ainsi que sa description, et ce qui va naître entre elle et Mathieu. L’idée de la foudre fantôme est vraiment une belle idée, bien construite et bien menée, originale, et il s’agit d’une créature que j’aimerais revoir être utilisée ou revoir. Je me suis vraiment prise d’affection pour elle. Elle permet aussi de montrer que l’école regorge de secrets, et c’est vraiment intéressant de voir Mathieu et son groupe essayer d’en apprendre certains. Ils devraient prendre encore plus de place dans la suite de l’histoire. L’école est donc bien pensée, et j’ai trouvé son idée de base originale, et la manière de voir l’éducation, de la part de l’auteur, plaisante.

La Foudre fantôme, également connue sous le nom de biche d’amour, serait devenue célèbre depuis les noces du comte et de la comtesse Boisdecoeur, fondateurs de l’Elite.

– La Foudre fantôme est une biche d’amour ! s’écria Mathieu, révolté.

– Tu n’as encore rien vu, siffla Roméo, rageur.

D’après de nombreuses sources, la légendaire Foudre fantôme serait une créature helios. Son nom lui vient à la fois de sa vitesse fulgurante et de son caractère insaisissable. Argentée et rapide comme l’éclair, elle ne passe jamais deux fois au même endroit. Personne n’a découvert son repaire, pas même les frères Estaffes qui ont consacré plusieurs années à la pourchasser.

– La Foudre fantôme est donc une biche helios ! éructa Mathieu

En ce qui concerne l’écriture, elle est fluide, bien écrite, et j’ai beaucoup aimé suivre Mathieu dans sa manière de raisonner, qui démontre son âge, mais aussi sa maturité, car le vocabulaire est tout de même assez fourni, tout comme les tournures de phrases qui sont élaborées, et qui permettent d’éviter de faire trop jeunesse, tout en s’adaptant aux enfants qui lisent le roman. Ce dernier se lit donc bien, et j’ai trouvé l’histoire plus addictive que le premier tome. On est ici vraiment dans l’action, dans le suspens, et c’est pour cela aussi que je trouvais que le premier tome servait surtout d’introduction, de mise en place de l’histoire et des personnages. Ici, on sent que le danger se rapproche, que Mathieu va devoir faire attention s’il veut sauver sa vie et celles des autres, et prendre la place de héros qui lui revient. Il y a aussi, à mon avis, un peu de poésie dans cette histoire grâce à la présence de la foudre fantôme. Le roman est donc bien dosé entre le suspens, l’évolution de Mathieu et les introductions aux mystères de l’école. Et il y a beaucoup d’humour, avec de nombreux rappels de contes et légendes, ou autres éléments de culture, que doivent posséder les enfants.

En résumé, j’ai beaucoup aimé ce tome deux, qui est pour moi plus vaste et plus accrochant que le premier tome. J’ai apprécié l’évolution de Mathieu et la manière dont il est obligé de faire confiance aux autres, de grandir aussi. Le groupe qu’il se retrouve à former avec Pierre, Roméo et Jurençon est agréable et plaisant à suivre, et les personnages sont attachants. Ils m’ont bien amusée tous les quatre. C’est un vrai plaisir de les suivre dans l’école et de les voir confrontés à leur mission. L’idée de la foudre fantôme est une excellente idée, pleine de poésie, et originale. L’école est plaisante à découvrir. C’est un très bon tome que je vous conseille de lire, la découverte est agréable. C’est une très bonne lecture.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver dans un tome deux ?

Qu’est-ce qui est pour vous important dans une suite ?

Cela vous arrive-t-il d’être déçu par une suite ?

Bon mercredi à tous 🙂

2 réflexions au sujet de « Mathieu Hidalf, tome 2 : Mathieu Hidalf et La foudre fantôme »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s