apprendre à écrire·challenge

NanoWrimo 2021

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez un bon début de weekend. pour ma part, je suis toujours un peu déçue de ne pas être en mesure de me rendre aux Utopiales, surtout que je n’ai pas fait un seul salon littéraire depuis la crise du Covid, et en même temps, hier je suis allée en ville un peu, et cela a suffit à me rendre complètement crevée. Donc je pense qu’il est hautement préférable que je reste tranquillement chez moi si je veux être en mesure de tenir la prochaine période, qui va être assez chargée avec les conseils de classe, les appréciations à rentrer, l’attente du concours, et les réunions parents professeurs. Il vaut mieux que je sois en forme si je veux affronter tout cela, puis être capable d’enchaîner avec Noël. Ce n’est que partie remise, et je verrai es auteurs une prochaine fois, je l’espère.

En tout cas, novembre ne rime pas seulement avec les Utopiales, mais surtout avec le NanoWrimo. Alors, pour changer un peu des chroniques de lecture, aujourd’hui je vous parle donc d’écriture. Or, le NanoWrimo, pour ceux qui ne le connaîtrait pas, est le plus gros challenge d’écriture à travers le monde. C’est donc un challenge mondial, qui concerne tous les pays. Il commence le 1er novembre et se termine le 31 novembre. C’est donc un challenge qui dure le mois entier. Le but est alors d’écrire 50 000 mots sur l’ensemble du mois. Bien entendu, le mieux est décrire au fur et à mesure, et de manière quotidienne, afin de ne pas prendre de retard.

Qu’est-ce qu’on gagne à la fin ? Il n’y a pas de trophées, de prix, et finalement, la seule récompense qu’on obtient à la fin est la satisfaction d’être parvenu à un tel résultat, et on a aussi un beau certificat qui soutient qu’on est parvenu au bout du challenge. Le but n’est donc pas d’obtenir une récompense, quelque chose à afficher chez soi, ou de l’argent, mais bien de se prouver à soi-même qu’on peut écrire autant en si peu de temps. L’idée à la base du challenge était d’écrire un livre en un mois, et c’est ce que certains parviennent toujours à faire, un roman écrit de bout à bout pendant ce mois de novembre.

Pour ma part, ce n’est pas la première fois que je participe à ce challenge. Si vous suivez le blog depuis son début, vous connaissez sans doute ce challenge puisque je l’ai fait quasiment tous les ans, avec plus ou moins de réussite. Il faut dire que les mois de novembre sont souvent assez chargés, surtout lorsqu’on travaille, avec en plus l’arrivée de l’hiver, mais cela m’est arrivé de le réussir, notamment en 2018, où j’étais parvenue à écrire plus de 50 000 mots. C’était l’époque où je travaillais sur le premier tome de l’Impératrice des Glaces, qui est à ce jour en soumission chez deux maisons d’édition.

J’ai aussi participé aux différents camps NanoWrimo, qui sont des challenges qui se déroulent en avril et en juillet, et où on choisit le nombre de mots qu’on est en mesure de produire sur le mois. Ces challenges sont plus simples, au sens où l’on choisit le nombre de mots qu’on veut écrire, mais j’ai déjà réussi à écrire plus de 50 000 mots pendant ces challenges, notamment lorsqu’on a été confiné, en 2020.

Cette année, malgré le fait que j’ai beaucoup de choses à faire, j’ai tout de même décidé de participer à nouveau à ce challenge. D’ailleurs, je me suis inscrite cet été sur un serveur Discord où je discute avec des personnes de France et de Belgique afin de mener au mieux nos projets d’écriture, et où on échange aussi beaucoup sur l’édition en elle-même. Et le but de cet article est donc non seulement de vous présenter le challenge, mais surtout de vous parler de mon projet de cette année.

Cette année, j’ai prévu de continuer à écrire sur ma romance en cours, qui est une romance estivale. Alors, j’ai beaucoup de mal à écrire sur un texte qui ne se déroule pas à la saison où je suis en ce moment, et travailler sur ce roman va me demander beaucoup d’énergie, car étant en plein dans la saison d’Halloween, plus ensuite dans celle de Noël, je sais que je vais avoir envie d’écrire des romans d’horreur, c’est déjà le cas, et d’écrire aussi des romances de Noël. Il faut donc que je me fasse violence pour rester dans l’esprit de l’été, du soleil et de la plage.

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, vous avez sans doute déjà entendu parler de mon projet, car j’en parle beaucoup sur Facebook, sur ma page autrice. Ce roman s’intitule Le Refuge des Cœurs Brisés, et le but de mon NanoWrimo est de le terminer afin de le soumettre à un appel à texte qui se termine fin décembre. Ce roman est donc une romance estivale, qui se déroule en Bretagne, ma région de cœur, mais aussi celle où je suis née et celle où je veux retourner vivre.

Quelle est l’histoire de ce roman ? Je l’ai commencé un peu avant cet été, donc avant l’été 2021. J’ai travaillé dessus pendant le dernier camp Nano, donc en juin 2021, alors que je ne parvenais pas à avancer dans ma romance de Noël, commencer l’année dernière. Ce roman me tient à cœur car il met en scène des personnages brisés par la vie, qui sont sur le fil du rasoir, et qui ne vont pas très bien. On peut presque parler de dépression. Ils sont au nombre de trois héros, qui se partagent les différents chapitres. Nous avons tout d’abord Joséphine, qui vient d’être abandonnée par son petit-ami, son fiancé, qui lui a préféré l’une de ses collègues, et qui est parti avec elle faire le tour de l’Italie, alors que c’était le rêve de Joséphine. Nous avons ensuite Maël, qui a perdu sa femme et sa fille dans un accident de voiture et qui a totalement perdu le goût de vivre, qui ne parvient plus à faire autre chose que se rendre sur la tombe de ses proches. Enfin, nous avons Bertille, pour qui tout semble aller, mais qui ne parvient pas à trouver sa place dans le monde, qui erre de plans culs en plans culs sans parvenir à se poser, et ne vit pas vraiment comme elle le voudrait. Ces trois héros vont se retrouver alors à passer une semaine ensemble dans une maison d’hôte, en Bretagne. Viviane, leur hôte, est là pour leur redonner le goût de vivre. Au programme, des ballades dans toutes la Bretagne, et surtout beaucoup de confessions et de partage, pour parvenir à dépasser les drames qu’ils ont tous vécus. Mais l’amour s’invite aussi, et ils vont tous devoir gérer les révélations qui seront faites au cours de ces vacances particulières.

Je suis heureuse de retrouver, pendant ce mois de novembre, ces personnages que j’adore. Je me sens proche de Joséphine, mais je suis touchée par Maël, et même si parfois elle me casse les pieds, Bertille est aussi touchante à sa manière. Enfin, Viviane est un personnage sur lequel j’aime écrire. Et je suis contente de faire visiter la Bretagne à travers ce récit. Ce roman parle aussi de deuil, de remise en question, d’acceptation de soi et de son corps, de grossophobie, de biphobie, et d’amour. Et de cuisine, car j’ai cherché pas mal de recette bretonne pour ce séjour, et des recettes véganes aussi.

Pour le moment, le roman fait environ 65 000 mots, et il me reste encore beaucoup à écrire, d’autant plus que je me suis arrêtée avec trois début de scènes, mais je ne suis pas allée écrire leurs fins. En fait, ce roman est un vrai patchwork pour le moment, car j’ai écris la fin, le début, et certaines scènes du milieu. Il faut donc que j’harmonise tout cela pendant le Nano, et que j’écrive toutes les scènes qui manquent. J’ai donc beaucoup de travail à faire sur cette histoire, que j’espérais avoir terminée avant le Nano, mais sur laquelle je n’ai pas eu le temps d’écrire depuis septembre. Mais j’ai espoir de le terminer avant la fin du mois, et de pouvoir l’envoyer en soumission.

Si jamais je ne parviens pas à avancer comme je le veux, tous les mots écrits comptent pour ce challenge, je pense donc que j’y intégrerais, comme cela m’est déjà arrivé de le faire, aussi bien les cours que j’écris pour mes élèves, qui sont tous tapés à l’ordinateur depuis l’année dernière, ainsi que les articles de blog, qui sont donc des mots écrits. Et j’ai aussi prévu d’écrire des petites nouvelles de Noël surprises, qui seront publiées sur le blog. D’ailleurs, il est aussi possible que je poste plusieurs extraits sur les réseaux sociaux, afin de vous intégrer dans cette aventure.

Et vous ?

Participez-vous au NanoWrimo ?

Faites-vous des challenges d’écriture ?

Pourquoi aimez-vous participer à ce type de challenge ?

Ou, au contraire, pourquoi n’aimez-vous pas faire des challenges ?

Bon samedi à tous 🙂

Une réflexion au sujet de « NanoWrimo 2021 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s