chroniques littéraires

Rien ne t’efface

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez un bon début de semaine. Pour ma part, ce dernier est plus calme que la semaine dernière, car je n’ai pas de réunion cette semaine, ce qui fait que j’ai moins à courir après le temps. Par contre, j’ai récupéré mes premières copies, et je peux donc dire que l’année scolaire a vraiment débuté. Et je commence enfin à connaître mes classes. Après trois semaines de cours, c’est bien que je repère presque tout le monde, et que j’arrête de chercher qui sont els élèves que j’interroge. Bon, je sais que j’ai encore du travail, car je suis loin d’être physionomiste, mais je sens que ça vient, et que certains noms sont enfin des automatismes. Après, sur quatre classes avec en moyenne 30 élèves, il y a toujours des cafouillages, surtout que contrairement à l’année dernière, je ne vois pas mes clases tous les jours. Mon emploi du temps est beaucoup plus concentré, avec presque que des heures de cours qui s’étalent sur 2 heures, et non plus une heure. Je trouve cela moins pratique.

Mais aujourd’hui, je vous retrouve non pas pour vous parler des cours, mais bien pour parler lecture. Je vais justement vous parler de l’une de mes dernières lectures, un roman policier. Pour ceux qui suivent le blog, et notamment mes C’est Lundi, que Lisez-vous, vous devez avoir une idée du roman que je vous présente aujourd’hui. Il s’agit du dernier titre de Michel Bussi, qui s’intitule Rien ne t’efface. Et comme c’est préciser dans le roman, ce titre fait bien référence à la chanson de Jean-Jacques Goldman, Pas Toi. Ce roman est sorti aux éditions Presse de la Cité en février 2021. Voici son résumé :

2010. Maddi est médecin généraliste à Saint-Jean-de-Luz, une vie comblée avec Esteban, son fils de 10 ans.
Ce jour d’été là, elle le laisse quelques minutes seul sur la plage. Quand elle revient, Esteban a disparu.
2020. Maddi a refait sa vie, et revient sur cette plage en pèlerinage.
Au bord de l’eau, un enfant est là. Même maillot de bain, même taille, même corpulence, même coupe de cheveux. Elle s’approche. Le temps se fige. C’est Esteban, ou son jumeau parfait.
Maddi n’a plus qu’une obsession, savoir qui est cet enfant.
Il s’appelle Tom, il vit à Murol en Auvergne. Elle prend la décision de s’y installer.
Plus Maddi espionne Tom, et plus les ressemblances avec Esteban paraissent inexplicables : mêmes passions, mêmes peurs… même tache de naissance.
Jusqu’où sera-t-elle prête à aller pour découvrir la vérité, et sauver son enfant ?
Ou ce garçon qui lui ressemble tant.
Ce qu’elle ressent profondément, c’est que Tom est en danger.
Et qu’elle seule peut le protéger.

Dans ce roman, nous suivons plusieurs personnages. Il y a tout d’abord Maddie, qui est une femme que la vie comblait, jusqu’à ce que son fils, Esteban, ne disparaisse brutalement le jour de son anniversaire. Dévastée, Maddie a essayé de refaire sa vie, et elle a quitté sa région natale, ainsi que celle de son enfant. Cela fait dix ans qu’elle s’est exilée en Normandie. Mais, dix ans ont passé, et elle se sent prête à revenir en pèlerinage à Saint-Jean-de-Luz. Or, sur la plage, un petit garçon ressemble trait pour trait à son fils. Persuadée que son fils s’est réincarné en Tom, Maddie le suit jusqu’à chez lui, en Auvergne. Et elle compte bien découvrir la vérité, et reprendre son fils, s’il s’agit bien de lui. Mais dans ce récit, on suit aussi Tom, qui sait que quelque chose ne va pas dans sa vie, et qui est certain d’être poursuivit par le fantôme d’Esteban, le fils de Maddie. Enfin, nous avons Nectaire et Savine, deux employés de la ville de Tom, qui connaissent bien ce dernier, et qui comptent bien comprendre pourquoi ce garçon attire autant l’attention de Maddie, quittent à le protéger d’elle.

Je vais, bien entendu, commencer cette chronique par vous parler du personnage de Maddie. Bien entendu, comme tous les personnages qui vivent un tel drame, celui de la disparition de son enfant, sans qu’aucune explication ne soit donnée, on éprouve de l’empathie pour elle. On a de la pitié pour son personnage, de la compassion, parce qu’on devine que ce drame l’a détruite, et qu’elle en souffre jour après jour, qu’elle ne parvient pas à tourner la page, qu’Esteban continue à la hanter, même après toutes ces années. Et cela est d’autant plus flagrant lorsqu’elle rencontre Tom. Et je pense que c’est cela qui fait son grand défaut. En effet, Maddie pourrait être une femme comme les autres, plus ou moins rationnelle, plus ou moins hantée par la disparition de son enfant. Seulement, ce qu’on découvre d’elle, au fur et à mesure de notre lecture, c’est une femme qui est vraiment obsédée par son enfant disparu. Et j’avoue que cela m’a dérangée, car Maddie met tout en plan, tout sur le côté, au nom d’Esteban. Ainsi, elle perd tout sens commun, et se met à surveiller Tom, dont elle est persuadée qu’il est la réincarnation de son fils. Certes, elle essaye tout de même de garder un peu de rationalité en essayant de trouver des preuves scientifiques de ce qu’elle avance, mais cela va dans le but de ravir Tom à ses parents, de prouver que c’est son fils. De ce fait, elle ne pense pas du tout au bien-être de son enfant, au fait que même s’il était une réincarnation, ce ne serait pas son fils tout de même. J’ai trouvé qu’elle était trop dans la démesure, et cela se prouve tout le long du roman. De ce fait, certes on a de l’empathie pour son personnage, et dans le même temps, il agace, car elle ne mesure pas la portée de ses actes, et elle est devient presque folle. D’ailleurs, même elle le dit, elle va trop loin, mais elle ne peut plus s’arrêter. Et cela montre que déjà, dès le début de l’histoire, sa relation avec Esteban n’est pas saine. Comme c’est mis dans le roman, elle n’a besoin de personne d’autre que lui. Il est tout son univers. Or, lorsque Maddie rencontre Tom, elle n’est pas seule, il y a Gabriel, et elle le met de côté pour Tom. Esteban est tout pour elle, et elle est prête à tout pour son fils, même si ce dernier n’est plus lui-même. Cela fait la force du roman, mais dans le même temps, son personnage est vraiment clivant, car on a du mal à s’attacher à elle tellement elle est butée, et surtout, obsédée par son fils, un peu comme le serait une femme par un homme, et c’est vraiment cela qui m’a dérangée avec elle, avec qu’elle avait tout pour être un personnage avec qui on s’attache.

Il sait bien que ce n’est pas mon genre d’expédier mes patients. On se comprend sans avoir besoin de mettre les points sur les i, ni de les compter, trois suffisent, alignés en suspensions… Le reste est affaire de confiance, de complicité. Aucun homme ne pourra jamais se mettre entre nous ! Je dois garder une place vide dans mon lit, pour Esteban, quand il me rejoint à l’aube. Jamais aucun amant ne pourra me réveiller avec un je t’aime aussi cristallin.

Venons-en à présent aux autres personnages secondaires. Bien entendu, nous avons de l’empathie, mais aussi de la pitié envers les deux garçons de cette histoire, à savoir Esteban et Tom. dès le début, j’ai trouvé que Maddie se comportait étrangement avec Esteban, pas tout à fait comme une mère, pas tout à fait comme une copine non plus. De ce fait, on éprouve une certaine sympathie pour lui, au sens où on est désolé qu’il soit étouffé de cette manière, et on se demande s’il n’a pas voulu mettre un terme à son existence à cause de cela. Et dans le même temps, on ressent les mêmes choses pour Tom, même si sa situation est l’inverse, car lui ne semble pas avoir de l’amour dans son foyer, il semble même plutôt mis de côté dans sa famille, comme s’il dérangeait. J’avoue donc que les deux petits garçons nous touchent, car on comprend, au fil de notre lecture, qu’ils ont bien plus de point en commun que leur simple physique, qu’ils éprouvent tous les deux une certaine forme de solitude, qui va donc les réunir au-delà de la mort. J’ai beaucoup aimé la manière dont Tom se rapproche d’Esteban, la manière dont il comprend tout de suite qu’il s’agit d’un fantôme, et qu’il est lié à lui. Il est vrai qu’Esteban, finalement, on ne le voit qu’à travers les souvenirs des autres, pu à travers leurs yeux, mais on ne le suit pas réellement. On s’attache donc plus facilement à Tom, dont on suit les pensées, et c’est assez intéressant de le voir tout seul, perdu, et se rattacher à l’esprit d’Esteban, qu’il connaît déjà. Cela rajoute en plus un côté fantastique au récit, où Tom peut parler à Esteban, qui reste finalement un enfant idéal, un vrai fantôme, jusqu’à la fin.

Cependant, les vrais personnages secondaires, ceux dont on va suivre avec soin l’enquête, sont Savine et Nectaire. Tous les deux travaillent pour la mairie de la ville de Tom, et Savine est même l’assistante sociale qui suit Tom depuis des années. Elle est donc très attachée à lui. Et lorsqu’elle comprend que Maddie s’intéresse à Tom, elle va demander à Nectaire, ancien gendarme, de mener l’enquête. Avant de parler des deux personnages séparément, je vais d’abord parler du duo. J’ai beaucoup aimé voir ce duo travailler ensemble. En fait, Savine est très différente de Nectaire. Elle est active, dynamique, presque monter sur ressorts, alors que Nectaire est passif, mou, et qu’il aime prendre son temps. C’est donc très intéressant de les voir évoluer tous les deux, car ils n’ont pas du tout la même philosophie, ni même la même manière de gérer les difficultés. Et pourtant, leur duo fonctionne très bien, et ils se complètent tous les deux. Ils fonctionnent comme un vieux couple, et on sent beaucoup de respect, et d’amour, entre eux. Ils sont très liés, et ils avancent pas à pas tous les deux dans ce qui devient une histoire de meurtre. Néanmoins, je dois avouer que Nectaire est un personnage qui reste assez mystérieux, car on a affaire qu’à une partie de sa personnalité. J’aurais aimé en savoir un peu plus sur lui, sur le pourquoi il a arrêté la police, si ce n’est à cause de son très mauvais flair, comme on va s’en rendre compte au cours de l’histoire. J’aurais aussi avoir plus de détails sur sa vie avec Aster, sa sœur, qui se proclame sorcière, et savoir comment il faisait, lui qui est toujours pragmatique, pour vivre avec elle. En fait, j‘ai eu le sentiment d’être resté sur ma faim avec lui, de ne pas avoir pu creuser davantage le personnage, et j’ai trouvé cela dommage. C’est moins le cas avec Savine, parce qu’elle se dévoile pendant le récit, notamment à Maddie. Savine est un personnage à qi on s’attache alors facilement. On sent qu’elle est passionnée par son travail, et qu’elle tient beaucoup à Tom. Je regrette toutefois qu’elle défende bec et ongles la mère de Tom, qui n’est pas forcément une bonne mère, même si tout s’explique au cours du roman. Elle est parfois dure dans ses propos envers Maddie, et il est certain qu’elle la soupçonne beaucoup d’être responsable de tous les crimes qui s’accumulent au fur et à mesure. C’est parfois nécessaire pour faire réagir Maddie, même si on sent bien que Savine pourrait y mettre plus les formes. En tout cas, les deux personnages sont vraiment prêts à faire éclater la vérité, même si c’est chacun à leur manière, et c’est vraiment plaisant de les voir essayer de tout comprendre.

– Et tu lui veux quoi, à l’ancien flic ?

– Qu’il fasse son boulot, qu’il enquête.

– Y a des gendarmes pour ça… Mais il faudrait déjà qu’il y ait eu un vol, ou un meurtre, pour qu’ils débarquent par ici.

Savine ne le lâche pas.

– Et c’est bien pour ça qu’ils ne débarqueront pas, insiste-t-elle. Et que je dois faire appel au Sherlock Holmes auvergnat.

– Demande plutôt à Hercule Poireau, c’est plus bio !

L’assistance sociale applaudit la blague pour la forme. homme qui rit a déjà à moitié dit oui.

– Je te demande seulement de te renseigner. Tu dois avoir gardé d’anciens copains au SRPJ de Clermont ?

– Possible… Me renseigner sur qui .

– Devine…

– Le docteur Libéri ? Tu es toujours convaincue qu’elle prépare l’enlèvement du petit Tom Fontaine ?Si elle espère qu’Amandine lui verse une rançon… Autant attendre au somment du Sancy la prochaine éruption.

nectaire a repris sa marche avec la nonchalance d’une vache rentrant à l’étable. Savine s’accroche au bras du secrétaire.

J’en arrive maintenant à l’histoire en elle-même. Pendant une partie du roman, on s’attend vraiment à basculer dans une histoire fantastique, notamment à cause de tous ces récits sur la réincarnation. On s’attend donc à ce qu’Esteban revienne vraiment, à ce que Tom soit son réincarnation, car c’est ce vers quoi semble nous mener le récit. J’ai vraiment beaucoup aimé cet aspect-là, car on est toujours dans l’hésitation. On a envie d’y croire, tout en se disant que cela n’est en fait pas possible. L’auteur joue donc avec nos désirs, nos doutes, nos croyances. C’est bien fait, car on a toujours un doute qui persiste, et qui vient heurter notre pensée rationnelle, et qui nous dit cela ne peut pas être possible, et qu’on va avoir une explication logique à la fin. Mais plus l’histoire avance, et plus les cadavres s’accumulent. En effet, nous ne sommes pas simplement face à la disparition d’un enfant, Esteban, mais nous sommes aussi devant un assassin qui cherche à camoufler certaines choses, voire à protéger Tom. Toutes les explications sont alors possibles pour comprendre pourquoi et comment ce personnage, dans l’ombre, agit, car cela n’est au début pas évident. J’ai apprécié ce mélange entre le fantastique et le policier, ce qui fait qu’on ne sait pas vraiment dans quel domaine ranger ce titre, jusqu’aux dernières révélations, qui nous permettent de trancher. En tout cas, l’idée de base est originale, et c’est intéressant de la voir être développée au cours du récit. J’ai notamment appris des choses sur l’idée de réincarnation, et c’est plaisant, car je n’y attendais pas.

Tom laisse planer un bref suspense.

– Pourquoi t’emploies le passé ? T’as pas changé de prénom depuis que tu es mort ! Tu t’appelais, et tu t’appelleras pour l’éternité… Esteban !

Esteban ? semble répéter le reflet entre ses lèvres muettes.

Il les mord à sang, de toutes ses dents, comme s’il se retenait de hurler, comme si tout d’un coup, tous ses souvenirs étaient remontés, comme s’il venait de se rendre compte qu’il était mort pour de vrai.

Il ne prononce plus aucun mot, évite surtout de croiser le regard de Tom, et court dans le vestiaire, sans se soucier du sol glissant sous ses pieds nus.

Récupérer ses affaires, s’habiller, s’en aller. le plus loin possible.

Dans son poing serré, Esteban tient une pièce de 1 euro, celle qui sert à fermer son casier.

En ce qui concerne l’écriture, cette dernière est fluide, et les chapitres s’enchaînent vraiment rapidement. On est happé par le suspens qui règne tout le long, et par la tension qui habite nos personnages. En effet, une date est importante dans le récit, c’est celle de l’anniversaire de Tom. Puisque Esteban a disparu le jour de ses dix ans, Maddie est persuadé que quelque chose va arriver à Tom le jour de son anniversaire, lorsqu’il va fêter ses propres dix ans. Or, ce moment approche, et plus ce moment arrive, plus les cadavres deviennent nombreux. On a donc l’impatience, mais aussi la crainte, de ce qui va arriver au petit garçon ce jour-là. J’ai aussi aimé le soin du détail porté par l’auteur aux descriptions. On se croirait vraiment en Auvergne, sur les massifs, au milieu de la neige. Cela donne envie de découvrir cette région, de voir le village dans lequel vit Tom. Et, comme je l’ai mis plus haut, nous sommes en plus balloté entre notre rationalité et notre croyance, entre notre logique et l’envie de voir si Esteban s’est réincarné en Tom. C’est bien fait, car jusqu’au bout, on hésite, on cherche à comprendre comment le petit garçon peut autant ressembler à son aîné. Il y a toutefois un élément que je ne suis pas certaine d’avoir compris, c’est la ressemblance entre Esteban et son fantôme, et je pense que l’auteur est passé beaucoup trop vite dessus. De la même manière, j’ai trouvé que la manière de parler de Tom n’évoquait pas celle d’un enfant de dix ans, mais un enfant bien plus vieux, un adolescent, et cela m’a fait tiquer à plusieurs moments. Le twist de fin, celui qui nous permet de comprendre le roman, d’avoir enfin accès à la vérité, est intéressant, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à cela, et je suis encore mitigée, car c’est vraiment bien pensé, et je suis contente d’avoir été surprise, mais je ne m’y attendais vraiment pas, et j’aurais aimé pouvoir le deviner avant.

En résumé, je vous conseille cette lecture, car nous sommes face à un bon roman policier, qui nous emmène non seulement en Auvergne, mais aussi dans un monde où la magie semble presque perceptible, où l’on est à la limite de la réalité et de l’imaginaire. L’idée de base est vraiment intéressante et bien traitée, bien amenée. Je regrette toutefois de ne avoir su m’attacher à Maddie, qui est une mère étrange, et cela se confirme dans la suite du récit, et de ne pas avoir deviner plus tôt la vérité. J’ai été bien bernée, et je m’en veux un peu de ne pas avoir deviner le twist de la fin avant, de n’avoir pas su deviner où l’auteur voulait nous emmener. L’histoire se lit très bien, j’ai été contente de découvrir l’histoire de Tom, à qui je me suis facilement attacher. Nectaire aurait mérité d’être plus étoffé, mais c’est un personnage que j’ai aimé suivre, tout comme Savine. Le suspens est bien présent et c’est intéressant d’être plongé ainsi dans une histoire qui nous fait douter de la réalité, et d’avoir traité ça par le biais de la réincarnation. C’est une histoire à découvrir, où j’ai appris des choses.

Et vous ?

Aimez-vous être mener en bateau par un auteur ?

Préférez-vous tout de suite deviner les assassins ?

Ou préférez-vous être guidé par le récit, et tout découvrir seulement à la fin ?

Bon mercredi à tous 🙂

Publicité

Une réflexion au sujet de « Rien ne t’efface »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s