chroniques littéraires·service presse

Les ombres de Woodstown, tome 1 : Dangereuses obsessions

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous avez passé un bon début de weekend. Je crois que la seule bonne nouvelle de ce weekend, c’est qu’il est plus long que d’habitude, grâce au lundi de Pâques. Et qu’il fat beau. Sinon, on déprimerait assez vite, avec ce qui nous est annoncé pour cette semaine. Je me doutais un peu qu’on allait finir par être confinés, mais cela m’énerve quand même. Et l’annonce de la fermeture des écoles, je ne m’y attendais qu’à moitié, en la redoutant. La semaine qui arrive, en distanciel, va être compliquée. Mes élèves m’ont tous dit bonnes vacances vendredi, pour eux, l’année est finie, ils ne reviendront pas au lycée. Je trouve cela triste, et on va essayé de les faire tenir les prochaines semaines, sans savoir si cela vaut le coup ou non. On se retrouve dans la même configuration que l’année dernière.

Mais essayons de ne pas penser à cela. Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous présenter l’une de mes dernières lectures. Il s’agit d’un service presse que j’ai reçu via les éditions Alter Real, et que je remercie pour cet envoi. Ce roman, qui est un roman contemporain fantastique, plutôt pour un public adolescent, s’intitule Dangereuses Obsessions. Il s’agit du premier tome de la série Les Ombres de Woordstown, dont j’ignore encore combien il y aura de tomes. Ce roman a été écrit par l’autrice française Sarah G. Lhossi et est sorti aux éditions Alter Real en février 2021. Voici son résumé :

À la mort de sa mère, Carra est contrainte de partir vivre chez son père et d’emménager à Woodstown, une petite bourgade du nord des États-Unis. Il a refait sa vie, et elle va devoir cohabiter avec une belle-mère et ses deux enfants. Beaucoup de changements pour cette jeune fille de 18 ans, qui heureusement, réussit à intégrer le journal du lycée. Enfin, un élément stable dans sa vie ! Sauf que, très vite, elle s’aperçoit que Woodstown est frappée par des phénomènes étranges. Plusieurs personnes se suicident dans des circonstances anormales… Et puis il y a Shade, qui va au même lycée qu’elle. Beau, ténébreux, mystérieux, il l’intrigue. La fascine. Et la terrifie en même temps. Et s’il était lié à cette vague de suicides ? Alors que son instinct lui souffle de se tenir loin de lui, sa curiosité l’entraîne à vouloir en savoir plus. Quitte à se mettre en danger.

Dans ce roman, nous suivons Carra, une jeune adolescente américaine, qui vient de perdre sa mère, morte d’un cancer. Carra, qui est mineure, doit alors vivre avec son père, qu’elle n’a pas revu depuis ses six ans. Alors que la cohabitation s’annonce ardue, d’autant plus que Carra doit supporter la nouvelle femme de son père et ses deux enfants, elle doit dans le même temps affronter un adolescent de son âge, du même lycée qu’elle, qui ne la laisse pas indifférente. Et, pour ne rien arranger, des meurtres déguisés en suicides ont lieu aux quatre coins de la ville. Shade et ses drôles d’mais ont-ils un lien avec tout cela ? Carra, qui essaye de les éviter, va se retrouver plongée jusqu’au cou dans les ennuis. Et la magie se trouve être, à sa grande surprise, au rendez-vous.

Alors, commençons par parler du personnage de Carra. J’avoue être un peu mitigée sur son personnage, au sens où j’ai du mal à savoir si j’ai été touchée par elle, ou si elle ne m’a pas horripilée. En fait, cela dépend vraiment des situations et des décisions qu’elle prend lors de ces moments-là. Partons d’abord du côté positif de son personnage. J’ai été touchée par la peine qu’elle éprouve suite au décès de sa mère. On ne peut en effet qu’être triste avec elle, alors qu’elle doit affronter cette mort terrible, et qu’elle doit tenter de se reconstruire. Elle possède donc une faiblesse intéressante, même si, en bémol, je dois souligner le fait que c’est quelque chose que l’on a déjà vu dans d’autres romans de ce style, et que la tristesse de Carra n’a donc rien d’originale. J’ai apprécié aussi la colère qui l’habite concernant son père, et surtout le fait que cette colère ne se répercute que sur ce dernier, et certainement pas sur els autres membres de sa nouvelle famille. En effet, Carra se retrouve obligée de vivre avec un homme qu’elle ne connaît finalement que peu, qui n’est, comme elle le souligne puiseurs fois, que son géniteur, mais elle ne fait que lui reprocher la situation. De ce fait, elle n’est pas en colère contre sa belle-mère ou son demi-frère. Et j’ai aimé le lien qui se tisse d’ailleurs entre eux trois. Carra accepte rapidement la particularité de Justin, son demi-frère, et c’est assez mignon la manière dont elle va veiller sur lui, le protéger, et s’en occuper. De la même manière, le fait qu’elle se rapproche de sa belle-mère est aussi plaisant, et c’est ce qui va lui permettre de s’ouvrir, de se confier. Elle ne renie pas sa mère, mais accepte qu’une autre femme veille sur elle. Ce que j’ai aimé aussi avec elle, c’est qu’elle n’a pas sa langue dans sa poche, et elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, comme le démontrent ses disputes avec son père, ou même avec Shade. Elle est très curieuse, et c’est un trait de caractère qui lui va bien. Et dans le même temps, c’est aussi ce qui pêche un peu, au sens où Carra ne sait pas s’arrêter, au sens où elle n’a pas l’instinct de survie qui la pousse à arrêter de poser des questions. Ce que j’ai aussi regretté avec son personnage, c’est que, malgré son caractère fort et affirmé, elle se retrouve complètement tétanisée par l’attirance qu’il y a entre Shade et elle, ce qui la mène à commettre l’irréparable. J’aurais préféré qu’elle soit un peu plus nuancée sur ce qu’elle ressent, et qu’elle arrête de faire un pas en arrière, deux pas en avant, ce qu’elle soit plus proche des valeurs qu’elle s’impose, et qu’elle ne tombe pas tête baissée dans le piège qui se trouve devant elle. Et dans le même temps, elle résiste aussi, mais pas assez fort. En vérité, ce que je reproche à son personnage, c’est l’attirance qu’elle a pour Shade, qui n’est pas assez mesurée, et qui va la perdre.

Le silence dans l’habitacle est pesant. Je serre avec force mon sac sur mes genoux. Shade a les yeux rivés devant lui, l’air concentré, mais en même temps un peu lointain. Le malaise me gagne, les regrets aussi. Je ne sais pas si c’est moi qui l’ai blessé, je n’ai pas l’habitude de ce genre de situation. C’est la première fois qu’une personne du sexe opposé chamboule tous mes sens, réveille mes hormones. Mais plus que tout, je ne souhaite pas cela. Je ne veux pas de petit copain, je n’en ai jamais désiré, ce n’est pas quelque chose qui me branche. En exemple, je n’ai que mes parents. Et ça ne me donne pas envie de m’ouvrir à un homme s’il décide de me quitter d’une manière aussi cruelle que l’a fait mon père avec ma mère. Je préfère me concentrer sur mes études et mon avenir.

Pourquoi s’attacher à quelqu’un ? Pourquoi s’engager ? Déclarer ses sentiments ? Ouvrir son cœur ? Pour que la finalité soit la déception… Où est le sens dans tout ça ?

Parlons justement de Shade. Là encore, j’ai eu un peu de mal avec son personnage, pour les mêmes raisons que pour Carra. En effet, j’ai trouvé qu’il ne luttait pas assez, voire même pas du tout dans son cas, contre l’attirance qu’il avait pour elle. Le pire, c’est que contrairement à Carra, Shade sait qu’elles vont être les conséquences de leur attraction. Et il ne fait rien pour la freiner, voire même il joue avec Carra pour qu’elle tombe dans ses bras. J’ai trouvé que Shade en faisait trop, qu‘il pouvait même tomber dans la case des harceleurs, car il est toujours là, à sauter sur Carra, à l’embêter, à jouer de son charme, sans répondre à ses questions. Je n’ai vraiment pas apprécié ce trait de caractère qu’il a, notamment de l’embrasser, puis de se défiler, de la renvoyer sur les roses, parce qu’il a compris que cela pouvait leur faire du tort à tous les deux. Non seulement il ne répond pas à ses questions, mais en plus il se moque d’elle. De ce fait, on se demande bien ce que Carra peut lui trouver, car pour moi, il n’a rien d’un garçon fiable, seulement d’un garçon qui s’ennuie et qui joue avec elle au chat et à la souris. C’est vraiment une attitude qui me dérange dans ce genre de romans. Il est trop secret et refuse de se livrer, par contre, il attend que Carra lui dise tout d’elle. Il es aussi manipulateur, et j’ai eu envie de le secouer, de lui ordonner de mieux traiter Carra, car finalement, on a l’impression qu’il se moque d’elle, qu’il ne peut que la faire souffrir. Du coup, j’ai nettement préféré les autres personnages secondaires, qui sont les membres de la famille de Carra. Certes, son père et sa demi-sœur sont presque inexistants, mais j’ai aimé le lien qui se tisse entre Carra et sa belle-mère, et avec son demi-frère, Justin. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé le personnage de Justin, et c’est aussi à son contact que Carra, et Shade, deviennent des personnages agréables et sympathiques. Justin a une particularité, c’est un enfant précoce, dans son monde, mais qui aime les autres et veut les aider. Ce qu’il se passe dans sa ville ne peut donc lui échapper. Et le duo d’enquêteurs qu’il va mener avec Carra est mignon, car on sent toute la frustration de Justin, qui n’est qu’un enfant, de ne pas pouvoir aller sur le terrain, et la peur de Carra que cela tourne mal pour le petit garçon. J’ai vraiment apprécié leur duo, et j’ai trouvé qu’on ne pouvait que s’attacher au petit garçon, mis de côté par ses parents qui ne savent pas comment gérer sa particularité, qui le surprotègent, par sa sœur qui est gêné par sa différence, et par le reste du monde. Avant l’arrivé de Carra, Justin était en détresse, et elle lui permet donc de s’ouvrir, ce qui est attendrissant. J’ai vraiment aimé le duo d’enquêteurs qu’ils forment tous les deux, et la vivacité d’esprit de Justin.

Un frémissement me foudroie quand il se penche vers moi. Sa bouche à un centimètre de la mienne, il s’immobilise. Attend-il encore que ce soit moi qui mette fin à cet espace entre nous ?

– Carra…, soupire-t-il.

Je mords ma lèvre. Un brasier s’allume dans son regard noir, des flammes dansent dans ses pupilles. L’excitation me gagne, mon bas-ventre se contracte, mes seins deviennent lourds. Pourquoi ai-je tant besoin qu’il me délivre de ce désir brûlant ?

– Tu penses toujours qu’il ne se passe rien entre nous, hein ?

D’une main, il déplace ma longue chevelure vers la droite et se penche en direction de mon épaule gauche. Pour y déposer un baiser, il repousse le col de ma veste en jean. je hoquète de surprise face à la douceur de son geste et à ce que cela provoque entre mes jambes. Devant ma réaction, il lève les yeux vers moi.

– Dis-le, Carra… Dis-le qu’il n’y a rien entre nous, et j’arrête.

Non !

Tout d’abord, je suis incapable de prononcer un seul mot et, plus que tout, je ne veux pas que ce moment prenne fin. Mon regard croise le sien, toujours si intense. Un air satisfait prend forme sur son visage.

– C’est bien ce que je pensais, conclut-il.

Puis il s’écarte. D’un coup, je le toise, abasourdie.

En vérité, ce que j’ai particulièrement aimé dans cette histoire, qui permet donc de la différencier d’une romance paranormale classique, c’est toute l’enquête qui va être menée par Carra et ses amis, par elle et par son petit frère. En effet, Carra assiste à plusieurs suicides, malgré elle, et elle est rapidement persuadée que ce ne sont pas de vras suicides, mais que quelqu’un, ou un groupe, les maquille de cette manière. Dès lors, elle se met en quête de trouver le ou les responsables. Et évidemment, l’attitude de Shade ne peut qu’attirer ses soupçons, ce qui va faire qu’elle va balancer, à plusieurs reprises, entre ses sentiments et la peur que lui provoque le garçon. A-t-il un rôle à jouer dans ces morts non naturelles ? En tant que lecteur, on a aussi notre conviction, et c’est aussi pour cela que c’est un peu rageant de voir Carra aussi manipulée par Shade, parce qu’elle n’est pas idiote, mais elle se laisse faire, alors que dès qu’elle n’est pas avec lui, elle retrouve une position plus rationnelle, logique, et que ses soupçons sont plus forts. J’aurais d’ailleurs aimé qu’elle soit un peu plus sur ses gardes, qu’elle cherche davantage les responsables de ces crimes, qu’elle soit plus présente dans l’enquête. Mais à cause de ses sentiments, elle la met de côté un moment, et c’est sans doute ce qui va lui porter préjudice dans la suite. Mais dans l’ensemble, j’ai trouvé cela original, et j’ai aimé voir Carra dans le rôle de la journaliste d’investigation, secondée par Justin ou par ses amis, à essayer ce comprendre comment toutes ces personnes étaient mortes, et quel était le lien entre elles toutes. Cette partie-là est bien faite.

– Leur expression à tous. Tu ne la trouves pas… bizarre ? me risqué-je à demander.

– Si, me répond-il. Ils ont l’air…

Comme il suspend sa phrase, je la termine à sa place.

– Terrifié.

D’un hochement de tête, il confirme mes propos.

– Est-ce que tu sais que leur autopsie a décrété qu’ils étaient morts avant le moment où ils sont censés s’être suicidés ? bredouillé-je d’une petite voix, embarrassé à l’idée de discuter de cela avec lui.

Ce n’est qu’un enfant… Je ne cesse de me répéter cela, mais à sa posture, à son air si raisonnable, à ses traits tendus, il n’a plus rien d’un gamin.

– Non, je ne le savais pas. Ca n’arrange rien, alors…

– Quoi ? Pourquoi tu dis ça ?

– Je t’ai entendu parler au téléphone et… je pensais aussi que quelqu’un s’amuse à commettre des meurtres et à les faire passer pour des suicides.

En ce qui concerne l’écriture, elle est fluide et se lit dans l’ensemble bien. Certes, il y a plusieurs répétitions, au sens où Carra fait quelques pas vers Shade, qu’elle se voit repoussée, et inversement, ce qui peut donner l’impression que l’histoire tourne en rond, mais les chapitres se lisent bien et s’enchaînent bien. Les descriptions, de la ville ou de l’attirance de Carra pour Shade, sont bien faites, et nous impliquent bien dans le récit. On s’attache plus ou moins aux personnages, et l’on est emporté dans l’envie de connaître la vérité, que ce soit pour les meurtres, ou pour savoir ce qu’est Shade exactement. J’ai apprécié que l’on soit obligé de faire plusieurs théories, en tant que lecteur, sur ces deux éléments, et c’est plutôt sympas de nous faire vivre l’histoire de cette manière. L’idée du fantastique est elle aussi intéressante, même si je regrette qu’elle arrive un peu tard, et qu’on ne sache la véritable nature de Shade que vers la fin du roman. J’aurais aimé que cela soit davantage mis en avant, mais je pense que cela sera le cas dans le prochain tome, car on est un peu laissé sur notre faim, l’histoire tournant finalement qu’autour des sentiments de Carra.

En résumé, c’est une lecture dans l’ensemble intéressante, même si je lui reproche de trop jouer sur l’attraction des deux héros. J’aurais aimé que l’aspect fantastique et policier soit davantage mis en avant, plutôt que la romance de Carra et de Shade, qui prend trop de place. En effet, ils ne font que des pas l’un vers l’autre, avant de se repousser, et cela finit par être lassant. Pourtant, l’idée de base est originale, même si elle peut rappeler d’autres romans du même style. Heureusement, l’enquête menée par Carra permet de trancher avec cela, et d’apporter une note sympa. J’ai apprécié l’atmosphère qui se dégage de ce roman. Je lirais sans doute le tome deux. En tout cas, si vous aimez ce genre de lecture, je vous la conseille. Le roman est bien écrit et se lit bien.

Et vous ?

Qu’attendez-vous d’original dans un tel récit ?

Ou au contraire, préférez-vous savoir à quoi vous attendre ?

Aimez-vous les récits qui jouent autant sur l’attraction entre les personnages principaux ?

Bon dimanche à tous 🙂

Publicité

Une réflexion au sujet de « Les ombres de Woodstown, tome 1 : Dangereuses obsessions »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s