autoédition·Humeurs·mes écrits

Bilan 2020 : autrice

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous avez passé un bon réveillon de Noël, même si ce dernier a dû être assez étrange vu la situation dans laquelle le pays se trouve à l’heure d’aujourd’hui. Il est certain que si l’on pouvait remonter le temps et stopper ce virus, on le ferait sans hésiter, même si je ne suis pas certaine que cela changerait les choses. Non que je sois une vraie pessimiste, mais je pense que le Covid n’est qu’une mise en garde, un prémisse de ce qui nous attend dans le futur. Beaucoup de gens sur les réseaux sociaux se plaignent du fait que l’on confine, que l’on se met sous cloche pour un virus qui ne tue qu’une certaine partie de la population, et si l’on peut comprendre leurs arguments, il n’en reste pas moins que ce virus tue, ou fait de gros dégâts. Et vue comment il mute, ce qu’il engendre, on ne peut que se méfier.

En tout cas, on ne peut qu’espérer que 2021 soit meilleure que 2020, et que l’on puisse retrouver une vie plus ou moins normale dans les prochains mois, même si cela peut sembler utopique. Et avons-nous réellement envie de retrouver un monde comme celui que l’on avait avant le virus ? J’avoue que je me pose sincèrement la question vue la précarité dans laquelle certains se trouvent aujourd’hui, vue la colère qui gronde, etc. On ne peut qu’espérer plus d’empathie, plus d’entraide, plus d’amour aussi.

Mais si je vous retrouve sur le blog aujourd’hui, c’est pour faire l’un des bilans habituels, de ceux que l’on fait à chaque fin d’année. Dire au revoir à une année, c’est se projeter dans une nouvelle, avec de nouveaux projets, de nouvelles envies, de nouvelles résolutions, et de déterminer ce qui a ou non fonctionner au cours de l’année écoulée. C’est donc ce que je m’apprête à faire ici, avec ce nouvel article, dont le but est de vous parler des projets d’écriture que j’ai eu cette année, et ceux que j’aurais en 2021.

Alors, comment peut-on résumer cette année 2020 pour ce qui est de mes projets d’écriture ? Je dirais que mon avancée en tant qu’autrice a été du même gabarit que toute l’année 2020, soit une année de transition. En effet, je me rends de plus en plus compte que je ne suis pas faite pour l’autoédition, et si cela était certes plaisant au début de mon aventure, je ne suis pas certaine que ce soit ce que j’ai envie de faire à long terme. Je sais que beaucoup d’auteurs se plaisent dans l’autoédition, trouvent que cette solution est confortable, leur conviennent parfaitement, mais ce n’est plus mon cas. L’autoédition demande une charge de travail que je ne peux plus fournir, pas maintenant que je suis à temps plein dans l’éducation nationale. Je n’ai plus envie de passer des heures en correction, à formater un roman, à en faire la promotion. Je n’ai plus cette énergie et cette envie. Je me demande donc encore à l’heure d’aujourd’hui de ce que je vais faire de mes romans, mais j’avoue que l’idée de fermer complètement mon compte autrice sur Amazon m’a effleuré l’esprit, et que je ne suis pas certaine de ne pas le faire dans les prochains mois. Cependant, j’ai peur de le regretter ensuite. Heureusement, certaines personnes sont encore attirées par mes titres, ce qui me fait plaisir.

Cette année ne veut toutefois pas dire que je n’ai pas écris. Ainsi, j’ai profité du confinement pour mettre un point final à la Deuxième Partie de l’Impératrice des Glaces, mon roman fantastique et LGBT. J’avoue que j’ai pris plaisir à terminer cette histoire. S’il n’est toujours pas publié, c’est parce que je ne me suis pas encore mis aux corrections, mais je peux vous dire que les deux bêtas-lectrices qui se sont lancées à l’assaut de cette suite l’ont beaucoup aimée, ce qui fait chaud au cœur. Cela me donne envie de la partager davantage, donc peut-être en la mettant sur Wattpad, ou en la proposant aux maisons d’édition, même si j’ignore encore lesquelles. J’avais bien pensée à MxMBookmark, que j’adore, ou à Homoromance, qui pourraient être séduit pas ce texte. Ou aux éditions de l’Alchimiste, car j’aime bien leur politique d’impression et de vente. En parlant d’ailleurs d’Homoromance, je leur ai soumis mon roman Dreams & Love, dont j’attends les retours. Je croise les doigts pour que le roman leur plaise.

J’ai aussi publié quelques titres sur le blog, comme peuvent en témoigner mes lecteurs fidèles. En ce moment, je suis donc en train de terminer ma romance de Noël Sois gentille pour Noël, qui a été un peu suivie sur le blog, et cela m’a permis de me réconcilier avec l’écriture, car je pensais vraiment tout abandonner. J’ai aussi écrit une dystopie, Bulle, qui parlait du Covid. Ceux qui l’ont suivis savent que je ne suis pas allée au bout de cette histoire. Cette année, j’espère pouvoir y mettre un terme, toujours en publication sur le blog. J’avoue que je préfère publier sur le blog, ou du moins que j’aime bien cette manière de fonctionner, car cela me permet de toucher peut-être plus de monde, avec un rythme différent. Il est certain que je perds des lecteurs qui ne trouvent pas mon histoire référencée sur Amazon, ou sur des blogs, mais pour certains récits, je trouve cela mieux, car au moins, j’ai des retours immédiats. Et j’ai la chance d’avoir une petite communauté qui suivent mes récits par ce biais, ce qui n’est pas le cas pour Wattpad, par exemple. Je me demande toutefois si je ne sortirais pas une version numérique de Sois gentille pour Noël, lorsque le roman sera terminé.

Pour ce qui est des autres récits sur lesquels je travaille, j’espère cette année pouvoir terminer le premier tome d’une nouvelle série que j’ai commencé à écrire, et où il ne me manque que quelques chapitres, en plein milieu de l’histoire. C’est un récit qui propose un mélange entre le fantastique et la science-fiction, et qui me plaît beaucoup. Et j’ai aussi le dernier tome de l‘Impératrice des Glaces à écrire. Dans l’idéal, j’aimerais aussi vous proposer de nouveaux chapitres à Eloïse, qui fait partie de mon monde, de l’univers que j’ai crée, et dont je vous avais publié le début sur le blog, il y a maintenant quelques années. J’aimerais beaucoup arriver au bout de la réécriture du tome 1, parce que je travaille sur ce texte depuis que j’ai douze ans, et que ce serait bien d’aller enfin au bout. Vous pouvez d’ailleurs en retrouver une présentation ici. Et je l’avoue, j’aimerais aussi terminer les tomes suivants de La Liseuse, ma première série fantastique publiée, qui a d’ailleurs failli être publiée en maison d’édition. J’aimerais d’ailleurs trouver une autre maison d’édition à qui proposer ce projet. Je ne suis donc pas désœuvrée et j’ai encore plusieurs projets qui me trottent dans la tête.

En vérité, si je me pose autant de question sur l’autoédition, c’est à cause de tous les bouleversements qu’il y a eut dans ce milieu au cours de l’année 2020. Ainsi, on parle d’un nouveau statut pour les autoédités, qui sont enfin reconnus comme des auteurs. C’est une très belle avancée, mais cela mène aussi vers une professionnalisation des auteurs autoédités. Or, pour le moment, je ne me sens pas capable de me placer vraiment dans un tel projet. C’est beaucoup trop précaire vue ma situation, et en plus, je n’en ai plus l’envie. J’aime mon emploi en tant que prof, pour le moment, et je n’ai plus envie que l’écriture soit un seul projet. Or, je n’arrive pas à combiner les deux, ce qui fait que pour le moment, je dois donc en abandonner un, et c’est l’écriture. Je ne dis que ce choix est définitif, mais je préfère me concentrer sur mes élèves, et m’amuser à écrire de temps en temps. De la même manière, il y a beaucoup de réflexions, pas toujours agréables, qui ont été faites dans le monde littéraire pendant le confinement, et cet été sur Twitter notamment, qui m’ont fait réfléchir à notre rapport à l’écrit et aux fictions. J’ai encore du mal avec ce qui a été dit, et j’avoue que cela me bloque à partager à nouveau à une plus grande échelle mes histoires. Enfin, j’écris sans prétention, et je déteste réécrire. de ce fait, je ne suis pas certaine qu’aller plus loin dans l’écriture, sans une équipe pour me guider, soit une bonne idée. Si je devais donc publier encor eune histoire, j’aimerais donc m’entourer, soit d’une plus grande équipe de bêtas-lecteur,s, ou alors avec une maison d’édition.

Cette année 2020 m’a donc vue me remettre beaucoup en questions, et je n’ai pas de réponses à la plupart de celles que j’ai posée ici. Je ne sais pas du tout ce que l’avenir me réserve, et si j’ai un jour eut le désir de me lancer complètement dans l’autoédition, je crois que ce rêve est passé, ou que j’ai grandi, et que j’ai pris conscience que cela est hors de ma portée. J’ignore encore s je vais continuer à publier des romans ailleurs que sur le blog. L’envie d’écrire est toujours là, présente, mais pars l’envie de m’en prendre plein la figure et de me battre. J’espère que cette crise passera, car l’enfant que j’étais, et l’adolescente aussi, était certaine qu’un jour je serais publiée, mais l’adulte que je suis devenue est bien plus cynique et réaliste, et c’est un peu comme renier celle que j’étais autrefois. On verra toutefois où l’avenir nous portera.

Je vous souhaite à tous une bonne année 2021, que vos vœux se réalisent et que vos rêves vous emmènent toujours plus loin.

Quels sont vos projets pour 2021 ?

Les rêves que vous comptez mener ?

Ce que vous désirez absolument accomplir ?

Bon réveillon à tous, et adieu à 2020 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s