chroniques littéraires

Gardiens des Cités Perdues, tome 7 : Réminiscences

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous avez passé un excellent début de semaine. Ici, comme partout en France, on a chaud, et j’avoue avoir qu’une envie, celle de ressortir les pulls. Pas forcément les pulls épais, mais au moins, qu’on arrête de se promener en tee-shirt. L’été est passé, j’aimerais bien que l’automne s’installe pour de vrai.

En parlant d’automne, je vous retrouve justement aujourd’hui pour vous présenter ma première lecture dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge, dont vous pouvez d’ailleurs retrouver ma pile-à-lire ici. Je vous préviens tout de suite, ce n’est pas la peine de le chercher dans la pile-à-lire prévu, car je n’étais pas certaine de l’inclure dans le challenge, même s’il correspondant parfaitement à la catégorie A Window to the Past, donc celle concernant la magie. En effet, aujourd’hui je vais vous parler de magie, avec le tome 7 des Gardiens des Cités Perdues. Dire que j’en suis déjà au tome 7, et qu’il ne m’en reste plus qu’un à lire. Après, je serais à jour, et obligée d’attendre l’année prochaine la parution du tome 9. C’est assez triste je trouve.

Ce tome 7, intitulé Réminiscences, a été écrit par Shannon Messenger, et publié en France, comme les autres tomes, aux éditions Lumen. Il est sorti chez nous en novembre 2018. Voici son résumé :

Sophie Foster ne sait pas quoi (ou qui) croire. Et dans un jeu avec autant de joueurs, la pire erreur peut devenir la mauvaise menace.

Mais quand les Invisibles prouvent à Sophie qu’elle est bien plus vulnérable qu’elle ne l’avait jamais imaginée, elle réalise qu’il est temps de changer les règles. Ses puissantes capacités ne peuvent plus la protéger à présent. Pour affronter des ennemis impitoyables, elle doit apprendre à se battre.

Malheureusement, l’entraînement au combat ne peut pas aider un de ses plus proche ami qui fait face à un danger tout à fait différent, où la seule solution implique l’un des plus grands risques que Sophie et ses amis n’aient jamais pris. Et la distraction pourrait être exactement ce que les méchants attendaient…

Alors que Sophie se remet de ce qui est arrivé en Atlantide dans le dernier tome, et qu’elle attend le procès d’Alvar, voilà qu’elle est de nouveau la cible des Invisibles. Cette fois, ils font fort, et la blesse brutalement. Obligée d’être en longue convalescence, la jeune fille profite de cette dernière pour essayer de comprendre ce que veulent ces ennemis. Pourquoi ne l’ont-ils pas tuée alors qu’ils en avaient la possibilité ? Que cherchent-ils réellement ? Fitz n’est pas d’un grand secours, car il vient perturber toutes les pensées de la jeune Elfe. Et si Silveny s’y met aussi, Sophie peut être certaine de passer à côté d’un élément essentiel, qui peut leur coûter cher, à tous les Elfes, mais aussi à toute sles autres espèces. Cette fois, la guerre est déclarée, et Sophie aura bsoin de toutes ses forces, ses facultés mentales et de tous ses amis pour vaincre la menace qui pèse sur eux.

C’est déjà le septième tome, et je ne me lasse toujours pas de retrouver Sophie, de la voir évoluer comme elle le fait. Alors qu’elle avait déjà bien été éprouvée dans le tome précédents, qu’elle craignait pour la vie de ses parents humains, voilà à présent qu’elle est gravement blessée physiquement et qu’elle est obligée de garder le lit pendant des semaines. On ne peut que comprendre sa frustration, et aussi la peur qui est la sienne de passer à côté de quelque chose d’important, dont elle ne peut pas percer le secret car elle n’a pas le droit de bouger. Je l’ai trouvé très courageuse, car mis-à-part le fait de bouder de temps en temps, elle s’en sort finalement pas si mal, que ce soit dans sa guérison ou dans sa réflexion. On a mal pour elle, mais elle fait en sorte de tout supporter, une fois encore. Alors qu’elle aurait très bien pu s’effondrer, se dire qu’elle en avait assez, elle reprendre le combat, et cette fois d’une autre manière. C’est aussi cela qui est intéressant avec ce personnage, c’est que non seulement elle semble capable de tout affronter, mais en plus, elle est en mesure de faire évoluer ses pratiques afin de gagner le combat, même si cela la répugne, même si cela peut aller contre ses valeurs. Ainsi, elle n’hésite pas à apprendre à tuer, car seul cela peut la sauver. Elle est donc capable de prendre les bonnes décisions. Cela se retrouve aussi dans une autre décision qu’elle est obligée de prendre pour sauver ses amis, et qui risque de lui poser problème dans le futur. Mais c’est aussi cela qu’on aime chez elle, ce besoin de sauver tous ceux qu’elle peut, cette bonté qu’elle a en elle et qui la porte. Sophie est généreuse, même si elle vit le spires moments de sa vie, elle pense tout de même aux autres et à leur bien-être. Cela est sa plus grande force, mais aussi une faiblesse, comme elle va s’en rendre compte. Mais ce qui est aussi intéressant avec Sophie, c’est sa manière d’attirer à elle toutes les créatures possibles, de fédérer les troupes, de s’armer de gens puissants, d’être en fait une vraie leader, sans même s’en rendre compte. C’est ce que j’aime chez elle, cette force qu’elle a, qui lui fait voir le bien chez tout le monde, qui fait qu’elle est finalement incapable de se venger juste pour se venger, et qu’elle n’est pas pleine de préjugés comme le sont les autres membres de son espèce. C’est ce qui fait d’elle ce qu’elle est, le Colibri, le symbole du renouveau.

Les planches s’effondrèrent dans un concert de cris, les flacons dégringolant par centaines. Sophie tendit une nouvelle fois la main et les pieds afin de sauver ce qu’elle pouvait.

Tous ces élixirs… fruits du labeur d’Elwin. Quel gâchis de les gaspiller ainsi pour un jeu idiot ! Elle s’imagina alors dotée d’un millier de mains lancées dans toutes les directions possibles…

Soudain, le silence se fit.

– C’est donc ça, les pouvoirs du Colibri, souffla Ro, qui contemplait, ébahie, les fioles en suspension autour d’elle comme autant de minuscules satellites de verre.

Pas une seule n’avait touché le sol.

– Tout va bien, Sophie, s’inquiéta Elin. Pas de migraine ? Aucune douleur ?

– Rien du tout, lui assura-t-elle.

Malgré tous les doutes tapis dans l’ombre, prêts à l’assaillir, elle fut alors prise d’une certitude…

Elle avait beau être brisée, elle avait beau être en convalescence; elle n’en était pas moins forte pour autant.

Dans chaque tome des Gardiens des Cotés Perdues, les personnages secondaires sont importants et ont presque tous, à un moment ou un autre, un rôle essentiel à jouer. Plus l’histoire avance, et plus on découvre des choses sur ces personnages secondaires, qui sont tous prêts à mourir aux côtés de Sophie, à se battre pour libérer leur monde de la violence engendrée par les Invisibles. Dans le tome précédent, on découvrait Ro, la nouvelle garde du corps de Keefe. Comme je l’ai dit lors de ma chronique du tome 6, j’ai beaucoup aimé le personnage de Ro, princesse ogre venue aider les Elfes. J’ai adoré son humour et la manière dont elle peut discuter avec Keefe. Ce tome 7 voit apparaître Tarina, nouvelle garde du corps de Sophie. Trollesse, Tarina est aussi géniale que Ro, et j’ai adoré la voir interagir avec Sophie, mais aussi avec les autres membres du groupe. Tarina amène beaucoup au récit, car jusqu’à maintenant, les trolls restaient une espèce en retrait, peu évoquée, et j’ai apprécié que l’on n sache plus sur eux par le biais de Tarina. De la même manière, son personnage est très intéressant à suivre car elle s’attache facilement à Sophie et fait tout pour la protéger, mais aussi pour la préparer à certaines choses qui vont suivre. Elle aussi à un grand cœur, du moins à ce que l’on comprend, et j‘ai aimé qu’elle dévoile rapidement ses cartes pour aider Sophie, et qu’elle aille même aux-devants des ordres qu’elle peut recevoir. En vérité, Tarina est assez libre et n’aime pas suivre les ordres. Intelligente, elle est un atout indéniable pur le groupe. Ce que j’ai aussi apprécié dans ce nouveau tome, c’est que les masques tombent. L’amour semble enfin au rendez-vous, et de grandes révélations sont faites. J’avoue toutefois ne pas avoir apprécié totalement l’évolution de Fitz, qui retombe dans les travers qu’il avait dans le tome 2. En effet, il est rongé par la vengeance, et cela perturbe son jugement. De plus, il a quand même des mots durs envers Sophie, ce qui ma donné envie de le claquer. Je crois que je fais définitivement partie de la Team Keefe, dont j’ai tout de même apprécié ici la réserve. En effet, Keefe n’est pas très présent, si ce n’est pour divulguer ses blagues habituelles à Sophie, ou pour la rassurer. J’aime d’ailleurs toujours autant ce lien entre eux, et j’espère que cela ira plus loin par la suite.

– Je l’ai trouvé ! lança-t-elle. nous sommes dans la bonne direction.

– Génial, ironisa Fitz. On sait maintenant avec certitude qu’il s’est empressé de rejoindre les Invisibles.

– Tu as raison, marmonna Sophie. je…

– Tu as conscience de notre destination, au moins ? l’interrompit-il. Ce sentier mène droit au portail principal.

La jeune fille sentit son estomac se nouer.

– Son ADN ne lui permettra pas de l’ouvrir, leur rappela Biana. Et puis, peut-être…

– Peut-être que quoi ? la pressa son frère.

Elle soupira.

– Peut-être ne se montre-t-il pas aussi coopératif que tu le penses. Ce n’est pas parce qu’il a retrouvé la mémoire qu’il va forcément…

– Je t’arrête tout de suite, la coupa Fitz. Je suis sérieux : s’il était avec nous, il n’aurait pas couru…

– Mais…

– NON ! aboya le Télépathe. Si tu imagines toujours qu’il est de notre côté, tu ferais aussi bien de rester ici, parce que tu ne feras qu’empirer la situation.

Sophie ne put s’empêcher de se demander s’il ne s’adressait pas à elle – d’autant qu’elle soutenait plutôt Biana dans ce débat.

Ce qui est intéressant dans ce nouveau tome, c’est qu’on apprend enfin ce qu’est le fameux héritage de Fitz et de Biana, dont on entend parler depuis plusieurs tomes maintenant. Ça y est, les Invisibles dévoilent enfin une partie de leurs projets, même si cela leur coûte cher, tout comme à Sophie et ses amis. Les pièces de échiquiers se mettent peu à peu en place, et c’est très intéressant et plaisant. On comprend un peu mieux les motivations de chacun, et l’on comprend aussi un peu mieux ce qu’il se passe, même si de nombreuses questions restent encore en suspens. C’est assez sympa que les Invisibles changent de chef, et donc de vision à long terme, dans plusieurs épisodes, car cela permet de brouiller les pistes. On s’aperçoit vraiment de la cruauté des Invisibles, et du fait qu’ils sont prêts à tout pour faire basculer leur monde. Si on avait encore des doutes après les événements survenus dans les tomes précédents, notamment avec l’épidémie des gnomes, on se rend compte qu’ils sont vraiment prêts à s’attaquer à n’importe quelles espèces, même si cela peut être préjudiciable pour tous les Elfes et êtres vivants. Ils sont vraiment prêts à tout, sans aucune limite, et l’on sent donc que cela va finir par poser un vrai problème au groupe de Sophie. On est donc curieux de deviner comment tout cela peut se terminer, d’autant plus que les Invisibles ont toujours au moins un coup d’avance, qu’ils connaissent beaucoup mieux leur monde que tous les autres. Ce que j’ai aussi beaucoup aimé dans ce nouveau tome, c’est qu’on a non seulement un vrai suspens qui est mis en place, comme d’habitude, avec ne vraie tension sur le projet des Invisibles, et sur la présence de Alvar dans son ancienne maison, mais surtout qu’on découvre un nouveau pouvoir bien flippant. J’ai en effet très apprécié l’hydrombre que développe l’autrice dans ce tome. C’est à la fois bien effrayant, mais aussi intéressant, car on a une vison des ténèbres presque horrifiques, mais qui ne sont finalement pas si mauvaises que cela. Et l’idée des échos est super, même si je m’attendais à ce qu’elle soit davantage exploitée dans la fin du tome afin de rendre le combat plus inégal encore.

– Eh oui, Sophie, renchérit Gethen, il y a de quoi te sentir secouée. Nous disposons d’une avance considérable. Toutes les victoires que vous pensez avoir accumulées ne sont que le fruit de notre bon vouloir. Et n’oublie pas que nos alliés ogres ne sont même pas encore entrés dans la partie. Pas plus que nous nains. Nous vous préparons tant d’autres surprises… tu n’as même pas idée ! Voilà pourquoi je suis venu te délivrer un message. Il est temps que tu comprennes que tu ne dois ta survie et ta liberté ni à tes petits pouvoirs, ni à la pathétique protection du Conseil, ni aux méthodes ridicules du Cygne Noir, à la loyauté absurde de ton garde du corps, aux laborieux tours d’hypnose de ton père, ni encore à tes amis insupportables. Nous pouvons te retrouver quand nous voulons, où nous voulons, et si nous désirions ta mort – ou ta captivité -, ce serait déjà chose faite. La seule raison pour laquelle nous ne t’avons pas éliminée, c’est parce que Lady Grisela s’accroche toujours à l’espoir que tu t’avères utile, notamment en ce qui concerne son fils. Mais sa patience a des limites. Elle commence déjà à penser à un remplaçant.

Sophie sentit la bile lui envahir la bouche.

– Ce petit discours est censé m’effrayer ?

– Non, répondit la Ténébreuse. Mais ça, oui.

D’un geste, elle rassembla toutes les ombres alentours pour forger une lance, avant de la jeter sur Sandor et de laisser les ténèbres brser son champ de force.

En ce qui concerne l’écriture, le roman est long, il fait plus de 700 pages, mais en même temps, l’histoire passe très vite. Même si Sophie reste une bonne partie du livre en convalescence, sans qu’il ne se passe donc grand chose, sans action, on ne s’ennuie pas, car on suit ses théories et l’entraînement qu’elle s’impose afin de retrouver la forme. On est aussi dans l’attente de ce qui va se passer, si bien qu’on a l’impression d’être en face d’une tempête et d’attendre qu’elle nous tombe dessus, tout en ignorant d’où elle va vraiment venir. C’est bien fait, et l’on ressent bien la tension éprouvée par nos personnages. La romance mis en place permet aussi d’atténuer cette angoisse montante, tout en jouant dessus. On découvre aussi un peu plus le fonctionnement de la médecine Elfique, ainsi que celui de la justice, et de l’hydrombre. J’ai aussi aimé que l’on en sache un peu plus sur les chansons des gnomes. Le monde crée par l’autrice est toujours aussi vivant, aussi plaisant à découvrir, et alors que l’on pense que l’on en sait beaucoup, de nouvelles informations viennent s’ajouter, ce qui fait qu’on découvre en même temps que Sophie à quel point son univers est vieux et complexe, et à quel point les secrets qui dorment depuis des siècles sont profondément dissimulés. Chaque tome nous apporte des éléments et nous faire voir le monde Elfique d’un autre œil. C’est intéressant et vraiment bien construit. Et j’ai hâte d’avoir la suite pour en savoir encore plus sur le fonctionnement des mariages.

En résumé, je suis toujours aussi fan de cette saga, et c’est un vrai plaisir de continuer à suivre Sophie dans ses aventures. J’ai néanmoins toujours un problème avec Dex et Fitz, qui sont des personnages pouvant se montrer assez désagréables avec Sophie, même si ce sont ses amis. Je préfère Keefe, et leur relation à tous les deux est plus plaisante à suivre, de mon point de vue. J’apprécie toujours autant de découvrir plus en détail le monde de Sophie, ainsi que les plans des Invisibles afin de dévoiler au grand jour les secrets les plus horribles sur le monde Elfique. Ce tome, malgré le fait que l’action est moindre que dans les autres, apportent tout de même un vrai suspens et une tension bien présente. Pendant tout le livre, on est en attente, mais on ne s’ennuie pas. Le roman est toujours aussi bien construit, et le suspens présent jusqu’à la fin.

Et vous ?

Lisez-vous beaucoup de sagas ?

Finissez-vous par vous ennuyer dans un saga qui a plus de cinq tomes ?

Ou au contraire, préférez-vous els sagas longues, avec plus de dix tomes ?

Bon mercredi 🙂

Une réflexion au sujet de « Gardiens des Cités Perdues, tome 7 : Réminiscences »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s