chroniques littéraires

Gardiens des Cités Perdues, tome 3 : Le Grand Brasier

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez bien et que vous passez une excellente semaine. Pour ma part, je suis assez fière de moi, je viens enfin de terminer la correction du bac blanc d’une classe. Je vais pouvoir passer à la deuxième, avant de récupérer les copies d’autres évaluations que j’ai donné. Le métier de prof exige vraiment beaucoup de temps et qu’on soit sur tous les fronts. En tout cas, je suis plutôt contente des résultats, du moins dans ma matière.

Aujourd’hui, je vous propose plutôt de quitter l’ambiance anxiogène de la Terre et de nous plonger dans un autre monde, celui de Sophie Foster, la jeune héroïne des Gardiens des Cités Perdues. J’ai dévoré le troisième tome de ses histoires cette semaine, et il est donc temps que je vous en parle. Comme pour les autres tomes de la séries, que vous pouvez retrouver ici pour le tome 1 et ici pour le tome 1, ils sont publiés aux éditions Lumen. Ce troisième tome est sorti en France en février 2015 et voici son résumé :

Voilà plusieurs semaines que Sophie Foster n’a plus aucune nouvelle du Cygne Noir, l’organisation clandestine qui l’a créée. Si elle se sent abandonnée, la jeune Télépathe redoute surtout qu’un traître n’ait infiltré leurs rangs. Pourtant, elle a bien vite d’autres chats à fouetter : un mystérieux traqueur est découvert sur Silveny l’alicorne, Vertina, le miroir spectral de Jolie, refuse obstinément de révéler ce qu’elle sait, et le Conseil ordonne à Sophie de guérir Fintan, le Pyrokinésiste à l’esprit brisé, malgré l’immense menace qu’il représente…

Toujours accompagnée de Keefe, Dex, Fitz et Biana, la jeune fille est entraînée dans un tourbillon de révélations et de rebondissements… à tel point que, déterminée à démasquer les rebelles qui menacent les Cités perdues, elle va commettre un terrible faux pas, et conduire les elfes au bord de la guerre !

Dans le tome précédant, nous avions laissé Sophie avec de nouvelles capacités. Alors que la jeune Elfe découvrait encore son monde et les châtiments qui pouvaient entrer en vigueur dans ce dernier, elle s’est découverte la possibilité de soigner les esprits rendus malades par la culpabilité ou par un châtiment. Or, voilà que le Conseil, son gouvernement, lui ordonne de soigner l’un des coupables condamnés par ce même Conseil. Sophie accepte, sans se douter que cela va entraîner de lourdes conséquences, non seulement pour elle, mais aussi pour son monde tout entier. La guerre n’a jamais été aussi proche, et la condamnation de Sophie aussi possible.

J’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver le personnage de Sophie dans ce nouveau tome. C’est un personnage que j’apprécie beaucoup et que j’aime suivre. Elle a tout de l’héroïne à laquelle on s’attache facilement. C’est une jeune fille très courageuse, obstinée, qui va au bout de ses idées. Dans les deux premiers tomes, elle a montré beaucoup de ses qualités. Dans ce nouvel épisode, elle nous montre aussi que ses qualités peuvent se transformer en défauts. En effet, son obstination risque de la perdre, et elle montre des signes d’impatience qui lui sont presque fatales. Sophie démontre justement qu’elle en a assez d’être un pion dans le jeu politique des Cités Perdues, et qu’elle veut qu’on la respecte pour ce qu’elle. Or, cela suppose des réponses aux questions qu’elle n’arrête pas de se poser, or ces réponses, personne ne semble prêt à lui donner. Sophie en a assez qu’on la maintienne dans l’ignorance, et ses réponses, elle cherche à les obtenir par tous les moyens. Or, cette fois, elle ferait mieux de s’abstenir. Avec son impatience, Sophie manque de déclencher un drame. De ce fait, j’ai trouvé que le personnage de Sophie devenait moins lisse que celui qu’il était auparavant. Certes, elle avait déjà montré de quoi elle était capable dans le premier tome, lorsqu’elle n’obtenait pas ce qu’elle souhaitait, mais c’était encore autre chose. Ici, elle montre enfin son côté sombre, presque machiavélique, tout cela en restant une héroïne parfaite, qui n’agit que pour le bien des autres. On sent, à mon sens, que Sophie grandit et prends ses aises dans son nouveau monde. Cela promet donc des rebondissements intéressants dans les tomes à suivre. Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié, c’est le nouvel apport dans la vie de Sophie par rapport à sa création. Jusqu’ici, elle ne se posait que certaines questions sur ce sujet, avec notamment un questionnement sur les raisons de sa naissance, mais dans ce troisième épisode, voilà que la jeune fille se retrouve directement confronté à la possibilité d’avoir des réponses sur sa mère, sur ses géniteurs. Or, jusqu’ici, ce sujet ne l’intéressait pas. Sophie se voit donc confrontée face à un nouveau problème et elle doit trouver comment réagir. De ce fait, cela l’oblige aussi à mûrir. Cette évolution, que l’on voit petit à petit, est très plaisante à lire, d’autant plus qu’elle démontre que le personnage peut s’adapter à ses nouvelles connaissances. J’ai été touchée par son attitude.

Bon, je me lance, transmit-elle à la hâte avant de changer d’avis. Je… je ne tiens pas à savoir qui sont mes parents biologiques.

Ouh là… Tu n’es même pas un tout petit peu curieuse ?

De savoir qui, au juste, m’a abandonnée à une pognée de savants fous en dépit du danger que j’allais encourir ?

Cois-tu qu’ils étaient au courant ?

Comment l’inverse serait-il possible ?

Comment auraient-ils pu le savoir ? contra Fitz. N’oublie pas, Sophie, qu’avant ton arrivée, les enlèvements n’existaient pas chez nous.

Peut-être. Mais je te rappelle que le Cygne Noir m’a cachée. Ils ne l’auraient pas fait s’ils ne craignaient pas pour ma sécurité.

Tu as sans doute raison.

Celui qui m’a laissé perplexe dans ce nouvel épisode, c’est Dex. C’est un personnage que j’aimais beaucoup dans le premier tome, et qui était assez effacé dans le second. Or, dans ce troisième épisode, il prend une plus grande place, mais on ne peut pas dire que cela soit bénéfique. Je dirais même le contraire. J’ai été assez déçue par son attitude. J’avais dit la même chose par rapport à Fitz dans le second tome, mais ses raisons restaient compréhensibles. Il était sous le coup de la colère. Ici, Dex se montre égoïste, et surtout ln ne réfléchit pas du tout. Il croit certainement bien faire, mais ce qu’il fait en définitif est une énorme erreur, qui était prévisible. Ce qu’il fait est pour moi impardonnable et je me demande donc comment son personnage va évoluer par la suite, parce qu’il semblerait logique que ses liens avec Sophie ne soient plus les mêmes après ce qu’il a fait. Personnellement, je vais l’attendre au tournant, car j’ai du mal à accepter le fait qu’il s’excuse, comme si cela allait changer quelque chose. J’attends de voir comment il va se comporter dans la suite de la série, mais pour le moment, j’avoue que c’est un personnage que j’aimerais moins voir. D’un autre côté, cela est très intéressant pour l’histoire et pour les futurs rebondissements.

– Je croyais juste aider, murmura Dex, les yeux rivés sur son affreuse création. Jamais je n’aurais cru…

– Je sais, le rassura Sophie.

– Tu as tenté de me prévenir, pourtant. Tu m’as dit que c’était une mauvaise idée… mais je ne t’ai pas écoutée.. et maintenant…

Il pleurait de plus belle. Sophie ne voyait plus qu’une solution.

Elle le serra dans ses bras.

– Tu vas me détester, à présent, bredouilla-t-il entre deux sanglots.

La jeune fille lui promit le contraire – et pria pour que ce soit le cas.

Cependant, ce qui est très intéressant avec ce nouveau tome, c’est toute la dimension politique qui se met en place, et que l’on avait pas forcément dans les autres romans. En effet, je trouve qu’ici on se rapproche énormément d’une dystopie, avec une forte critique envers le mode de fonctionnement des Cités Perdues. Le fait que Sophie vienne d’une ville humaine y est certainement pour quelque chose, car elle a un tout autre regard sur le monde qui l’entoure, et elle contamine les autres. De ce fait, elle apporte une vague de nouveauté dans ce nouveau monde qu’elle découvre, et qui n’a pas bougé depuis des millénaires. Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce nouveau tome, c’est justement le rôle que joue Dex dans l’horreur qui se met en place. On comprend ainsi jusqu’où le gouvernement en place est prêt à aller, et cela avec une partie de la population avec lui, même si cela va contre ses valeurs de départ. De ce fait, je trouve qu’on a ici, encore plus dans ce tome, une vraie peur de l’étranger, qui est représenté par Sophie. Ce roman parle en vérité de notre époque. Ce qui est très intéressant aussi, c’est donc tout cet aspect politique intérieure, mais aussi extérieure. En effet, les Elfes ne sont pas seuls, et on sent que la guerre est à présent toute proche, que les traités signés autrefois sont sur le point d’être rompus. Ainsi, j’ai trouvé qu’il y avait une véritable tension dans ce nouvel épisode, et que l’on sent que tout peut dégénéré assez vite, que le monde peut basculer en un claquement de doigts. Tout le monde semble avoir un intérêt dans cette guerre qui s’annonce, même si cela semble encore caché, masqué, et cela est prometteur pour la suite.

– J’ai déjà fait bien pire, murmura l’Elfe au visage boursouflé. La solution la plus morale n’est pas souvent la plus efficace. Nul n’a jamais remporté de guerre sans faire de victimes.

– En sommes-nous donc là ? demanda la jeune fille. A faire la guerre ?

– Hélas, oui. Une guerre silencieuse, qui vise à en éviter une autre, bien plus retentissante. Tu peux me haïr de lui demander un tel effort, mais c’est la triste réalité. Nous ne pouvons contrôler les actes des autres, pas plus que nous ne pouvons les empêcher de nous décevoir. Nous sommes justes capables de nous nourrir de notre colère et de notre douleur afin de prendre le dessus.

En ce qui concerne l’écriture de l’autrice, je suis toujours aussi fan. Le roman se lit très bien, le texte est fluide et les aventures sont bien rythmées. Les tensions, comme je le disais plus haut, sont de plus en plus là et la saga gagne en profondeur. Ce que j’ai nettement apprécié, c’est que des petits indices sont éparpillés dans le roman afin de continuer à cogiter sur les mystères qui entourent Sophie. je n’avais pas lm’impression qu’il y en avait autant dans les autres tomes, même si je me doutais déjà que la question de la mère de Sophie serait abordée, vues les informations laissées dans le tome précédant. En tout cas, ici, j’ai eu le sentiment qu’on apprenait plus de choses que Sophie elle-même, et qu’il était plus évident de deviner certains éléments. Il ne me reste donc plus qu’à voir si les théories que j’ai élaborées vont être bonnes. En tout cas, le roman est toujours aussi plaisant à lire et à découvrir.

En résumé, je suis toujours aussi agréablement surprise par cette série, et je comprends toujours plus l’engouement qui l’entoure. J’aurais adoré lire cette série étant enfant, parce que je trouve qu’elle correspond parfaitement à ce qu’on peut attendre d’une telle série à ce moment-là de la vie. Elle est parfaite pour les enfants et les adolescents, et l’on prend plaisir à la lire même en étant adulte. Le personnage de Sophie est toujours plaisant à suivre, et ses amis sont déroutants. J’ai toujours un petit coup de cœur pour Keefe et j’ai hâte de lire la suite. Je ne peux donc que vous la conseiller.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver dans les longues sagas ?

Au contraire, qu’est-ce qui peut vous y ennuyer ?

Lisez-vous en beaucoup ?

Aimez-vous retrouver vos personnages préférés sur la durée ?

Bon vendredi à tous 🙂

Une réflexion au sujet de « Gardiens des Cités Perdues, tome 3 : Le Grand Brasier »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s