autoédition·chroniques littéraires·service presse

Ce que je veux

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez bien et que vous passez un agréable weekend. Ici, il est encore marqué par la fatigue et par tout ce que j’ai à faire. Des copies m’attendent toujours, des cours à préparer, et je n’ai pas vraiment le temps d’écrire. Heureusement, j’arrive tout de même à lire un peu, il faut que je me force à prendre du temps pour moi aussi. Et puis, le fait que ce soit bientôt les vacances me fait tenir, avec en plus la promesse d’aller voir le prochain Star Wars cette semaine. Mes places sont prises, je suis donc assurée de voir ce dernier film sr lequel on n’arrête pas de parler, à la maison.

Mais en attendant, je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de l’une de mes dernières lectures, qui va vous emmener tout droit au royaume de l’amour. J’ai en effet pu lire en exclusivité le dernier roman de Sophia Laurent, qui sort justement aujourd’hui. Je la remercie pour ce service presse. Si vous n’avez pas encore lu de roman de Sophia, je vous conseille tous ses titres, dont vous pouvez retrouver les avis ici : Ruines, Evolutio, A Cœur Perdu. Ce nouveau roman sort en autoédition. Voici son résumé :

Enfin ! A tout juste vingt-trois ans, je viens de décrocher un emploi en tant qu’assistante administrative à Lille ! Fini pour moi la verdure et le silence de la Somme, bonjour la vie parfaite de citadine ! Enfin, parfaite… C’est vite dit. Ma colocataire est une nymphomane, mon job idéal n’est pas du tout comme je l’imaginais et pour couronner le tout, le type sur lequel je craque n’est rien d’autre que mon directeur technique ! Mais bon, rien ne résiste à Alba Acosta, je vais pouvoir dépasser tout ça… n’est-ce-pas ?

Dans ce roman, nous suivons Alba, une jeune fille du Nord qui vit dans un tout petit village avec sa mère. Or, voilà q’elle obtient un poste à Lille, loin de sa mère, mais aussi de son meilleur ami, qui lui a brisé le cœur. Il est temps pour elle de voler de ses propres ailes et de commencer sa vie d’adulte, la tête encore pleine de rêves. Mais voilà, tout ne se passe pas comme prévu, en Alba va rapidement déchanter. Et si la vie d’une citadine n’était pas faite pour elle ?

Je vais commencer cette chronique par vous parler du personnage d’Alba. C’est un personnage que j’ai apprécié, auquel je me suis rapidement attachée. Alba a certes une certaine candeur qui fait qu’elle peut sembler insupportable, mais c’est parce qu’elle est encore bien jeune, elle n’est pas encore aigrie par la vie. Sa nouvelle vie à Lille a tout de magique pour elle et elle est persuadée d’y trouver sa place. Elle m’a fait penser à mes amies et à moi lorsque nous sommes arrivées sur Nantes lors de nos études. Malgré sa vingtaine, Alba réagit comme une étudiante, et cela est assez drôle. Parce qu’évidement, la chute va être très rude pour elle. Rien de ce qu’elle avait imaginé ne va se passer correctement. De ce fait, on la prend un peu en pitié, et on a envie de l’aider. En même temps, ces épreuves sont nécessaires pour qu’elle grandisse, et qu’elle comprenne ce qu’elle veut. Doit-elle encore s’accrocher à ses rêves ou affronter la réalité en face ? Ce que j’ai aimé avec le personnage d’Alba, c’est justement cette fraîcheur qu’elle a, cette croyance que la vie va finir par s’arranger, même si elle est au fond du trou. C’est un personnage très optimiste, très solaire, très positif, et elle fait du bien au moral. Elle vit pourtant des moments très durs, mais elle fait tout pour s’accrocher. C’est quelqu’un de volontaire. Beaucoup, à sa place, aucun jeter l’éponge, mais elle, non. J’ai apprécié sa ténacité, même si pour elle, elle aurait mieux fait d’abandonner avant.

J’ai passé entretien au Pôle Emploi, je n’ai donc pas encore rencontré ma directrice. J’ai lu beaucoup d’informations sur l’entreprise sur internet, mais pas moyen de savoir qui est celle qui me donnera des ordres à partir de demain. Alors, je me suis fait ma propre idée : je l’imagine comme une vieille dame aux cheveux gris et au visage rond, toute délicieuse et gentille dans ses pulls en mohairs et ses chaussures plates. Un peu comme la Marraine de Cendrillon. L’image cliché d’une adorable personne, donc. Je vais sûrement tomber de haut, lundi, mais je peux m’empêcher de la dessiner comme une touchante sexagénaire. Peut-être parce que Delphine, mon ancienne patronne, était ce genre d’individu. Je ne compte plus les gâteaux, les cakes et les autres petites douceurs que Delphine nous ramenait, à mes collègues et à moi. Cette entreprise était si agréable… Si j’avais pu, je serais restée. Mais ils ne m’ont pas proposé de poste fixe… et puis, il était à la campagne, à Hesdin. J’aurais saturé un jour ou l’autre. Je suis faite pour la ville, j’en suis sûre et certaine.

Je vais à présent vous parler des personnages secondaires, qui sont donc les deux amies que se fait Alba à Lille. Il s’agit de sa colocataire Zoé et de Moera, la vielle dame qui vit dans le même immeuble qu’elles. Je vais commencer par Zoé. C’est un personnage qui ne paraît pas très sympathique au début, tout simplement parce qu’elle st mal dans sa peau et qu’elle est très bordélique. Elle n’est pas très avenante avec Alba et on a même l’impression qu’elle veut la mettre à la porte. Du coup, elle en devient sans gêne. Or, peu à peu, c’est un personnage qui se révèle. En fait, Zoé est une fille généreuse, qui aime les autres. Elle ne sait juste pas comment le montrer. J’ai apprécié l’évolution de sa relation avec Alba. J’ai notamment aimé le pacte qu’elles font toutes les deux, celui de démissionner de leurs emplois si l’autre le fait. Cela va leur permettre d’avancer toutes les deux, de se motiver l’une l’autre. Et j’ai adoré le franc parlé de Zoé. En ce qui concerne Moera, j’ai beaucoup aimé la manière dont elle s’installe dans la vie des deux jeunes filles, la manière dont elle devient même presque un membre de la famille en jouant le rôle de grand-mère bienveillante dont les filles ont besoin. Elle est leur confidente, l’épaule sur laquelle elles peuvent pleurer lorsque cela ne va pas. Et elle le fait par pure gentillesse, parce qu’elle es’t attachée à ces deux filles un peu perdues. J’ai aimé la manière dont elle veille sur elles, sans jamais les juger. On voudrait tous avoir une Moera dans nos vies.

– Et si on passait un marché ? lâche-t-elle en se redraissant soudain. Si tu quittes ton job, je quitte le mien.

– Je ne peux pas…

– Pas maintenant ! s’écrit-elle en haussant les mains. Mais la première qui se barre de son job de merde oblige l’autre à le faire. Ça nous poussera à ne pas baigner dans notre vie pathétique trop longtemps. Ok ?

Dois-je passer un marcher avec la fille qui ne peut pas s’empêcher de boire tous les soirs en regardant des émissions débiles ? La fille avec qui je n’ai toujours pas sympathisé alors que nous vivons ensemble depuis un mois ? Il faut croire que oui, parce que j’opine d’un « ok » enroué. Zoé scelle notre pacte en terminant sa bouteille d’un trait. Je file dans ma chambre en me demandant si je ne viens pas de faire une énorme bêtise.

Venons-en à présent aux personnages masculins, qui sont donc Geoffrey et Will. Geoffrey est l’ancien petit ami d’Alba, et aussi son meilleur ami, même s’il lui a brisé le cœur. Will est l’homme que rencontre Alba à Lille, et qui fait battre son cœur. Mais voilà, lequel est vraiment celui qui est pour Alba ? La jeune femme l’ignore. Je dois avouer qu’aucun des deux hommes n’a su me séduire, pour ma part. En effet, je dois avouer qu’ils ont tous les deux de gros défauts, ce qui fait qu’on a envie de voir un autre homme venir emporter Alba sur son cheval blanc. Je vais commencer par parler de Geoffrey, que j’ai trouvé assez froid, certainement parce qu’il ne sait pas s’il aime encore Alba. Il joue le rôle du meilleur ami à la perfection, mais il lui cache aussi des choses, ce qui fait qu’il n’est pas tout à fait honnête avec elle. C’est assez méchant, car cela va avoir répercussions sur Alba. En ce qui concerne Will, il n’a pas un grand attrait aussi pour moi, car même s’il semble génial au premier abord, il n’a de cesse de jouer avec Alba, d’abord en la repoussant, puis en sortant avec elle tout en restant mystérieux sur certains aspects de sa vie. De ce fait, j’ai eu du mal à l’apprécier, surtout à la fin lorsqu’il abat ses cartes et qu’Alba découvre toute la vérité. J’avoue avoir préféré le personnage de Ryan, l’ami de Will et voisin d’Alba, qui est bien plus drôle. J’aurai préféré le voir plus dans le roman.

Je ravale un sanglot en revivant la honte ultime, quand Marion a déposé les mails avec chaque faute entouré sur mon bureau. J’entends encore son « inadmissible » enflé par le dédain et la colère. je revois Will passer à côté de nous, sans réagir, plongé dans les papiers qu’il avait en main. Il ne s’est même pas arrêté pour tenter de calmer Marion. Il a juste continué son chemin. Je lui en ai voulu toute la journée même s’il agit ainsi d’un commun accord.

– J’en ai marre de ce poste… j’en ai marre de Marion…

– Tu en as parlé à Will ?

– Non. Nous n’avons pas le droit de parler boulot à deux. Il ne veut pas. Au travail, il ne se mêle jamais des agissements de Marion, il passe souvent devant moi comme si je n’existais pas. Pour lui, il y a une nette différence entre travail et vie privée.

En ce qui concerne l’écriture, le roman se lit super bien. Les chapitres s’enchaînent à une bonne vitesse, et on a du mal à lâcher le livre. Le style est simple et agréable, il correspond parfaitement à l’histoire. De ce fait, c’est une lecture sympa, parfaite pour les fêtes même si le roman ne se passe pas entièrement à la période de Noël. C’est une bonne lecture, une romance intéressante. J’avoue que pendant une bonne partie du livre, voire même jusqu’à la fin, je ne savais pas avec qui Alba allait finir cette histoire, le suspens est donc bien mené. Et j’ai apprécié les rebondissements qui arrivent au cours de la lecture. On est aussi surpris qu’Alba. Et j’ai ri avec les personnages à certains moment,s car certaines scènes sont vraiment drôles, grâce à la maladresse d’Alba. Le fait que tout soit écrit du point de vue d’Alba aide à se mettre à sa place et à s’attacher à elle. J’ai aussi apprécié le petit côté Le Diable s’habille en Prada que l’on retrouve dans ce roman, notamment avec tout le harcèlement moral auquel doit faire face Alba. Cela ne donne pas du tut envie de travailler dans une entreprise pareille.

En résumé, c’est un roman agréable, avec des personnages féminins très intéressants, qu’on a envie de suivre. J’ai apprécié le trio qu’elles forment toutes les trois, et les liens forts qui les unissent. J’ai eu plus de mal avec les personnages masculins, mais parce que j’ai eu l’impression que les deux hommes essayent de manipuler Alba en lui cachant des choses. Cela aurait été plus simple qu’ils lui avouent la vérité dès le début. Mais cela n’a pas entaché ma lecture et j’ai passé un bon moment avec tous ces personnages, qui ne sont que des humains, avec leurs faiblesses et leurs forces. C’est donc une lecture que je conseille, une bonne histoire d’amour, qui a su me faire rire aussi.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver chez les personnages masculins de romance ?

Ou au contraire, quels sont pour vous leurs pires défauts ?

Comment aimez-vous les héroïnes de ces histoires ?

Bon dimanche à tous 🙂

Publicité

2 réflexions au sujet de « Ce que je veux »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s