autoédition·chroniques littéraires·service presse

Le jardin secret de Marie

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien et que vous passez une bonne semaine. Pour ma part, comme vous pouvez le constater, c’est encore la course. J’arrive vraiment pas encore à me faire à mon nouvel emploi du temps, et surtout à mon nouveau rythme. Moi qui voulais que la chronique que je vous poste aujourd’hui sorte hier, je n’ai même pas eu le temps dans la semaine de l’écrire, si bien que je suis obligée de la décaler à aujourd’hui, et que je risque de mettre des articles sur le blog que le weekend. Cela m’agace un peu car j’aime que les chroniques soient étalées sur la semaine. Il va vraiment falloir que je m’améliore dans la gestion du temps.

Aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un roman autoédité qui aurait dû voir sa chronique sortir pour le #JeudiAutoEdition, rendez-vous sur les réseaux sociaux que j’apprécie puisqu’il a été créé pour mettre en avant les romans d’autoédités, et cela est important, quand on entend encore les gens dire que l’autoédition ne sert à rien et que c’est forcément mauvais. Je compte d’ailleurs continuer à vous faire découvrir, pendant ces rendez-vous, des auteurs autoédités que j’apprécie. En attendant, aujourd’hui, je vous présente le roman Le Jardin Secret de Marie. Il a été écrit par Coralie Raphaël et je la remercie de m’avoir envoyé son roman en service presse via la plateforme simplement pro. Le roman est sorti en juin 2019 et j’en avais beaucoup entendu parler sur les réseaux sociaux, ce qui m’avait donné envie de le lire. C’est un roman construit un peu comme un conte initiatique. Voici son résumé :

Fille unique, Marie vit seule dans un immense manoir avec sa gouvernante Kate, et son père, qui ne rentre que rarement. Un soir, alors qu’elle entend un bruit étrange dans sa chambre, la fillette découvre dans les couloirs du manoir un passage souterrain qui mène à un jardin secret. Là, elle fait la rencontre de Sauge, une créature qui ne semble formée que d’une tête dans un bocal. D’abord effrayée, Marie se lie très vite d’amitié avec son nouveau compagnon. Sauge lui raconte une si belle histoire que la fillette sacrifie son sommeil pour se rendre chaque nuit dans le jardin, en cachette de sa gouvernante. Mais Marie s’interroge : qui a créé ce fabuleux jardin ? qu’est-il arrivé au corps de Sauge ? Alors que son attachement pour lui grandit, la jeune fille découvre un coffre enterré dans le jardin qui va bousculer sa vie…

Dans cette histoire, nous suivons donc Marie, une petite fille de douze ans, qui vit seule dans un grand manoir en Grande-Bretagne. Elle n’a pour seule compagnie que sa gouvernante, Kate, une femme froide qui rêve de faire d’elle une Lady, comme l’était avant elle sa mère. La seule distraction de Marie, c’est le peinte qui vient faire son portrait tous les jours à la même heure. Or, voilà que le soir de ses douze ans, alors qu’elle entend pour la énième fois du bruit sous sa chambre, Marie prend son courage à deux mains et va voir d’où vient le bruit. Découvrant là un passage secret, elle entre dans un autre monde : sous sa chambre se trouve un jardin magnifique, avec une tête dans un bocal. La tête, vivante, s’appelle Sauge, et il a une histoire à raconter à Marie. Dorénavant, la fillette va voir toutes les nuits son nouvel ami. Mais pourquoi n’a-t-il qu’une tête ? Et si cela était lié à son grand-père, décédé, qui s’occupait de Sauge avant sa mort ? Et que renferme la stèle cachée dans le jardin ? Et pourquoi personne ne vient voire Marie ? La petite fille va devoir comprendre beaucoup de choses pour découvrir qui elle est vraiment, ainsi que les secrets de sa famille.

Je vais commencer cette chronique par vous parler du personnage de Marie. Bien qu’elle n’ait que douze ans, je me suis facilement attachée à cette petite fille qui est bien solitaire, non pas parce qu’elle l’a choisi, mais parce qu’on lui impose cette solitude. Marie ne connaît aucun autre enfant de son âge, elle ne fréquente personne en dehors de sa gouvernante, si bien qu’elle n’a que son journal à qui se confier. Son père ne vient la voir qu’une fois par an, et la fillette regrette son grand-père, un homme fantasque, qui est décédé lui aussi quelques années auparavant. Mais tout cela change lorsqu’elle rencontre Sauge. Ce que j’ai beaucoup aimé avec Marie, c’est qu’on la voit évoluer. Fillette un peu craintive au début, elle finit par faire preuve de courage pour affronter ses peurs, pour descendre dans le jardin d’où provient un bruit effrayant qu’elle seule entend, puis pour parler à Sauge. Et elle continue à faire preuve de courage lorsqu’elle se retrouve obligée de rencontrer son oncle dont elle n’a jamais entendu parler, puis protéger Sauge. Marie est une petite fille têtue qui se révèle peu à peu, qui prend confiance grâce à ses capacités, grâce à Sauge. On est heureux de la suivre dans ses aventures et de la voir grandir petit à petit pour deviner l’adulte qu’elle va être. J’ai apprécié cette métamorphose car je n’étais pas vraiment convaincue au début de ma lecture par la petite fille craintive qu’elle était, mais cette transformation, toutes les preuves de courage dont elle fait preuve, nous donne envie de la voir se dépasser encore plus. De plus, on la voit aussi devenir plus mûre, et accepter mieux sa condition. Elle qui ne se posait pas de questions sur sa mère, par exemple, va finir par rencontrer cette dernière, ou du moins aller à sa rencontre, puisque sa mère est morte. Elle devient donc de plus en plus curieuse et c’est très intéressant de la voir se heurter à des non-dits, avant de finir par avoir la vérité qu’elle cherche et dont elle a besoin. Cela nous attache plus à cette enfant et nous donne envie de l’aider.

Marie prend une grande inspiration et sa peur la quitte comme on écale une coquille d’œuf.

– Tut va bien.

La fillette ouvre les yeux et saute du lit. Le sol froid la fait frissonner de la tête aux pieds. En temps normal, elle serait immédiatement retournée dans son lit mais cette nuit, elle se tient debout, déterminée, et se répète les mots de son grand-père.

Tu devras un jour faire preuve d’un grand courage. Quand ce jour viendra, tu iras alors regarder ce qu’il y a à l’intérieur.

Marie croit entendre la voix de son aïeul. Elle l’entend encore plus clairement que l’étrange bruit qui n’a pas cessé de résonner dans sa chambre depuis qu’elle s’est couchée. Marie n’a plus sommeil. L’horloge indique qu’il ne reste plus que trente minute avant minuit. Elle aura bientôt 12 ans.

– Je pense que ce jour est arrivé.

Je vais à présent vous parler du personnage de Sauge. Je me suis aussi facilement attachée à lui, car son personnage est mystérieux. On ne sait pas grand chose de lui, même jusqu’à la fin d récit. On sait juste que c’est un homme qui n’a plus que sa tête et qui vit dans le jardin secret, dans un bocal, où il ne peut que lever les yeux pour regarder les plantes et lire. Il a d’ailleurs une certaine passion pour la lecture qui l’aide à ne pas voir le temps passé. Ce que j’ai beaucoup aimé chez lui, c’est l’attachement qui se met en place entre lui et Marie, on sent en effet que l’amitié entre eux se met en place en un claquement de doigt. Il faut dire que ce sont deux âmes solitaires qui s’assemblent pour trouver du réconfort. Tous les deux ont besoin de parler, de trouver une personne à qui se confier, et ils ont aussi en commun le grand-père de Marie, qui s’est occupé de Sauge avant sa mort. Ils partagent la même douleur, celle de la perte d’un air cher. On sent que auge était très attaché à cet homme qui lui a donné le jardin, qui lui a apporté des livres, puis Marie. Il est très reconnaissant envers cet homme qui est pourtant aussi mystérieux que lui. Ce qui est aussi très intéressant avec Sauge, c’est la manière dont il raconte son histoire. En effet, afin de ne pas effrayer Marie, il se met à lui raconter un conte pour enfant. Or, à partir de ce moment-là, cela va devenir leur rituel, et Sauge fait avancer l’histoire de manière à ce qu’elle corresponde avec l’état d’esprit de Marie, ou avec les questions qu’elle se pose. Il a un vrai don qui est très sympathique à suivre car cela donne du courage à Marie, la pousse à se dépasser. Elle devient courageuse en partie grâce à l’histoire de Sauge. Ce qui est touchant aussi, c’est la manière dont ils s’attirent tous les deux. J’ai parler plus haut du lien qui se met en place entre eux deux, un lien d’amitié, mais finalement, il est encore plus fort que cela, et il va provoquer plusieurs situations qui ne peuvent que toucher le lecteur, que l’émouvoir, car leur lien est très beau et donne de vraies scènes magiques. Et j’ai bien aimé l’explication que donne l’autrice à la fin de l’histoire, sur le véritable rôle de Sauge, mais je ne vous en dis pas plus.

Sur le balcon, Marie a disposé une chaise marron et une table blanche sur laquelle elle installe doucement le bocal de Sauge. Il ne fait pas très froid mais elle entoure tout de même son bocal de l’écharpe avant de disposer devant eux une tasse pour chacun. Elle les remplit d’eau et pose une assiette de biscuit sur la table puis frappe doucement contre le bocal pour appeler son ami.

– Sauge !

Marie sourie de bonheur.

– C’est prêt.

Le jeune homme ouvre les yeux et pousse un cri d’exclamation.

– Ah

(…) – C’est magnifique. (…) C’est le plus beau jour de ma vie, marie. Je ne l’oublierai jamais.

Cette nuit, Sauge murmure un grand nombre de fois cette même phrase.

Le gros point fort de cette histoire, ce qui m’a le plus plu, c’est tout de le mystère qui entoure le jardin secret, la présence de Sauge, mais aussi le fait que Marie soit aussi seule. On est face à plusieurs énigmes qui se résolvent petit à petit, au cours de l’histoire. On découvre pourquoi Marie doit ressembler à une Lady, pourquoi son père ne vient pas la voir, et autres choses. J’ai aussi beaucoup aimé le rôle du grand-père, cet homme qu’on ne voit pas dans l’histoire, mais qui savait déjà que la rencontre entre Sauge et Marie aurait lieu. En effet, c’est lui qui l’avait orchestrée. J’aurais aimé cependant quelques petites scènes dans le passé de Marie ou de Sauge avec ce personnage, mais cela n’est que mon désir, car j’aurais vraiment apprécié de voir le grand-père a l’oeuvre, de voir comment il était vraiment sans que cela soit à travers les souvenirs de Marie. Le grand-père représente, à mon avis, le grand-père que tout le monde voudrait avoir et il a mis dans le jardin une vraie chasse au trésor destinée à sa petite fille. Ce trésor est alors important pour tout le monde, car de lui va dépendre la suite de la vie de la jeune fille. Ce que j’ai apprécié du grand-père, c’est qu’il permet à Marie et à Sauge d’avoir la vérité sur leurs origines, ce qui n’aurait pas été le cas sans lui. Même si cela est étrange de mettre en place une telle chasse au trésor, il leur permet au moins de comprendre qui ils sont et pourquoi ils sont comme ça. Ce qui est aussi intéressant, c’est que finalement, son personnage est bien plus complexe que ce qu’il semblait au début, même si cela aurait pu être encore plus creusé.

Elle soulève le coffre, étonnamment léger, et le secoue. Quelque chose bouge à l’intérieur..

– Attention !

Sauge crie, sur le qui-vive.

– Crois-tu qu’il y a une bombe à l’intérieur ? Tu es bien trop inquiet, Sauge. Ne t’en fais pas, c’est léger.

– Oui, mais…

– Je ne vois pas de serrure. Il y a un sceau là… J’ai déjà vu ce sceau sur un sac qui appartenait à Grand-père. Il y a encore un peu de terre dessus mais je devrais pouvoir réussir à l’ouvrir sans problème.

(…) Marie, qui a de toute façon peur d’entendre la suite, s’exécute. Elle plonge la main dans le coffre et touche quelque chose de dur. C’est certainement ce qui faisait du bruit, quand elle secouait le coffre.

– Je crois que ce sont des livres. C’est enveloppé dans du buvard. Il y en a un, deux… quatre.

Marie les sort avec précaution et les pose sur la table. Quand elle voit enfin ce que cachaient les buvard jaunis, ses doigts se mettent à trembler.

– C’est l’écriture de Grand-père.

La plume de l’autrice est agréable et le roman se lit bien. Les chapitres sont assez courts, ce qui permet d’avoir un rythme de lecture intéressant. Cependant, je dois avouer que j’ai été assez perturbée au début de ma lecture par la manière dont le récit était raconté. En effet, nous sommes avec une Marie adulte qui revient sur les lieux de son enfance, et même si je n’avais plus le résumé en tête au moment de ma lecture, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans les premières chapitres car je ne voyais pas l’intérêt de cette introduction, qui prend finalement son vrai sens qu’à la fin de l’ouvrage, lorsque nous avons connaissance de toute l’histoire de Marie. Je me suis attachée au personnage de Marie que lorsqu’elle est plus jeune. Je ne suis en fait vraiment rentrée dans l’histoire qu’à partir du moment où elle rencontre Sauge étant enfant. Toutefois, les sentiment de l’enfant sont très bien décrits et l’on se met facilement à sa place. Et à partir du moment où Sauge fait son entrée dans l’histoire, on a envie d’aller au bout, de comprendre comment le jardin s’est mis en place et comment cette tête vivante peut exister. On veut comprendre l’origine de Sauge, et aussi connaître la fin de l’histoire qu’il raconte à Marie. On a donc un vrai suspens qui se met en place grâce à cette rencontre, et c’est ce qui m’a plu dans ce récit. Et ‘jai beaucoup aimé les citations qui accompagnent chaque chapitre. Elles sont toutes très poétiques et apportent quelque chose à l’histoire.

En résumé, je vous conseille cette lecture que j’ai trouvé bien sympathique. Vous devriez être touchés par les personnages et par la manière dont l’histoire est racontée, par le courage de Marie, le calme de Sauge et la mise en scène du grand-père. Le roman se lit bien et vite, les sentiments sont bien décrits et nous émeuvent. La fin est juste touchante et triste, j’en avais presque les larmes aux yeux. C’est un bon roman à lire, un conte initiatique intéressant où se mêle plusieurs histoires pour forger les personnages, avec une trame pleine de mystère. Il plaira à tous les passionnés de mystère.

Et vous ?

Qu’aimez-vous retrouver dans les contes initiatiques ?

Quels sont pour vous les ingrédients essentiels à une histoire ?

Le suspens est-il ce qui vous passionne dans un récit ?

Ou au contraire, n’aimez-vous pas lorsqu’il y en a trop ?

Bon vendredi à tous et bon courage pour la fin de la semaine 😉

4 réflexions au sujet de « Le jardin secret de Marie »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s