chroniques littéraires·partenariat

Une étude en soie, première partie

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien. Ici tout va bien, j’ai commencé d’une super manière les vacances. Hier, j’étais en effet au salon du livre de Montaigu, en Vendée. J’y ai croisé pleins d’auteurs. Je vous en reparlerai dans un prochain article. En attendant, aujourd’hui je vous présente un roman que j’ai reçu en service presse en début d’année, suite à mon partenariat avce la maison d’édition Bragelonne. J’aime beaucoup cette maison d’édition car ils ont des livres dans des genres très variés. Le roman dont je vais vous parler est un roman steampunk. C’est donc de la science-fiction dans le passé, et il y a même de la magie. Il a été écrit par Emma Jane Holloway et est ressorti en français, en format poche, en février 2019, chez Bragelonne. Je remercie ces derniers pour l’envoi de ce service presse. Voici son résumé :


Londres, 1888. Evelina Cooper, la nièce de Sherlock Holmes, s’apprête à vivre sa première saison dans la haute société londonienne. Mais quand de terribles meurtres secouent le manoir de son amie, la jeune femme se retrouve plongée au cœur d’un complot remettant en question le monopole des barons de la vapeur sur la ville. Une enquête risquée, car Evelina cache un dangereux secret et elle ignore auquel de ses compagnons elle peut vraiment se fier : le beau et brillant aristocrate débauché, ou son meilleur ami forain, qui ferait n’importe quoi pour elle…

Nous sommes donc à Londres, dans le passé, au moment de la Révolution Industrielle. Evelina est une jeune fille noble, qui s’apprête à vivre sa première saison, dans le but de se trouver un mari. Pour cela, elle est hébergée chez son amie Imogen, une fille de son âge de haute lignée. Or, à quelques jours de l’ouverture de la saison, un crime est commis dans la maison d’Imogen. Une domestique est retrouvée égorgée. Et ce n’est pas tout. Evelina découvre que lord Bancroft, le père d’Imogen, garde chez lui ds automates imprégnés de magie. A tout cela s’ajoute l’intérêt pour elle de l’un des magnats de la vapeur, Keating, qui ets prêt à se servir d’Evelina pour faire plier son oncle, le célèbre Sherlock Holmes. Malgré elle, Evelina se retrouve donc mêlée dans une affaire qui la dépasse. Et si tout cela était en fait lié ?

Alors, je vais commencer ma chronique par vous parler de ce qui m’a beaucoup séduit dans cette histoire. J’ai beaucoup aimé le monde qui nous est proposé par l’autrice. J’avoue que ce dernier, au début, peut sembler complexe, car Londres est manipulé par les barons de la vapeur, une sorte de mafia regroupant les hommes les plus influents de la ville, ceux qui permettent d’alimenter les différents quartiers en électricité, charbon, chauffage, et autres. Ces hommes-là, et quelques femmes, font la loi, n’hésitant pas à couper les tuyaux pour les mauvais payeurs, ce détruit la vie de ces derniers. Même le pouvoir en place, celui de la reine Victoria, craint ces hommes et femmes. Ces derniers désirent avoir tout l’Empire, toute l’Europe, entre leurs mains. Et pour eux, tout signe d’indépendance, de savoir dans les machines, est dangereux. Ils ont le monopole sur toutes les constructions, tous les brevets. Il est impossible qu’ils laissent quelqu’un savoir construire une machine, l’animer. Or, Evelina adore monter des automates qu’elle crée. Et elle n’est pas la seule. Le frère d’Imogen a aussi un don. Ce qui va être remarqué. Et cela, c’est sans compter la magie, dont que possède Evelina, un don capable de produire de l’énergie à volonté, sans payer. L’univers proposé par l’autrice est donc complexe mais très riche. Il est bien détaillé, et même si l’on s’y perd parfois, je l’ai trouvé très intéressant. J’ai pris plaisir à découvrir ce monde gouverné par des entreprises sans scrupule, une sorte de mafia locale qui décide de tout. On est ainsi très bien plongée dans le monde de la Révolution Industrielle, poussée ici à son paroxysme, et l’on peut même faire des parallèles avec notre époque. Des barons de la vapeur dépende la vie de beaucoup de personne, la réputation aussi. Et on n’a qu’une envie : qu’Evelina fasse tomber tout cela. Mais cela, on verra plus tard dans l’histoire si cela est possible ou non tellement cette mafia gangrène toute la ville, n’hésitant pas à faire plier n’importe qui, allant même jusqu’au meurtre.

– Jusqu’à que point comprends-tu le fonctionnement du Conseil de la vapeur ?

Tobias savait qu’il se composait des hommes et des femmes que l’on appelait les barons de la vapeur, ces magnats industriels qui possédaient les entreprises énergétiques.

– A peu près autant que n’importe qui, j’imagine.

– Charbon, machine à vapeur, chemins de fer, compagnies de gaz, usines, égrena son père sur un ton mordant. Bientôt, ils voudront contrôler le pain que nous mangeons et la bière que nous buvons.

Tobias n’avait jamais vu son père boire quelque chose d’aussi commun qu’une bière mais il comprenait où il voulait en venir. Les barons de la vapeur dirigeaient leurs entreprises et, par extension, certaines villes et certains quartiers, à l’aide d’une combinaison de pots-de-vin et de menaces. Chaque baron employait au moins une garde-rue, brutes chargées de transformer une menace en os brisé. Tous les commerçants vendaient ce que le baron de la vapeur local leur disait de vendre et peignaient sur leurs pas-de-porte, en vert ou en doré selon le baron auquel ils prêtaient allégeance. S’ils enfreignaient les règles, on leur coupait le gaz et l’eau chaude… et il n’y avait aucun endroit où acheter son propre charbon. S’ils s’obstinaient à désobéir, ils risquaient de voir s’éteindre bien plus que leur lumière.

Je vais à présent vous parler du personnage d’Evelina. C’est une jeune fille avec un lourd passé. Elle a vécu dans un cirque pendant une partie de sa jeunesse. Ceci lui donne une autonomie et une indépendance que les autres filles de son âge, à cette époque, non pas. Evelina sait se battre, monter aux arbres. Elle n’a peur de rien, ou presque, et n’hésite pas à regarder le cadavre de la jeune domestique qui a été assassinée. Le fait d’être la nièce de Sherlock Holmes lui donne aussi une certaine logique. Elle est capable de prendre des problèmes un par un pour les résoudre. Elle a un côté très moderne, et cela se ressent dans ses projets d’avenir. Elle ne compte pas se trouver un gentil mari et rester dans son sillage toute sa vie. Même si le mariage la fait rêver, elle veut être indépendante, ne dépendre de personne. Pour cela, elle veut faire des études, ce qui semble inconcevable pour l’époque, car seuls les hommes, et quelques rares femmes, vont à l’université. Mais Evelina rêve de cela. Car elle a un but. Elle veut allier la magie avec les automates. Elle veut prouver au monde entier que la magie n’est pas néfaste et que bien utiliser, elle peut même servir d’énergie. Car Evelina n’est pas seulement une fille avec un fort caractère, elle possède aussi un don. Elle est cependant obligée de le cacher pour ne pas être traquée par les barons de la vapeur et être jugée pour sorcellerie. Elle utilise donc sa magie qu’en dernier recours, même si elle fait quelques expériences. Malgré son caractère, elle a la tête sur les épaules. Ce n’est pas une tête brûlée. Elle prend le temps de réfléchir avant de faire quelque chose, la preuve en est lorsque Tobias, le frère d’Imogen, tente de la séduire. Elle sait où est sa place et elle ne cherche pas à viser plus haut. C’est un personnage que j’ai trouvé attachant. J’ai aimé la suivre dans ses aventures, la voir douter, prendre des décisions, la voir se confronter aussi aux deux mondes qui sont les siens, celui de son passé et de son avenir. C’est une bonne héroïne qu’on a envie de suivre. Elle est assez moderne et c’est ce qui m’a plu.

– Je veux aller à l’université, dit-elle. Il existe des établissement pour femmes.

Nick reporta son attention sur elle, les yeux agrandis par la surprise.

– Pourquoi voudrais-tu faire une chose pareille ?

Personne dans son entourage n’avait jamais mis les pieds dans une salle de classe, sans parler d’un amphithéâtre.

– Je suis douée pour apprendre. je veux voir jusqu’où je peux aller. Peut-être que je découvrirai… des choses.

– A quoi ça te servira ? demanda Nick, pratique. Qu’est-ce que tu ne sais pas déjà ?

Comment être entièrement moi-même. Dans ses rêveries, elle s’était imaginée un endroit où elle serait enfin à sa place. On y trouverait des femmes comme elles qui préféreraient un livre de chimie à une nouvelle robe de bal et qui se moqueraient de savoir où elle avait grandi. Elle pourrait étudier auprès des plus grands érudits. Peut-être qu’avec leur aide elle serait en mesure de comprendre comment fonctionnait la magie et de quelle manière elle s’accordait avec la science. De quoi enfin résoudre l’énigme de sa propre nature.

Je vais rapidement vous parler de Tobias. C’est le personnage masculin que j’ai préféré, tout simplement parce que c’est un gosse de riche, qu’il se comporte comme tel, se moquant dans conventions, mais aussi parce qu‘il a un grand cœur. Il est attaché à Evelina, et aux personnes qui l’entourent. Contrairement aux autres de son monde, la mort d’une simple domestique l’affecte. Il a des rapports conflictuels avec son père, avec l’autorité en général. C’est un esprit libre, comme Evelina. Il a besoin de créer, de faire changer les mentalités. L’indépendance d’Evelina lui plaît beaucoup et il a besoin d’une femme comme elle à ses côtés. C’est quelqu’un qui n’hésite pas à se mettre en danger, même si c’est pour faire une blague. Il a un côté assez farceur, qui montre qu’il se moque de tout. Il apporte ainsi de l’humour au roman. Mais ce n’est qu’une façade. Il tient à ses proches et est prêt à tout pour les protéger. Il a le sens des convenances, il sait lorsqu’il va trop loin. En fait, il a un côté mauvais garçon, celui qui va apporter plein de problème mais qu’on a quand même envie de suivre. J’espère qu’il sera plus présent dans la suite de l’aventure.

Son pied, comme mû par sa propre volonté, s’apprêtait à faire un pas vers l’inéluctable chute quand Tobias lui agrippa le poignet pour la maintenir de force à son côté. Il lui décrocha un coup d’œil tout en secouant imperceptiblement la tête. Elle lut l’exaspération dans ses yeux écarquillés, mais peut-être aussi un peu d’admiration.

– Monsieur Jackson, lança-t-il en élevant la voix, vous parlez bien de convoquer les domestiques, pas de les faire cuire ?

Des rires nerveux retentirent dans le jardin. Tobias relâcha lentement le poignet d’Evelina, comme s’il craignait de la voir se précipiter malgré tout pour causer un scandale.

– Merci, murmura-t-elle.

Il esquissa un bref sourire puis se retourna et s’avança d’un pas vif en direction de la machine avant qu’elle puisse ajouter quoi que ce soit. Passant devant Dora, il défit l’appareil accroché à son poignet, lui arracha son étrange tiare et la poussa gentiment vers la maison. Elle n’eut pas besoin qu’on le lui dise deux fois.

Je vais à présent parler de l’histoire en elle-même. J’ai beaucoup aimé l’univers de l’autrice, comme dit plus haut, le fait qu’elle associe la magie avec la Révolution Industrielle, les magnats de la vapeur et un Londres très sombre, mais aussi toute l’enquête policière qui est derrière cette histoire. Et oui, il y a eut un meurtre, et tout cela est lié à la magie, comme va rapidement le comprendre Evelina. Ceci fait qu’elle va rapidement se retrouver impliquer dans l’enquête, puisque seule elle est capable de dire que la magie est liée à l’affaire. J’ai apprécié le fait qu’on relie le stumpunk avec une enquête. Cela donne un plus au roman, on parle autant de magie que meurtre. On a donc autant envie de résoudre cette histoire qu’Evelina. J’ai trouvé cela original, même si je sais que cela se fait beaucoup. On retrouve ainsi deux genres littéraires que j’adore, le policier et le fantastique, avec de la science-fiction. J’aime beaucoup ce mélange, qui apporte quelque chose en plus à un simple roman policier, plus de perspectives dans la mise en scène du crime, plus d’hypothèses aussi.. On suit donc avec Evelina les pistes proposées, plus certaines que la jeune fille ignore, racontée par les autres personnages. On cherche à comprendre ce que la magie vient faire là-dedans, dans ce meurtre, et comment la domestique en parvenue à se faire tuer. Je me suis beaucoup prise à ce jeu de pistes, et c’est super de voir que plus l’histoire avance, plus il est compliqué de tout relier, même s’il paraît évident que les événements sont relier entre eux. Je suis d’ailleurs un peu frustrée que la première partie s’arrête sans qu’on en sache plus. Le livre est découpé en deux, il faut donc la seconde partie pour avoir le fin mot de l’histoire. Je crois donc que je sais quel sera mon prochain achat littéraire. Car je veux connaître le non de l’assassin de la domestique, et savoir si Evelina va résoudre ce crime. Et si Evelina va réussis à survivre à sa saison londonienne.

En résumé, j’ai beaucoup aimé ce roman. J’ai trouvé Evelina attachante, très intelligente, une bonne héroïne qu’on envie de suivre dans ses aventures ; les personnages secondaires soignés et avec un caractère bien trempé ; un meurtre très intéressant et un univers captivant. C’est un bon roman, bien écrit, dont on veut savoir la suite. Par contre, je tiens à mettre en garde, il faut lire la seconde partie pour avoir la fin. La première partie seule n’est donc qu’une mise en bouche. Mais c’est un livre que je conseille, car l’histoire est vraiment bien menée et intéressante.

Et vous ?

Aimez-vous lorsqu’un roman mélange plusieurs genres littéraires ?

Quels sont vos genres favoris ?

Quels sont ceux que vous aimez voir mélangés avec d’autres ?

Bon dimanche à tous 🙂

Publicités

3 réflexions au sujet de « Une étude en soie, première partie »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s