chroniques littéraires

Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige

Bonjour les amis. J’espère que vous allez bien et que vous n’êtes pas trop déprimés par la reprise qui s’annonce demain. J’ai déjà du mal à me dire que je retourne au collège demain, que les vacances sont terminés. Cela me rappelle lorsque j’étais élève. Les vacances de Noël passent toujours trop vite. Je ne sais pas ce qui est le plus dur : reprendre immédiatement après les fêtes, genre le 2 janvier, ou presque une semaine après. En tout cas je sens déjà que je vais avoir du mal à me lever demain matin. Alors, parlons d’un sujet plus sympathique. Parlons d’amour. Aujourd’hui, je vais vous parler d’une romance toute mignonne que je viens de terminer de lire. Il s’agit de Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige, de Juliette Bonte. C’est un roman que j’ai beaucoup vu exposé sur les réseaux sociaux pour le Cold Winter Challenge, et j’ai craqué. C’est même ma première lecture de 2019. Cette histoire est parue aux éditions Harlequin en octobre 2018. C’est une réédition d’un titre paru en 2017 dont ils ont changé le titre. Voici son résumé :


Ils n’étaient pas censés s’aimer…

Dès leur première rencontre, une complicité naturelle les relie.
Dès leur premier fou rire, leur amitié devient une évidence.
Mais, lorsque le désir s’immisce entre eux, tout se complique…

Depuis qu’elle a menacé Luke avec une fourchette lors de leur première rencontre – épique –, Allison le considère très naturellement comme son meilleur ami. Il aime se moquer de son obsession pour les cookies maison et de sa façon de manger les hot-dogs ; elle adore l’écouter parler d’architecture et le remettre à sa place. Mais plus ils passent du temps ensemble, et plus Allison prend conscience que Luke est bien plus qu’un ami… À ses côtés, elle découvre de nouveaux sentiments, plus intenses, plus troublants. Des sentiments qu’elle ne devrait pas éprouver. Car Luke est le seul homme qu’elle n’a pas le droit d’aimer.

Dans cette histoire, nous alternons entre deux personnages principaux, qui sont Allison et Luke. Au début de l’histoire, ils ne se connaissent pas. Allison travaille dans un café New Yorkais et Luke est le créateur d’une grande et renommée entreprise d’architecture. D’ailleurs, il passe son temps en Europe, à voyager pour son entreprise. Mais voilà, Luke doit revenir sur New York. Et Carl, son meilleur ami, et aussi associé dans leur cabinet d’architecture, souhaite lui présenter sa petite-amie. Enfin, on le suppose puisque le dénommé Carl n’a même pas pensé à parler de celle-ci à son meilleur ami, ami d’enfance d’ailleurs. Or, cette petite-amie, c’est Allison. Et chaque jour un peu plus elle se sent délaissée par ce petit-ami qu’elle ne voit jamais, qui oublie son anniversaire, et qui n’est même pas là pour le nouvel an. Alors, lorsque Luke débarque dans sa vie, c’est une vraie bulle d’air pour la jeune femme. Luke est drôle, il est capable de lui parler d’architecture sans l’ennuyer, il l’écoute, et est capable de donner des informations sur Carl dont ce dernier n’a jamais parlé à Allison. Luke, c’est l’ami idéal. Peut-être un peu trop, car les deux amis vont rapidement se rapprocher, et se rendent compte qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais comment faire avec Carl ?

Je vais commencer cette chronique par vous livrer mon ressenti sur cette histoire. Au début, en la commençant, je craignais un peu qu’elle ne tourne en rond, que ce ne soit qu’une énième histoire sur deux amis qui tombent amoureux l’un de l’autre. C’est un peu ce que suppose le titre. Or, l’idée intéressante de l’autrice ici, c’est que Luke et Allison ne se connaissent pas lorsque le récit commence. Ceci donne lieu à une scène de rencontre inédite où Luke apprend que Carl a une petite-amie lorsqu’il déboule chez lui, que ce dernier n’est pas là, et qu’il tombe nez-à-nez avec une Allison armée d’une fourchette persuadée qu’il est un voleur. En fait, ce roman est ponctué de scènes drôles, cocasses entre les deux jeunes gens, ce qui donnent le ton humoristiques du livre, et le ton de leur relation à eux deux. Elle est alors basée sur le fait de se chercher, de se moquer de l’un et de l’autre. On a ainsi une vraie relation d’amitié qui se met en place doucement avant que n’arrive la romance. Et très vite, on comprend que cette amitié leur est déjà fondamentale. Ils ne peuvent pas se passer l’un de l’autre, ils ont besoin de se confier à l’autre, de partager avec lui des choses. Allison lui parle de sa relation avec Carl, Luke de l »architecture, ils échangent beaucoup. Et c’est ce qui va amener la romance. Je trouve donc cette idée de commencer ainsi cette histoire assez sympa. C’est une très bonne idée. Et cela permet de connaître Carl, le petit-ami d’Allison, avant Luke.

Je vais maintenant vous parler d’Allison. C’est un personnage que j’ai adoré. Je me suis sentie proche d’elle, même si nous n’avons pas du tout les mêmes caractères. Allison est pleine de vie, c’est une jeune femme passionnée par son travail, par le sucre. Elle adore travailler dans un café et pâtisser pour ce dernier. Elle ne pense d’ailleurs qu’aux pâtisseries. New Yorkaise de souche, elle n’a pas pris le temps de visiter sa ville, c’est donc Luke qui va lui apprendre certaines choses et lui montrer certains bâtiments. C’est une jeune femme curieuse, qui sait écouter, qui se lie rapidement avec les autres, et qui n’a pas la langue dans sa poche. Elle sait dire les vérités et n’y va pas par quatre chemins. Elle est aussi un peu rebelle sur les bords, elle n’aime pas qu’on lui impose quelque chose. C’est certainement pour cela que sa relation avec Carl est partie sur de mauvaises bases dès le départ. Allison est une fille simple, qui aime faire des cookies, et Carl n’est pas du même monde qu’elle, ce qui créé quelques tensions. Allison aime les choses simple, comme manger des hot-dogs, ce que Luke comprend rapidement. C’est pour cela qu’ils s’entendent aussi bien aussi vite. Elle a vraiment quelque chose d’attachant et on a envie de s’en faire une bonne copine.

Luke, un sourire aux lèvres, me scanne de haut en bas ; je le foudroie du regard pour le principe, avant de le laisser entrer.

Il pose son casque sur la commode de l’entrée et, comme s’il habitait ici, se dirige naturellement vers la cuisine. Il jette un coup d’œil au plan de travail qui ressemble ni plus ni moins au résultat d’une explosion nucléaire doublée d’un ouragan ravageur ayant entraîné un tsunami dévastateur.

– Aucune remarque, lui intimé-je, alors qu’il se retourne vers moi.

Il rit. Cela suffit à foutre en l’air mon assurance.

(…) Son regard s’arrête sur le four en route, puis sur le saladier qui contient de quoi concocter trente-deux cookies.

Je lui lance mon torchon à la figure – je ne peux pas me défendre autrement – , torchon qu’il rattrape avec une moue amusée.

– Si tu comptes te moquer de moi, tu peux repartir tout de suite !

Luke ressemble à Allison sur bien des aspects. Lui aussi aime les choses simples, sans fioritures. Il se moque de manger ou non dans un quatre étoiles. Ce qu’il aime, c’est son boulot, les femmes, et rentrer chez lui manger une pizza surgelée. Il n’aime pas se prendre la tête. Mais il a beaucoup d’humour, Allison va d’ailleurs en faire les frais. Il est loyal en amitié, ce qui va lui poser des questions de conscience lorsqu’il va comprendre qu’il est attiré par Allison. C’est un vrai célibataire qui ne rêve pas d’être en couple. Pourtant, il est loin d’être un goujat. Il sait traiter les femmes avec respect. C’est quelqu’un de très inventif, créatif, et cela se ressent dans ce qu’il tente pour faire plaisir à Allison. C’est aussi un obsédé qui ne pense qu’au sexe dès lorsqu’Allison se trouve près de lui. Dans l’ensemble, c’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié car il sait faire preuve d’humour, mais aussi de tendresse. Il fait beaucoup de bien à Allison, lui simplifiant l’existence mis aussi la lui parant de magie. Luke est un peu magicien sur les bords, et il sait se plier en quatre pour satisfaire les autres, pour les faire ne serait-ce que pour les faire sourire.

Dans toutes ses remarques, ses descriptions, je sens la patte de l’architecte. Luke ne peut s’empêcher de me détailler la pierre ancienne des bâtisses, les petits villages ; il me raconte même des histoires abracadabrantes sur l’origine de certains quartiers… Étrangement, ça ne m’ennuie pas. Au contraire.

Lorsque mon ventre implose, la réalité me frappe : je suis en train de passer un bon moment.

– Merci, dis-je en me tournant vers lui.

Il essuie une trace de sauce au coin de ses lèvres avec son pouce.

– De t’avoir prouvé que tu avais douze ans ? demande-t-il en suçant son doigt.

– De ne pas m’avoir laissée toute seule aujourd’hui.

Ma confession semble lui procurer un plaisir sincère.

– Il fallait bien ça.

Je vais à présent dire quelques mots sur les personnages secondaires. J’ai adoré le trio d’amis d’Allison et de Luke, qui sont Trevor, Darrell et Sydney. Ce sont trois amis vraiment formidables qui continuent à apporter de l’humour et de la gaieté dans l’histoire. On a envie de devenir leurs amis, de rejoindre cette petite bande qui s’amuse bien. Sur la fin, j’ai juste été un peu déçue pour Trevor, vous comprendrez pourquoi en lisant l’histoire. Et en ce qui concerne Carl, c’est l’un des personnages qu’on apprend vite à ne pas aimer, voire à détester. Sérieusement, ce type est horrible. Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler, mais Carl est vraiment un personnage que je n’ai pas aimé, tout simplement parce qu’il traite mal Allison. Et ce qu’il fait sur la fin le rend juste pathétique. C’est le genre d’homme à éviter absolument.

Le roman se lit très bien, je dirais même qu’il se lit sans effort, tout seul. J’ai eu du mal à décrocher de cette histoire. L’autrice sait amener une pointe su suspens quant il le faut, et même si l’on se doute de la fin, c’est une romance après tout, on doute en même temps que les personnages. Il y a quelques rebondissements intéressants, auxquels on ne s’attend pas forcément. Mais ce que j’ai vraiment aimé, ce sont les notes d’humour entre Luke et Allison, les moments où ils se cherchent, où ils s’envoient des piques. On sent ainsi la complicité qui naît entre eux. Et aussi tous les moments un peu hors du temps qu’ils passent ensemble, comme ceux dans le métro ou sur la patinoire. Cela don un côté féerique, magique à leur histoire. La plume de l’autrice est très douce, tendre avec ses personnages, elle décrit très bien leurs ressentis, leurs doutes, peurs, sentiments,  et ce qui compose leurs univers.

Une soirée parfaite.

Une soirée digne d’un conte de fées, sans les diadèmes, les baguettes magiques et les trucs nunuches à foison.

J’ai décidé de lui accorder ces quelques heures. Peut-être parce qu’il avait l’air honnête et en attente de ma compagnie. Ou alors, parce que je suis faible et incapable de dire non.

Nous avons patiné pendant une bonne heure, le temps pour lui de s’habituer aux patins et à la glace, qu’il maîtrise encore moins bien que moi.

Nous nous sommes ensuite installés autour de la fameuse table en plein centre de l’ovale. Sous les cloches se trouvaient deux énormes hamburgers ainsi que des frites accompagnées de mayonnaise et de ketchup. Comble de la joie, j’ai pu déguster des bières en provenance directe de Belgique ! Un luxe que mon foie n’avait encore jamais eu l’occasion de connaître.

Durant ce dîner, Carl n’a pas été pressent, ni pédant, ni tout ce qu’il est d’habitude. (…) Retrouver celui dont je suis tombée amoureuse m’étonne.

(…) Nous avons quitté la patinoire. Nous marchons tranquillement en plein cœur de Central Park. (…) Entre deux arbres est suspendu ce que je pense être un immense drap… jusqu’à ce que j’ajuste ma vision et que je réalise qu’il s’agit d’un écran géant.

Carl, joyeux, me mène à quelques mètres, puis me demande de m’installer à même le sol.

J’hésite (…).

Vous l’avez donc compris, c’est un roman que j’ai beaucoup aimé. Ce n’est certes pas un coup de cœur, mais c’est une très bonne lecture que je vous conseille. De plus, j’ai appris des choses sur le métro de New York et je trouve cela très sympa. Alors, si vous avez l’occasion de le lire et que vous aimez les romances, lisez-le. Vous ne devriez pas être déçus. Et comme moi avoir une grande envie de cookies après votre lecture.

Et vous ?

Qu’aimez-vous dans les romances ?

Qu’est-ce qui fait, selon vous, qu’une romance fonctionne bien dans un roman ?

Qu’est-ce qui vous fait vous attacher à un couple de personnages ?

Bon dimanche à tous et bonne reprise 🙂

Publicité

3 réflexions au sujet de « Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s