chroniques littéraires·service presse

La Légende des quatre, tome 2 – Le clan des tigres

Bonjour les amis. J’espère que vous allez bien et que vous profitez pleinement de ce nouveau week-end. Pour ma part, je ne vous cache pas qu’il me fait beaucoup de bien. La semaine a été chargée, cela va être la même chose avec la suivante, alors une pause entre les deux est parfaite. Aujourd’hui, sur le blog, je vous livre enfin une nouvelle chronique littéraire. Je sais que le blog n’est pas très régulier en ce moment, j’essaye de changer cela. Et j’espère que la rentrée sera mieux pour ce dernier, d’autant plus que j’ai des surprises pour vous. Mais revenons au roman dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui. Celui-là, je l’ai lu très rapidement car j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Il s’agit d’un tome 2. Vous pouvez retrouver la chronique du tome 1 ici. Ce deuxième tome de la série La Légende des quatre m’a été envoyé par les éditions Flammarion, que je remercie vivement car cette série pour adolescents est vraiment super. Elle est écrite par Cassandra O’Donnell et voici le résumé de ce nouveau tome qui est sorti début novembre :


La guerre contre les hommes est imminente : les hauts Conseils des Yokaïs se préparent déjà au pire tandis que Bregan, Maya, Nel et Wan associent leurs efforts pour éviter l’inéluctable. Et, alors que le visage de leur véritable ennemi se dévoile, les quatre héritiers n’ont qu’une idée en tête : éviter le bain de sang qui se prépare et protéger ceux qui leur sont chers…

Dans cette nouvelle histoire, nous retrouvons donc Bregan, Maya, Nel et Wan, nos quatre héritiers des royaumes des Yokaîs. Ces dernier sont plutôt mal en point, leur escapade sur les terres des humains leur ont coûté cher. Ils ne peuvent plus se voir, et voilà que Maya va se retrouver bannie de son clan. Bregan ne peut supporter cela. Même s’il est censé être son ennemi, le tigre tient à protéger la louve. Or, voilà que Nel, l’aigle, leur apprend que les humains ne vont pas s’arrêter-là. Certains d’entre eux sont partis vers les terres mortes, celles qui appartiennent à l’ancien monde. Que vont-ils faire là-bas ? Les quatre Yokaïs, qui savent à quel point les humains sont dangereux, doivent le découvrir. Et tant pis si cela leur cause encore des problèmes, il en va de leur survit à tous.

Ce nouveau tome est, à mon sens, plus politique encore que le précédant. Alors que dans le premier on parlait surtout du rôle des humains et de celui des Yokaïs, des guerres qui avaient opposées dans le passé tout ce monde, dans cette nouvelle histoire nous voyons plus en détail comment les Conseils de chaque clan, soit les gouvernements, agissent dans l’ombre. Cela peut être une bonne chose, comme chez les Serpaïs, mais aussi une mauvaise chose, comme le clan de Bregan et celui de Maya vont nous le prouver. On sent ainsi que la politique est beaucoup plus mise en avant et que certains des héritiers marchent sur un fil dangereux, qui peut facilement leur coûter la vie. Ce n’est pas parce qu’ils ont le statut d’héritiers qu’ils sont protéger, au contraire. Certains vont même se retrouver en danger de mort à cause de cela. J’ai beaucoup aimé ces enjeux qui se mettent en place doucement et que doivent traiter nos héros. On sent ainsi que le problème ne vient pas seulement des humains, mais aussi de chez les Yokaïs qui, aveuglés soit par la haine ou par le désir d’être plus que ce qu’ils sont, mettent en danger les autres en ne voulant pas écouter les héritiers et en les traitant presque que comme des ennemis et veulent leur chute. On voit ainsi que ce ne sont pas forcément les rois qi ont le pouvoir, mais bien les ConseilsCela rajoute une tension supplémentaire qui devrait continuer, à mon avis, dans le prochain tome qui mettra en évidence deux clans sur lesquels on sait moins de choses.

– Accepter quoi ? Que depuis son évasion, la meute considère ma fille comme une ennemie ?! Et que mon Conseil veuille sa mort ? J’ai accepté qu’elle soit punie parce que c’était juste, mais ça ? Non, Malak. Même s’il faut réduire cette meute et le Conseil en pièces, je ne l’accepterai pas. jamais !

Malak le regarda, choqué.

– Tu réalises ce que tu dis ?

– Oui. Je suis prêt à défier tous ceux qui s’en prendraient à elle.

Jolan ne plaisantait pas. Malak pouvait le voir à ses yeux.

– Tu sais que je t’ai soutenu et que j’ai soutenu Maya devant le Conseil… mais tu ne peux pas faire ça. Même un chef de meute doit se plier à la loi.

Les lèvres de Jolan s’ourlèrent en un rictus mauvais.

– Oh mais je m’y plie. Un défi n’est pas contraire à la loi, que je sache…

Malak écarquila les yeux.

– Alors tu irais jusque-là ?

– Sans aucune hésitation.

– Bien, je vais en avertir les autres.

– Fais donc ça.

L’instant d’après, Malak et le reste de la meute, inquiets, entendaient dans la forêt le hurlement de rage de leur puissant et effrayant chef de meute.

Ce que j’ai beaucoup apprécié aussi, c’est qu’on en apprend un peu plus sur les humains et la civilisation d’avant. Il est évident que c’est la nôtre et qu’elle a détruit le monde qui l’abritait. Or, les humains survivants essayent de revenir à l’époque d’autrefois, à la puissance d’avant, et pour cela ils ont un plan qui nécessite les technologies d’avant. C’est alors intéressant de voir nos quatre héritiers découvrir cette civilisation dont, finalement, ils n’ont entendus parler que dans les livres ou dans les vieilles histoires. Ils prennent ainsi pleinement conscience de la dangerosité des êtres humains, et de la possibilité de régler une fois pour toute le problème. C’est agréable de voir les quatre adolescents découvrirent à quel point les êtres humains sont mauvais et qu’ils continuent de l’être, ce qui va mener quelques interrogations au sein du groupe.

– On n’est pas dans une ville souterraine… Regardez cette pièce, elle ressemble aux images que j’ai vues dans des livres, des endroits que le viexu peuple appelait « centrales à énergie », se rappela Nel.

(…)

– Et regardez ! Il y a des tonnes d’eau tout au fond, s’exclama Cook en se penchant au-dessus d’une énorme cuve, on pourrait descendre par-là, qu’est-ce que vous en dites ?

Nel fronça les sourcils. S’ils se trouvaient bien dans une centrale à énergie, alors ils ne devaient toucher à rien.

– Ne t’approche pas de cette eau ! fit Nel en le retenant par le bras.

– Quoi ? Qu’est-ce qui te prend ? demanda le Taïgan.

– Tu nous expliques ? intervint Bregan.

– Le vieux peuple utilisait des métaux très rares pour fabriquer leur énergie. Des choses qui tuaient les gens… comme l’uranium, le polonium… Tout était radioactif et…

– Radioactif ? C’est quoi ça encore ? grommela Cook.

– Ce serait trop long à expliquer, mais je jure que c’est dangereux, voire mortel, déclara Nel.

Je vais à présent vous parler un peu plus du personnage de Wan, le serpaï. Pour moi, c’est le personnage qui se dévoile le plus dans ce nouveau tome. Alors qu’on ne savait pas grand chose de lui dans le tome 1, non seulement on en apprend plus sur son clan, sur son fonctionnement, mais on découvre aussi à quel point son personnage est complexe. Pour ne rien vous cacher, j’aime beaucoup son personnage car on ne sait jamais qu’on s’attendre avec lui. C’est un vrai psychopathe, ça c’est certain, il aime tuer et torturer les autres, mais il peut aussi se révéler sensible, amicale, alors qu’on ne s’attend pas à cela chez lui. C’es un vrai stratège, il ne perd jamais de vue son but, ou la possibilité qu’il soit un jour amener à tuer les autres héritiers, et pourtant, il est capable d’être attendrissant et de se laisser attendrir. Je pense qu’on peut encore apprendre pleins de choses sur lui et j’ai hâte d’en savoir plus, de suivre son évolution.

Wan lui lança un regard chargé de mépris. Il comprenait l’ambition du Taïgan. Lui non plus n’avait reculé devant aucun massacre, ni aucune perfidie pour parvenir à ses fins. Et il avait adoré ça. Il avait adoré tuer. Il avait adoré voir la dernière lueur d’espoir disparaître des yeux de ses ennemis au moment fatidique. Il avait aimé se nourrir de leurs souffrances. De leur frayeur. Mais contrairement à Sirius, il n’avait jamais, jamais, fait de preuve d’une telle lâcheté. Non. lui aurait affronté Bregan directement. Comme un homme. Ou plutôt comme un Yokaï digne de ce nom.

– J’ai déjà ce que je veux, répondit Wan avant de soulever soudain Mika dans ses bras.

Ce dernier plongea ses yeux dans le regard mauve du serpent.

– Wan, tu vas me faire du mal ?

Wan prit une ou deux secondes de réflexion afin de peser le pour et le contre, puis il arrêta sa décision. Non, il n’allait pas tuer Mika. d’abord parce qu’il se connaissait assez pour savoir que tuer un enfant sans défense, qu’il soit un Taïgan ou non, ne lui procurait aucune satisfaction. Et ensuite parce que Nel, Bregan et Maya étaient, à des degrés différents, très attachés à Mika et qu’aucun d’eux ne lui pardonneraient ou n’accepteraient de conclure une nouvelle alliance avec lui s’il faisait quoique ce soit au petit. Or le Serpaï était bien trop pragmatique pour se priver de la moindre option à cause d’une chose aussi insignifiante que le meurtre d’n bébé tigre.

Il y a encore beaucoup de choses que je voudrais dire sur ce roman, comme la sagesse qu’il recèle grâce au personnage du Grand Hibou, dont j’aimerais aussi en savoir plus, ou du triangle amoureux qui semble se mettre en place, mais je vais vous laisser la surprise là-dessus, car sinon je vous dévoilerai toute l’histoire. Je vais simplement terminer cette chronique sur l’écriture de l’autrice, qui est est parfaite. Avec tous les éléments que je vous ai cité, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman. Je n’avais pas trop le choix, vu la fatigue engendrée par ces derniers jours, mais j’aurai pu le finir bien plus tôt car ce roman est vraiment addictif. Tout est là, il y a de l’action, des rebondissements, de la tension, du suspens, de l’amitié, des sentiments, des drames aussi. C’est un vrai concentré d’émotions.

Vous l’avez donc compris, je ne suis pas loin du coup de cœur avec ce roman. C’est vraiment une bonne histoire comme je les aime, et je me suis beaucoup attachée aux personnages, c’était un vrai plaisir que de les retrouver. J’ai hâte d’avoir la suite, de savoir ce qu’il va advenir de nos quatre héros. C’est donc un roman que je vous conseille. N’hésitez pas à découvrir ou à offrir cette saga.

Et vous ?

Quel est le dernier roman qui vous a transporté ?

Pourquoi vous a-t-il autant plu ?

Réussissez-vous à lire beaucoup à cette période de l’année ?

Vous avez prév des livres dans vos cadeaux ?

Bon dimanche à tous 🙂

7 réflexions au sujet de « La Légende des quatre, tome 2 – Le clan des tigres »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s