chroniques littéraires·service presse

Galatéa, tome 1 – Evanescence

IMG_20180318_112811.jpg

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien, et que la pluie qui tombe aujourd’hui ne vous déprime pas trop. En même temps, lorsqu’il fait moche comme ça, c’est une bonne excuse pour rester sous la couette avec un bon livre. Et ça tombe bien, car si vous êtes fan de fantastique, j’ai l’histoire qu’il vous faut. Aujourd’hui, dans cette nouvelle chronique littéraire, nous allons partir non seulement dans les étoiles, mais aussi dans un tout nouvelle univers chargés de magie. Alors, vous êtes prêts pour le voyage ? Venez découvrir le mystérieux monde de Galatée, à travers les yeux de son héroïne, Galatéa. Attention, il s’agit du premier tome d’une saga publiée chez Anyway édition, l’une de mes maisons d’édition préférée. Il a été écrit, comme la suite, par Monia Sommer, et est paru en mai 2017. Je remercie Monia pour m’avoir permis de découvrir ce premier titre. Voici son résumé :

Je m’appelle Galatéa, princesse guerrière vivant sur une planète de glace et d’hiver éternel.
Entourée de mes trois amies et protectrices, j’apprends à maîtriser mes pouvoirs, ainsi que le Kieli, la langue de la Magie.
Lorsqu’une guerre éclate, menée par une ennemie puissante à la tête d’une redoutable armée d’Enchantombres dotés de pouvoirs défiants toute logique, et que je me retrouve, bien malgré moi, au cœur de ce conflit, je comprends que ma vie est sur le point de changer, irrémédiablement.
Selon une ancienne prophétie, une seule personne pourra changer le cours des choses et décider de l’avenir de tous les mondes. Eh bien…, il fallait que cela tombe sur moi ! Pour quelqu’un qui a passé son temps à fuir ses responsabilités, ce n’est pas gagné.
Le Destin nous joue parfois de très vilains tours !

Dans ce roman, nuis suivons donc Galatéa, ainsi que ses trois amies, et sa mère. Galatéa est destinée à devenir reine de sa planète, Galatée, planète presque entièrement recouverte de glace, vivant un hiver perpétuel. Pour cela, Galatéa s’entraîne quotidiennement avec ses amies, Naiad, Despina et Larissa qui sont là pour la protéger. Les quatre adolescentes maîtrisent chacune un élément. Galatéa ne pense pas que son entraînement lui servira un jour, mais elle se trompe. Car dans le ciel au-dessus d’elle, une menace arrive, sous la forme d’une nouvelle planète, toute noire, d’où sortent de dangereux guerriers, des Enchantombres, qui envahissent alors une planète après l’autre. Galatéa et ses amies vont tenter de mettre un terme à cette invasion, et cela va être l’occasion pour la jeune fille d’en apprendre plus sur sa mère, mais aussi sur elle-même et sur une prophétie qu’elle ne connaissait pas, mais dont ses ennemis semblent très au fait.

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer cette chronique par vous parler des ennemis que vont devoir affronter nos héroïnes, ces fameux Enchantombres. Déjà, j’aime beaucoup leur nom, je le trouve original, à leur image. Ensuite, j’ai apprécié la première rencontre que Galatéa fait avec eux. On sent parfaitement tout le mal qu’ils incarnent, toute leur perversion aussi. On n’a qu’une envie, c’est de les détester. J’ai trouvé assez sympa la manière dont ils combattent, dont ils renversent les pouvoirs de ceux qu’ils affrontent afin de retourner ces facultés contre leurs propriétaires légitimes. J’avoue que j’aimerai en savoir plus sur eux, sur leurs motivations, mais aussi la manière dont ils arrivent à devenir aussi puissants.

Un rire sinistre retentit et il déclara :

  • Pauvres fous, croyez-vous vraiment qu’avec vos petits tours de pacotilles vous pourrez nous vaincre ? Nous possédons un pouvoir ancestral et si maléfique que nous ne serez jamais de taille.

Sa voix était si gutturale qu’elle semblait provenir des entrailles de la planète. Il y eut un instant de silence où nous nous observâmes tous, puis l’homme ajouta :

  • Je vous laisse néanmoins une dernière chance : joignez-vous à nous et vous serez épargnés. Rejoignez les troupes de Cosmica et alors vous deviendrez des Enchantombres, tout comme nous. Vous connaîtrez enfin ce qu’est le pouvoir absolu.

(…) Un autre des cinq hommes prit alors la parole. Il était plus petit et avait également la voix moins rauque.

  • Cosmica est celle que nous appelons l’Ultime Puissance. C’est une femme surpuissante, on dit également qu’elle est aussi grande que le pouvoir qu’elle possède…
  • Très peu sont ceux qui ont pu la rencontrer, ajouta le troisième Enchantombre.
  • Quant aux Enchantombres, reprit le premier, nous sommes des sorciers, autrefois guerriers ou dirigeants. Nous possédions tous des pouvoirs qui ont été décuplés lorsque nous sommes devenus partisans de l’Ultime Puissance.

L‘univers où se déroule l’histoire est très riche. Il m’a beaucoup fait penser à celui de Sailor Moon, sans doute parce qu’il se passe dans l’espace, avec des guerrières, qui défendent des planètes. Ceci n’empêche pas que les différentes planètes sur lesquelles vont les héroïnes sont assez détaillées, ce qui démontre à quel point tout est maîtrisé, que l’univers est pensé et bien développé à chaque fois, avec des différences notables entre ces mondes, comme le système politique ou l’environnement. J‘ai beaucoup aimé cette variété. L’écriture étant assez immersive, on a l’impression d’être avec les personnages dans ces différents endroits. C’est agréable, car on voyage beaucoup. Et le fait qu’un système politique soit différent la plupart du temps, tout comme l’environnement ou l’architecture, est très sympathique, car cela rend l’univers encore plus crédible. Les paysages sont très bien décrits.

Depuis ma chambre, située dans l’une des plus hautes tours sud du palais, j’avais une vue magnifique. A mes pieds s’étendait un jardin, orné de grands et majestueux arbres centenaires à la blancheur immaculée, sous lesquels reposaient des petits bancs de pierres marmoréens. Les fontaines étaient couvertes de glace et l’eau semblait suspendue dans sa course par un arrêt du temps. Les dalles scintillantes nous faisaient la promesse d’une échappée à travers ce paysage aussi magique que mystérieux. Des nappes de fleurs aux doux reflets bleutés et argent s’étendaient çà et là, parsemant le manteau neigeux de petites notes colorées. L’hiver était peut-être éternel ici, mais loin d’être stérile. La vie s’en était accoutumée.

(…) Un petit portail donnait accès à un sentier, assez escarpé, qui descendait jusqu’à la plage. La Mer de Cristal, parsemé d’icebergs, était si agitée qu’elle ne gelait jamais entièrement. Une unique couche de glace mince et fragile faisait le lien entre la plage enneigée et les flots déchaînés. La Vallée Scintillante s’étendait sous mes yeux, encadrée de montagnes recouvertes de conifères se tenant miraculeusement droits malgré le poids de la neige sur leurs branchages.

Les personnages sont sympathiques à suivre. J’ai eu cependant des difficultés à l’attacher rapidement à Galatéa, tout simplement parce qu’on change beaucoup de personnages. En effet, on ne suit pas que Galatéa, mais aussi ses amies, et même sa mère ou les ennemis. Il y a d’ailleurs un passage où nous sommes à l’époque de la mère de Galatéa, lorsqu’elle était plus jeune. Cela peut déstabiliser, car l’histoire n’est pas centrée sur la jeune princesse, mais plutôt sur les événements que tous sont obligés d’affronter pour survivre. Cela est finalement assez intéressant, car cela permet de suivre tout le monde, et aussi d’avoir une vue d’ensemble sur ce qu’il se passe dans la galaxie, ou sur le passé de nos personnages. Et puis, on finit par s’attacher à Galatéa, jeune princesse qui se découvre. J’ai aimé son côté généreux : elle n’abandonne personne, tout comme ses amies. C’est une amie fidèle, une fille qui aime sa mère et ferait n’importe quoi pour elle, pour son peuple, et même pour la galaxie. Elle a aussi un côté fragile assez intéressant, qui montre à quel point ce qu’elle va apprendre sur elle-même va la déstabiliser. C’est finalement une adolescente un peu perdue par moment que nous suivons, mais qui fait tout pour comprendre, pour aider les autres, pour suivre la voie qui a été tracée pour elle. Naiad, Despina et Larissa lui ressemblent d’ailleurs beaucoup. C’est là qu’on voit que les quatre amies se sont bien choisies. Le seul personnage qui me laisse un peu dubitative, c’est celui de Sao Je trouve que son histoire d’amour avec Galatéa passe un peu vite, et je le trouve aussi un peu collant avec elle. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est un personnage dont je me méfie. J’ai beaucoup de mal à accrocher avec lui.

  • Sao ! j’ai failli l’oublier ! murmurai-je à l’attention de mes deux amies, qui me regardait sans comprendre ce qu’il faisait là.

Larissa leva les yeux au ciel, légèrement agacée d’avoir été interrompue dans un moment aussi important et délicat. J’éloignai tout de suite mon cristal des deux autres et j’allai à sa rencontre.

(…) Sao me fit un clin d’oeil et passa devant moi pour aller rejoindre les filles. Je n’en revenais pas ! Après cet instant magique que nous avions vécu, comment pouvait-il se comporter comme si rien ne s’était passé ? Son comportement me mettait hors de moi, à quel jeu jouait-il ? Malgré ma fureur, je tentai de me calmer et de ne rien laisser paraître. Mon visage devint impassible et je décidai de l’ignorer tout simplement, du moins pour l’instant, car j’étais bien décidée à avoir une discussion sérieuse avec lui à notre retour sur Galatée !

  • Bon, Galatéa, tu viens ? demanda-t-il alors qu’il s’était placé entre Larissa et Naiad.

L’écriture du roman est agréable. Ce dernier se lit d’ailleurs très bien. Le fait qu’il y ait plusieurs paragraphes séparés au sein d’un même chapitre permet d’arrêter notre lecteur quand on le souhaite, permettant aussi de ne pas se rendre des chapitres q’on dévore. On suit avec envie les aventures de Galatéa et de ses amis. Les descriptions sont soignées, on arrive rapidement à faire la différence entre les différentes planètes que traversent les adolescentes, on a même le sentiment d’évoluer avec elles. J’avoue cependant que le fait de changer de personnage m’a un peu déstabilisée au début. J’ai trouvé cela légèrement perturbant de passer de l’une à l’autre des filles, de les suivre lorsqu’elles n’étaient plus avec Galatéa. Toutefois, on finit par s’y habituer, et cela est bénéfique pour l’histoire. En effet, cela permet de développer l’action, qui est présente dans ce premier tome. Les scènes de batailles sont bien écrites, il y a du suspens, c’est bien fait, bien mené. L’écriture est immersive et lire ce roman est donc un plaisir.

En résumé, c’est un premier tome que je conseille de lire. J’ai passé un bon moment en compagnie de Galatéa et de ses amies. Certes, il y a quelques clichés des romans fantastiques, comme la prophétie ou le fait que l’héroïne soit une princesse, ou même son histoire d’amour un peu trop parfaite, mais cela n’est pas dérangeant, car l’histoire est originale dans tout le reste, que ce soit grâce à son univers très détaillé ou la menace que représente les Enchantombres. C’est donc un très bon roman fantastique que je vous recommande. J’ai hâte de découvrir la suite, de savoir ce qu’il va advenir de Galatéa et de son univers. Ce roman m’a beaucoup emballée, et j’espère que ce sera aussi le cas pour vous.

Et vous ?

Trouvez-vous cela gênant de retrouver certains clichés dans les romans ?

Qu’aimez-vous retrouver dans un roman fantastique ?

Qu’est-ce qui, pour vous, est fondamentale dans ce type de récit ?

Bon dimanche à tous 😀

Une réflexion au sujet de « Galatéa, tome 1 – Evanescence »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s