chroniques littéraires·service presse

La vie est belle après tout

couv26300189

Bonjour tout le monde. J’espère que vous vous portez tous bien, que les tempêtes qui ont agités le pays n’ont pas fait trop de dégâts par chez vous, et surtout que vous avez le moral, si jamais vous reprenez demain. Je souhaite d’avance bon courage à tous les étudiants qui passent leurs examens à partir de demain. Le début de janvier est souvent compliqué pour ceux qui sont à l’université. Mais ne nous minons pas le moral maintenant. J’ai au contraire envie de prolonger, pour une dernière fois, la magie de Noël. Et aujourd’hui, je vais donc partager avec vous un magnifique roman, qui se lit comme un conte de Noël. Ce roman, je l’ai lu dans le cadre du Cold Winter Challenge, et pendant la semaine à lire. Je vais même vous confier un secret, c’est mon dernier coup de cœur de 2017. Ce roman, c’est La vie est belle malgré tout de Carmel Harrington. Son roman est publié chez les éditions Harlequin, il est sorti le 1er novembre 2017 pour l’édition suivante. Je remercie les éditions Harlequin et le site NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman. Voici son résumé :

Et si le bonheur n’était qu’un choix ?

A l’approche des fêtes de fin d’année, Belle accumule les mauvaises nouvelles. Après avoir perdu la garde de la petite Lauren, une enfant qu’on lui avait confiée en tant que parent d’accueil et à qui elle s’était beaucoup attachée, voilà que son mari, Jim, son âme sœur, est victime d’un accident de voiture dont personne ne peut dire s’il en réchappera. Belle se sent alors si abattue qu’elle en vient à faire le vœu de ne jamais avoir existé. Mais il faut être prudent, avec les vœux. Car, en cette période de Noël, il y a parfois des anges pour vous entendre et vous exaucer…

Belle est une jeune femme qui adore consacrer sa vie aux autres. Etant elle-même une enfant placée par les services sociaux, elle a décidé avec son mari Jim, de recueillir des enfants. Seulement, alors que les enfants passent, Belle a de plus en plus de mal à faire la part des choses. D’autant plus qu’arrive chez eux Lauren, une petite fille de couleur, qui ressemble beaucoup à Belle. Cette dernière s’attache à elle, et lorsque la petite leur est enlevée pour retourner avec sa mère, les nerfs de Belle lâchent. Sa propre enfance, ses propres peurs, refont surface, et à l’approche de Noël, c’est un vœu terrible qu’elle fait après avoir eu un accident de voiture avec Jim, un vœu qui changera à jamais sa perception de son monde.

Je vais commencer cette chronique par vous exposer ce qui, pour certains, pourraient être un défaut de cette histoire. Le roman se découpe ainsi en plusieurs parties, dont la première concerne l’enfance de Belle, ses différents passages dans des familles d’accelerando, jusqu’à son arrivée chez Tess, à l’approche de Noël, et l’arrivée de Jim chez elles ensuite. Puis, on passe avec les retrouvailles de Jim et de Belle, encore à Noël, et de leurs projets communs de vie. On suit ainsi leur vie commune, et la rencontre avec Lauren. Et enfin, dans la dernière partie du roman, se déroule le fameux vœu de Belle. En fait, on pourrait croire que l’histoire ne se passe réellement que dans cette dernière partie, que tout le reste n’est qu’un prologue. C’est comme ça que je l’ai ressenti, et je reconnais que cela peut en perturber certains. Cependant, ce prologue, malgré sa longueur, est essentiel au reste de l’histoire. On peut difficilement sans passer, sinon on ne peut pas comprendre tous les aboutissants du souhait de Belle, toutes les conséquences va avoir, non seulement sur elle, mais aussi sur les autres. De plus, j’ai beaucoup aimé ces différentes parties, car elles nous permettent d’en apprendre plus sur l’héroïne, ce qui va la mener à faire ce vœu terrible. Et voir Belle a différents âges permet de s’attacher à elle. Elle nous fend le cœur lorsqu’elle est enfant.

Comme je viens de le dire, Belle est un personnage très attachant. On la découvre enfant, alors même qu’elle découvre sa nouvelle famille d’accueil, Tess, et qu’elle ne parle plus. C’est une enfant qui a beaucoup souffert. Sa mère l’a abandonnée, ou du moins a essayer, juste parce qu’elle est née noire, alors que sa mère est blanche, et sans doute d’une famille traditionnelle. Avoir une enfant de couleur dans les années 90 en Irlande, ce n’est pas simple, ce qui fait que Belle a été mise de côté, oubliée par sa propre mère, rejetée violemment par cette dernière. Et les familles d’accueils dans lesquelles Belle a vécu jusqu’ici n’ont pas été roses avec elle. Jusqu’à ce qu’elle arrive chez Tess, et qu’elle découvre ce qu’est une vraie famille. J’ai adoré la manière dont elle voit le monde à partir de là. Belle s’ouvre enfin, et croit en la magie. Le fait que Jim la rejoigne à Noël ne fait que la convaincre que les vœux se réalisent. Elle est touchante dans son émerveillement, son enthousiasme, sa joie, et on n’a qu’une envie, que les choses aillent le mieux pour elle par la suite. Elle m’a aussi émue, cette petite fille qui chercher l’amour et la magie dans toute chose, qui n’a que sa poupée Dee-Dee comme amie, car elle aurait pu devenir une vraie teigne, mais elle garde, malgré tout ce qui lui arrive, un cœur en or.

 » Tu devrais dire quelque chose, Belle », me conseille Dee-Deee.

Je la regarde de nouveau et hoche la tête. Je veux vraiment répondre à Tess pour lui faire plaisir, mais je n’y arrive pas, les mots ne veulent pas sortir de ma bouche.

(…) « Si tu restes muette, elle finira par nous mettre à la porte », fait remarquer Dee-Dee. Je tressaille sur ma chaise.

Où est-ce que je dormirai ? je lui demande en la serrant contre moi.

Elle ne répond rien et je resserre les bras autour d’elle.

  • Ne t’inquiète pas, mon petit papillon, murmure Tess. Rien ne presse, tu parleras quand tu te sentiras prête, je peux attendre, nous avons tout notre temps.

Elle m’embrasse sur la tête et retourne devant le fourneau pour préparer son petit déjeuner.

Peut-être qu’elle ne nous mettra pas à la porte, après tout.

La version de Belle adulte est toute aussi émouvante, mais on sent rapidement que quelque chose s’est passé dans sa vie d’adulte, quelque chose qui la marquée à jamais. Non seulement elle apprend des choses sur sa mère, mais elle se remet aussi beaucoup en question, parfois même trop. Elle a beau avoir une belle famille, une situation qu’elle adore, on perçoit au fur et à mesure que les semaines passent que la magie s’en est allée, et que tout mène à ce choix qu’elle va faire, à ce vœu, à cet accident. Belle est une adulte qui a peur. Alors qu’enfant elle vivait des situations bien plus terribles, une fois adulte, elle craint de tout perdre, ou de faire des erreurs. Elle est dans une démarche très négative envers elle-même, elle se dévalorise en permanence, à cause de ce qu’elle a vécu enfant. Alors que d’un côté, elle est capable d’en faire une force, en s’occupant d’enfants comme elle, d’un autre côté, elle le vit comme une faiblesse, parce qu’elle ne parvint pas à surmonter son traumatisme, celui lié à sa mère. Belle est d’autant plus touchante qu’elle se bat contre ses propres démons, seule. Le fait qu’elle perde alors la garde de la petite Lauren, à qui elle s’est beaucoup trop attachée, ne fait que l’enfoncer encore plus, la détruisant à petit feu. On voit alors la déprime de Belle arriver. Je me parfaitement retrouvée dans son personnage.

Jim m’adresse un regard inquiet avant de porter son attention sur Lorcan.

  • Tout se passe bien, déclare-t-il. Lauren est plus sereine qu’au début et, à chaque fois que sa mère, vient, elle est contente de la voir.

Ce que dit Jim est vrai, pourtant, je considère comme une trahison chaque mot qui sort de sa bouche. Il veut détruire notre famille ou quoi ?

Lauren n’est pas ta fille, Belle, me chuchote une petite voix agaçante.

C’est bon, je sais… JE SAIS.

(…) J’ai l’impression – non, je sais – que tout cela ne va pas bien se finir.

Les personnages secondaires sont aussi très sympathiques. Evidemment, je n’ai pas du tout aimé celui de la mère de Belle, qui est juste horrible, mais c’est bien le seul. Que ce soit Tess, Jim ou Lauren, pour ne citer qu’eux, on les apprécie presque instantanément. Ce sont des personnages lumineux, qui apportent la joie et le sourire. On sent vite à quel point ils sont liés les uns aux autres, comme une immense famille. Tess est vraiment un personnage agréable, génial même. Je l’ai adoré, on perçoit son envie de bien faire, son attachement aux autres. J’ai beaucoup aimé la manière dont elle met en confiance Belle lorsque cette dernière arrive chez elle, et à quel point elle lui fait du bien, à quel point ce qu’elle va lui apporter sera bénéfique pour elle. Jim est à mon avis un peu plus effacé, moins dans l’exubérance, plus posé aussi que les deux filles, surtout devenu adulte, il n’est là que pour protéger Belle alors qu’il est toute sa vie. On sent cependant la complicité qui les lie, et cette envie d’apporter de l’aide aux autres. L’histoire de Lauren est toute mignonne, et on comprend vite les doutes qui agitent Belle vis-à-vis de la petite fille, même s’ils sont exagérés.

L’histoire est vraiment merveilleuse à lire. Elle est porteuse d’un message d’espoir, d’une certaine morale, à la manière des Contes de Noël. On a le droit dedans à tous les sentiments, on passe de la joie aux larmes, des sourires à la colère, de la vie et des douleurs, de la magie et de l’espoir. C’est une histoire vivante, qui nous engage nous aussi à l’intérieur, qui nous fait nous poser des questions, réfléchir, mais aussi ressentir ce que vivent les personnages. J’ai vraiment adoré la dernière partie, et le personnage de Nora, qu’on découvre à la fin. Elle apporte réellement une profondeur à l’histoire. On ne se rend pas assez compte de l’influence qu’on a sur les autres, et de celle qu’ils ont sur nous. Ce roman est là pour nous en faire prendre conscience, et nous rappeler que nos actes ont toujours des conséquences, bonnes ou mauvaises. Et aussi que même dans les moments les plus sombres, il y a toujours de l’espoir et de l’amour.

En écoutant mes propres paroles, je sens une infime partie de la culpabilité qui a pris racine en moi s’envoler.

(…) Je n’y suis pour rien si ma mère ne m’a jamais aimée. Et ce n’es pas moi qui lui ai gâché la vie.

Et, surtout, je ne peux pas tout contrôler, mais je peux contrôler mon amour.

J’aime la vie et j’aime Jim. Je veux des enfants aussi, peu importe qu’ils soient de nous ou pas.

Je veux avoir des enfants. Avec Jim.

Les pensées se bousculent dans ma tête et je sens ma foi en la vie se restaurer progressivement.

Les contes de fées existent, et les fins heureuses aussi. Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse de ne jamais cesser d’y croire, et je compte bien m’y tenir.

La plume de l’autrice est très agréable. Le roman se lit facilement, on est rapidement projeté, avec une certaine aisance, dans Dublin. Les descriptions sont vivantes, et donnent envie d’être avec les personnages. On pourrait presque voir ce qu’ils voient. en ce qui concerne leurs sentiments, on les ressent avec eux, on se met aisément à leur place. On est en permanence dans l’envie de savoir la suite, et il est compliqué de lâcher le roman. J’avoue avoir trouvé par moment le prologue long, me demandant où voulait en venir son autrice, mais les chapitres se sont enchaînés sans aucun problème, et je remettais toujours mes questions dans un coin de ma tête, happée par ce qui arrivait à Belle et à sa troupe. La dernière partie m’a ainsi beaucoup surprise, et m’a émerveillée en même temps. J’ai aussi adoré en apprendre plus sur le système des familles d’accueil. La narration au présent, du point de vue de Belle, aide à se mettre à sa place. Elle donne aussi la parfaite dynamique au texte. J’ai aussi apprécié les citations mises au début de chaque chapitre. Elles sont en harmonie avec le texte.

En résumé, l’autrice nous livre ici un très bon roman. J’ai vraiment adoré, et c’est un gros coup de cœur pour ma part, ce titre m’ayant beaucoup touché, et émue. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Belle, ainsi qu’aux autres. Ils sont tous essentiels, et nous apportent quelque chose. Ils sont tous touchants, chacun à leur manière. Sauf la mère de Belle, bien sûr, qui reste détestable pendant toute l’histoire. Ce roman nous livre aussi un bon moment de Noël, magique, magnifique. J’ai adoré la tradition que met en place autour de cette fête Belle, que ce soit avant qu’elle ne soit avec Jim, ou après. Il y a beaucoup de magie dans cette histoire. Je vous en conseille donc sa lecture, surtout au moment de Noël. Ce sera un livre à mettre dans votre pile-à-lire en décembre prochain, un roman à lire absolument. C’est une histoire d’amour et d’amitié qui ne devrait pas vous laisser indifférent.

Et vous ?

Avez-vous lu des romans de Noël pendant les fêtes ?

Quel a été votre coup de cœur de cette période particulière ?

Avez-vous déjà retenu des titres pour l’an prochain ?

Bon dimanche à tous, et bon courage pour cette semaine de reprise 😀

Une réflexion au sujet de « La vie est belle après tout »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s