chroniques littéraires·service presse

La clé d’Oriane

IMG_20171109_112023.jpg

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien, et que vous n’êtes pas congelés par le froid qui semble s’être abattu sur la France. Je dois avouer que moi j’ai été très surprise par ce soudain changement de température. Mais voilà une excuse pour rester au chaud, avec un plaid sur les genoux, une tasse de thé fumante, un livre à la main et un chat à disposition pour se réchauffer les mains dans sa fourrure. D’ailleurs, en parlant de livre,  nous sommes aujourd’hui jeudi, et qui dit jeudi dit #JeudiAutoEdition. Aujourd’hui, je vais donc vous présenter un roman autopublié que j’ai lu dernièrement. En fait, cela fait un moment que je dois vous en parler, mais j’avoue qu’avec les Utopiales, et le NanoWrimo, j’ai pris un peu de retard dans mes lectures et mes chroniques sur le blog. J’essaye donc de rattraper ce retard en vous parlant de ce roman de science-fiction que j’ai eu la chance de recevoir de la part de son auteure grâce au site simplement pro qui met en relation les auteures indépendants et les bloggeurs. Aujourd’hui, je vous parle donc de La Clé d’Oriane, écrit par Leslie Héliade et  paru en mai 2017. Voici son résumé :

Elle s’appelle Oriane, elle est dessinatrice. Il se surnomme Serrure, c’est un voleur. Lorsqu’elle le trouve dans son appartement, il prétend sortir d’un jeu virtuel. Il a besoin de son aide, car elle seule peut le sauver ! Et s’il disait la vérité ? Si tout cela n’était qu’une quête ? Une invitation à chercher la clé ?

Dans cette histoire, nous suivons donc Oriane, une jeune femme, dessinatrice de BD et grande joueuse de jeux vidéo, qui vient de se faire larguer par son petit ami, avec qui elle espérait un jour construire une famille. Attristée, déçue et ne comprenant pas la décision de son amoureux, Oriane s’installe chez sa meilleure amie, Chloé, qui pour la réconforter lui achète le dernier jeu vidéo à la mode, Ultimaland 15, un jeu MMORPG qui se joue sur ordinateur. Le but de ce jeu est alors de faire avancer son personnage dans un monde de fantasy, et d’accomplir de nombreuses quêtes avec d’autres joueurs. Ainsi, Oriane fait la rencontre de Serrure, un homme qui campe un voleur. Tout semble normal, jusqu’à ce que Serrure apparaisse dans la vie réelle d’Oriane. Mais ce n’est pas le joueur qui se matérialise dans la chambre d’Oriane, mais bien son personnage, celui crée pour le jeu. Oriane va alors se demander si elle n’est pas en train de devenir folle, ou si les antidépresseurs qu’elle prend ne sont pas en cause. Car Serrure attend quelque chose d’Oriane, qu’elle le fasse rentrer dans le jeu, afin qu’il retrouve sa place. Et pour ne rien arranger, seule la jeune femme peut le voir, et donc seule elle peut l’aider. Se met alors en place une enquête, afin de comprendre comment elle peut parvenir à aider Serrure, et qui peut se cacher derrière son personnage.

Pour cette chronique, je n’ai pas envie de commencer par vous parler du personnage principal, Oriane, mais plutôt de vous parler de celui de Serrure. En effet, c’est le personnage qui m’a le plus marquée. Déjà, c’est un personnage mystérieux, puisqu’on ne sait pas grand chose de lui, à part qu’il semble sortir tout droit du jeu vidéo. Oriane pense que c’est un fou qui cherche à s’en prendre à elle, après tout il arrive comme ça dans sa chambre, mais on comprend assez vite toute l’étrangeté de sa situation. Lui aussi est d’ailleurs perdu face à cela, à cette réalité qu’il a du mal à comprendre. Je l’ai ainsi trouvé touchant, à essayer de comprendre ce monde qui n’était pas le sien. D’ailleurs, il compose son ignorance, manque d’information, par l’humour. J’ai beaucoup aimé ce côté de sa personnalité. Serrure est un personnage amusant, qui donne l’impression de se moquer de tout, justement pour ne pas qu’on voit ses faiblesses, sa peur. C’est aussi un personnage qui gagne en profondeur au cours de l’histoire, à mesure que l’on s’approche du dénouement. Sa peur devient de plus en plus perceptible. J’ai beaucoup apprécié de le suivre, de le voir être confronté à la réalité du monde dans lequel il se trouve.

  • Cela ne ressemble pas à nos maisonnettes en toit de chaume… C’est plus proche de nos villes du nord, là où les immeubles percent le ciel, et les bas-quartiers sont  toujours dans l’obscurité… Non ! Je sais ! Ca ressemble à Simcity ! J’ai beaucoup de culture, vous savez ! J’ai pas mal voyagé, dans des univers parallèles. Final Fantasy, Crash Bandicoot… Mais je n’ai jamais rien vu qui ressemble à vos résidences… Vous voyagez, parfois ?
  • Pas souvent, non….

Ils se remirent en chemin. Il avait les mains dans les poches et suivant la jeune femme, tranquillement.

  • C’est dommage. Ca ouvre l’esprit ! L’été dernier, j’ai fait du surf sur les plages de Super Mario Bross et l’année prochaine, je pensais skier sur les pentes de Donkey Kong.

En ce qui concerne le personnage d’Oriane, notre personnage principal, j’ai eu au début du mal à m’attacher à elle, tout simplement parce que je la trouvais trop passive, trop naïve aussi, un brin enfantine. En fait, Oriane vit un peu dans son monde à elle, et oublie les autres qui tournent autour d’elle. C’est pour cela que son petit copain la quitte, car il a d’autres attentes, et pas seulement celles d’aller participer à un jeu de rôle grandeur nature. Et pour aller mieux, Oriane ne trouve rien de mieux que de s’isoler encore plus, en se plongeant à cœur perdu dans le jeu vidéo. Heureusement, l’arrivée de Serrure va lui faire changer ses habitudes, va la faire murir. Grâce à lui, elle va être confrontée à ses propres actions, à sa manière de gérer sa vie, à ses peurs, à la prison, et même à la mort. Elle va se dépasser, oser des choses, pour le sauver. Elle va montrer qu’elle peut être une amie, et aussi découvrir sur qui elle peut se fier. Elle va grandir dans cette histoire. Grâce à cela, je me suis peu à peu prise d’affection pour ce personnage qui finit par tout risquer pour sauver Serrure, qui va prouver qu’elle peut être courageuse dans la réalité, et affronter le monde. J’ai beaucoup aimé son évolution, qui va d’ailleurs se traduire dans des changements physiques qu’elle va opérer. On sent qu’elle abandonne son adolescence pour devenir une femme battante et forte. Ce qui m’a plus aussi, ce sont toutes les questions sur sa santé mentale qu’elle va se poser après ses premières rencontre avec Serrure. C’est assez intéressant, car jusqu’au bout ces questions vont l’habiter, et on n’est jamais sûr qu’elle a bien toute sa tête et qu’elle n’est pas en train d’inventer toute cette histoire.

Le voleur était adossé au mur, les bras croisés. Il avait plié sa jambe, dans une pause de séducteur. Il attendait, un sourcil relevé.

  • Qu’est-ce que vous comptez faire ?

Elle haussa les épaules.

  • Me remettre au travail. Vous êtes une hallucination ! Vous êtes dans ma tête, c’est bien ce que vous avez dit ? Voilà, maintenant, on a l’explication. Je vais vous ignorer, ne plus prendre d’antidépresseurs… et demain, vous aurez disparu…

Elle s’allongea sur le lit et ferma les yeux, les mains sur le ventre. De temps en temps, elle les rouvrait, pour voir sil était encore là. Il ne bougeait pas.

Dans ce récit, il y a des passages qui m’ont beaucoup plu, comme la visite des studios où est créé le jeu auquel joue Oriane. J’ai trouvé ça formidable d’être ainsi projetés dans un tel endroit. On sent alors à quel point l’auteure s’est documentée pour écrire son roman. C’est assez fabuleux d’imaginer comment de tels ouvres sont construites, et le fonctionnement d’une telle entreprise. J’ai ainsi appris des choses. De même, j’ai été reprojetée dans le monde du MMORPG grâce à ce roman, et j’ai redécouvert certaines choses qui me plaisaient beaucoup dans cet univers. Je ne vais pas vous cacher que cela m’a rendu nostalgique des moments où je jouais au jeu DOFUS avec mon petit frère. Ces types de jeu sont très riches, et le roman donne vraiment envie de les découvrir, de se remettre à jouer à ces jeux.

Les joueurs acceptèrent la quête et sortirent de l’auberge pour se rendre dans la forêt des songes. Un chemin de terre était dessiné au sol. Il suffisait de le suivre.

Un premier Lapin Enragé attaqua, surgissant d’entre les touffes d’herbes. Petit, des yeux rouges exorbités et des dents en biseau tranchant, un pelage gris, de longues oreilles orange. Aurora fonça et emporta le combat en un seul coup de hache, faisant passer l’ensemble du groupe au niveau 2.

  • Facile !
  • C’est le début, répondit Serrure.

Là où j’ai été un peu plus déçue, malheureusement, c’est que j’ai trouvé l’histoire un peu prévisible par moment. En effet, il y a certains événements que j’avais imaginé qu’ils allaient se passer, qu’on voit arriver. En fait, l’idée de base de ce roman est assez simple, et même un peu déjà vu dans un autre ouvrage, auquel l’auteure elle-même fait référence. Cependant, ce n’est pas parce que j’ai trouvé l’histoire prévisible, et simple, que je ne la trouve pas bonne. En effet, bien que l’idée de base ne soit pas réellement originale, son traitement l’est, lui. Comme je l’ai dit plus haut, non seulement l’auteur s’est renseignée0 sur le monde du jeu vidéo, mais elle s’est aussi intéressée au cerveau humain. Et c’est tout cela qui apporte une richesse énorme au roman, une manière de raconter cette histoire différente, et très sympa. Bien que l’histoire semble déjà vue, le fait de l’intégrer au monde du jeu vidéo, et les réactions d’Oriane et de Serrure en font un roman très intéressant à lire.

En ce qui concerne la plume de l’auteure, je l’ai appréciée. Elle est fluide, l’histoire se lit bien, les personnages sont vivants, les dialogues sont bien écrits, les chapitres se lisent tous seuls. On est vraiment happés par cette histoire. Il y a certes des moments un peu plus creux, notamment au début, mais l’ensemble est bien rythmé, avec de l’action. Toutes les phases de questionnement d’Oriane à propos de Serrure permettent de tempérer ces phases plus agitées. L’histoire est agréable à lire, elle se lit d’ailleurs bien. Je pense que même les non-initiés au jeu vidéo, et aux MMORPG, s’y retrouveront, ne seront pas trop perdus dans cet univers.

En résumé, c’est un roman assez intéressant. Malgré une idée de base qui semble déjà vue, l’auteure permet tout de même de faire un roman original, avec des personnages qui ont une vraie évolution, qui sont finalement attachants. J’ai tremblé avec Oriane à la fin, et la conclusion de l’œuvre m’a bien plu. C’est un roman à lire si vous aimez la science-fiction, et tout ce qui touche aux jeux vidéos. Et en plus, on y apprend certaines choses. Je vous le conseille, vous passerez un bon moment avec Oriane et Serrure.

Et vous ?

Quelle a été votre dernière lecture chez les auteurs autoédités ?

Cela vous arrive-t-il de trouver une idée peu originale mais d’être tout de même conquis par l’histoire ?

Vous aimez les romans qui vous font découvrir de nouveaux univers ?

Qui a déjà joué à des MMORPG ?

Bon jeudi à tous 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s