autoédition·chroniques littéraires·service presse

New life

IMG_20170928_164600

Bonjour les amis. J’espère que vous allez tous bien. Courage, c’est bientôt le week-end. On va pouvoir se reposer, et profiter du week-end à lire.

Aujourd’hui, je vous retrouve pour le #JeudiAutoEdition. Je vous rappelle le principe, il s’agit d’un rendez-vous sur les réseaux sociaux dans le but de promouvoir les auteurs autoédités. je vais donc vous parler aujourd’hui d’un roman autoédité, dans le genre de la science-fiction. Ce dernier est sorti en février 2017 sur amazon. Il a été écrit par Stéfanie Hodier. Je la remercie pour m’avoir proposé son roman a chroniqué via la plateforme simplement pro, qui met en relation les auteurs et les chroniqueurs. Voici son résumé :

Cory est une jeune femme à priori comme toutes les autres jusqu’au jour où elle se réveille à l’hôpital.
Perdue, ignorant son identité, elle fait alors la rencontre de Loukas et Cerise, deux jeunes avec qui elle se liera d’amitié.
A la recherche de son passé, l’amitié se renforcera-t-elle ou sera-t-elle confrontée à des manipulations insensées ?
Quand tout bascule et que le virtuel se mélange au réel, comment distinguer le vrai du faux ?
Bienvenue dans New Life! Si tant est que vous en sortiez indemne…

Dans ce roman, nous suivons donc le personnage de Cory, qui un jour se réveille à l’hôpital, sans aucun souvenir. A ses côtés se trouve Loukas et Cerise, deux personnes qui vont rapidement devenir ses amis. Seulement, un an plus tard, Cory a parfois des flash étranges de salles d’opérations, de câbles et autres choses électroniques. Et voilà qu’un jour, des hommes en noir, à la Men In Black, essayent de l’enlever. Cory leur échappe, mais elle se rend compte que ses nouveaux amis Loukas et Cerise semblent en savoir plus long sur elle que ce qu’elle pensait. Et lors d’une cérémonie dans leur entreprise, tout va basculer pour Cory, qui va partir à la recherche de son passé.

Je vais commencer cette chronique par souligner l’intrigue de ce roman. En effet, on est tout de suite plongés dans les aventures du trio. L’action est donc là dès le début avec le premier chapitre. Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est que l’auteure parvient dès les premières lignes a suscité l’intérêt, à mettre en place une histoire complexe. Ainsi, on se demande ce qu’il se passe, ce qui va arriver aux personnages. Ensuite, alors qu’on découvre Cory, on se rend compte que tout le monde ne joue pas franc jeu, que tout le monde a quelque chose à cacher. Il y a beaucoup de retournement de situation, de personnages qui dévoilent leurs cartes peu à peu, si bien qu’on ne sait jamais sur quel pied danser avec les membres de cette histoire. C’est assez intéressant car on est en permanence surpris par les réactions des personnages, on ne peut ainsi jamais prévoir ce qu’ils vont dire ou faire car on ne sait jamais ce qu’ils ont vraiment en tête. On ne peut donc pas prévoir ce qu’il va se passer.

De même, l’auteure parvient à faire entrer les personnages dans un jeu vidéo, le soir où le destin de Cory bascule. En effet, ceci se déroule lors de la présentation du dernier jeu de l’entreprise dans laquelle travaillent Cory, Loukas et Cerise, les héros principaux. Or, on apprend au cours du roman que l’histoire peut en fait se passer dans ce fameux jeu. Ceci introduit alors la question qui va nous poursuivre pendant toute la lecture : l’histoire est-elle réelle ou virtuelle ? Ceci est intéressant car on ne sait finalement pas si l’histoire est réelle ou si tout cela ne fait partie que d’un scénario préétabli et auquel ne font que répondre les personnages. J’aime beaucoup cet aspect qui fait que les personnages se demandent si ce qu’ils vivent et vrais ou non, s’ils ne sont pas manipuler par quelqu’un. En fait, c’est comme si des personnages venaient à se rendre compte qu’ils sont prisonniers dans un roman, sauf qu’ici c’est un jeu. C’est assez plaisant de voir les réactions que cette question produit. C’est donc un aspect qui m’a beaucoup plu.

  • J’ai donc l’immense honneur de vous présenter NEW LIFE, proclame Monsieur Miller. A jouer seul ou à plusieurs. Pour cela, il suffit d’utiliser le casque relié à la console ou l’oreillette mise à votre disposition que je vous invite à enfiler maintenant, et votre subconscient sera connecté au jeu. Vous, vous avez bien entendu, VOS PENSEES les plus enfouies, les plus profondes, vos désirs secrets peuvent se réaliser par un jeu interactif. Je vous laisse découvrir le film qui vous expliquera tout. N’ayez pas peur et entrez dans le monde merveilleux de votre esprit.

(…)

  • Avec NEW LIFE, vivez la vie de Bérénice TECK, son combat pour rester en vie, sa réussite pour changer d’identité, et surtout, quelle est sa vraie mission ? Sa vraie nature ? Qui est-elle ? Vous allez le découvrir ?

En ce qui concerne les personnages, je me suis facilement attachée à celui de Cory, du moins au début. En effet, au moment où l’histoire commence, c’est une jeune femme isolée, qui n’a pour ami que Loukas et Cerise, et son chat Caco, qui lit beaucoup, et qui a perdu tous ses souvenirs. Elle semble assez fragile, on a envie de l’aider, d’être son ami. Cet aspect de sa personnalité m’a plu, même si j’ai aussi aimé lorsqu’elle se montre un peu manipulatrice avec ses amis, quand elle comprend qu’ils lui cachent quelque chose. J’ai apprécié qu’elle s’oppose à eux, qu’elle ose un peu plus s’affirmer. C’est intéressant de la voir perdue, ne sachant plus sur qui elle peut compter, ne sachant plus si ses amis lui mentent ou non. Tout ce moment où Cory est entre deux eaux m’a plu. Cependant, à partir du moment où elle découvre la vérité, où elle apprend qu’elle a une personnalité double, dont je ne peux pas vous en dévoiler plus afin de ne pas vous spoiler, j’ai moins accroché. J’ai été déstabilisée par la nouvelle Cory, si bien que cette nouvelle personnalité ne m’a pas convaincue, ne m’a pas plu. Je me suis alors détachée de son personnage, à mon grand regret. C’est un parti pris de la part de l’auteure, et je le comprend tout à fait, mais je n’ai pas réussi à être attirée par cette nouvelle facette de Cory.

  • Je n’ai pas le droit, ils vont me tuer, répond-il.
  • Et moi vous torturer. Vous préférez quoi ?

Je place la pointe du couteau sous l’œil gauche, j’appuie légèrement, un mince filet de sang se met à couler pendant que je continue à faire descendre la pointe jusqu’aux lèvres et trace une belle ligne rouge. Je me régale presque de ce spectacle, un sentiment jusque-là inconnu de puissance me transporte. Je vois ma victime essayer de se contorsionner pour m’échapper. Plus je l’observe et plus je me dis qu’il n’est rien ! Et que moi je suis toute puissante !

Pour les autres personnages, à cause du fait que nous ne savons jamais réellement de quelle manière ils vont réagir, comme je l’ai expliqué plus haut, il a été très compliqué pour moi de m’attacher à eux. En effet, je ne savais jamais vraiment si Loukas ou Cerise voulaient du mal à Cory, ou au contraire s’ils voulaient son bien. On ne sait pas ce qu’il se passe dans leur tête, et leurs intérêts réels dans cette affaire. Il semble tous attendre quelque chose des uns des autres, quelque chose qui n’est finalement révéler que lorsqu’ils sont au pied du mur. C’est assez déstabilisant, si bien que, jusqu’à la fin, je ne savais pas qui étaient du côté de Cory. Par contre, c’est assez intéressant du point de vue scénaristique.

En ce qui concerne l’écriture du roman, j’ai dans l’ensemble bien aimé, le roman se lit très bien, les chapitres s’enchaînent très vite, il y a du rythme, de l’action, des rebondissements, on ne s’ennuie pas. Le roman est en plus assez court, la lecture est donc rapide. Néanmoins, j’ai eu un peu de mal avec le style de l’auteur. En effet, une partie du roman est construit à la première personne, soit avec les pensées de Cory. Mais une autre partie du roman est fait à la 3e personne, soit avec un narrateur extérieur. Cela ne m’aurait pas gêné si ces moments n’étaient là que lorsque Cory elle, n’y était pas. Or, ce n’est parfois pas le cas. On a donc le narrateur qui décrit des scènes, des moments où Cory est présente. C’est donc assez déstabilisant de passer de ses émotions à une scène plus générale. Je peux cependant comprendre que ce soit un choix de style de la part de l’auteure. je constate juste que, en tant que lectrice, ce choix ne m’a pas convaincu.

Pour résumer, je conseille donc la lecture de ce roman, malgré les différents points que j’ai pu soulever. En effet, l’histoire est intéressante, et j’ai apprécié le fait que le lecteur soit en permanence balloté par les événements, comme l’est finalement son héroïne. Je note toutefois un bémol sur la fin, que j’ai trouvé un peu rapide, et sur l’écriture qui, personnellement, m’a laissé un peu perplexe. Mais c’est un bon roman de science-fiction qui se lit très bien et qui, à mon avis, plaira à beaucoup de fan du genre.

Et vous ?

Quel est votre dernière lecture chez les autoédités ?

Quel roman vous a plu dernièrement ?

Bonne fin de semaine à tous 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s