autoédition·chroniques littéraires·service presse

Les chroniques d’un Saint Exorciste, tome 1 – La marque des cinq

IMG_20170706_124621

Bonjour les amis. J’espère que vous vous portez tous bien, et que les résultats du bac qui sont tombés hier vous ont a tous été favorables. Qu’est-ce que cela me semble loin maintenant, le bac. Et oui, cela va bientôt faire dix ans que je l’ai passé. Cela ne me rajeunit pas. Mais je ne vous écris pas aujourd’hui pour vous parler de mon parcours scolaire. En effet, nous sommes aujourd’hui jeudi, et nous nous retrouvons donc pour un rendez-vous que j’aime beaucoup, le #JeudiAutoEdition. Aujourd’hui, je vais donc vous présenter un roman autoédité. Il s’agit du premier tome d’une série qui s’intitule Les chroniques d’un Saint Exorciste. Le premier tome, que je vais vous présenter, porte le nom de La Marque des Cinq. Ce premier tome au mois de juin 2016. Il a été écrit par Dana B. Chalys, que je vous avais déjà lorsque j’avais chroniqué un autre de ses romans : Il pleuvra sur la lande. Ce nouveau roman que je vous présente est un roman fantastique. Je remercie son auteure d’avoir accepté que je le chronique ici. Voici son résumé :

Depuis des siècles, dans le secret le plus total, une branche occulte de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem combat les forces démoniaques avec l’aide de ses chevaliers exorcistes.
À seulement vingt-six ans, Nathan est le plus puissant d’entre eux, le Saint Exorciste, celui que l’Enfer craint par-dessus tout à cause de sa particularité unique : sa main droite manipule les forces divines tandis que sa gauche maîtrise les infernales. Mais que cache véritablement son pouvoir ? Et pourquoi les lieux de ses derniers exorcismes semblent former le début d’un immense pentagramme en plein cœur de Toulouse ? Se pourrait-il que les deux soient liés ?
Comme si les ennuis n’étaient déjà pas assez nombreux, le Destin décide de mettre sur sa route une étudiante qui ne possède aucun don sinon une chance insolente. Détail qui pourrait bien lui sauver la vie à l’heure où les démons se font plus menaçants que jamais.

Alors, l’histoire commence avec Nathan, qui est un exorciste. Il est très doué dans son domaine, même s’il a des dons particuliers. En effet, il a un tatouage sur chaque paume de main, un bleu sur la droite et un rouge sur la gauche. L’un et l’autre représente son pouvoir, le bleu divin et le rouge des enfers. Cela est inhabituel chez les exorcistes, faisant de Nathan un jeune homme différent des siens. Et il a aussi un bracelet étrange qui se nourrit du sang récolté à chaque exorcisme. Nathan essaye toujours d’être discret, de se fondre dans Toulouse, où il vit. Seulement, un jour, après l’un de ces exorcismes, voilà qu’il est pris en photo par Donna, une étudiante. Celle-ci remarque alors un défaut sur sa photo : le bracelet de Nathan ne change pas de place lorsqu’il se reflète dans une vitrine. Intriguée, elle va le suivre, et plongée dans un univers paranormale qu’elle ne soupçonnait pas. Aidée de ses amis Mickaël et Dylan, elle va se rendre compte que quelque chose d’étrange tourne autour de Nathan, quelque chose de dangereux pour lui, mais aussi pour le monde entier. Et peut-être même qu’elle a un rôle à jouer pour sauver l’humanité.

En fait, il y a deux personnages principaux dans cette histoire. D’abord Nathan, l’exorciste, puis Donna l’étudiante. Ce sont eux deux qui vont raconter cette histoire, chacun donnant son point de vue par intermittence. Néanmoins, les personnages secondaires ne sont pas loin. Ainsi, Mickaël et Dylan vont se retrouver avoir une place toute aussi importante que Donna dans l’histoire, faisant de cette histoire qui semblait être un duo une histoire à quatre personnages centraux. Je pense d’ailleurs que ces deux derniers auront une place dans le second tome encore plus importante.

Nathan est donc le premier personnage que l’on rencontre. C’est un jeune homme renfermé. A cause de son lien avec le ciel et avec les enfers, il ne peut se lier avec personne. Il pourrait en effet mettre en danger ses amis, ses amants. Car Nathan est attiré par les hommes, ce qui lui voue une haine de la part de son propre clan. Nathan est donc très seul. Il ne vit que pour son travail, les exorcismes et la surveillance des sorciers et sorcières peuplant Toulouse. Mais tout ça change après sa rencontre avec Donna. Même si lui file la peur de sa vie lors de leur première rencontre, Nathan va devoir apprendre à lui faire confiance, car sinon il ne survivra pas. C’est un personnage qui se dévoile tout au long du roman. C’est aussi celui sur lequel on a le plus d’information. Ainsi, on apprend peu à peu d’où lui viennent ses pouvoirs, qui est sa famille, comment c’est déroulée son enfance, etc. C’est le personnage le plus détaillé du roman. Alors, même s’il semble froid de prime abord, on apprend à l’apprécier au fil de l’histoire. On découvre ainsi qu’il a de nombreuses facettes sympathiques, et qu’il serait prêt à mourir en renvoyant les démons en Enfers.

Quand il avança, les traits tirés par la colère, je reculai jusqu’à me trouver acculée contre le mur. Il me saisit au cou de sa main droite et me souleva de terre au point où je ne sentais les pavés que du bout des pieds. La panique me submergea. Je me débattis, tentant par tous les moyens de me soustraire à sa poigne. Rien à faire, il avait trop de force !

  • Je n’ai qu’un conseil à te donner, susurra sa voix exquise. Oublie cette histoire, sinon je te tue.

(…) Il était taré, complètement taré !

(…) Lorsque j’osais enfin rouvrir les paupières, Nathan n’était plus là.

Donna est le second personnage à intervenir. C’est une jeune étudiante en arts audiovisuels un peu banale. Cependant, elle se caractérise par une chance incroyable, qu’elle transmet aux personnes qu’elle côtoie. Ainsi, elle ne tombe jamais malade, ou trouve toujours une place pour se garer, même dans le centre ville bondé de Toulouse. Seulement, Donna a parfois tendance à s’ennuyer. Alors, lorsque sa route croise celle de Nathan et qu’elle constate le problème avec son bracelet, elle ne peut s’empêcher de fureter de son côté pour comprendre ce qu’il se passe avec lui. Et une fois au courant, elle est incapable de faire marche arrière, préférant risquer sa vie qu’oublier ce qu’elle sait. En vérité, Donna est une amie fidèle, prête à affronter tous les dangers pour ceux qu’elle aime. Elle est aussi peureuse, pleure facilement, mais est capable de se surmonter pour continuer à avancer. Alors que Nathan lui impose de ne plus jamais le revoir, elle va le défier pour lui apporter un message. Donna a un grand cœur. Elle veut aider tout le monde, quitte à se mettre en danger. On n’a cependant sur elle moins d’informations que sur Nathan. Cela m’a un peu manqué pour m’attacher à elle. Elle est certes pleine d’humour et de joie de vivre, mais je pense que j’aurais souhaité en savoir plus sur son passé pour mieux la comprendre.

J’écoutai à moitié ce qu’elle me disait car je n’en croyais pas mes yeux – qui devaient, à cet instant, être aussi ronds et grands que l’était ma bouche. Sur le cliché, l’homme ne portait pas le bracelet à son bras droit, mais à son bras gauche.

Je clignai des paupières.

Non; je n’avais pas rêvé. Même en prenant en compte qu’un reflet était toujours inversé, ça ne collait pas. S’il était au bras qui tenait la cigarette sur l’homme, il devait être sur le même bras dans le reflet. Là, il était à celui qui tenait le briquet. Ce bracelet n’était définitivement pas au bon endroit. (…)

Durant le trajet qui me ramena à mon minuscule studio sous les combles, j’échafaudai tout un tas de théorie plus fumeuses les unes que les autres. Toutefois, j’avais une certitude : il fallait absolument que je retrouve ce type !

Nous sommes donc dans un univers fantastique chargé d’ésotérisme. Nathan est l’une des rares personnes pouvant empêcher que les démons envahissent notre monde. Il y a aussi des sorciers, des protecteurs de maison, des ombres menaçantes. Tout ceci cohabite à la perfection dans ce roman, rendant ainsi l’univers homogène, où chaque créature a un rôle particulier à jouer. Les démons sont effrayants, et les cas de possessions auxquels va être confrontés Nathan bien glauques. Bon, il manque cependant les anges. On n’a en effet des interactions qu’avec les enfers. Je me demande si cela évoluera dans la suite de la saga. Néanmoins, l’auteure maîtrise très bien son monde, où tout semble alors naturel. On y croirait. Cela change des histoires fantastiques habituelles. Moi qui ne suis pas fan d’ésotérisme chrétien, je dois avouer que j’ai été séduite par cette histoire, certainement parce que l’enfer est vraiment menaçant, dangereux, et que le ciel n’intervint pas à tout bout de champs. Le fait qu’il n’y ait pas d’ange vengeur est intéressant car on laisse finalement le soin aux humains de défendre leur monde. J’ai aimé cette manière de voir les choses. L’ambiance angoissante est aussi très bien rendue, on retiendrait presque nos souffles en même temps que les personnages.

La première chose qui me frappa ne fut pas l’adolescente frêle attachée solidement au sommier de son lit, mais le silence implacable qui m’accueillit. Plus de voix ni d’orateur dans la pénombre de la pièce. Pas de grincement du parquet quand je déplaçai mon mètre quatre-vingt-cinq et mes quatre-vingt-dix kilos de muscles rompus à l’entraînement des saints exorcistes. Pas de respiration ni de souffle. Pas de chant oiseaux ni de murmures urbains alors même qu’on était en plein Toulouse. Rien que mon cœur cognant dans ma poitrine et les vibrations de joie de mon bracelet. (…)

J’approchai enfin du lit. Laëtitia était une adolescente de seize ans sans rien de particulier sinon un teint maladif et des cernes sous ses yeux clos. Du sang séché à la commissure de ses lèvres gercées.

Hantée par la folie du démon, le possédé se mordait généralement l’intérieur des joues. J’en étais encore à me demander pourquoi, d’ailleurs.

Comme je le disais, l’univers est très bien maitrisé par l’auteure, qui le décrit superbement bien. Ainsi, on sent bien la menace des enfers mais aussi celle des ombres, la fatigue ressenti par Nathan à chaque exorcisme, la peur de Donna, les sentiments de chacun. La plume de l’auteure est fluide, on a envie de savoir où elle veut en venir, où mène ces exorcismes de plus en plus rapprochés et dangereux pour Nathan. On a aussi envie d’avoir la suite, de savoir ce qu’il va arriver à nos personnages. En vérité, si la vie de ces derniers n’est pas si détaillée, c’est parce que l’action est très présente dans le roman. Il y a en a beaucoup, ce qui ne laisse que peu de temps de repos à nos héros. Le roman est ainsi très rythmé, avec que peu de moment de souffle. J’ai apprécié car on a peu le temps de s’ennuyer, tout s’enchaine très vite. On avance ainsi rapidement dans l’histoire. D’ailleurs, celle-ci se termine d’une manière qui donne vraiment envie d’avoir le tome 2.

En résumé, je conseille ce roman  à tous ceux qui aiment le fantastique et l’ésotérisme. On passe un agréable moment à suivre Nathan dans ses tentatives pour faire régner la paix dans Toulouse, et Donna à découvrir ce qu’il cache. C’est un bon roman à découvrir. Et j’ai hâte de pouvoir me plonger dans sa suite.

Et vous ?

Quelle est votre dernière lecture fantastique ?

Vous aimez les lectures ésotériques ?

Bonne semaine à vous tous 😀

Publicités

4 réflexions au sujet de « Les chroniques d’un Saint Exorciste, tome 1 – La marque des cinq »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s