autoédition·chroniques littéraires·service presse

Quelque chose de bleu

couvQuelque chose de bleu

Bonjour tout le monde. J’espère que vous allez tous bien. Aujourd’hui, on se retrouve sur le blog comme promis hier sur ma page Facebook pour parler d’autoédition. Aujourd’hui on est jeudi, je vous présente donc un article dans le cadre du #JeudiAutoEdition. Et aujourd’hui, je suis heureuse de vous parler du dernier roman de Blandine P. Martin, qu’elle a choisi d’autoédité. Blandine P. Martin est une auteure qui touche un peu à tous les genres. Vous avez déjà pu découvrir l’un de ces romans lorsque je vous avais présenté Eden, tome 1 : Le mirage de Gemma, qui était une dystopie. Dans ce nouveau roman, qui s’intitule Quelque chose de bleu, nous sommes plutôt dans la romance contemporaine. Le roman est sorti hier, c’est une nouveauté. Voici son résumé :

Lena et Paul s’apprêtent à vivre le plus beau jour de leur vie. Alors que l’organisation de l’événement prend forme, Cameron, le témoin et demi-frère de Paul, rejoint les futurs époux afin de les accompagner dans les préparatifs. et Si le destin sonnait à votre porte au moment le moins opportun, le laisseriez-vous entrer dans votre vie ?

L’héroïne, Lena, est donc sur le point de se marier avec l’homme qui partage sa vie depuis cinq ans. Paul est un avocat d’affaire de renom, venant d’une famille très connue sur Biarritz, où le couple habite, son père étant un homme d’affaire important. Or, Paul est très accaparé par son travail. Sachant que de très gros dossiers l’attendant dans les prochains mois, Paul a décidé d’organiser son mariage très rapidement. En vérité, les deux amoureux n’ont qu’un mois pour préparer l’événement. Et un nouveau client dont doit s’occuper Paul l’éloigne de sa préparation, laissant Lena désemparée face à la tâche. Heureusement, Paul a demandé à son demi-frère Cameron, un musicien américain, d’être son témoin. Et voilà que ce dernier déparque bien plus tôt que prévu avec son groupe de rock. Voyant que Paul est peu présent, Cameron va tout faire pour assister Lena. Voir même plus, car il va lui permettre d’ouvrir les yeux sur ce qu’est devenue sa vie, une routine om la prise de risque n’existe plus. Et si Cameron ouvrait enfin Lena à son destin ?

Lena est donc une jeune femme dépassée par l’organisation de son mariage, mais aussi complètement effacée lorsque Cameron débarque dans sa vie. Seulement, même si elle s’en rend compte, elle tente de relativiser tout cela, se disant que c’est normal à cause de l’organisation de ce fameux mariage, que tout cela va passer. Elle est en recherche d’emploi et dès qu’elle a un peu de temps, elle se met à écrire. Néanmoins, elle refuse d’en parler avec son futur époux, craignant sa réaction. Elle passe ses journées en pyjama à écrire, en oubliant de vivre. D’ailleurs, à part Pénélope, la sœur de Paul, elle n’a aucun ami à Biarritz. Elle a peu à peu perdu sa confiance en elle. Je pense que tout le monde peut alors s’identifier à elle. C’est une jeune femme plein d’humour qui ne demande qu’à se révéler. Elle a pourtant un fort caractère, qui s’efface devant Paul. Parce qu’elle l’aime, elle est prête à presque toutes les concessions possibles, allant jusqu’à supporter son beau-père macho et imbu de lui-même. Elle souhaite travailler sans avoir à dépendre de son mari. Elle veut réussir par elle-même.

Mon beau-frère pencha la tête en grimaçant.

  • Il va falloir t’y faire si tu épouses Paul. C’est la vie qu’il mène. La grande vie.
  • Pas avec moi, me défendis-je.

Cameron sembla écouter attentivement mon avis sur la question et j’appréciai cette qualité devenue trop rare lors de mes discussions ces derniers temps.

  • Tôt ou tard, c’est la vie que vous aurez, Lena.

Je restai silencieuse, réfléchissant à cette hypothèse. Non. Je ne deviendrai pas une femme mariée embourgeoisée.

  • Après tout, poursuivit-il, beaucoup s’en contentent. C’est plutôt agréable d’être à l’abri du besoin.
  • Mais on m’a éduquée avec la vraie valeur des choses. Je ne suis pas du genre à me faire entretenir.

Le personnage de Cameron est très intéressant. Je trouve que le rendu du décalage de culture est bien rendu. Cameron débarque des Etats-Unis, il ne connaît pas sa belle-famille, juste Paul qu’il a fréquenté à l’époque de la fac. Les deux demi-frères étaient à ce moment assez proche. En fait, Cameron est le premier à se rendre compte à quel point Paul à changer. Certes, Lena le voit aussi, mais elle fait comme si tout va revenir à la normale, alors que Cameron se montre moins naïf. On sent aussi qu’il est gêné par rapport à ce changement opéré. Il va alors tout faire pour aider Lena dans l’organisation du mariage, en la secondant, ce qui va leur permettre de se rapprocher, créant une sorte d’amitié. Cameron va même devoir remplacer le futur marié à certains moments, ce dernier étant trop occupé pour gérer les préparatifs. Il va même plusieurs fois se retrouver au milieu des crises du couple. J’ai aimé la manière dont Cameron voit la vie. Il a une belle philosophie. C’est un personnage qu’on découvre tout au long de l’histoire. Il a plusieurs facettes différentes qui tombent peu à peu. Il ressembla à un bucheron, mais il a un cœur d’or. Et c’est un formidable artiste, qui va reconnecter Lena avec la fibre artistique. Il est plein de vie, même s’il est peu bavard, un brin ténébreux. Je pense que beaucoup de femmes aimeraient tomber sur un homme tel que Cameron. Et je suis aussi très fan de leur rencontre, avec Lena qui lui ouvre en pyjama, pensant à un livreur.

  • J’aurais une question, Cam.
  • Je t’écoute.
  • Pourquoi le bleu ?

Le grand brun ouvrit des yeux ronds comme des billes avant de pouffer.

(…)

  • Si je voulais créer quelque chose de gothique ou de sombre, en rapport avec la mort, je mettrai du rouge et du noir partout ! Mais j’aspire à des œuvres positives, emplies d’espoir. Les couleurs reflètent la beauté de la vie. Le bleu connote la stabilité, le rêve, la douceur.

Il parlait comme le mélomane qu’il était, mêlant l’art à chacun de ses mots.

  • Waouh … ça en fait des attributs pour une couleur ! me moquai-je gentiment.
  • Le bleu existe en centaines de nuances, chacune apportant sa touche particulière.

Paul est le personnage a détesté de ce roman. En fait, pour ceux qui lu mon roman Te Retrouver, je l’ai beaucoup comparé à mon personnage Geoffrey. Comme lui, il vient d’une famille traditionnaliste, il est imbu de sa personne et désagréable. Et ceci n’est rien comparé au moment où l’on rencontre son père, le futur beau-père de Lena, qui est un être plutôt abject. Même si elle l’aime, il se montre plutôt froid avec elle, la quittant dès qu’il le peut pour son travail. D’ailleurs, il semble plus préparé à se marier avec son travail qu’avec sa future femme. Et il fait des remarques qui sont parfois déplacées. C’est étonnant que Lena, qui est solaire, soit tombée amoureuse d’un homme comme lui. J’aurais peut-être aimé plus découvrir Paul comme il était avant. Certes, on a quelques aperçus, mais je trouve qu’on ne garde de ce personnage que les mauvais moments. Et il y a aussi une chose qui m’a profondément agachée chez lui, c’est sa manière de mettre des « ma puce » à tout bout de champs. Il n’ose pas appeler Lena par son nom, mais que par des petits surnoms de ce genre. Je ne suis pas certaine qu’à la place de l’héroïne j’aurais supporter cela longtemps. Un peu ça va, mais tout le temps, c’est casse-pieds.

  • Arf… ne te mets pas en rogne, ma puce. Oui, Cassandre est une bombe. Mais tu es à croquer aussi dans ton genre.

Les trois mots de trop.

  • « Dans mon genre… ? »

Je lus sur le visage de mon cher et tendre qu’il venait de perdre pied face à ma remarque. Il venait de se mettre dans une situation inextricable et il le savait. Case dommage cochée. Ah, il voulait une tornade, il l’aurait ! Tant pis pour notre invité !

  • Ben quoi, ma puce ?
  • Que veux dire le « dans mon genre » ? Je t’écoute !

(…)

  • Zen, ma puce, me souffla-t-il un large sourire sur le visage, tentant d’éteindre l’incendie qu’il venait lui-même de provoquer. Tu es très belle aussi. Certes, tu as pris du poids, mais ce n’est pas grave, je t’aime comme ça. Bien sûr, un peu de sport te rendrait plus jolie encore, mais….

J’ai adoré le personnage de Daisy, la chanteuse du groupe de rock de Cameron. J’ai trouvé qu’elle se comportait plus en véritable amie avec Lena que la meilleure ami de celle-ci, Cassandre, qui débarque dans le dernier tiers du roman. En effet, Daisy est une vraie boule d’oxygène, de joie, dans la vie de Lena. Elle fait partie, avec Cameron, de celle qui va l’aider à se retrouver, à redevenir celle qu’elle était avant d’être avec Paul. C’est grâce à Daisy que la future mariée va trouver sa robe, et qu’elle va marquer sa vie à jamais. Elle apporte beaucoup de joie et de bonne humeur. Et Lena se rend compte qu’elle peut facilement compter sur elle en cas de besoin. De plus, Daisy semble une personne pleine de bon sens, une chanteuse hors paire avec un cœur d’or.

Ce roman est donc une romance. Et comme dans toutes les romances, dès le début, on se doute de quelle manière cela va se terminer. Ce qui importe, c’est donc la manière dont on va parvenir à ce résultat. Et je trouve que l’auteure s’en sort parfaitement bien. On a plusieurs rebondissements dans cette histoire, dont quelques uns auxquels je ne m’attendais pas forcément, et il a beaucoup de magie liée à la musique dans cette histoire. On a en effet envie de la découvrir avec la bande-son associée. J’aurais adoré entendre Cameron chanter sa chanson, par exemple. En vérité, on ne s’ennuie pas dans cette romance, on passe réellement un bon moment. Même si l’histoire est finalement assez simple, elle fonctionne très bien.

De plus, la plume de l’auteure est très agréable, les mots coulent tous seuls, on a sans cesse envie de tourner la page suivante pour voir ce qui va se passer. L’écriture est entraînante, presque addictive. J’ai d’ailleurs dévoré ce roman en quelques jours tellement je me suis attachée à Lena et Cameron. Le fait que ce roman soit écrit à la première personne du singulier y est sans doute pour quelque chose, on se met ainsi très facilement à la place de Lena.

En résumé, je conseille donc cette histoire. Cette une romance parfaite pour cet été. Elle nous entraîne dans un moment particulier, celui des préparatifs d’un mariage, et nous fait voyage de Biarritz aux USA, en passant par la musique, le dessin et l’écriture. C’est un livre très positif qui rappelle de croire en l’amour, en ses rêves, en la vie. Il ne faut pas oublier de vivre, d’être heureux le plus longtemps possible.

Si vous souhaitez retrouver l’univers de Blandine P. Martin, voici son blog : ici. Et retrouvez Quelque chose de bleu sur amazon : ici.

Et vous ?

Lisez-vous beaucoup de romance ?

Qu’aimez-vous dans ce genre ?

Avez-vous prévu des romances à lire pendant l’été ?

Lesquelles ?

Bonne fin de semaine à tous 🙂

Publicités

4 réflexions au sujet de « Quelque chose de bleu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s