chroniques littéraires·service presse

Tu as promis que tu vivrais pour moi

IMG_20170530_140130[2092].jpg

Bonjour tout le monde. J’espère que vous vous portez bien, et que le temps grisâtre de ces derniers jours n’a pas entamé votre moral. Nous nous rapprochons de plus en plus des vacances d’été, et ça c’est génial ! Mais aujourd’hui, je ne vais pas vous présenter un roman parlant d’été, de voyage ou de soleil. En effet, je vais plutôt vous évoquer un roman parfois triste, parfois drôle, qui parle tout simplement de la vie. Et je vais vous emmener à la montagne. Et oui, aujourd’hui je vais vous parler du dernier roman de Carène Ponte. Cette auteure est devenue célèbre après la sortie de son premier roman, Un merci de trop, publié d’abord en autoédition chez Librinova, comme moi, mais qui ensuite à connu un succès en étant publié chez Michel Lafon, qui a cru en elle. Il faut d’ailleurs que je vous écrive la chronique de ce roman que j’ai lu dernièrement. Elle sort donc son deuxième roman le 1er juin, toujours aux éditions Michel Lafon, et j’ai eu la chance de pouvoir le lire en avant première grâce au site NetGalley, que je remercie. Voici le résumé de ce roman :

Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l’homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l’intention de se contenter de paroles en l’air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…

Molly est une jeune femme qui suit la vie toute tracée devant elle. Elle est amoureuse de Germain, et va certainement l’épouser. Elle travaille dans un restaurant en tant que serveuse car elle a laissé tous ses rêves de jeunesse derrière elle. Elle ne demande pas grand chose à la vie, juste de continuer à faire ce qu’elle fait même si ce n’est pas ce dont elle rêve. Mais un jour, sa meilleure amie Marie décède suite à une longue maladie. Et tout ce que croyait Molly va voler en éclat. Marie a laissé derrière elle des lettres, une pour chaque mois, où elle demande à Molly de vivre pour elle. Chaque mois, Molly va suivre les directions de Marie, les envies de celle-ci, qui la pousseront alors à remettre en cause son quotidien, et peut-être, à enfin dessiner la vie qu’elle souhaite.

On a donc ici un roman construit sur des lettres, un dialogue entre une personne décédée, Marie, et sa meilleure amie Molly, qui doit la pousser à changer sa vie. Certains pourraient croire que le fil conducteur de ce roman est glauque, à cause de ces lettres envoyés après la mort de Marie, toutes d’un coup, seulement ce n’est pas le cas. Carène Ponte réussit ici un tour de passe-passe qui fait que cela ne parait pas du tout morbide, mais joyeux. Ainsi, la première lettre demande une chose toute simple : celle d’acheter un vrai sapin de Noël. Ces lettres demande seulement des moments de vie heureux. Grâce à elles, Molly reprend goût à la vie, à l’amour, à l’amusement. Certes, le point de départ est quand même la mort, mais Molly le transforme pour en faire un point de départ vivant, le point de départ de sa nouvelle vie.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Molly. Je pense que je me suis facilement identifiée à elle, jeune femme un peu perdue dans sa vie et qui se laisse balloter par les événements. Molly ne prend pas vraiment de décisions, elle suit ce que les autres attendent d’elle. Ainsi, lorsque Germain la demande en fiançailles, elle ne peut que dire oui, avant même de se demander si c’est ce qu’elle veut. Ce n’est qu’après coup qu’elle s’interroge sur ses envies. C’est la même chose avec son travail : elle n’ose pas s’interroger sur le fait de savoir si cela lui plait ou non, elle le fait et c’est tout. Or, la mort de Marie va remettre tout cela en cause, car Marie, par ses lettres, va lui rappeler qu’elle avait des rêves autrefois, et qu’elle est vivante, qu’elle peut encore aller au bout de ses désirs. Et qu’une Molly mérite un Brad ou un John, et pas un Germain. Tout cela va faire réfléchir Molly, et la pousser en avant. Ce que j’ai aimé alors, c’est que Molly ose prendre alors les choses en main. Elle va tout faire pour satisfaire les désirs de Marie, puis les siens. Et va enfin se rendre compte qu’elle mérite mieux. J’ai vraiment adoré sa transformation. C’est un personnage courageux, qui se révèle tout au long du roman. J’ai vraiment été séduite par le changement qui s’opère chez Molly, par ses nouveaux choix opérés après un certain moment, ainsi que sa volonté de suivre les lettres de Marie, malgré leur côté morbide. J’ai apprécié son amitié loyale, ce duo qu’elle tente de former alors qu’elle n’est plus que toute seule. J’ai aimé la manière dont elle se bat pour faire valoir sa vision des choses, son envie de faire vivre encore un peu Marie, puis l’éloignement qu’elle met en place face à tout ça une fois qu’elle trouve le bonheur. En fait, les lettres n’étaient qu’un tremplin vers son épanouissement, et c’est ce que j’ai trouvé génial. J’ai aimé la manière dont Molly finit par se révéler, ses nouveaux amis, son nouveau travail, etc. Ce sont beaucoup de bons moments qu’elle fait partager grâce à Marie.

Ca ressemble à une décision prise sur un coup de tête. Peut-être que c’est le acas. Mon esprit tourne en boucle. Je ne sais pas si j’ai raison de vouloir tout quitter, ni si je ne vais pas le regretter. Germain, même si c’est un ayatollah de la charentaise sifflant là-haut sur la colline, c’est la garantie d’une vie tranquille.

Et sans étoiles dans les yeux, sans battement de cœur, me souffle Marie dans mon sommeil. Cette opportunité se représentera-t-elle ? Est-ce qu’on a une seconde chance quand on passe à côté de la première ?

Le personnage de Marie est au début quasiment omniprésent. Normal, elle vient de décéder, et occupe les pensées de tout le monde, surtout de Molly qui la considérait comme une sœur et qui a bien du mal à se remettre de sa mort. On découvre donc Marie sur son lit d’hôpital, puis à travers les lettres qu’elle a envoyé à Molly. C’est un personnage plein de vie, qui l’aimait, qui la croquait par tous les bouts. On sent qu’elle regrette de devoir avoir un terme à son existence. Elle est aussi beaucoup plus optimiste que Molly, plus joyeuse aussi. On pourrait cependant penser qu’elle est envahissante, même après sa mort, se permettant de hanter Molly, de lui donner des jugements sur sa vie. Je pense que cela part d’une bonne intention, et puis il n’y aurait pas de récit sinon, mais c’est vrai que par moment, Marie va un peu loin dans ses critiques, notamment sur Germain. Après, c’est aussi ce qui va permettre l’histoire. Néanmoins, avoir une amie telle qu’elle n’est pas de tout repos.

Avec précaution, je décachète l’enveloppe. A l’intérieur, une petite feuille de papier et cinq billets de vingt euros. Je déplie la feuille :

Ha Ha ! Je savais que tu serais trop curieuse et que tu n’attendrais pas pour ouvrir la première enveloppe !…

A ma grande surprise, je ne peux réprimer un rire. C’est bien Marie.

Tu te demandes comment je sais, avoue-le. Je te connais depuis qu’on a six ans, je te rappelle ! Et laisse-moi deviner, tu t’es servi l’un de ces thés infâmes avant d’ouvrir l’enveloppe ! Combien de fois faudra-t-il que je te le répète ? le Darjeeling, rien que le Darjeeling !!!

De toute façon, même si l’enveloppe est ouverte, tu vas être obligée d’attendre le mois prochain pour réaliser mon premier vœu. Tu ne croyais pas non plus que j’allais me faire avoir ?!

Alors voilà, j’ai toujours rêvé d’avoir pour Noël un vrai sapin, pas un en plastique comme celui que ma mère s’évertue à décorer chaque année.

Un vrai sapin avec une odeur de nature. Et grand ! Au moins deux mètres. Avec plein de guirlandes lumineuses. Si j’avais eu le temps d’avoir un chez-moi…

Dis, Molly, tu achètes un sapin de Noël pour moi ?

Ps : Et que je ne te reprenne pas à ouvrir la prochaine enveloppe avant janvier. Sinon, je te jure que je viens te hanter.

PS2 : Tu vas me manquer, Molly.

PS3 : Enfin, sauf ton thé….

Le personnage de Viviane, l’autre meilleure amie est sympathique aussi. Il reste cependant à mon goût un peu trop en retrait. Bien qu’elle soit présente dans le roman, et qu’il lui arrive aussi quelques aventures, j’ai eu du mal à accrocher avec elle parce que j’ai eu des difficulté à l’ancrer dans l’histoire. J‘ai plus eu l’impression qu’elle passait par moment en coup de vent. Du coup, j’ai eu du mal à m’attacher à elle, alors que je pense que son personnage aurait mérité d’être plus étoffé. J’ai comme un goût d’inachevé avec elle.

J’ai trouvé au contraire le personnage de Nadège très rafraichissant. Elle m’a fait beaucoup rire, et j’ai aimé la manière dont elle se comporte avec Molly, sa manière de la rassurer, de jouer à la maman et à l’amie présente. La scène avec les romans érotiques est juste génial ! C’est un personnage qui ramène beaucoup de vie dans l’histoire.

En fait, ce qui m’a vraiment séduite avec ce roman, c’est qu’on passe en quelques pages du rire aux larmes, et inversement. L’écriture de l’auteure est géniale, car on ressent vraiment toutes les émotions des personnages, comme si c’était les nôtres. Il y a des moments où j’ai vraiment été très émue, où les émotions étaient très vives. Heureusement, ces moments-là passent très vite puisqu’on enchaîne avec d’autres émotions, toutes aussi fortes. Il y a des scènes très comiques qui allègent les moments plus tristes. On rigole et on pleure en lisant cette histoire. Le fait que l’écriture soit à la première personne aide beaucoup à cela. De plus, la plume de l’auteure est fluide, les mots coulent tout seuls, les pages aussi. J’ai eu du mal à lâcher ce roman que j’aurais pu dévorer en une seule lecture. On passe un bon moment avec les personnages, et on a du mal à les quitter. Le message de fond, celui qu’il faut vivre sa vie comme on le souhaite, passe très bien et motive toute l’histoire. On est ressort avec des envies de changements pour nous, et on ne peut qu’admirer Molly pour son courage, pour sa prise de risque, pour son amitié et se mélange qui lui réussit, qui la rend vivante.

Au bout de deux minutes, je tente une diversion pour détendre l’atmosphère.

  • Raymond a essayé de se suicider hier soir. Je passais devant son bocal et hop ! il a sauté. J’ai cru qu’il ne l’avait pas fait exprès, alors j’ai couru le remettre dans son vase. Une heure après, il a récidivé. En à peine quelques jours, j’ai rendu mon poisson rouge suicidaire, tu te rends compte ?

A nouveau Nadège se met à sangloter. Quelle gaffeuse je fais ! A tous les coups son mari et elle avaient également un poisson rouge.

Je me tourne vers elle pour lui dire que je suis désolée d’être aussi nulle de n’avoir rien trouvé de mieux à dire pour lui remonter le moral, quand je comprends qu’elle est en train de rire.

En conclusion, je pense que vous l’avez sans doute compris vu ma chronique enthousiaste, malgré quelques petits défauts, ce roman a été pour moi un coup de cœur. Je ne peux qu’en conseiller sa lecture. C’est un vrai hymne à la vie, à la joie, au lâcher prise. C’est un bon livre anti-dépression, qui met le sourire au cœur.

Et vous ?

Quel a été votre dernier coup de cœur ?

Vous avez déjà versé quelques larmes en lisant un roman ?

Quel a été votre dernier rire devant un livre ?

Bonne semaine à tous

Publicités

3 réflexions au sujet de « Tu as promis que tu vivrais pour moi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s