chroniques littéraires

Eden, tome 1 : Le mirage de Gemma

eden,-tome-1---le-mirage-de-gemma-863401-264-432

Bonjour tout le monde. Je vous retrouve en ce week-end férié chaud et magnifique pour vous présenter une nouvelle chronique littéraire. Le roman dont je vais vous parler aujourd’hui est un roman édité chez Bragelonne. Il s’agit d’une dystopie écrite par Blandine P. Martin, une auteure très active sur les réseaux sociaux, et aussi très prolifique, car elle a écrit plusieurs romans, dans des genres assez différents. C’est une auteure que je suis presque depuis que je me suis inscrite sur les réseaux sociaux, et j’aime suivre ses aventures dans le milieu littéraire, ainsi qu’écouter ses différents avis sur les maisons d’édition et l’autoédition, qu’elle a découvert cette année pour son roman Sons Of Alba, que j’ai trop hâte de découvrir. Son roman dystopique, dont je vais vous parler aujourd’hui, s’intitule Le mirage de Gemma et c’est le premier tome d’une saga nommée Eden. Il est sorti à quelques jours de mon anniversaire, en mars 2017. Je remercie Blandine P. Martin et Bragelonne de m’avoir envoyé ce mois-ci sa version numérique afin que j’en fasse une chronique. Cela m’a permis de découvrir cet univers. J’avais en effet demandé ce roman lors de mon anniversaire, mais j’en ai eu d’autres, que je ne regrette pas, à la place. D’ailleurs, Eden faisait partie de ma wish-liste de cette semaine-là. Je l’avais donc repéré dès sa sortie. Voici le résumé de cette histoire :

Et si sa vie tout entière n’était qu’un mensonge ?

L’humanité a abandonné la Terre dévastée pour Gemma, véritable havre de paix. Mais cette tranquillité a un prix…
Entièrement dévouée au gouvernement, Eden est membre émérite du groupe de répression chargé de faire respecter la paix. Et pour faire régner l’ordre, elle n’hésite pas à faire usage de toute la violence nécessaire. Sa mission au service du peuple vaut tous les sacrifices.

Mais son infiltration dans les rangs d’un groupe de rebelles, et les rencontres qu’elle y fera, dont une en particulier, vont faire vaciller ses valeurs et bouleverser ses certitudes.
Pour les rebelles comme pour elle, tout pourrait bien changer…

On suit donc Eden, une jeune femme d’environ vingt-cinq ans. La Terre n’est plus qu’un lointain souvenir, l’humanité vit maintenant sur Gemma, une planète éloignée de notre système solaire, une planète qui ressemble à la Terre sans l’être tout à fait. Ainsi, ici, pas de saisons ou de jour et de nuit, mais une partie de la planète toujours ensoleillée et l’autre partie toujours dans l’obscurité. Eden a tout laissé derrière elle pour participer au projet Gemma. Elle n’avait plus d’attache sur Terre. Comme tout le monde, elle a accepté les règles de départ, celles de ne pas avoir de monnaie, mais d’être entièrement au service du gouvernement et de la planète. Et Eden a un rôle bien particulier, car elle fait partie du commando qui se charge de la sécurité de Gemma. En vérité, Eden est une Alpha, elle est là pour assassiner ceux qui voudrait s’opposer au gouvernement. Elle fait ça en pensant servir la paix idéale de Gemma. Cependant, lorsqu’elle se retrouve obligée d’infiltrer un groupe de rebelle, Eden va découvrir que le gouvernement qu’elle sert lui cache des choses, et que ces rebelles ne sont pas aussi dangereux qu’on voudrait lui faire croire. Eden ne va alors plus savoir à qui se fier, et alors que sa mission est chronométrée, elle va devoir prendre la décision la plus importante de sa vie : se fier aux rebelles et les aider à faire tomber le gouvernement ou livrer ces derniers à la justice de Gemma.

Ce qui m’a d’abord frappée dans ce roman, c’est sa couverture. Je la trouve très percutante. On ne voit qu’Eden, qui prend toute la place de l’image. D’ailleurs, je dois dire bravo à l’équipe qui a conçu cette couverture, car la photo correspond tout à fait à l’image que je me faisais de l’héroïne, qui est bien rousse dans l’histoire. Je trouve qu’on reconnaît en effet très bien l’air dur de la jeune femme, qui apparaît dans le texte. Eden est loin d’être une enfant de cœur, même si elle estime qu’elle tue pour le bien de sa communauté. C’est une femme qui ne se pose pas de questions, qui est déterminée et qui sait ce qu’elle doit faire. Au début du roman, on a même un peu l’impression qu’elle est un robot, qu’elle n’a pas de sentiment. Elle agit sur commande, sans s’interroger sur ce qu’elle ressent. Ce n’est qu’une fois avec les rebelles que ces super capacités vont un peu s’étioler, pour laisser place à l’humaine fragile qu’elle est en vérité. On apprend peu à peu son histoire, tragique, et ce qui l’a menée sur Gemma. J’ai aimé qu’elle s’ouvre ainsi aux autres, allant presque jusqu’à se faire des amis, elle l’éternelle solitaire. J’ai préféré la Eden de la fin du roman, plus ouverte, plus intéressante aussi car avec des questions, des sentiments, que celle du début, qui ressemble vraiment à une tueuse sans cœur. Heureusement, son lien avec Henri, son mentor, permet de casser un peu son image de robot. On découvre ainsi la jeune femme qui cherche l’approbation de ses proches, qui a besoin d’être écoutée et rassurée. Ce que j’ai beaucoup apprécié dans le personnage d’Eden, c’est sa détermination. Certes, elle est un peu froide, mais sa carapace s’explique par son passé, et son métier, mais elle est capable de ne pas perdre de vue une seule fois son objectif. Même quand ce dernier change. Elle est capable de garder la tête froide en n’importe quelle situation, aussi dérangeante qu’elle peut l’être. J’ai apprécié la manière dont elle tient tête à tout le monde, aussi bien aux rebelles et à leurs chefs qu’à la tête du gouvernement de Gemma. Une chose est sûre, Eden finit par savoir ce qu’elle veut.

Lorsqu’elle atteignit le bout du couloir, Eden frappa deux coups secs à la porte de droite. Sur une plaque métallisée, on pouvait lire « M. Henri Graham ». N’entendant pas de réponse, la jeune femme poussa le battant et pénétra dans une grande pièce dont le sol était recouvert d’une moquette hideuse et sombre. (…)

  • Eden, je ne t’ai pas dit d’entrer !

Le ton d’Henri ne laissait aucun doute sur le ras-le bol qu’il éprouvait. Les manières parfois trop abruptes de la jeune femme ne choquaient plus son entraineur, mais les personnes extérieures au GUN n’étaient sans doute pas aussi compréhensives. Si Eden obéissait sans discuter aux ordres du GUN, à qui elle vouait une foi inébranlable, elle agissait toujours à sa manière, souvent d’une assurance trop piquante. heureusement pour elle, d’autres atouts lui octroyaient le rang d’arme indispensable au GUN.

Le personnage de Drago Thorgard, le chef des rebelles, est lui aussi intéressant, car on ne sait jamais à quoi s’attendre avec lui. C’est un personnage qui n’arrête pas de changer de changer d’attitude, passant de l’homme froid à celui attentif aux besoins des autres en un claquement de doigts. Eden ne va jamais savoir sur quel pied danser avec lui, ce qui va la déstabiliser et l’attirer en même temps. En fait, on n’est jamais certain que Drago fasse vraiment confiance à Eden, et s’il ne cherche tout simplement pas à la tester. Et en même temps, il donne l’impression de chercher sa présence, d’être sympa avec elle, alors qu’il ne l’est pas forcément avec les autres. De même, on sent qu’Eden le déstabilise lui aussi, qu’il a du mal à l’évaluer. En vérité, je m’attendais à ce qu’il découvre la vérité à son sujet bien plus tôt, qu’il comprenne bien plus vite qui elle était. Comme l’héroïne, je ne savais donc pas vraiment à quoi m’attendre avec Drago, et à rester sur mes gardes. Je trouve un peu dommage qu’il n’ait pas été plus réservé à son sujet pendant tout le roman, qu’il ne l’ait pas plus testée. Après, ceci s’inclut bien dans le roman, puisqu’une sorte d’attirance va se nouer entre les deux personnages, dès le début.

D’un rapide coup d’œil, Thorgard désigna sa pommette. Le maquillage utilisé pour camoufler la couleur bleutée laissée par le poing de Xabi commençait sans doute à s’estomper. Ce salaud ne l’avait pas loupé.

  • Pommade cicatrisante. Très efficace, lui glissa le Norvégien, le regard un brin désolé.

Etonnée d’un tel comportement, Eden resta silencieuse quelques secondes.

  • Merci.

En ce qui concerne Alpha 35, Rudy, j’ai eu un peu de mal avec elle au début. Elle est la première Alpha a avoir infiltré le groupe de rebelle, et je m’attendais à ce qu’elle mène la vie dure à Eden, qu’elle tente de l’empêcher de mener à bien sa mission parce qu’elle se serait rallier avec eux, ou alors qu’elle l’empêche d’aider les rebelles. En vérité, elle ne fait rien de tout cela, ce qui fait qu’elle se retrouve au milieu des deux camps, comme va se retrouver Henri. C’est au final un personnage assez passif, qui suit le mouvement. Je m’attendais donc à ce qu’elle ait plus d’importance au fil de ma lecture.

C’est un peu la même chose avec les autres personnages. Le groupe des rebelles est assez vaste, il y a plusieurs noms qui reviennent, comme ceux de Samuel, le bras droit, Xabi le Mexicain, Tita, Holly, Rose, etc, mais on n’en apprend pas vraiment plus sur eux ou sur leurs caractères, à part de toutes petites touches qui font qu’on se retrouve parfois à mélanger les personnages, comme Rita et Holly que j’ai eu beaucoup de mal à ne pas mélanger. En fait, les personnages secondaires sont à mon sens très peu développés. Je pense que cela est dû au fait qu’on est dans un premier tome, et peut-être une volonté de la part de l’auteure de ne pas tout dévoiler, mais cela m’a un peu gêné car j’aurais aimé savoir pourquoi les autres se retrouvaient mêlés aux rebelles.

En fait, l’histoire de base est assez classique, on a un gouvernement qui prend de mauvaises décisions, qui tue son peuple dans l’ombre, qu’il va donc falloir renverser. Notre héroïne va se retrouver mêlée malgré elle à cette histoire, en infiltrant les rebelles. C’est donc de la dystopie très classique. Après, ce que j’ai à la fois aimé, car c’est original pour de la dystopie, mais qui m’a aussi gêné, c’est le fait qu’on soit sur une autre planète. J’ai trouvé ça très original car cela change des autres dystopies, qui se passe sur Terre, on est donc dans un tout nouvel univers, avec des règles différentes. Et en même temps, cela m’a un peu gêné car j’ai eu du mal à imaginer Gemma. Peut-être que c’est dû au fait qu’il y a très peu de descriptions de la part de l’auteure, des descriptions de l’extérieur de la planète, de sa faune et de sa flore. Les rares éléments décrits mon semblés trop terrestres pour être extra-terrestres. Si bien que j’ai imaginé Gemma comme j’imagine certaines régions de la Terre, avec juste le fait que le soleil ne change pas selon les moments de la journée, avec des endroits chauds et d’autres bien plus froids. En fait, c’est à mon avis le point noir de ma lecture. Je n’ai pas vraiment eu le sentiment d’être sur une autre planète. Je pense que cela va changer dans le tome 2, puisqu’Eden va se retrouver dans une partie non habitée, encore sauvage. J’ai donc hâte de découvrir cette partie de la planète. J’espère qu’ainsi on en apprendra plus sur elle, sur ses animaux, etc.

Semblable au fonctionnement de la Lune, Gemma tournait sur elle-même, et tournait autour de Lumen. La vitesse particulière de ces deux rotations expliquait le fait que seule une partie de gemma profitait de la lumière de Lumen. Les études sur la planète manquaient encore cruellement de précisions et de recul pour être fiables. Le GUN l’avait choisie pour sa surface accueillante pour la vie humaine.

En résumé, c’est un bon roman qui promet une histoire intéressante. Les bases sont posées, il faut à mon avis la suite pour vraiment apprécié l’ensemble, même si ce début est explosif et rythmé, avec une échéance importante pour tout le monde. J’en conseille sa lecture, surtout aux fans de dystopie. Le style de l’auteure est agréable, le roman est bien écrit, on enchaine vite les différents chapitres. Il se lit bien et rapidement. C’est une lecture plaisante avec des personnages hauts en couleurs.

Et vous ?

Lisez-vous beaucoup de science-fiction ?

Aimez-vous les descriptions de lieu ?

Trouvez-vous que cela apporte beaucoup à la lecture d’un roman ?

Bon dimanche à tous 😀

Et bonne fêtes à toutes les mamans ❤

Publicités

Une réflexion au sujet de « Eden, tome 1 : Le mirage de Gemma »

  1. A reblogué ceci sur et a ajouté:
    Merci au blog La Sorcière des mots pour son avis sur Le Mirage de Gemma ! ♥
    « C’est un bon roman qui promet une histoire intéressante. Les bases sont posées, il faut à mon avis la suite pour vraiment apprécié l’ensemble, même si ce début est explosif et rythmé, avec une échéance importante pour tout le monde. J’en conseille sa lecture, surtout aux fans de dystopie. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s