chroniques littéraires

Malenfer

couvMalenfer1.jpg

Bonjour à tous. Me revoici, après plusieurs déboires informatiques cette semaine, pour une nouvelle chronique littéraire. Cette fois, elle va concerner une saga entière. Il s’agit d’une trilogie, pour l’instant, que j’ai dévoré assez vite. D’ailleurs, le dernier tome je l’ai lu en un après-midi tellement j’avais hâte de savoir ce qu’il allait se passer. Alors, je dis que pour le moment c’est une trilogie puisqu’il n’y a que trois tomes, qu’un quatrième n’est pour le moment pas prévu, en tout cas j’ai pas trouvé d’informations dessus, mais vu la fin du troisième tome, j’ai bon espoir d’un voir d’autre. Cette saga est une saga jeunesse, qui peut je pense être lue à partir de 7-8 ans. Son auteure est Cassandra O’Donnel, une française, dont je vous avais déjà présenté un de ses romans, Le monde secret de Sombreterre. La saga est publiée aux éditions Flammarion jeunesse, le tome 1 est paru en 2015. Voici le résumé du tome 1 :

Malenfer, la forêt maléfique, grandit et s’approche chaque jour davantage de la maison où vivent Gabriel et sa petite sœur Zoé. Seuls depuis le départ de leurs parents, partis chercher de l’aide en terre de Gazmoria, les enfants doivent faire face aux ténèbres qui recouvrent lentement Wallandar. Mais aussi à un tout nouveau danger : ni les visions de Zoé, ni ses pouvoirs magiques ne parviennent encore à l’identifier.

Nous avons donc deux jeunes héros frère et sœur, Gabriel et Zoé, qui vivent depuis quelques semaines sans leurs parents, partis à la recherche d’un grand sorcier pour arrêter la forêt de Malenfer, une sombre forêt qui dévore tous les êtres vivants qui s’approchent d’elle. Seulement, cette forêt maléfique avance chaque jour d’avantage. Elle est à présent très très proche de la maison des deux enfants, qui ne savent pas s’ils doivent s’enfuir ou attendre leurs parents. Et ce n’est pas leur seul soucis. Voilà qu’à l’école, un des garçons a disparu. Impossible de mettre la main dessus. Seule une basket reste de lui, au bord du lac sombre qui effraie tant Zoé. Car Zoé n’est pas une petite fille comme les autres. Elle possède un don qui lui fait très peur, elle est capable de prédire l’avenir à travers des visions qu’elle a. D’où lui vient ce pouvoir? Mystère. Mais une chose est sûre, quelque chose de terrible se cache dans la forêt et dans le lac, quelque chose qui n’hésite pas à tuer. Zoé et Gabriel vont devoir affronter ces dangers pour comprendre d’où viennent les pouvoirs étranges de la petite fille.

Il s’agit donc d’un roman fantastique, où la magie et l’horreur se côtoient en permanence. La forêt qui avance vers les deux enfants est un personnage essentiel de l’histoire. Elle a l’air de posséder une volonté propre, elle est capable de tuer et d’avancer vers son but. Elle est aussi dangereuse qu’un ennemi. Elle effraie les enfants, mais aussi les adultes qui ne peuvent rien face à elle. Seul un grand sorcier peut l’arrêter. C’est pour cela que les parents des deux enfants sont partis loin à la recherche d’un sorcier-lune, un sorcier parlant aux Dragons et aux pouvoirs immenses. Seulement, il faut qu’ils reviennent avant que le danger ait frappé à la porte de Zoé et Gabriel. S’enchaînent donc une course contre la montre contre la forêt. J’ai bien aimé cet aspect maléfique de la forêt. Dans les romans fantastiques, la nature est souvent bienveillante, elle est là pour contrebalancer l’horreur causé par les humains, ou les autres races. Ici, la forêt est mortelle, terrible. La nature semble mauvaise, méchante. On ne peut pas l’arrêter, on ne peut rien faire contre elle. Elle est l’ennemi à abattre. J’ai trouvé cette idée assez originale. De plus, comme la forêt a un nom, ceci rajoute un plus, elle est personnifiée comme le serait n’importe quel personnage. On parle d’ailleurs d’elle comme un personnage. La forêt est alors un moyen de faire entrer l’horreur dans le récit.

Elle est aussi un élément très mystérieux dans le récit. En effet, comme personne n’en sort vivant, personne ne sait comment elle est en réalité, s’il y a des animaux en elle ou non. Tout le monde n’en n’a comme vision que son aspect extérieur, effrayant. D’ailleurs, personne ne sait non plus comment elle est arrivé là. La forêt est juste apparue un jour, et elle mange les gens. Ce sont les seuls éléments connus sur elle.

Les habitants de la ville et ceux des villages environnants avaient essayé de combattre la progression de la maléfique. Ils avaient même essayé de la faire brûler. Mais sans succès. Malenfer ne pouvait être détruite ni par les haches, ni par le feu. Et elle engloutissaient tous ceux qui s’en approchaient. C’était une forêt magique. Une forêt que seul un magicien très puissant pouvait combattre. Tout le monde le savait.

 Dans ce roman, outre les réflexions sur la forêt, il y a aussi quelques autres, notamment autour de la magie et de la différence. En effet, Zoé, la plus petite, possède un don magique. Elle est capable de voir l’avenir, d’avoir des visions, des pressentiments. Elle sait quand quelqu’un lui ment. Et elle a appris à vivre avec ce don, à le cacher, parce qu’elle fait peur aux autres. Même à l’école, elle est traitée de sorcière car les autres enfants ne la considèrent pas comme l’une des leurs, même s’ils ne savent pas pourquoi. Zoé a tellement bien caché son don que seul Gabriel est au courant. Et à force de le cacher, Zoé a grandi trop vite, ayant des réflexions parfois d’adulte, ce qui ne l’aide pas non plus à se faire des amis. On a donc dans ce récit les notions de différence et d’expulsion qui sont abordées. Zoé est rejetée par les siens, les Humains. Et heureusement qu’elle cache son don, car des choses terribles, pires que le rejet, arrivent à ceux qui dévoilent leurs dons ou leurs véritables origines. Mais après le tome 1 et ce que les enfant vont découvrir dans l’école, Zoé pourra compter sur des amis fidèles qui, en plus de son frère, feront tout pour la protéger de ceux qui pourraient lui vouloir du mal. Ainsi, le frère et la sœur pourront compter sur les amis de Gabriel, Thomas, Ezechiel et Morgane, pour affronter Malenfer et les Humains qui pourraient leur vouloir du mal.

  • Qu’est-ce qu’il s’est passé à Edernangar? demanda Thomas.
  • Les habitants de la ville d’Edernangar ont découvert qu’il y avait des créatures magiques dans leur ville, alors après, dès qu’il se passait quelque chose de mal comme un accident, une épidémie ou un incendie, ils disaient que c’était de leur faute… expliqua Morgane.

Ezéchiel fronça les sourcils.

  • Pourquoi?

Morgane parut songer à la question un instant puis répondit.

  • Je crois que c’est parce qu’il leur fallait un coupable, quelqu’un sur qui ils pouvaient déverser leur colère… peut-être qu’ils avaient peur parce que les créatures n’étaient pas comme eux.
  • Et que s’est-il passé? demanda Ezéchiel.

Morgane déglutit et répondit tristement.

  • Une nuit, les humains sont allés dans leurs maisons et les ont toutes tuées.

(…)

  • Tu veux dire qu’ils ont tués des gens innocents parce qu’ils étaient différents?

Morgane hocha tristement la tête.

  • Et leurs familles et leurs enfants… tous ceux qui possédaient des pouvoirs magiques, oui.

On a donc un petit groupe d’enfant qui n’hésite pas à se mettre en danger pour résoudre le mystère de Malenfer, ainsi que celui de l’école. Ce que j’ai aimé, c’est que chaque membre du groupe a son propre caractère, ce qui rend chaque membre du groupe attachant. Gabriel est très protecteur envers Zoé, mais aussi envers ses amis. C’est un garçon curieux, et il est près à se sacrifier pour se mettre en travers du danger. J’ai pas contre trouvé que des fois il couvait trop Zoé. Morgane, qui est amoureuse de Gabriel, qui lui rend bien, est la petite fille qui est au courant de tout, bonne élève en classe, une amie fidèle. Elle m’a fait un peu penser  à Hermione, le côté trop miss-je-sais-tout en moins. Ezechiel aussi est fidèle, même s’il passe son temps à manger. C’est le garçon un peu gros qui aime tout le monde, un peu effacé au bout du 3e tome. Et puis il y a Thomas, qui est au début le garçon peureux, qui déteste le danger, désobéir aux ordres, un peu geignard, on a du mal à s’attacher à lui, et qui au cours du récit à une grande évolution. Beaucoup plus grande à mon sens que Gabriel, qui va lui aussi évolué au cours de l’histoire. Du coup, je trouve le personnage de Thomas assez intéressant, car même s’il reste un peu peureux, il n’hésite plus à se battre pour défendre ses amis.

Thomas poussa soudain un terrible grognement et se jeta sur lui en lui balançant un violent coup de poing. Jonathan s’écroula aussitôt.

Les autres cessèrent de ire.

  • Tu n’as pas intérêt à répéter ça ! Plus jamais ! lança Thomas à Jonathan qui gémissait, allongé sur le sol.

Puis Thomas lui tourna le dos et s’éloigna en regardant ses poings, un peu éberlué. Il n’avait jamais frappé qui que ce soit, il avait toujours fui les disputes et les bagarres et ne se serait jamais cru capable de mettre K-O un garçon qui faisait au moins une tête de plus que lui. Et pourtant….

 Je ne vous ai pas encore parlé plus en détails de Zoé. Je pense en effet que c’est elle le personnage qui est le plus mis en valeur au cours de la trilogie. Déjà parce qu’elle est la première à découvrir ses pouvoirs, qu’elle a depuis des années, mais aussi parce qu’elle est la plus mature des deux héros. Certes on apprend pas mal de choses sur Gabriel au cours de la lecture, mais Zoé reste un personnage central avec une humanité et une profondeur d’esprit que n’ont pas les autres héros. Je me suis plus retrouvée dans Zoé que dans Gabriel, qui était pourtant un personnage qui aura pu me plaire. En effet, j’ai trouvé Zoé plus intéressante dans ses réflexions, dans sa manière de penser, que Gabriel, sans doute parce que Zoé voit les choses dans leur ensemble, alors que son frère ne voit que les détails, les résultats qu’il peut obtenir. Zoé est une personne aimante, elle est proche de la nature, pour elle chaque chose compte. Gabriel est quelqu’un qui fonce beaucoup plus, au risque de détruire les choses sans faire attention. Il ne prend pas vraiment en compte le résultats entiers de ses actes.

(…) Ce qui prouvait que les créatures les plus dangereuses n’étaient pas toujours celles qu’on imaginait. Il n’y avait pas d’un côté les gentils et de l’autre les méchants. C’était bien plus compliqué que cela. Zoé le savait. Elle l’avait toujours su. Mais peu importaient les opinions des uns et des autres, elle était certaine d’une chose : la vie était un don précieux. Qu’il s’agisse de créatures magiques, de personnes différentes, ne partageant pas la même vision du monde ou non.

Il y a encore beaucoup de choses dont j’aurai aimé évoquer sur cette trilogie. Seulement, pour ceci je serai obligée de vous spoiler le premier tome, ce qui serait dommage parce que la fin du tome 1 conditionne tout ce qui va suivre dans le reste de la trilogie. Vous parler donc plus de ce qui se passe dans le premier tome risquerait de vous dévoiler plusieurs éléments qu’on retrouvera au cours de l’histoire. Je vais donc terminer cette longue chronique en vous parlant des dessins qui se trouvent à chaque chapitres des livres. Comme dans Le Monde Secret de Sombretterre, on a donc le droit d’avoir quelques illustrations dans cette trilogie. Personnellement, j’ai trouvé ça vraiment sympa, et les dessins très bien faits, même si on sent les influences cinématographiques telles que Le Seigneur des Anneaux. En tout cas, j’ai bien aimé commencé ma lecture de chaque chapitre avec des petits dessins qui résument ou non les chapitres qui suivent. L’artiste a du talent.

malenfer3

Je vais donc conclure cette chronique en vous disant que j’ai vraiment pris plaisir à découvrir cette trilogie. Même s’il s’agit de romans pour enfants, ils pourront tout à  fait plaire à des fans de fantastiques. Il serait dommage de passer à côtés sous prétexte qu’ils sont écrits pour les enfants. J’attends donc avec impatience de savoir s’il y aura une suite.

Et vous ?

Que lisez-vous en cette fin de vacances ?

Cela vous arrive-t-il de lire des livres pour enfants ?

Vous leur trouvez quoi de plus comparé à des livres pour adultes ?

Je vous souhaite une bonne fin de vacances à tous 🙂

Publicités

2 réflexions au sujet de « Malenfer »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s