autoédition·chroniques littéraires·service presse

Les sorcières de Salers, tome 1

couvsorcièreSalers1Bonjour à tous. Et voilà, une première semaine de vacances vient de se terminer. J’ai encore un peu de mal à m’organiser, j’ai des tas de chroniques à vous écrire pour le blog, mais sinon, je passe mes journées en partie à lire et à écrire, j’avance beaucoup sur le Camp NaNoWrimo, dont je vous ai parlé la semaine prochaine. C’est le paradis. Je vote pour que les vacances durent toujours.

En attendant que je me mette plus dans le rythme de ces vacances, je vous présente aujourd’hui un roman auto-édité sur amazon, un roman qui m’a été envoyé pour que je vous en parle. Encore une fois, il s’agit d’une belle découverte, et surtout d’une rencontre avec une auteure géniale, Virginie Besson Robillard. Je vais donc vous parler de son premier roman auto-édité, qui est Les Sorcières de Salers. C’est le premier tome d’une série qui aura cinq tomes au total. Le premier de cette série s’appelle Le renard a neuf queue. Il s’agit d’un roman fantastique. Je pense que les plus jeunes peuvent le lire, à partir de 12 ans. Il y a pas mal de référence à l’univers japonais, mais je ne pense pas que ceci puisse les gêner dans la lecture. Et surtout, je suis super fan de la couverture, je la trouve trop belle. Vous n’êtes pas d’accord? Voici le résumé du roman:

Sorah, Miriel et Hénora, sont des soeurs un peu particulières. Sauvées du bûcher par leur oncle Jin, un génie, elles ont voyagé dans le temps jusqu’au XXIème siècle. Depuis lors, elles occupent leur temps à résoudre des affaires mystérieuses mais elle vont découvrir que leur fuite a bouleversé l’équilibre du monde magique. Contactées par Ryunin, un prince dragon, elles vont devoir l’aider à sauver son épouse, emprisonnée dans un livre de contes japonais.

Nous avons donc dans ce roman trois héroïnes, des triplées, sorcières. Elles vivent à Salers, une mignonne petite ville du Cantal. Je peux dire mignonne, car j’y suis allée en vacances il y a longtemps, et je me souviens que c’était assez joli. Nos trois sorcières vivent avec un génie qu’elles considèrent comme leur oncle. Avec lui, il y a quelques années, elles ont fait un bon dans le temps, depuis l’époque de la chasse aux sorcières à notre époque. C’est de cette manière qu’elles ont pu sauver leurs vies. Seulement, elles ont aussi bouleversé tout le monde magique, c’est-à-dire que leur voyage a eut des répercussions dans tous les différents mondes magiques liés au notre. Ainsi, un dragon japonais finit par débarquer chez elle pour qu’elles aillent libérer son épouse qui est coincée depuis leur départ dans un livre de conte. Envoyées dans le livre à deux, afin que la dernière puisse dire ce qu’il se passe à ceux restés à l’extérieur du livre, comme le prince et le génie, et les aider en cas de besoin, Hénora et Miriel vont rencontrer plusieurs nouveaux compagnons qui vont leur permettre d’affronter les monstres du livre, et localiser la princesse.

C’est donc un roman d’aventure. Les deux sœurs qui se retrouvent dans le livre de conte vont se battre face à pleins de monstres issus des contes et de l’univers fantastiques japonais. Le rythme est parfois assez soutenu, on enchaîne les combats, même si ces derniers sont finalement assez courts, comme le roman en lui-même. Les combats ne s’éternisent donc pas sur plusieurs pages. Ils sont assez bien décrits, on pourrait s’y croire. Les personnages qui accompagnent les deux sœurs sont des guerriers, ils sont donc tous leurs rôles dans ces combats, sachant que pour chaque combat, un de ces compagnons a plus de savoir que les autres sur les monstres qu’ils affrontent, donc capables de donner son point faible. Et quand ce n’est pas le cas, on peut compter sur l’apparition rapide d’autres personnages pour dévoiler ce fameux points faibles. Car au cours de leur aventure, en plus de leurs compagnons qu’elles rencontrent au fur et à mesure, les deux sœurs vont aussi interagir avec des personnages du livre de conte. Alors que ceux avec qui elles finissent par former une bande ont été comme elles, envoyés dans le livre pour sauver la princesse dragon, les autres personnages sont ceux du livre du conte, soumis à la volonté de ce dernier. A chaque nouvelle entrée dans le livre, ce dernier change, mais ces changements ne sont vécus que pas ceux qui n’y sont pas nés. Ainsi, chaque groupe venant chercher la princesse se retrouve séparé, et cette dernière déplacée. Alors que pour ceux qui sont du livre, ces changements sont imperceptibles.

Comme c’est un livre de conte japonais, on a beaucoup de référence à l’univers japonais dans le roman. Ainsi, non seulement les monstres qu’affrontent les deux sœurs sont de cet univers, mais leurs compagnons en sont aussi. Ceci fait qu’il faut connaître un minimum cet univers pour s’y retrouver. Sinon, heureusement, il y a un glossaire à la fin du roman qui explique les différentes espèces japonaises. Je dois dire que je suis très admirative du travail de l’auteur, car il y a pleins de référence au Japon qui sont parfaitement maîtrisées, bien expliquées, et surtout bien mises en valeur. Il y a même quelques mots en japonais dans les dialogues. J’ai beaucoup aimé être plongée de cette manière dans cet univers. On a l’impression de voyager en Asie, alors même que les deux héroïnes sont dans un livre de contes. Les descriptions sont magnifiques, elles donnent envie de voir ce que voient les personnages. C’est un grand travail qui a été accompli par l’auteure pour reconstituer tous ces contes, cet univers.

Isseï et Akira, en tête de fil, s’arrêtèrent devant un immense portail d’or finement ouvragé. Les portes du jardin du mont Horaï. Ils furent bientôt rejoints par le reste des grimpeurs. A quelques mètres devant eux, le légendaire arbre d’or et d’argent, trésor de la déesse Inazami, dressait fièrement son imposante silhouette, étendant avec grâce ses lourdes branches chargées de fruits qui, s’ils étaient impropres à la consommation, étaient définitivement propres à exciter toutes sortes de convoitises.

Les personnage sont attachants. J’ai beaucoup aimé les trois sœurs, avec une préférence pour les deux qui sont envoyés dans le roman, j’ai en effet moins accroché avec Sorah, qui m’a donné le sentiment d’être la chef, en se servant de son charme. J’aime moins les personnages qui se prennent trop au sérieux. Sorah m’a donc semblé être la moins sympathique des trois soeurs. Mais peut-être que cela changera dans les prochains tomes. Je me suis donc plus retrouvée dans Hénora et Miriel. Chacune des sœurs a son propre caractère. Sorah est donc l’aînée, la chef, la plus puissante aussi, celle qui invente les potions, alors que Miriel est la plus jeune, la plus sportive, la plus impétueuse aussi. Hénora est entre les deux, celle qui passe plus de temps dans les livres, la plus sérieuse des trois sœurs. Sorah est la blonde, Hénora la brune, et Miriel la rousse.

Miriel, flamboyante rouquine au tempérament guerrier, avait beaucoup de qualités et un gros défaut. Elle manquait sérieusement de patience. Une brune élancée, aux cheveux cascadant en lourdes boucles soyeuses jusqu’à sa taille, toqua calmement à la porte du bureau.

(…)

Une jeune femme blonde vint rejoindre le trio dans la cuisine. Une aura particulière entourait perpétuellement la nouvelle arrivante. Imperceptible à ceux qui n’avaient pas de pouvoirs magiques, elle en imposait pourtant naturellement à ceux qui croisaient son chemin.

Et les autres personnages secondaires sont aussi très intéressants. J’ai eu un faible pour le Kitsune et pour Avicenne, le Vampire. Je m’attendais d’ailleurs à ce qu’il y ait une romance en cours de route dans l’histoire. J’aurais bien vu les deux sœurs avec chacune un des deux personnages que j’ai cité plus haut. Malheureusement, ça ne s’est pas fait. Peut-être dans un des prochains tomes. Mais j’ai beaucoup aimé ces deux personnages qui s’affirment beaucoup au fil de l’aventure, qui se chamaillent aussi, qui osent provoquer les deux sorcières. Les autres membres de l’aventure étaient à mon avis plus effacés que ces deux-là. Et surtout, j’aime l’idée d’avoir un Vampire dans le groupe. Et je connaissais aussi déjà ce qu’était un Kitsune avant de lire ce roman. J’en avais donc une image assez précise. Et surtout, ce sont des personnages assez comiques.

Hénora secoua la tête.

  • (…) Yoshitsune, je te présente un autre des envoyés de Ryunin. Avicenne … le Kyuketsuki, ajouta-t-elle en baissant légèrement la voix.

Le Kitsune observa le nouveau venu en silence. Avicenne en profita pour s’avancer vers Yoshitsune et s’inclina à la façon des Japonais.

  • Je suis enchanté de faire la connaissance d’un autre compagnon, fit-il d’un ton plaisant.

Yoshitsune salua poliment à son tour, mais l’expression de ses yeux démentait son apparente nonchalance.

(…)

  • au fait, ajouta-t-il d’un ton faussement badin, je vous serais reconnaissant de me dire si nous devons prendre des dispositions spéciales pour le groupe en rapport avec votre … régime alimentaire particulière.

Un éclair de colère passa dans le regard vif d’Avicenne qui n’échappa pas à Hénora. A ce rythme-là, elle ne serait pas surprise de voir des morts avant la fin de la soirée.

L’aventure à l’intérieur du livre est très sympa, j’ai beaucoup apprécié les énigmes qui se mettent en place au fil de l’histoire, ainsi que les épreuves que doivent affronter les compagnons. Certes, elles sont réglées assez vite, car le roman est assez courts, mais très intenses. Comme je l’ai déjà dit, il y a pas mal d’actions, ce qui rend cette aventure très agréable à lire, avec un rythme appréciable.

Je pourrai encore vous parler des autres personnages de ce roman, d’autres événements qui se produisent dedans, mais ce serait vous en dévoiler beaucoup sur l’histoire et ses conséquences. Ainsi, il y a un personnage qui arrive près de Sorah, et qui va avoir de lourdes répercussions pour les prochains tomes. Et il y a un autre personnage, mystérieux, qui suit les filles, dont on sait peu de choses. J’espère d’ailleurs en apprendre plus sur ce personnage-ci, car j’ai été un peu frustrée de ne pas savoir ce qu’il faisait là, surtout qu’il est là depuis le début de l’histoire. Vivement les prochains tomes pour savoir ce qu’il fait ici, et s’il est gentil ou non.

J’ai donc beaucoup aimé ce roman auto-édité. J’ai rencontré un roman à l’univers très riche, inspiré des grands contes et monstres japonais. Les personnages sont bien travaillés et agréables à suivre. L’écriture est très fluide, le livre se lit assez vite, et très bien. C’est une belle découverte, un bon roman fantastique que je recommande, et dont j’ai hâte de lire les prochains tomes.

Mon article vous a convaincu ? Alors vous pouvez retrouvez ce roman ici : Les Sorcières de Salers, Tome 1 : Le Renard à neuf queues

Et vous?

Que lisez-vous en ce moment?

Vous aimez découvrir de nouveaux univers dans les fictions? Même si vous devez regarder dans un glossaire?

Vous aimez l’univers asiatique?

N’hésitez pas à achetez ce super roman, disponible en téléchargement sur amazon.

Bonnes vacances à tous, et n’hésitez pas à commentez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s