chroniques littéraires

Les Cahiers d’Esther : l’histoire de mes 10 ans

couv43201076Esther

Bonjour à tous. Je tiens tout d’abord à m’excuser pour l’article de la semaine dernière qui n’est pas sorti. J’ai eu beaucoup de choses à faire, dont terminer ma liste bibliographique et mon rapport de stage dans les semaines qui précédaient, et samedi dernier j’étais au salon du livre de Montaigu, ce qui fait que je n’ai pas eu le temps d’écrire ce fameux article. Je me rattrape donc aujourd’hui en vous présentant une nouvelle chronique littéraire, sur une bande-dessinée lue dans le cadre de mon comité BD. C’est une bande-dessinée qui a déjà un certain succès, puisqu’elle est parue dans le Nouvel Obs, à un rythme d’une planche par semaine. Et son auteur aussi est très connu, c’est une pointure dans le milieu de la BD. Il s’agit de Riad Sattouf, très connu pour avoir écrit et illustré l’Arabe du Futur. Cette BD se veut autobiographique, dans le sens où elle retrace le récit de la vie d’Esther, une voisine de Riad Sattouf, qui lui aurait fait part de ses aventures, de son ressenti face à certains événements, de sa vie, tout simplement. Cet aspect autobiographique est revendiqué dès le résumé, dans le but d’en faire une bande-dessinée actuelle, qui parle au plus grand nombre :

Je m’appelle Esther et j’ai 10 ans. J’ai raconté 52 histoires vraies extrêmement intéressantes sur moi (ma famille, mes amis, ma vie, etc.) à Riad Sattouf et il en a fait ce livre très réaliste avec des gros mots (merde-con-putain) parce qu’on parle comme ça nous les jeunes.

Alors, je vais vous le dire d’emblée, je n’ai pas réussi à m’attacher à le petite Esther. Agée de 10 ans, la petite ne pense qu’à devenir célèbre, et obtenir le saint graal que toutes ses copines ont, un iPhone 6. Et regarder les émissions proposées par la télévision. les_cahiers_d_esther_iphone

Elle vit à Paris, dans un petit appartement, avec ses parents et son grand frère, avec qui elle doit partager sa chambre, en plus de la télévision. Elle est obligée d’aller dans une école privée parce que son père a peur qu’elle se fasse agresser par des garçons dans un public, à 10 ans, et son frère lui va dans un collège public, où apparemment ça craint un peu. Son père, très présent dans la BD, est prof de sport. Je ne sais pas si c’est à cause de lui, mais Esther pense que les gens se range en deux catégories, ceux qui sont beaux et souples, et ceux qui sont moches et qui ne servent à rien. Esther est persuadée qu’elle est belle, et que si elle continue, elle pourra devenir célèbre, et être heureuse.

IMG-20160420-00473

Ce qui m’a marqué, outre le fait que la gamine, à 10 ans, ne pense qu’à la célébrité, ce sont certaines de ses remarques, que j’ai trouvée pour certaines indécentes. Sans doute parce que j’ai lu cette BD avec des yeux d’adultes, et du recul par rapport à ce qu’elle dit. Ainsi, certains de ses propos sont ouvertement racistes. Je n’ai pas réussi à retrouver en rédigeant cette chronique une des planches qui m’a le plus énervées, mais je garde ce souvenir qu’Esther considère que seuls les « Blancs » peuvent s’en sortir dans la vie. De plus, elle se comporte comme une petite peste parisienne, où en dehors de Paris, point de salut. Et le passage sur Charlie Hebdo, même s’il est regardé avec des yeux d’enfants, où tout ce qui c’est passé paraît irréel et peu important, m’a aussi énervé. En effet, alors que le directeur passe dans la cours de récréation pour demander une minute de silence, tout ce à quoi pense la petite, c’est à sa meilleure amie qui es en train de la remplacer. Je peux comprendre qu’en tant qu’enfant, on s’en fiche de ces événements, mais je trouve ça irrespectueux que ça soit mis dans la BD. Surtout que l’une des amies d’Esther lui dit que les journalistes n’ont eu que ce qu’ils méritaient. Même si c’est pour ouvrir un débat avec les enfants, ce qui n’est pas fait dans la BD, j’ai trouvé que ce passage n’avait rien à faire dans une telle BD.

Il y a aussi certaines remarques sur les autres, avec le jugement dur d’Esther, qui m’ont parus horribles. Après avoir lu Marion, 13 ans pour toujours, j’ai eu l’impression qu’Esther pourrait facilement devenir une harceleuse. Et cela m’a beaucoup gêné dans ma lecture, car je n’arrivais pas à comprendre comment une gamine de 10 ans pouvait devenir aussi méchante.

En vérité, ce que je retiens de cet ouvrage, c’est qu’Esther, j’avais envie de lui filer des claques tellement je l’ai trouvé insupportable. C’est dur de dire ça, mais pour moi, elle représente tout ce qui va mal dans notre société actuelle, où tout ce que veulent les jeunes, c’est devenir célèbres, avoir des iphones, consommer, etc. Et les parents sont très peu présents, j’ai d’ailleurs très peu de souvenirs de la mère d’Esther. Et le pire je pense, c’est que c’est aspect est assumé par l’auteur, comme si tout ce que dit Esther est normal. J’aimerai dire que non. Personnellement, même si je n’ai pas encore d’enfant, je n’aimerai pas que les miens ressemblent à Esther.

Je n’ai finalement pas trouvé grand attrait à cette BD. Je trouve qu’elle n’apporte rien, qu’elle ne sert à rien, mis-à-part à montrer comment l’éducation déficiente et le laxiste des parents, et notre société, pouvait pervertir à ce point les enfants. Je n’ai peut-être pas eu assez de recul pour lire cette BD, pour l’apprécier. Moi qui avait beaucoup entendu parler de cette BD, elle a été une vraie déception.

Enfin, je me demande à qui peut s’adresser cette BD. Même si elle raconte les histoires d’une petite fille, je ne vois pas pourquoi les enfants la liraient, ni même s’ils pourraient se retrouver dedans. Surtout qu’il y a pas mal de texte, qui empiètent sur les dessins. Peut-être pour les parents, mais lire une telle chose pourraient leur faire peur face à ce que pensent leurs chères têtes blondes.

Et vous?

Vous l’avez lu? Vous l’avez aimé?

Vous pensez qu’elle correspond à ce que l’auteur a pu écrire d’autre?

N’hésitez pas à commenter, j’aimerai avoir vos réactions sur cette BD 🙂

Publicités

6 réflexions au sujet de « Les Cahiers d’Esther : l’histoire de mes 10 ans »

    1. A mince, je ne voulais pas te dégouter de lire cette BD. Ce n’est jamais simple de chroniquer un document qu’on a pas aimé sans le rendre mauvais aux yeux des autres. 😦 si jamais tu as l’occasion de la feuilleter, fait-le, peut-être que toi, elle te plaira 😉 Après si tu es pas BD, cela a un texte compact, qui rend pas facile la lecture. Il y en a des meilleures si jamais un jour tu te mets à la BD. Je vais d’ailleurs en chroniquer des bonnes sur le blog dans les semaines prochaines ;).
      Merci de ton commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. lol en fait c’est de la déformation professionnelle, en bibliothèque, on évite de déconseiller un livre ou de dire qu’il est mauvais ^^ mais je peux dire que j’ai pas aimé ^^ Si tu penses ne pas aimer non plus, tu fais bien de t’éviter de lire cette BD :p

        Aimé par 1 personne

      2. C’est pour ça que j’essaye d’y aller avec des pincettes 🙂 je ne sais pas si ça se voit, mas j’essaye de dire que même si moi j’ai pas aimé, d’autres peuvent aimer. On sait tous qu’une chronique est forcément subjective. Il faut savoir prendre du recul fasse à ce qui est dit. 😉

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s