chroniques littéraires

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une

ta nouvelle vie

Aujourd’hui, alors que la semaine a été marqué d’évènements horrible, j’ai eu envie de vous parler d’un roman léger, qui m’a fait énormément de bien à un moment où j’en avais besoin. C’est une histoire qui m’a fait voir le monde de manière plus positive. Il s’agit d’un petit roman construit comme un guide de vie, écrit par Raphaëlle Giodano et publié en 2015 par les éditions Eyrolles, une petite maison d’édition que je ne connaissais pas jusqu’à maintenant, et que je suis très contente d’avoir découvert. Voici le résumé de l’histoire :

Camille, trente-huit at quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement. Quand Claude, routinologue lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves.

Alors, avant de m’attarder sur l’histoire de ce livre, je voudrais déjà souligner la sympathique couverture de ce livre, que je trouve très belle et qui, personnellement, m’a fait m’arrêter sur ce roman. Alors que je regardais les nouveautés à la bibliothèque, toutes mises sur une table, ce roman m’immédiatement attiré grâce à sa couverture colorée, qui représente en fait toute la positivité et la joie qu’on retrouve dans le récit. Ce roman est donc en partie attrayant par sa belle couverture.

Il raconte l’histoire de Camille, une jeune femme proche de la quarantaine, à bout de souffle dans sa vie, très proche du burn-out. Bien qu’elle travaille à temps partiel, elle se sent très impliquée dans son travail, ce qui la pousse à enchaîner des heures sup’. En plus de cela, elle voit à peine son mari, très prit lui aussi par son boulot, et son fils de neuf ans est une source de bataille sans fin à cause de l’école. Bref, Camille vit la vie de beaucoup de mère de famille, de celle qui font tout et qui finissent par s’effacer, son couple au bord de la rupture et son fils près de la dépression. C’est à ça que se résume sa vie, à des combats sans fin, jusqu’à ce qu’elle se perde en forêt et tombe sur la maison de Claude, un vieil homme qui décide alors de prendre en charge Camille afin de la remettre dans le chemin du bonheur.

Claude est en fait un routinologue, il démontre aux personnes qu’il rencontre que la routine les a détruit, et qu’il est temps de reprendre le dessus sur sa vie. Là dessus, on retrouve un discours de philosophie antique, tel qu’on est maitre de sa vie, et il ne faut pas laisser les événements extérieurs nous dicter notre chemin. Ainsi, Camille ne doit plus subir sa vie, elle doit reprendre le dessus. De ce fait, Claude nous donne quelques astuces, comme ne jamais perdre le contrôle dans une dispute, arrêter de se mettre une pression monstre, profiter du présent, car comme dit une célèbre maxime chinoise, le présent est un cadeau, le seul temps qui compte vraiment.

Ce roman est construit à la fois comme une histoire, mais aussi comme un guide de vie. L’auteure est coach en développement, elle se sert de ses connaissances pour servir son roman, mais aussi pour nous guider. Nous suivons donc le même chemin que Camille,  avec ses doutes, ses remises en question, mais aussi ses joies, ses fiertés. Et surtout, le roman nous sert à ouvrir les yeux sur les propos de l’auteur et la nécessité pour Camille de changer de vie.

  • Vous savez, la routinite paraît un mal bénin à première vue, mais elle peut causer de véritables dégâts sur la population : entraîner des épidémies de sinistros, des tsunamis de vague à l’âme, des vents d’humeur noire catastrophiques. Bientôt, le sourire sera en voie de disparition ! Ne riez pas, c’est la vérité ! Sans parler de l’effet papillon ! Plus le phénomène s’étend, plus il touche une large population… Une routinite mal endiguée peut faire baisser la cote d’humeur d’un pays tout entier ! (…) Vous n’imaginez pas le nombre d’analphabètes du bonheur ! Sans parler de l’illettrisme émotionnel ! Un véritable fléau… Ne pensez-vous pas qu’il n’y a rien de pire que cette impression de passer à côté de sa vie faute d’avoir  le courage de la moduler à l’image de ses désirs, faute d’être resté fidèle à ses valeurs profonde, à l’enfant, à ses rêves ? (…) Malheureusement, développer des capacités à être heureux n’est pas quelque chose qu’on apprend à l’école. (…) La capacité au bonheur se travaille, se muscle jour après jour. Il suffit de revoir son système de valeurs, de rééduquer le qu’on porte sur la vie et les événements.

Je me suis beaucoup retrouvée et attachée à Camille. Même si je ne mène pas la même vie qu’elle, je pense que beaucoup de personne peuvent se retrouver dans ce personnage surmené, qui ne sait plus ce dont elle a envie et qui voit passer les jours les uns après les autres sans en profiter, ce qui touche aussi sa famille et déteint sur elle. Ce qui m’a le plus marquée n’est pas tant la relation désastreuse qu’elle a avec son époux, parce qu’ils ne sont plus que des colocataires avant d’être des amis, des amants, mais bien plus la relation qu’a Camille avec son fils. Cette relation-là, qui devrait être chargée d’amour, n’est plus que du ressentiment et de la colère, notamment parce que Camille, comme nombre de parents, exige beaucoup trop de chose de son fils, qui n’est encore qu’un enfant qui a toute la vie pour grandir. J’ai beaucoup aimé le changement qui s’opère en Camille quand elle se rend compte de ce qu’elle fait subir à son fils, qu’elle doit prendre du temps pour être avec lui, du temps en dehors de celui qui lui incombe de par son rôle de mère, donc en dehors de celui où elle l’habille ou l’aide avec ses devoirs.

 Ma vie de  mère était tendue. Entre mon fils est moi, depuis quelques temps, la tension était même électrique. Entre la vie scolaire, les activités de loisirs et les rendez-vous médicaux, j’avais l’impression de ne plus m’appartenir, ne pas avoir une minute à moi. Dès que je mettais un pied à la maison, j’étais happée. Faute de pouvoir m’occuper un peu de moi, mon seuil de tolérance avait considérablement baissé. Je m’énervais d’un rien. Surtout pour les devoirs qui, cette années avaient triplé, sous la coupe d’un maitre trop zélé. Déjà fatigué de sa journée d’école, Adrien vivait ce surcroît de travail comme une punition. Ca n’en finissait pas. J’avais l’impression de le tirer comme un âne mort. Je criais. Il explosait. En larmes ou en crise de nerfs.

(…)

Souvent, après le dîner, Adrien me proposait un jeu de société avec lui, mais je m’en sentais jamais le courage. Et puis, n’avais-je pas passé l’âge? Quand, cette fois, je lui dis oui, il en resta bouche-bée. La lueur de joie qui brilla alors dans ses yeux, cette joie cristalline que seuls les enfants peuvent ressentir, finit de balayer mes réticences.

La relation entre Camille et Claude est assez particulière, car elle devient rapidement dépendante de ses conseils. C’est un aspect qui m’a parfois un peu gêné, mais qu’en même temps je comprenais, parce que Camille veut avancer rapidement, comme la société nous l’impose. Elle veut des résultats assez vite, or on ne change pas nos habitudes et notre routine du jour au lendemain. Surtout que les changements que va l’aider à faire Claude vont être très importants, et vont changer la vie de Camille en profondeur.

Je vous disais que ce roman, car il y a bien une histoire avec des personnages, des rebondissements et des évolutions, est aussi construit comme un guide afin de nous faire avancer comme Camille vers le sentiment du bonheur présent. Ainsi, tous les exercices donnés à Camille par Claude se retrouvent à la fin du livre, dans une partie spéciale. Ainsi, si on est convaincu par le roman, on peut nous aussi mettre en place ces exercices, tels que tenir un Cahier d’engagements contenant nos objectifs à court ou moyen terme, un Cahier du positif sur nos succès, nos joies, un Catalogue interne d’images positives, etc… Tous les conseils et défis auxquels se confronte Camille peuvent aussi nous servir. J’aime bien cette idée qu’on peut aussi jouer le rôle de Camille, se mettre à sa place dans ce bouleversement que devient sa vie.

Je terminerai cette chronique en disant que ce roman m’a fait beaucoup de bien, il est arrivé sur ma table de chevet à une période où le doute et les questions m’assaillaient de toutes parts. Evidemment, je n’ai pas résolu tout ça avec ce roman, mais il m’a permis de relativiser, je me suis laissée prendre au jeu. Bon, j’aurai aimé rencontrer un Claude, comme Camille, pour faire vraiment le point, mais ce livre est une bonne base pour remettre en cause sa petite routine. Pour moi, ce roman a donc été un coup de cœur, j’ai même envie de me replonger encore dedans tellement j’y étais bien. je pense qu’il va rester un moment près de mes livres, afin de pouvoir le relire si le besoin s’en fait ressentir.

Et vous?

Qu’avez-vous lu cette semaine?

Avez-jà lu un roman qui était aussi un guide « spirituel »? Qu’en avez-vous retenu?

Un roman de ce style vous intéresserait? Pourquoi?

Si non, pourquoi,

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une »

  1. #SOUMYA j’ai lu pas mal de romans cette semaine mais je ne retiens que La fille de Brooklyn et Cupidon malgré moi tu connais mon avis du 1er mais le dernier était pour moi une nouvelle et surprenante découverte une lecture légère irréelle mais très agréable à lire, tu sais j’ai arrêté de lire tout ce qui est philo politique et même casse- tête tels le droit économie vu mes longues études d’abord littéraires, puis juridiques et économiques c’est un trauma à vie (sourire) maintenant je me consacre qu’aux : suspense/ polar romance surtout érotique dont j’ai été privé longtemps par manque de temps bisous

    J'aime

  2. Je l’ai terminé il y a deux semaines. C’est vrai que c’est original de trouver ce genre sous forme de roman! Il m’a fait un peu pensé aux livres de Laurent Gounelle. En tout cas, il y a de bons conseils et on a envie de les mettre en pratique!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s