bibliothèque

Racomptines et jeux de doigts

génial, il pleut

Bonjour à tous. La semaine dernière, vous avez du remarquer, je n’ai pas poster de chronique littéraire. En effet, je n’ai pas eu le temps de terminer celui que j’étais en train de vous écrire. Ne vous inquiétez pas, il arrive bientôt. Et si je n’ai pas eu le temps de le finir, c’est pour une bonne raison : j’ai été réquisitionnée dans ma bibliothèque pour faire une séance de racomptine. Pour certains d’entre vous, ce terme vous est connu, mais pour d’autre, il doit être du chinois. Une séance de racomptine, c’est une séance où on raconte des histoires à la bibliothèque. Le plus souvent, ce sont des contes, ou des histoires qui se rapprochent des contes. Avec tous les livres spéciales enfants qui sortent chaque année, on a l’embarras du choix. Nous, on pris le parti pour cette séance d’alterner histoires et comptines, avec des comptines spécialisées dans les jeux de doigts, à faire avec les adultes.

Dans ce nouvel article, j’ai donc eu envie de vous raconter cette séance, de vous faire entrer dans les coulisses de la préparation de cette séance, et de vous en donner mon ressenti. Cela me permet de partager avec vous les nouvelles expériences que m’apportent ma formation et mon stage.

Tout d’abord, il faut savoir que c’était ma première séance de ce type. Je n’avais encore jamais raconté d’histoire à des enfants autre que mon frère ou ma sœur, ou lorsque je gardais des enfants. Or, toutes ces expériences remontent à très longtemps. J’étais donc assez stressée, car mine de rien, enchaîner plusieurs histoires, qu’on ne connaît pas vraiment, devant pleins d’enfants, et leurs parents, est assez impressionnant. Surtout que l’organisation de cette séance a été assez particulière, puisqu’on s’est organisée la veille pour le lendemain. Et oui, j’ai remplacée une bénévole indisponible pour pouvoir faire cette séance. Heureusement, j’ai pu répéter avec ma collègue pendant une heure vendredi, la séance étant pour le samedi.

On était donc deux à raconter les histoires. Ma collègue Julie fait ça tout le temps, elle adore le contact avec les enfants, et c’est elle qui s’occupe de faire les séances avec les écoles et les crèches. Elle a donc l’habitude de lire devant un large public d’enfant. Elle a donc su me guider, me donner le bon ton, la bonne intonation, le bon rythme, et surtout, elle avait déjà préparé toute la séance. C’est un sacré avantage, car on ne se rend pas compte de toute la préparation que cela demande. Et oui, on ne se contente pas d’arriver avec nos livres et de les raconter comme le font les parents le soir. Ici, il faut au préalable sélectionner les albums en fonction du public, selon notre possibilité à les raconter, et la manière dont on va les raconter. En effet, ce ne sont pas seulement des histoires qu’on raconte, il faut les interpréter, les mettres en scène. Les séances de racomptines s’adressent à des petits, il faut donc garder leur attention, leur concentration, le plus possible. Julie est une perfectionniste, j’ai eu le droit à tout le fil conducteur de la séance prévu à l’avance, avec l’enchainement des livres et des comptines inscrits sur une feuille, avec même la manière dont on devait ré-attirer l’attention des enfants, les moments où on devait les faire participer.

Pour cette séance, qui concernait les 0-3 ans, donc les tout-petits, Julie avait sélectionné 5 albums qui sont sympas à raconter, et que les enfants adorent entendre. On le sait car quelques unes de ces histoires ont été racontées à la crèche.

On commencé avec Génial, il pleut, paru chez Didier Jeunesse, un bel album qui raconte les bonnes choses qu’on peut faire quand il pleut, comme rester devant la cheminée, faire un gâteau, prendre un chocolat chaud, etc., tout cela avec des amis. C’était un peu de circonstance car la veille, il faisait vraiment moche.

couv67528743

Ensuite on a fait La Moufle, un joli conte populaire où une moufle sert de refuge à pleins des animaux, qui rentrent un par un dedans, jusqu’à l’inévitable, la déchirure. Bon, c’est une histoire assez longue, avec une alternance de personnages qui arrivent chacun à leur tour, et qu’il faut jouer. Cela nécessite donc de changer souvent de voix, surtout qu’il y a aussi un narrateur. Mais quel plaisir lorsque les enfants ouvrent grands leurs yeux alors que la moufle s’agrandit, et que des animaux de plus en plus gros entrent dans la moufle.

C’est avec la troisième histoire qu’on s’est beaucoup amusée. On a lu Mais que veux-tu? une petite histoire où un garçon ne veut pas dormir, alors ses parents lui demande ce qu’il veut. On n’a pas fait toute l’histoire, car on remplacé une partie de cette dernière, toutes les propositions des parents en fait, par d’autres propositions, qui correspondaient à des objets que Julie avait caché dans un seau à ses pieds. Ainsi, lorsque le petit garçon demandait une chose « douce », Julie enchaînait en proposant une plume, et elle sortait une plume de son seau. Et ainsi de suite. Ce qui était drôle, c’était la tête des enfants devant les objets. Et aussi ceux qui connaissant l’histoire et les objets, et les disaient avant qu’on les sortent du seau.

9782211212212

J’ai même été transformée en magicienne avec une jolie baguette en papier d’aluminium pour la lecture de Petit Lapin Magicien.

Et pour la dernière histoire, ce fut la lecture de Jacques a dit, où les enfants peuvent participer, car l’album se présente comme un jeu avec l’enfant, avec une alternance entre le « jacques a dit » et « T’a pas dit Jacques a dit ». J’ai remarqué que les enfants l’appréciaient beaucoup, surtout avec la présence du loup à la fin.

Je vous ai dit qu’entre chaque histoire, on chantait une petite comptine. On a notamment chanté cette comptine, de La fourmi m’a piqué la main, où on a remplacé tous les autres animaux par la fourmi, afin que ça soit beaucoup plus répétitif pour les enfants. Et ce qui était super sympa, c’était que les parents devaient suivre les mouvements de la comptine sur leurs enfants.

 

Alors, mon ressenti? J’ai adoré faire cette animation. C’était certes très impressionnant, du fait du nombre, il y avait une trentaine d’enfant quand même, plus les parents, et que je suis de nature assez timide, mais quelle gratitude lorsque les enfants te remercient, repartent heureux et te parlent de l’histoire. On sent qu’ils ont été stimulé, que les histoires leur ont rapporté quelque chose. Il y a eu des cafouillages, j’ai pas toujours parlé assez fort, mais je ne demande qu’à m’améliorer, même si la prochaine fois je serais toujours aussi impressionnée. C’était une très belle expérience, et un challenge que je suis fière d’avoir relevé. Je peux enfin dire que j’ai fait une animation avec des enfants.

Et vous?

Vous avez assisté à ce type de séance? Vous avez déjà écouté des histoires en bibliothèques?

Vous aimeriez assisté à ce type de séance? Cela vous fait peur?

N’hésitez pas à commenter.

DSCF4763 [949710]
Lecture de La Moufle
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s