chroniques littéraires·service presse

Croissant de lune

Croissant de lune
Croissant de lune

Salut à tous. Comme vous l’avez certainement remarqué, il n’y a pas eu de Jeudi c’est Jeu Livresque cette semaine. En effet, mon ordinateur a fait des siennes, et mon disque dur est bon à changer. Cela est arrivé de manière imprévue, et j’ai pour le moment un ordinateur de prêt, auquel je m’habitue. Le rendez-vous de cette semaine a donc été repoussé à la semaine prochaine. Aujourd’hui, je profite de ce nouveau ordinateur pour vous poster une nouvelle chronique sur un livre que j’ai adoré.

Ce livre, c’est Croissant de lune, le premier tome de la série Secret de lune, d’Angélique Ferreira, publié aux éditions Flammèche en novembre 2013. Ce roman, qui est un roman fantastique, je l’ai eu dans sa version numérique, envoyée directement par l’auteure. C’est un service presse que j’ai reçue avec plaisir, et que j’ai rapidement dévoré sur ma liseuse. En voici le résumé :

« J’ai pitié de vous, Nicolas. Vous n’êtes pas heureux et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Un père qui a honte de votre orientation et de vos choix de carrière, une sœur qui se plaît à vous faire passer pour un idiot, et personne sur qui réellement compter. » Lorsque les routes de Nicolas Valentin Pontault et d’Iris Sélène Black se croisent, ce n’est pas l’amour qui les unit. Au contraire ! Le premier n’est qu’un jeune homme ordinaire : photographe, modèle et professeur de théâtre à Lyon, son univers bascule le jour où il perd son travail. Déterminé à ne pas se laisser abattre, il décide de saisir cette occasion pour reprendre ses études. La seconde est une jeune bibliothécaire qui tente tant bien que mal d’échapper au clan de sorcières dont elle est l’une des héritières. Traitée comme une pestiférée par les siens, Iris est fermement décidée à ne pas les laisser contrôler sa vie. Malgré ces différences, lorsque Nicolas est transformé en loup, c’est auprès de la jeune femme qu’il trouve réconfort et protection. Au même moment, une étrange série de meurtres s’abat sur la ville, et tout porte à croire que l’assassin en a désormais après eux…

L’héroïne de cette histoire s’appelle donc Iris, mais elle préfère se faire appeler Angèle, afin d’échapper à sa famille. Cette dernière est la fille d’une puissante sorcière, chef d’un clan ancestral. Iris est la dernière de ses filles et malheureusement pour elle, elle ne possède aucun pouvoir magique. Elle est une Talos. Elle se rattrape en étant la meilleure en potion, mais cela ne fait et ne fera jamais d’elle une sorcière. Sentant que sa famille la rejette à cause de son manque de pouvoir, Iris se sauve de chez elle et s’installe à Lyon. Je précise qu’Iris est adulte, qu’elle a 23 ans, qu’elle a même un travail dans une bibliothèque dans Lyon. Bon, là j’avoue que je l’envie trop, parce que c’est le métier que je rêve de faire, et que je suis plus âgée qu’elle, donc je ne peux qu’être jalouse du fait qu’elle soit rapidement employée dans une médiathèque. Mais passons sur ce sujet.

Il y a un second personnage qui est très important dans cette histoire, c’est Nicolas. Plus vieux qu’Iris, il est professeur de théâtre. Il est à l’opposé de la jeune fille, et ils n’auraient jamais pu se croiser si Pauline, la soeur de Nicolas, n’avait usurpé son identité sur internet dans le but de tchater avec des jeunes femmes. Iris, dans sa volonté de parler de ce qu’elle vit avec sa famille, l’horreur d’être rejetée par les siens, est entré en contact avec Pauline/Nicolas. Et lorsque ce dernier a découvert la machination de sa soeur et à prévenu tout le monde de ce qui c’était réellement passé, Iris en a beaucoup souffert. Ces événements surviennent avant le début de l’histoire, l’auteure y fait donc seulement mention pour évoquer le lien de haine qu’éprouve Iris vis-à-vis de Nicolas. Elle lui en veut et le tient pour responsable de cette arnaque.

Or, Nicolas, qui vient de se faire virer de son travail, décide, sous l’idée de sa soeur, de passer le bac qu’il n’a jamais eu. Pour cela, il va à la bibliothèque, et tombe bien sûr sur Iris. Tout se déroule assez mal, puisque Nicolas se sauve après avoir insulté Iris, et que celle-ci l’ait frappé.

Nicolas

  • Je croyais que tu étais lycéenne, tentai-je de me rattraper, toujours aussi perdu.
  • Premièrement, nous n’avons pas élevé les cochons ensemble, je ne vous permets pas de me tutoyer ! Deuxièmement, j’ai vingt-trois ans!

Cette situation était de plus en plus étrange, et Pauline ne paraissait toujours pas décidée à fournir une explication. Ce fut notre interlocutrice qui le fit.

  • Je suis l’une des … attendez, comment avez-vous dit cela …? Ah oui! L’une des idiotes que votre soeur a piégées sur Internet en se faisant passer pour vous ! Et encore, j’utilise un synonyme plus poli que le vôtre, étant donné le lieu où nous nous trouvons.

Cette fois ce fut à moi de me retrouver comme un idiot, partagé entre l’embarras et la colère. Je foudroyai ma soeur du coin de l’oeil. Cette fille venait de me répéter la conversation que j’avais eu avec Pauline quelques semaines plus tôt. Or, cette petite peste m’avait affirmé ne plus avoir le moindre contact avec les personnes qui s’étaient laissé prendre à son jeu.

(…)

  • Vous travaillez ici? Alors faites votre boulot en nous disant où sont les livres que nous cherchons. Vos histoires de gamine avec ma soeur ne me regardent en rien et j’ai autre chose à faire qu’à perdre mon temps avec un cas social qui tombe amoureuse d’un ordinateur, parce que personne ne veut d’elle.

Avec une rapidité dont je ne l’aurais jamais cru capable, elle enjamba les livres abandonnés au sol et traversa la faible distance qui nous séparait pour m’asséner deux gifles aller-retour.

Après une autre rencontre assez mouvementé, Nicolas décide de passer un petit moment avec une prostituée. Hélas pour lui, c’est le moment que choisit une créature inconnue pour décapiter la femme, et s’attaquer à lui. Lorsque Nicolas se réveille, il est transformé en chien. Paniqué, il se précipite sous les roues d’une voiture, et est sauvé in extremis par Iris, qui passait par là. Commence alors une cohabitation particulière, où Iris ne sait pas qu’elle vit avec son pire ennemi vivant dans la peau d’un chien loup. Et Nicolas découvre la jeune femme sous son vrai visage, sa partie sorcière, et il se met en tête de la protéger de la menace qui plane sur sa tête, et sur la sienne également. Comme Iris est en très mauvais terme avec sa famille, Nicolas tente de devenir un ami pour elle, d’être un animal aussi fidèle de possible. Si bien que lorsqu’il n’est pas avec elle, Iris déprime et se sent seule.

L’écriture est fluide, on passe d’un personnage à autre facilement, avec à chaque fois un changement de narrateur. Il faut seulement faire attention en lisant, afin de ne pas se perdre dans les narrateurs, et savoir si c’est Iris ou Nicolas qui raconte l’histoire. Heureusement, chaque partie est bien séparée, ce qui facilite la lecture. Le seul défaut dans ce type de narration, c’est la première partie avec Nicolas, où je n’avais au début pas compris que le personnage avait changé. Je ne m’y attendais pas. Mais une fois ceci intégré, j’ai trouvé que cette narration apportait beaucoup au roman, car cela nous permet d’avoir les deux points de vue des personnages, de comprendre la haine réciproque existant de chaque côté. J’ai apprécié que cela soit présenté de cette manière. Le style est teinté d’humour, on sourit souvent à la manière dont les personnages réagissent, même les scènes tendues restent légères grâce au style de l’auteure.

Une fois Nicolas transformé en loup, on tombe très vite dans l’aspect fantastique du roman, avec une créature mystérieuse qui rode autour de nos personnages, la famille de sorcières d’Iris qui réclame sa présence, et le rôle de cette dernière au sein du clan, avec des rituels centenaires à respecter. Comme depuis Iris il n’y a plus eu de naissance au sein du clan, des cérémonies doivent être accomplies, avec une mise en scène de copulation devant les autres membres du clan. Pendant qu’Iris tente de survivre au milieu de tout ce monde, Nicolas cherche une solution pour redevenir humain, et pour avouer à Iris qu’il est à présent sous son charme.

L’univers de l’auteur est assez étoffé, on y découvre les sorciers qui sont regroupés en clan; avec des Vampires pour gardiens, rôle obtenu suite à leur défaite lors de la dernière guerre entre les deux peuples; les loups-garous, ennemis des sorciers, les Talos, les sorciers sans pouvoirs; les Apchers, les humains sans pouvoir; et les fameux  cùs, animaux de la mythologie Irlandaise, des loups pouvant se transformer en humain lors de la pleine lune, des êtres sanguinaires ayant le goût de la chaire humaine. Tout ceci part de l’histoire du « chien de Culann », connu dans les légendes Irlandaises. J’ai donc appris, grâce à ce roman, des éléments de la mythologie Irlandaise, qui sont amenés de manière intelligente dans l’histoire. Tout ceci est raconté par Iris à Nicolas alors que ce dernier, grâce à la pleine lune, a retrouvé son apparence d’homme. A ce stade de l’histoire, on n’est pas encore dans la romance, mais vraiment dans la magie.

Je l’ai évoqué plus haut, il y a une partie rituelle dans le roman, avec les différents clans de sorciers qui se réunissent dans le but de faire naître un enfant. Pour cela, il faut qu’un signe apparaisse sur le corps d’un homme et d’une femme, voués à s’accoupler devant tout le monde dans le but de procréer. Ceci est raconté dans le roman de manière plutôt légère, ce qui permet de détendre l’atmosphère tendue à ce moment-là. Le style de l’auteure permet donc de ne pas trop peser sur ce moment, car il reste un instant assez barbare, s’apparentant presque à un viol. Mais c’est aussi une occasion pour le lecteur de faire connaissance avec Matt, le meilleur ami d’Iris.

Les personnages sont assez attachants, même si j’ai trouvé Nicolas agaçant au début de l’histoire, j’avais envie de le claquer. Heureusement, on finit par le découvrir au fil de l’histoire, et petit à petit son personnage parvint à nous toucher. Iris est un personnage qui me ressemble, une jeune femme posée, mais qui parfois éclate. Elle essaie d’échapper à sa famille, d’oublier qu’elle est une sorcière. Elle veut une vie normale, et ne croit plus au prince charmant depuis son échec sur internet avec Nicolas. Elle ne pense qu’à son travail. Mais une fois Nicolas dans sa vie, elle ne peut plus se passer de lui, avant même qu’ils soient ensemble, elle est attirée par lui physiquement, si peu qu’ils se retrouvent souvent soit à se frapper, soit à s’embrasser, dans la seconde partie du roman.

Il y a quelques scènes de sexe, puisqu’Iris va finir par céder aux avances de Nicolas, une fois la situation clarifiée, mais elles sont bien traitées, on n’entre pas dans les détails, elles sont agréables à lire, tout en centré sur le désir de l’autre. On ne tombe à aucun moment dans le voyeurisme ou le vulgaire, ni dans le récit pornographique.

Ce qui m’a le plus dérangé dans ce récit, ce sont les nombreuses références à l’univers d’Harry Potter. Ce ne sont que des détails, qui m’ont souvent fait sourire, mais qui d’un autre côté, m’ont aussi parfois irrités, car je trouvais que l’auteure s’inspirait peut-être trop de cette saga. Ces inspirations se retrouvent surtout dans le nom de famille d’Iris, qui est Black, comme le parrain d’Harry, Sirius Black. Iris une tante nommée Cissy, comme le surnom de la fameuse mère de Drago Malefoy, Narcissa Black. Il y a toute cette histoire avec Nicolas transformé en loup, qui fait référence à Sirius, qui se transformait en chien, etc. Comme je l’ai dit ce sont des détails, mais c’est ce qui m’a le plus dérangé dans le récit. Heureusement, tous ces détails sont éparpillés dans le récit, ce qui fait qu’on les oublie assez vite tellement l’histoire parvint à nous happer.

Ce que j’ai vraiment apprécié dans ce récit, c’est la tension qui y règne par moment, avec la bête, celle qui a transformé Nicolas, qui rôde autour des personnages sans que l’on sache le pourquoi. Iris est menacée, alors qu’elle n’a pas de pouvoir. Un traître se trouve parmi eux. Les scènes d’action sont fluides, bien écrites. Elles arrivent à nous faire croire qu’on est à la place des personnages, face aux dangers présents dans l’histoire. De plus, il y a souvent des traces d’humour dans la narration, ce que j’ai apprécié.

Portant ma main à ma jambe, je sortis mon poignard en espérant impressionner l’animal qui n’en eut rien à cirer. Je devais reconnaître que mon arme ne servirait pas à grand-chose, tout au plus, il l’utiliserait comme cure-dent une fois qu’il m’aurait dévoré. Je ne pouvais rester ici, mais si ce monstre me suivait, nous risquions de tomber sur des promeneurs noctambules. Or, je n’avais pas envie d’avoir de mort sur la conscience.

N’ayant pas d’autre solution, je me mis à courir, évitant de justesse l’attaque du prédateur. J’espérais le semer dans le labyrinthe de ruelles et courus à en perdre haleine.

En conclusion, j’ai vraiment adoré ce livre, malgré le point évoqué par rapport à Harry Potter, et j’ai hâte de me replonger dans les aventures d’Iris et de Nicolas, car il y a un tome 2 de prévu, que j’attends avec impatience. Je l’ai lu très vite tellement je me suis retrouvée dans l’histoire. Même si le scénario de base est quelque chose que j’ai souvent vu dans des fanfictions, le fait qu’un homme se retrouve transformé en animal adopté par une ennemie, et qu’ils finissent ensemble à la fin, j’ai trouvé des originalités dans cette histoire. Je pense que le fait que l’univers soit aussi maîtrisé et vaste y est pour beaucoup. Le fait que l’écriture soit teintée d’humour aussi. J’ai vraiment pris plaisir à suivre les aventures d’Iris, même si la fin m’a laissé sur ma faim. Pour moi, ce livre est mon coup de coeur de cet été. J’espère pouvoir bientôt lire la suite.

Et pour la première fois de ma vie, l’avenir ne m’effrayait pas.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Croissant de lune »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s